Hannah Arendt – Socrate et la question du totalitarisme

Hannah Arendt et la banalité du mal. Retour sur la question de l’homme et du totalitarisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
philosophie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hannah Arendt – Socrate et la question du totalitarisme

Publié le 12 avril 2014
- A +

Par Johan Rivalland.

Pour prolonger un peu la réflexion que j’ai eu l’occasion d’ouvrir il y a quelques mois au sujet du totalitarisme où j’évoquais, entre autres, l’auteur réputé en la matière qu’est Hannah Arendt, présentation d’un petit essai en hommage à la philosophe, auquel j’ai fait référence il y a peu lorsque j’évoquais le problème de l’obéissance aux lois injustes.

Passée la première déception, car je croyais qu’il s’agissait d’un ouvrage d’Hannah Arendt, alors que c’en est un SUR ce grand auteur que j’ambitionnais de lire depuis longtemps, j’ai ressenti beaucoup de plaisir à savourer cet essai très bien écrit et passionnant.

On y découvre une Hannah Arendt ayant tourné le dos à la philosophie en tant que telle, après avoir éprouvé de terribles déceptions à l’égard tant de ceux que l’on qualifie d’intellectuels que de grands philosophes à l’image d’Heidegger, dont elle comprend mal comment un esprit théorique si brillant peut s’avérer en pratique insensible au sort de ses semblables persécutés, lui qui s’est rallié au Nazisme et s’est rendu complice du mal absolu.

À désespérer de toute philosophie et à se demander d’où vient le manque de jugement des « penseurs professionnels » dans la « sphère des affaires humaines » (sans négliger des attitudes méprisantes, telles celles d’un Hegel estimant la pensée « pas faite pour la populace »).

La banalité du mal

Dès lors, Hannah Arendt refuse l’appartenance au « cercle des philosophes » et se reconnaît davantage dans la démarche socratique et la « théorie politique », elle qui entend percer le mystère de la banalité du mal, ce fléau qui touche si massivement les citoyens, à partir du moment où « ils désertent l’espace publico-politique pour se réfugier dans la sécurité et la chaleur des valeurs privées » (sur ce concept, que j’ai eu la surprise et la satisfaction de retrouver ici, je conseille une nouvelle fois la lecture du magistral Un si fragile vernis d’humanité : Banalité du mal, banalité du bien de Michel Terestchenko, que j’ai déjà eu l’occasion aussi de présenter). Ou lorsqu’ils acceptent d’accomplir des ordres qu’ils désapprouvent « en s’en lavant les mains », quand ils « renoncent à  penser par eux-mêmes pour suivre le mouvement ». Ou, pire encore, lorsqu’ils sont des acteurs importants du système, tels cet Eichmann, au procès duquel Hannah Arendt découvre, à sa stupéfaction, un homme qui n’a rien d’un monstre, n’a pas de tendance au meurtre et n’est ni un idéologue fanatique, ni un antisémite convaincu. Un homme qui s’est simplement démis de toute responsabilité et s’est refusé à tout jugement personnel.

Le totalitarisme intervient ainsi lorsque l’homme peut être considéré par un système comme interchangeable, ou que l’on entend ériger un « homme nouveau » (Hannah Arendt inclut bien dans ses analyses le stalinisme, au même titre que le nazisme).

Face à cette situation, l’attitude d’un Socrate, « homme parmi les hommes, citoyen parmi les citoyens », chantre de la pluralité et « demandant seulement le droit de réfléchir à certaines notions rencontrées tous les jours et invitant ses interlocuteurs à en faire autant », influence grandement Hannah Arendt.

En effet,

le problème du nazisme ne vient pas de la conduite des nazis eux-mêmes (…) mais de l’acceptation de milliers de citoyens ordinaires qui n’étaient pas des criminels, qui n’ont pas agi par conviction et qui ont pourtant suivi le mouvement

 

Le rôle de la conscience morale

Ce qui conduit au totalitarisme est l’indifférence, l’obéissance, « la faillite du jugement et la démission de la conscience morale », cette conscience à laquelle je n’oublie pas que se référait Sophie Scholl, à laquelle je ne manque jamais une occasion de me référer.

À cet égard, Socrate n’appartient pas non plus à la catégorie des philosophes et est même ici opposé à Platon, ce qui n’est pas pour me déplaire car j’avais toujours ressenti personnellement cette importante opposition, malgré les apparences si l’on se réfère à l’éloge de Socrate dressé par Platon lui-même à travers son œuvre.

Voici ce que dit, en effet, Hannah Arendt au sujet du célèbre philosophe, selon Catherine Vallée :

Platon ne pense donc pas le lien, mais le conflit entre philosophie et politique. Son œuvre creuse l’abîme entre elles deux. Il tire en effet deux conséquences essentielles de la mort de Socrate : celle-ci l’amène à douter de la vie de la cité et donc de la démocratie, et elle le conduit à rompre avec la manière socratique de faire de la philosophie.

Hannah Arendt elle-même poursuit :

Très tôt dans sa recherche, Platon a dû découvrir que la vérité, en tous les cas les vérités que l’on nomme évidentes, contraignent l’esprit et que cette contrainte, bien qu’elle n’ait pas besoin de violence pour être effective, est plus forte que la persuasion et l’argumentation.

Or, ce que recherche Socrate au contraire est, grâce à l’échange et la discussion entre citoyens de la Cité (polis), l’opinion, la persuasion et l’action.

En ce sens, la vérité a un caractère despotique. La tyrannie de la raison et de la vérité ne laissent pas de place à la liberté de refus.

Socrate, est ainsi le seul avec Kant, tout en allant bien plus loin que lui (à qui elle reproche notamment la notion d’ « impératif catégorique »), à avoir distingué pensée et connaissance, la philosophie conduisant à la seconde. Et si l’on prolonge l’idée, nous dit Catherine Vallée,

En nous délivrant du conformisme et de l’obéissance, la pensée éduque le jugement, c’est-à-dire la capacité à discerner le bien du mal ici et maintenant au regard de la communauté et de l’action à entreprendre.

 

La perte de la compassion

Les vérités absolues (de type philosophiques, notamment celles portant sur les valeurs) perdent ainsi toute leur force confrontées aux situations de crise comme celles de l’époque de la montée du Nazisme. Et le risque, bien plus puissant que l’idéologie, est que la plupart des gens, ne se posant plus de question, ne faisant que répéter des banalités ou des clichés sans exercer leur pensée, quand ce ne sont pas la fabrication d’images (et Hannah Arendt incrimine Platon pour celles qu’il utilise) souvent au détriment des faits, ou du vocabulaire qui détourne du vrai sens des mots ou conduit à répéter sans discernement au quotidien les paroles des autres, sombrent dans cette « banalité du mal ». Tel un Eichmann obéissant en bon fonctionnaire aux ordres et à l’autorité politique, ne distinguant plus entre légalité et légitimité, là où le jugement devrait le conduire à la désobéissance civile, et souffrant d’un cruel manque d’imagination et de compassion qui, par son refus de juger, le rendent coupable des millions de morts dus à son inconsistance.

Encore que la bonté et la compassion, comme le montre bien Hannah Arendt (voir aussi Myriam Revault d’Allonnes et son « L’homme compassionnel »), relèvent de la sphère privée et ne peuvent être érigées voire « exhibées » sur la scène politique, leur généralisation risquant de mener paradoxalement à une cruauté illimitée, à l’image de la Terreur révolutionnaire d’un Robespierre à la recherche de la purification de l’être humain à travers les vertus des valeurs morales. Ce qui amène Hannah Arendt un bref instant à se référer à Machiavel, même si elle a d’autres motifs d’opposition avec lui par ailleurs, en particulier par son refus du « réalisme de l’efficacité », symbolisé par l’idée que « la fin justifie les moyens », elle qui récuse la violence, considérée comme non légitime et anti-politique.

Deux idées encore, pour terminer, mais pour lesquelles il me manque la place pour les présenter, avec d’une part la remise en cause de l’intérêt égoïste comme origine du mal, pourtant souvent évoqué par la tradition philosophique, et d’autre part la dénonciation comme dérive totalitaire de cette tendance du XXème siècle à réécrire l’Histoire comme si certains faits n’étaient que des opinions, ce qui fera le lien avec d’autres lectures comme, entre autres, le « Historiquement correct » de Jean Sévilla.

Catherine Vallée, Hannah Arendt – Socrate et la question du totalitarisme, Ellipse, collection Polis, juin 1999, 144 pages.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Historiquement correct – j’espère que vous allez commenter « pour en finir avec le passé unique » parce que le suivant est pas terribel.

  • Jean Sévillia remet les choses à l’endroit !

    lire tous ses livres, dont « le terrorisme intellectuel »

    sans oublier le grand Jean François REVEL

  • Sur Jean-François Revel, si cela vous intéresse (et que vous n’avez pas déjà lu), voir entre autres la série :

    http://www.contrepoints.org/2014/02/20/157194-jean-francois-revel-son-regard-sur-la-democratie-et-les-institutions

    Cordialement.

  • Cher(e) Salamanque,

    Je suis heureux de voir que vous défendez Hannah Arebdt avec une telle passion. Elle le mérite certainement.
    Et, non je n’ai pas lu les oeuvres complètes de Heidegger, Arendt, Kant et Nietzsche, contrairement à vous peut-être. Mais peut-on vraiment me le reprocher ?
    Quant à « Les Origines du Totalitarisme », je compte bel et bien le lire dès que possible.

    Pour autant, je me suis contenté de présenter ici un ouvrage en hommage en Hannah Arendt, respectant simplement ce que l’auteur en disait.
    Est-il besoin d’avoir lu les oeuvres intégrales d’un auteur pour s’y autoriser ? N’est-il pas une bonne chose de contribuer à faire connaître un auteur et, peut-être, de donner l’envie à certains de le découvrir ?

    Je me réjouis de votre intervention et des éléments importants que vous entendiez ici amener ou rétablir.
    En revanche, je comprends mal vos reproches.
    J’ai lu des centaines d’ouvrages de toutes natures et sur de multiples sujets et ne me suis jamais considéré comme omniscient, tout à l’inverse. Et c’est en toute modestie que je présente quelques ouvrages, rendant ainsi généralement hommage à leurs auteurs, restant fidèle à leurs idées plutôt que de dériver au-delà de celles-ci.
    Si seuls les érudits, qui ne doivent effectivement pas être si nombreux, pouvaient s’exprimer ou présenter des auteurs, alors je crois que nous n’irions pas bien loin. Moi-même, je n’aurais alors jamais entendu parler ni d’Hanah Arendt ni de tant d’autres auteurs passionnants que j’ai eu le plaisir de découvrir.

    Merci, donc, pour votre intervention pertinente et les éléments qu’elle apporte. Et ravi de voir qu’il y a des personnes aussi passionnées et scrupuleuses, qui défendent la rigueur d’esprit et l’honnêteté intellectuelle.

    • Aucun reproche, vous interprétez mal ma réaction, je vous lis par ailleurs avec plaisir, j’ai souhaité intervenir sur cet article car, effectivement, il m’était difficile de laisser passer certaines choses, notamment le nazisme supposé de Heidegger, c’est tout.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions. Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réalisation... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

 

1984 de George Orwell est largement considéré comme l'un des plus grands romans du XXe siècle.

Le critique littéraire britannique V. S. Pritchett aurait pu parler au nom de beaucoup dans sa critique pour le New Statesman.

Après la publication de 1984, il écrit :

"Je ne pense pas avoir jamais lu un roman plus effrayant et déprimant. Et pourtant, l'originalité, le suspense, la rapidité d'écriture et l'indignation féroce sont ... Poursuivre la lecture

https://www.youtube.com/watch?v=YvpXn-Iki8o&t=439s

 

Jordan Peterson est un psychologue, conférencier et intellectuel canadien qui a l'avantage de faire enrager les élites de la gauche et de l'establishment. C'est un trait de caractère précieux en soi, mais les contributions plus sérieuses de Peterson à la vie culturelle et intellectuelle des années 2010 et 2020 résident dans ses conférences sur YouTube, ses livres (principalement 12 règles pour une vie et le récent Beyond Order) et ses conférences publiques qui ont att... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles