Madame de Staël

Portrait de Germaine de Staël (1766-1817), activiste libérale qui s’opposa à Napoléon et fonda le « groupe de Coppet ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Germaine de Staël (Image libre de droits)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Madame de Staël

Publié le 1 avril 2014
- A +

Par Damien Theillier.

staelRomancière, essayiste, philosophe, théoricienne politique, critique littéraire, Germaine de Staël représente le dernier éclat de l’esprit encyclopédique des Lumières. Elle naît à Paris, fille unique de parents protestants genevois. En 1777, alors qu’elle a dix ans, son père Jacques Necker, l’un des banquiers les plus fortunés d’Europe, est nommé par Louis XVI contrôleur général des Finances de la France. Il prend l’initiative sans précédent en 1781 de rendre public le budget du pays, une nouveauté dans une monarchie absolue, où l’état des finances avait toujours été gardé secret.

Au cours de son adolescence, Germaine côtoie des personnalités célèbres comme Voltaire, Denis Diderot, Jean d’Alembert, Georges-Louis Leclerc de Buffon, Jean-François Marmontel, Edward Gibbon, l’abbé de Raynal ou Jean-François de La Harpe. En 1786, elle épouse l’ambassadeur de Suède, Erik Baron de Staël-Holstein, un noble désargenté dont elle se sépare très vite mais dont elle gardera toujours le nom : Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein.

Après le déclenchement de la Révolution française en 1789, elle soutient la politique libérale de son père, bientôt limogé. Germaine lui voue une admiration sans borne. Dans une lettre à Chateaubriand, elle écrira : « J’aime Dieu, mon père, et la liberté ».

En 1788, son premier ouvrage est consacré à Rousseau : Lettres sur les écrits et le caractère de J.-J. Rousseau. Tout en louant chez Rousseau sa capacité à transmettre aux hommes l’enthousiasme pour la liberté, elle critique le théoricien politique. À propos du Discours sur les lettres et les arts, elle écrit : « Il voulait ramener les hommes à une sorte d’état dont l’âge d’or de la fable donne seul l’idée. Ce projet, sans doute, est une chimère ». Concernant le Contrat Social, elle en dénonce les abstractions : « Qu’on place donc au-dessus de l’ouvrage de Rousseau celui de l’homme d’état dont les observations auraient précédé les théories, qui serait arrivé aux idées générales par la connaissance des faits particuliers, et qui se livrerait moins en artiste à tracer le plan d’un édifice régulier qu’en homme habile à réparer celui qu’il trouverait construit ».

Fuyant la terreur, elle s’installe à Coppet, dans le château familial sur les rives du lac Léman. Privée de son salon littéraire à Paris, elle fait de Coppet un lieu de rencontre pour les intellectuels européens. Quelques années plus tard, ce lieu deviendra le centre de ralliement de l’opposition politique à Bonaparte et un lieu de réflexion consacré à l’étude de la liberté dans tous ses aspects.

En 1795, Mme de Staël commence une liaison avec Benjamin Constant de Rebecque (1767-1830) dont elle aura une fille, Albertine. Quinze années durant ils s’influenceront mutuellement dans leurs travaux respectifs et formeront un couple orageux mais toujours uni par un idéal commun : la liberté de la France et de l’Europe.

Après la révolution, Bonaparte devient sa tête de turc. Armée de sa plume et de son intelligence, elle ne manque jamais une occasion de s’en prendre à lui, comme dans la préface de Delphine, son premier roman. Au nom de son amour de la liberté, elle ose s’attaquer à l’un des plus puissants souverains de l’histoire. Elle le surnomme « le moderne Attila » ou bien encore « le Robespierre à cheval ». Furieux, l’empereur trouve un prétexte pour la bannir en 1803.

Commencent alors pour elle dix ans d’exil, partagés entre Coppet et de nombreux voyages : en Allemagne, en Italie, en Russie, en Suède et en Angleterre. Elle rencontre les grands de ce monde, qu’elle encourage à résister à Bonaparte. Elle se lie d’amitié avec les intellectuels de son temps : Schiller, Goethe, Wilhelm von Humboldt, Prosper de Barante, Byron et Wilhelm von Schlegel, qui devient le précepteur de ses enfants.

De ses voyages en Italie, elle rapporte un roman Corinne ou de l’Italie, qui lui vaut une véritable gloire littéraire en Europe, malgré la censure en France. On lui reproche de subvertir l’ordre établi. En effet, son héroïne est une individualiste. Elle se moque de l’organicisme, qui fait de l’individu l’organe d’un grand corps, dont la fonction serait définie une fois pour toute. L’organisation générale de la société doit au contraire impérativement tendre à respecter l’autonomie de l’individu.

En fait, ses romans sont tous autobiographiques. Il n’y a qu’un seul héros dans les romans de Mme de Staël, c’est elle-même. Delphine d’abord, puis Corinne ensuite, c’est elle. Elle se peint comme une âme en quête de raison mais toujours entraînée malgré elle vers la passion, c’est-à-dire pleine de contradictions. Par son style, elle a contribué à briser les règles rigides du classicisme littéraire, ouvrant la voie à la liberté romantique en littérature.

Lors d’un séjour en Allemagne avec Benjamin Constant, elle rencontre Schiller et Goethe à Weimar, ville qu’elle surnomme « L’Athènes de l’Allemagne1 ».

À son retour, elle publie De l’Allemagne (1807), un vaste plaidoyer en faveur de la culture allemande. Le livre est condamné par la censure comme un pamphlet antifrançais. Décrivant les mouvements esthétiques et philosophiques en Allemagne, elle en profite pour dénoncer le relativisme moral implicite des philosophes matérialistes et sensualistes français, ainsi que la corruption politique associée à la Révolution et à l’Empire napoléonien. C’est surtout une tentative d’élaborer, pour l’Allemagne et la France, ce que Tocqueville fera bientôt pour les États-Unis et la France : une sociologie comparée des deux cultures.

Selon elle, Kant est le restaurateur de l’idée morale et le prophète de la liberté intellectuelle et artistique : « Kant, écrit-elle, rétablit la conscience dans la morale, l’idéal dans les arts ». Et elle ajoute : « La force de l’esprit ne peut jamais être longtemps négative, c’est-à-dire consister principalement dans ce qu’on ne croit pas, dans ce qu’on ne comprend pas, dans ce qu’on dédaigne. Il faut une philosophie de croyance, d’enthousiasme ; une philosophie qui confirme par la raison ce que le sentiment nous révèle. » Chez Kant, écrit-elle encore, la conscience est le « principe inné de notre existence morale ».

De même, le « sentiment du juste et de l’injuste » est la « loi primitive du cœur, comme l’espace et le temps celle de l’intelligence ». En revanche, elle a des mots très durs à l’encontre de Fichte et de son fanatisme métaphysique et politique.

Toujours espionnée par l’empereur qui lui interdit toute publication, elle séjourne à Saint-Pétersbourg, puis à Stockholm, auprès de Bernadotte, un officier français devenu prince héritier du trône de Suède, qu’elle tente de convaincre de prendre la tête d’une alliance antinapoléonienne. Elle se rend à Londres en 1813 ou elle rencontre le futur Louis XVIII, en qui elle voit un souverain capable de réaliser la monarchie constitutionnelle.

Après de nombreuses années vécues à l’étranger, elle revient en France à la Restauration pour y finir sa vie. Elle disparaît le 14 juillet 1817 à l’âge de cinquante et un ans après un accident vasculaire cérébral. Elle est enterrée en son château de Coppet. Elle aura donné le jour à trois fils et deux filles, probablement de quatre pères différents. Seule sa fille Albertine, qui a épousé le duc de Broglie, lui laissera de nombreux descendants.


Sur le web.

  1. De L’Allemagne, I, XV.
Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • ça me donne envie de la lire même si son kantisme me refroidie un peu en objectiviste randienne que je suis.

    • Adèle, le kantisme de Germaine de Staël est très romantique et libéral. C’est une lecture différente de celle d’Ayn Rand, sans doute plus proche de la réalité historique et du vrai Kant.

    • Vous pourriez être seulement vous même, non ? Ne pas vous définir par rapport aux autres, ne pas vous positionner comme membre d’un groupe (femmes, libéraux, etc.) Je vous assure que ça vous aiderait plus que toutes vos lectures.

      • @Franz

        Biensur que vous avez raison. On s’en fiche que je sois randienne ou pas d’ailleurs. Mais c’est une façon d’attirer l’attention sur un point de débat. Rand, une des théoriciennes du libertarisme a attaqué l’éthique Kantique de front et c’est un débat fondamental car de l’universalisme de l’éthique de kant beaucoup de chose en découle et intéresse le débat libéral (droit naturel etc..).

        Je voulais apporter cet élément de débat.

        Et pour finir j’ajouterai que je pense que d’un strict point de vue dialectique l’approche marxisante (approche par classe ou groupe) est intéressante. J’ai bien dit d’un strict point de vue dialectique ;).

  • « Après le déclenchement de la Révolution française en 1789, elle soutient la politique libérale de son père, bientôt limogé.  »

    Pour autant que je m’en souvienne, il s’est enrichi en pretant à l’état, tiran donc sa fortune de promesses d’une part de butin sur de l’argent volé….
    « pour un « libéral » ça fait tâche…
    Turgot fut un libéral
    Necker ne devient « libéral » que quand les assignats menacent sa rente.

    • Pas du tout Patrick ! Il avait déjà une immense fortune avant de servir le roi et il a perdu bcp d’argent dans cette affaire en prêtant sur sa caisse personnelle… on peut lui reprocher plein de choses mais pas ça.

    • le plus gros coup de necker, celui qui va lui permetre de jouer une division au dessus, et le delit d’initié concomitant au traité de paris qui mets fin à la guerre de 7 ans, il met une grosse part de sa fortune dans la compagnie anglaise des indes dont il sait que le traité la favorise, en quelques semaines, les actions s’envolent…
      comme  » premier ministre  » du royaume de france, il a surtout recourt aux emprunts ( ce qui est une des raisons de sa nomination, sont positionnement sur la place de londres lui permet d’obtenir des taux plus avantageux qu’en france… ). on ne peut pas dire que ce fut un grand réformateur, ni un grand libéral, mais quelqu’un aurait – il fait mieux à sa place ?

      • Ces histoires sont de pures fantasmes colportés par ses adversaires. C’était un protestant puritain, pas le genre à se servir dans la caisse et déjà bien assez riche comme ça. C’était la première fortune d’Europe déjà en 1777, quand il a été nommé directeur du Trésor royal.
        Pour revenir sur un post plus haut, Necker est un libéral au sens politique. Il admire le système parlementaire britannique : des députés qui contrôlent la dépense publique, un Etat de droit assurant la suprématie de la loi votée par le Parlement.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
calepin et stylo
5
Sauvegarder cet article

Par Tonvoisin.

 

"Mon cœur s'est noyé dans l'océan de tes rêves !

Au loin, le temps, la vie des vagues silencieuses,

se brisait en cadence sur l'absence de trêve

Et le monde riait ! La folie est joyeuse !

 

J'aurais vécu pour rire dans un monde à pleurer

sans mépriser mes juges de ma peine cruelle

Enfant je suis, enfant je meurs. Me faut-il expliquer ?

La tristesse des autres est ma seule étincelle !

 

Je me croyais vivant et soudain je suis mor... Poursuivre la lecture

Si vous défendez en France le libéralisme classique vous êtes rapidement soumis à un exercice pénible. Face à l’ignorance de votre auditoire, vous êtes contraint d’expliquer les « droits naturels », de remonter à l’humanisme et à l’école de Salamanque, de justifier laborieusement que le libéralisme n’est pas que le marché et la concurrence loyale. Ni le capitalisme de connivence.

Définir facilement le libéralisme est si malaisé que beaucoup commencent par expliquer « ce qu’il n’est pas ».

Bref, en invoquant le libéralisme, vous ... Poursuivre la lecture

Faisant face à une popularité en chute libre, la Première ministre travailliste néozélandaise Jacinda Ardern a récemment démissionné de son poste. Alors que les politiciennes habituelles la défendront bec et ongle contre le « sexisme, » les libéraux sensés se réjouiront de la démission de ce tyran, quel que soit son sexe.

Rassurez-vous, le mot n’est pas utilisé à la légère. Comme trop de gouvernement « libéraux », Ardern a fortement restreint la liberté de mouvement de « sa » population durant la pandémie. Malheureusement, elle a pris ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles