Mohamed Jamous : quand on est un réfugié du rap

À l’occasion d’un concert du groupe « Refugees of rap », un duo de deux frères syro-palestinien à l’ENS à Paris, portrait de Mohamed Jamous : son discours, ses choix, son cri.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mohamed Jamous (Photo Alexis Pazoumian 2014)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mohamed Jamous : quand on est un réfugié du rap

Publié le 4 mai 2014
- A +

Par Camille Jeanjean.

Photo Alexis Pazoumian 2014Il ne fait pas bon vivre quand on est  rappeur et qu’on habite à 8 km du sud de Damas, à Yarmouk, dans un camp de réfugiés palestiniens « non officiels » assiégés par les forces du régime syrien. 18 000 personnes y survivent chaque jour depuis les bombardements.

« Refugees of Rap » ça vient de là et ça prend tout son sens.

« Dans le groupe, personne n’est syrien, moi et mon frère on est palestiniens, il y a un algérien et un italien. Les deux autres ne nous ont pas suivis en France ». Un jour, ils ont donné un concert en Syrie et le rap était encore tellement mal perçu qu’on leur a envoyé des canettes.

« Le rap, il y a encore cinq ans, n’était pas considéré comme de la musique. Dans la société arabe, la tradition musicale veut que ce soit la musicalité qui prédomine sur la voix ; or, les rappeurs chantent les mots ».

Mohamed, déstabilisé par la qualité du son de cette scène improvisée dans la cour de l’Ecole Normale Supérieure incite les jeunes devant lui à répéter après lui « Free Syria, Bachar assassin ! ». Il ajoute  « Ce n’est pas la guerre civile mais bien une révolution ». La foule acclame…le public est réceptif.

Quand on rencontre Bond, son nom de scène, on est loin d’imaginer son parcours. Partis de Yarmouk en vitesse, sauvé de la prison et de la torture (sa musique n’était pas du goût du régime), laissant sa famille dans un chaos pas possible, les bombes, la destruction, la faim, il arrive en France avec l’envie de sortir un album viscéral et presque cathartique : « Age of silence ». « Cet album, c’est un peu la libération de ce qu’il y avait en nous, c’est 40 ans de silence… » Rien que ça ! Ils détournent pour mieux dénoncer le régime du dictateur. Sur scène, la violence est gérée par les mots et les gestes, l’émotion par les yeux. Dans une main le drapeau syrien puis pas loin le foulard palestinien. Quelques jeunes syriennes chantonnent avec eux leur nouvel air. Improbable !

Free Syria, Bachar assassin ! Ce n’est pas la guerre civile mais bien une révolution, ne vous y trompez pas !

On se dit que ces deux jeunes rappeurs s’agitant devant une horde d’étudiants à demi-politisés ont bien fait de venir brandir leurs idéaux. Dans le cadre de cette semaine arabe, on sent que les générations du Printemps arabe sont hissées au premier rang. Des héros des temps modernes.. Oui peut-être ! Aujourd’hui, sa famille est en Suisse, tous les deux vivent en France. Ils sont en concerts quand ils ne sont pas en interviews. Ils sortent leur premier album « Age of Silence » : un bruit sourd et claquant qui nous vient tout droit de là où ça fait mal. 

Album The Refugee of rap – The Age of silence (Deezer, Itunes, Spotify), Disponible le 05/05/2014

Crédits photo : Alexis Pazoumian 2014

Sur le même sujet :

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Heu, ContrePoint a lui aussi son quota de propagande officielle à remplir?

  • Cps devrait penser à nous proposer le supplément week end: culture, gastronomie, mode, sport et voiture… avec un carnet mondain et tout et tout!! parce qu’avec le journal du dimanche, le version flamme ne casse pas 3 pattes à un canard 🙂

    • Il y pense.

      • Ah, c’est une bonne idée à mon avis, vous faites une heureuse rien qu’en y pensant!

      • Moi j’aimerais bien un supplément techno, découvertes, avancées, révolution technologique….
        Toutes ces choses qui naissent de la liberté et qui nous donnent tant. 🙂

        (sans rire hein, ce serait bien)

        • Ahah oui, oui avec tout ça! cela ferait un beau supplément week end et puis vous pourriez lire la mode et moi les nouvelles technologies 😉

  • « Free Syria, Bachar assassin ! Ce n’est pas la guerre civile mais bien une révolution, ne vous y trompez pas ! »

    « Camille Jeanjean est une journaliste française. Elle est passée par les rédactions de Canal +, du Figaro ou du Petit Journal »

    Je vais donc apporter un grand crédit à cet article…

  • Quand un journaliste parle à nos émotions c’est qu’il n’a rien à dire à notre raison.

  • Quand beaucoup de musiques élèvent l’âme ,celle-ci la nivelle par le bas.

    • Le rap, c’est un beat et des paroles. C’est un outil, qui « élève l’âme », ou « nivelle par le bas », en fonction de la personne (rappeur) qui utilise cet outil. S’attaquer au rap en général plutôt qu’à certains rappeurs, revient à penser que si quelqu’un est agressé avec une hache, c’est la hache le problème, et non l’agresseur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

Turquie Syrie
0
Sauvegarder cet article

Par Armen Tigranakert.

Le 28 juillet, le département du Trésor américain a imposé des sanctions au groupe rebelle soutenu par la Turquie, Ahrar Al-Charqia responsable du meurtre scandaleux de la femme politique kurde syrienne Hevrin Khalaf en 2019, afin que les auteurs de violations des droits humains répondent de leurs actes.

La décision prise à l’initiative de l’administration Biden peut difficilement être considérée comme amicale envers la Turquie, a apparemment fait craindre à Ankara  le sort de ses alliés dans le nord-ouest... Poursuivre la lecture

Facebook
0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Les « Facebook Files » font parler d’eux. La plateforme numérique est accusée d’avoir favorisé des contenus polémiques et souvent virulents qui suscitent de nombreux commentaires. Ce faisant, Facebook aurait « fragilisé la démocratie » selon la lanceuse d’alerte à l’origine de ces révélations.

"Facebook files" : le scandale le plus dévastateur de l'histoire de Facebook https://t.co/ME6sH55tdb

— La Tribune (@LaTribune) October 5, 2021

Néanmoins il faut comprendre, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles