Nigeria : les États-Unis doivent-ils intervenir pour libérer les lycéennes ?

Quelle doit-être la position de Washington dans l’affaire des lycéennes enlevées par Boko Haram ?

Par Nick Gillespie.
Un article de Reason.

boko-haram-militantsCela peut rassurer de voir le hashtag #activism en topic tendance de Twitter mais il ne devrait pas se substituer à une politique étrangère bien pensée, surtout lorsqu’elle implique des interventions comprenant des membres des forces militaires américaines.

Dans mon dernier article paru dans le Time :

« Cette situation brise le cœur, elle en est même outrageante », déclarait le Président Barack Obama, en référence au kidnapping de plus de 250 lycéennes au Nigeria par le groupe terroriste radical Boko Haram.

C’est parfaitement vrai, mais pour quelle obscure raison Obama ferait-il participer les États-Unis – « Nous avons déjà envoyé… un ensemble de troupes militaires, d’agents de la police et d’autres forces de l’ordre » – à la recherche de ces jeunes filles, dont on dit qu’elles sont vendues en tant qu’esclave ?

Le but de notre politique étrangère, et particulièrement des interventions impliquant des soldats, devrait toujours être étroitement lié à la protection des intérêts, des vies et des propriétés américains. Si les douze dernières années et actions des deux derniers présidents doivent nous apprendre quelque chose, c’est que les États-Unis ne sont pas particulièrement doué pour régler ses propres problèmes internes, et encore moins ceux des contrées lointaines…

Nous impliquer dans la crise au Nigeria ne sera qu’une distraction de plus pour un gouvernement qui ne sait toujours pas comment gérer des situations aux conséquences bien plus graves telles qu’en Iran, Syrie, Ukraine, Russie, ou au Venezuela, sans parler de la myriade de problèmes locaux.


Sur le web. Traduction : Virginie Ngo pour Contrepoints.