Abandon de la PMA pour les couples gays : entre-deux gouvernemental

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a indiqué que la Procréation médicalement assistée (PMA) n’était plus à l’ordre du jour.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Abandon de la PMA pour les couples gays : entre-deux gouvernemental

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 avril 2014
- A +

Par le Parisien libéral.

mariage-gayAprès avoir généré une quasi-guerre civile à l’occasion de laquelle des Français ont accusé d’autres de « fascisme » parce qu’ils ne partageaient pas leurs opinion, le gouvernement socialiste abandonne l’idée d’ouvrir la PMA aux couples gays. C’est une situation intermédiaire qui, en vérité, ne peut évidemment satisfaire ni les personnes qui se sont battues pour l’extension des droits des couples homosexuels, ni les gens qui privilégient une vision conservatrice de la famille.

Que dit Marisol Touraine ou Laurence Rossignol ? « La question de la PMA n’est pas la question qui préoccupe de façon majoritaire les Français. » « Le projet n’est pas à l’ordre du jour. »

De qui se moque le gouvernement ?

Déjà, si des centaines de milliers de Français étaient descendus manifester dans la rue l’an dernier, c’était, à part une minorité d’homophobes convaincus, non pas pour empêcher les gays de vivre en couple, mais précisément pour lutter contre les conséquences du mariage pour tous sur l’adoption et la filiation, dont la PMA reste un développement quasi certain. Or, puisque le mariage pour tous existe, on ne pourra pas empêcher l’accès à la PMA, comme le note Christine Boutin. C’est logique ! En France, le mariage donne accès à la parentalité. Donc si le mariage est accessible aux couples gays, il n’est pas logique qu’ils soient privés de droits liés à la parentalité. De plus, les techniques de PMA et de GPA existent, à l’étranger notamment.

On comprend que les militants de « La Manif pour Tous » restent en alerte :

D’ailleurs, la circulaire Taubira (accès à la nationalité française d’enfants nés par gestation pour autrui (GPA) à l’étranger alors que la technique est illégale en France) n’est pas abrogée. Il est donc toujours possible pour les riches, ceux que le Parti socialiste est censé détester, d’aller à l’étranger pour trouver une surrogate mother prête à porter un enfant pendant neuf mois.

On voit donc clairement que le Parti socialiste, à commencer par le Président Hollande, n’a poussé le mariage pour tous que dans une démarche purement communautariste et opportuniste, sans aucune conviction derrière, et qu’il a trompé les personnes pour qui le mariage gay correspond à une vision philosophique. Nous soulignions, le 30 janvier 2013, à quel point il était illogique de créer le mariage gay et, dans le même temps, de refuser la PMA et la GPA sur des critères moraux ou éthiques (« non à la marchandisation »), surtout après avoir promis, comme Christiane Taubira le faisait, un « changement de civilisation ».

046-mariage-civilCe qu’on peut dire, c’est que le gouvernement socialiste se trompe lourdement s’il pense que sa position actuelle va apaiser les tensions, tant du coté des associations militantes pro mariage pour tous que du coté de la Manif pour Tous. En effet, les unes ont le sentiment légitime d’avoir été trompées (mais sont-elles les seules ? François Hollande a trompé 16 millions d’électeurs). Les autres savent que la situation n’est pas définitive.

Quand on pense que le gouvernement aurait pu économiser tant d’énergie en supprimant le mariage civil et en laissant les gens s’organiser par eux-mêmes en signant des contrats qui ne regardent qu’eux…


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bon article non partisan et sans a priori moraux sur les uns et les autres. On tend vers l’objectivité. Bien vu.

  • (Le pays au bord de la guerre civile ? Mouarf)

    Dommage de voir Contrepoints reprendre des articles se faisant l’écho des plus gros bobards des antis.
    Non, la loi n’ouvre pas la PMA aux homos.

    ça fait un bail que la PMA n’est plus réservée aux mariés : elle est réservée au couple. En toute bonne logique les homos auraient déjà accès à la PMA sans être mariés et en étant seulement pacsés, et ce depuis un petit moment.

    Seulement voilà : elle est réservée aux couples INFERTILES, reconnus médicalement. Par définition les homosexuels ne sont pas dans cette situation assez d’intox et de propagande !

    Et puis franchement, imaginer une seule seconde que Boutin puisse avoir un avis éclairé…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pierrik Halaven nous livre le quatrième épisode de sa série d’analyse de la campagne présidentielle sur la simple base de la progression des audiences sur Twitter et d’une comparaison d’engagements sur des tweets portant sur une thématique similaire. La période analysée - 1er janvier au 19 février - n’a pas été marquée par de nouveautés spectaculaires, si ce n’est la candidature de Christiane Taubira.

Personnalités politiques #abonnés au 01/01/2022 #abonnés au 19/02/2022 Croissance des abonnés Progression en nombre Macron 7 508 991... Poursuivre la lecture

Candidate à la primaire de la gauche, Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé. Qu’il est loin le temps où elle représentait une gauche plutôt modérée !

Un parcours sinueux

Christiane Taubira semble aujourd’hui retourner à ses anciennes amours. Militante indépendantiste radicale jusqu’au début des années 1980, elle se caractérisait pourtant dans les années 1990 par un radicalisme de gauche bon teint qui était loin de verser dans l’extrémisme. En 1993, elle vote la confiance à Édouard Balladur.<... Poursuivre la lecture

Quel pataquès ! Une gauche éclatée réduite à un petit 25 % des intentions de vote ; des candidats favorables à l'union à condition qu'elle se fasse sur leur nom ; une primaire populaire spécialement organisée pour obtenir le rassemblement mais dont la plupart des "candidats", Mélenchon, Roussel, Jadot, Hidalgo, enrôlés sans leur consentement, récusent tour à tour la légitimité ; des militants en grève de la faim pour inciter les têtes de liste à se rallier à cette primaire - bref, la gauche est en pleine crise de nerfs et c'est le moment que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles