Des nouvelles du marché transatlantique

Où en sont les négociations concernant le traité de libre-échange transatlantique entre l’Union européenne et les États-Unis ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
USA-UE

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des nouvelles du marché transatlantique

Publié le 28 mars 2014
- A +

Par Magali Pernin.

USA-UEHistorique

Suite à l’approbation de la version définitive du mandat de négociation donné à la Commission européenne par les ministres du Commerce lors du Conseil du 14 juin 2013, le lancement des négociations n’a pas tardé. Depuis juillet, trois cycles de négociations ont eu lieu.

Le premier cycle de négociations sur le marché transatlantique a eu lieu à Washington du 8 au 12 juillet 2013. Ce premier cycle de négociations n’en était pas vraiment un ; il s’agissait plutôt d’une première réunion de « défrichage » durant laquelle ont été abordés près de 20 domaines que le marché transatlantique entend couvrir.

Le deuxième cycle de négociations a eu lieu en novembre, à Bruxelles. Le troisième, de nouveau dans la capitale américaine, en décembre.

Les négociations devraient être suspendues entre la mi-avril et l’automne 2014, du fait du renouvellement des institutions européennes suite à l’élection du nouveau Parlement européen et la nomination des nouveaux commissaires.

François Hollande aux États-Unis

Le mois dernier a vu les articles de presse « mainstream » s’intéresser un peu plus aux négociations transatlantiques (pas plus d’une dizaines d’articles cependant…). En cause : le voyage de François Hollande aux États-Unis. L’accord de libre échange entre les États-Unis et l’Union européenne était à l’ordre du jour de la visite et le Président était accompagné de Madame Bricq, ministre en charge du commerce, qui a rencontré son homologue américain. Pierre Moscovici était également du voyage ; il a donné une interview à la chaine Bloomberg au sujet des négociations.

Lors de la conférence de presse de Barack Obama et François Hollande, le mardi 11 février, ce dernier a indiqué son empressement à voir les négociations aboutir :

Dès lors que les principes sont fixés, que les mandats sont donnés, que les intérêts sont connus, aller vite n’est pas un problème, c’est une solution. Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispations. Donc, si nous sommes de bonne foi, si nous sommes respectueux des positions des uns et des autres, si nous sommes attachés (…) à la croissance, nous pouvons aller vite.
(Source: le Figaro)

François Hollande n’est cependant pas le seul à défendre les négociations. Dans une lettre commune, neuf ministres européens, chargés du commerce, ont appelé l’Europe à se montrer « flexible » et « constructive » pour faire avancer les négociations sur l’accord commercial transatlantique considéré comme « une opportunité historique pour les deux économies les plus importantes dans le monde ». (Nicole Bricq ne l’a pas signé.) Madame Merkel a également apporté son soutien aux négociations. Au Royaume-Uni, le député travailliste John Healey a appelé son gouvernement a se faire davantage entendre sur l’avancée des négociations.

Le site Reuters nous apprend qu’une offre aurait été faite début février par l’Union européenne de lever les droits de douane sur presque tous les produits importés des États-Unis. Cette offre concernerait 96% des droits de douane à l’importation existants, en conservant la protection pour quelques produits sensibles tels que le bœuf, la volaille et le porc. Les tarifs entre les États-Unis et l’Union européenne sont déjà faibles mais, en raison de la taille des deux ensembles, les réductions constitueraient des gains notables.

Cependant, alors que les responsables européens espéraient boucler les négociations avant les élections de 2014, plusieurs spécialistes ont faire état de leur doute. Selon eux, les négociations ne pourront pas aboutir avant la fin de l’année 2016. De même, le journal en ligne L’Opinion explique que les milieux d’affaires aux États-Unis préfèrent qu’Européens et Américains prennent leur temps pour arriver à un accord complet.

L’opposition se durcit

Nous savons que la partie était loin d’être gagnée aux États-Unis, où la majorité démocrate du Congrès refuse pour l’instant de donner carte blanche au gouvernement pour les négociations de libre échange.

Coté Parlement européen, les députés appellent à la prudence.

« Premièrement, nous savons que le plus souvent ces traités de libre-échange ne donnent pas les résultats qui ont été annoncés. Et deuxièmement, il existe des risques très lourds pour l’Europe dans cette négociation. C’est, pour ma part, ce que j’essaye en permanence de rappeler au Parlement européen comme au niveau français sur le fait que la France n’aurait pas dû s’embarquer ou embarquer l’Europe dans cette galère. » (Yannick Jadot, député EELV, Toute l’Europe)

Cependant, Jaume Duch, porte-parole du Parlement européen, prédit que le soutien des eurodéputés à l’accord commercial en cours de négociation entre l’UE et les États-Unis ne faiblira pas après les élections européennes de mai.

En Allemagne aussi, l’opposition se durcit. Plusieurs personnes issues de la grande coalition, et notamment le ministre de l’agriculture et le ministre de l’environnement commencent à faire part de leur préoccupation. Il faut dire que l’Allemagne est sans aucun doute le pays où la mobilisation populaire contre le Traité est la plus vive. Vous pouvez notamment voir un documentaire allemand intitulé « Le conte de fées du miracle de l’emploi » (sous-titré en anglais), qui remet en cause le discours de Karel de Gucht. Les négociateurs européens ont fait le déplacement à Berlin les 10 et 11 février afin de rencontrer, et de rassurer, les députés allemands.

En France, les déclarations de François Hollande aux États-Unis n’ont apparemment pas enthousiasmé tous les membres du Parti socialiste ainsi que les écologistes. Localement, les premières oppositions politiques voient le jour : les Conseils régionaux d’Île de France et de Provence-Alpes-Cote d’Azur ont voté des motions appelant à l’arrêt des négociations, ainsi que le Conseil municipal de Besançon.

Une opposition que ne laisse pas de marbre les ministres européens, qui commencent à faire part de leurs inquiétudes quant à la réussite des négociations. Lors d’une réunion avec ses homologues européens à Athènes le 28 février, le ministre finlandais du commerce, Alexander Stubb, aurait déclaré : « Nous sommes confrontés à des gens qui sont anti-européens, qui sont anti-américains, qui sont anti-libre-échange, qui sont anti-mondialisation et qui sont des anti sociétés multinationales. »

Lors d’une conférence de presse à la suite de ce Conseil informel, le commissaire européen Karel de Gucht s’est réjoui « du soutien exprimé […] par l’ensemble de nos ministres » et a appelé ces dernier « à s’engager activement avec tous les acteurs et tous les citoyens nationaux sur l’importance et les avantages de cet accord futur ».

Ce Conseil informel était surtout l’occasion pour le commissaire de faire état aux ministres européens de sa rencontre, les 17 et 18 février, avec Monsieur Froman, le secrétaire américain au commerce. Selon le commissaire, les négociations ont bien progressé et il est maintenant temps de « passer à la vitesse supérieure ».

Un empressement qu’il a également exprimé le 21 février lors d’un débat organisé par le Conseil de l’Atlantique : « le plus tôt sera le mieux » tout en reconnaissant cependant que les vraies négociations commençaient maintenant (je pense qu’il faut comprendre négociations politiques) et que les prochaines étapes seraient difficiles. Le plan d’action de l’UE serait le suivant : 1/ Libéralisation des accès aux marchés ; 2/ Facilitation du commerce par un travail sur les « règles » ; 3/ Réduction des « différences de réglementation ».

La question agricole

OGM, bœuf aux hormones, poulets chlorés : la question agricole est, avec celle de la protection des investissements, la plus sensible des négociations. À l’occasion du Salon international de l’agriculture à Paris, cette question a été un petit peu relayée dans les médias (Le Monde, Arte et L’Humanité, notamment).

Lors d’un discours devant le forum du département américain de l’agriculture et devant l’University College de Londres, Karel de Gucht a explicitement exclu l’importation de bœuf aux hormones américain : « Certaines personnes ont peur que les Américains nous forcent à cesser de protéger notre environnement, réduire la réglementation des banques, manger du bœuf traité aux hormones et modifier notre législation sur les OGM. J’ai été très clair sur ce point dans le passé. Mais je tiens à préciser encore une fois : nous ne ferons pas du tout cela. Cela ne va pas se produire ».

Doit-on croire ces promesses ?

Les ONG scrutant les négociations UE-États-Unis sont sceptiques. Un récent reportage diffusé sur la télévision publique allemande ARD montre les efforts déployés par les lobbyistes américains pour contourner les interdictions existantes de l’UE sur le poulet chloré ou le bœuf aux hormones. De même, plusieurs membres du Congrès américains ont déjà fait savoir qu’ils ne comptaient pas approuver un accord qui n’ouvre pas un plus grand accès au marché pour l’agro-industrie américaine. (Source: EUobserver)

Le Secrétaire à l’agriculture des États-Unis, Tom Vilsack a rapidement répliqué. Il a déclaré qu’il était peu probable qu’un accord de partenariat commercial et d’investissement transatlantique (TTIP) soit atteint si l’UE n’était pas disposée à négocier sur les questions agricoles sensibles.

Sur les OGM, on a appris récemment que la Commission européenne avait calé sur son agenda la procédure d’autorisation du colza OGM GT73. Cependant, un texte général est également à l’étude qui permettrait aux États d’interdire ou non une variété OGM pour d’autres raisons que celles liées à l’environnement et à la santé, comme l’urbanisme, l’aménagement rural ou l’impact socio-économique.

La transparence

Le mois dernier, la Commission européenne a publié son intention de lancer une consultation publique sur la question de la protection des investissements (ISDS), notamment sur la question litigieuse des tribunaux d’arbitrage. C’est sans doute le seul sujet sur lequel les citoyens auront le droit à une consultation poussée. La Commission européenne devait publier ses propositions le mois prochain.

En janvier, on apprenait également la nomination d’un groupe d’experts chargés de la conseiller sur les négociations commerciales UE-États-Unis. Vous trouverez ici le compte rendu de la première réunion qui s’est tenu le 21 janvier.

Coté gouvernements, les choses ne semblent pas avancer. Le site infojustice nous rapporte que, si les États continuent d’exiger un accès aux documents de la négociation, le gouvernement américain leur propose uniquement un accès à travers une salle de lecture sécurisée située à Bruxelles.

Toujours sur la question de la transparence, je vous conseille la lecture de l’article de Corporate Europe Observatory qui nous éclaire sur l’importante censure des documents transmis par la Commission concernant les réunions de cette dernière avec les lobbyistes de l’industrie dans le cadre de la préparation des négociations commerciales.

Enfin, le 27 février dernier, le journal en ligne allemand ZEIT ONLINE a publié une version fuitée du projet de traité transatlantique pour les parties relatives aux services, au e-commerce et aux investissements. Vous trouverez une version traduite en français en cliquant ici.

Pour aller plus loin

J’ai noté ce mois-ci deux études (en anglais) qui semblent mériter une lecture attentive :


Sur le web.

L’auteur tient depuis plusieurs mois un journal en ligne sur Scoop it et partage quotidiennement les articles français (rarement) et internationaux (souvent) traitant des négociations entre l’Union européenne et les États-Unis. Vous pouvez vous abonner à la newsletter du journal Scoop it en cliquant ici.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Il est très difficile de savoir ce que ça va apporter très concrètement aux petites entreprises voire aux individus voulant créer des activités « across the pond ».

    Autant je suis très favorable au principe de ces négos, autant le secret des intentions est inacceptable en démocratie.

    Et quand je dis favorable, c’est que je suis pour des Etats-Unis d’Atlantique, de Bucarest à Honolulu. Vaste zone de libre échange, libre circulation, libre établissement et monnaie unique !

    My Atlantic dream.

    • Un peu restrictif, non ? Pourquoi pas de Vladivostok à Anchorage, après tout ?

    • je partage votre opinion sauf que:
      – c’est un long projet, essayons déjà d’avoir cet accord commercial
      -les monnaie étatique n »ont pas d’avenir, unique ou pas

  • je crains que le « libre échangisme » soit plus profitables aux Etats Unis qu’à l’Europe. Déjà, le simple fait que ce soit Obama qui l’ait proposé me fait douter de son « honnêteté ».
    Par ailleurs, nous serons bien obligés d’accepter TOUT ce qui vient des USA si nous voulons exporter nos produits et je viens de lire que le maïs produit à des fins de carburant vert étant payé plus cher que pour servir de nourriture animale, les fermiers nourrissaient maintenant leurs bêtes avec des résidus des usines de bombons et chocolat. Les animaux grossissent plus et plus vite selon les dires d’un éleveur.
    Donc, nous refusons les OGM (même à titre expérimental) mais nous serons bien obligés d’en accepter leur importation lors de l’entrée en vigueur de ces accords. Et le gouvernement préfère se battre sur « l’exception culturelle » plutot que sur la santé des Français.

    • « La FAF (French American Foundation) a réussi à placer cinq de ses membres dans le gouvernement actuel, dont… le président Hollande ». Blague dans l’ coin, Nicolas Sarkozy serait lui aussi affilié à ce panier de crabes. Celui-ci nous aura donc replacé dans l’Alliance Transatlantique Nord, celui-là plus récemment nous a remis sous protectionnisme étatzunien. On y est donc déjà jusqu’au cou. Quant à bouger seulement une oreille, n’y pensez même pas. Demandez-vous plutôt envers qui nous avons des « obligations ».

  • Merci beaucoup pour cet article, bien plus complet que ce que j’avais pu lire de la plume de Halimi dans le Monde Diplo, qui, une fois de plus, ne fait qu’agiter des épouvantails, plus soucieux d’apeurer que de réfléchir !

    Il y a un point par contre sur lequel j’aimerais une petite précision, s’il vous plait. Lorsque vous dites « la majorité démocrate du Congrès refuse pour l’instant de donner carte blanche au gouvernement pour les négociations de libre échange », j’entends ceci comme une simple question d’autorité politique, non ? Si je comprends bien, a priori, aux USA, malgré les bémols de ceux qui voudraient faire plier l’Europe à toutes leurs exigences, tout le monde est pour, non ?
    D’ailleurs, même si je suis pour le libre-échange et sais intimement que c’est toujours profitable politiquement et économiquement pour tous les partis, on a cependant l’impression que l’Amérique a plus à gagner que l’Europe dans cette affaire. Quels seraient les arguments concrets qu’on peut opposer aux sceptiques européens ?

    Dernière question : l’adhésion des socialistes français au projet signifie-t-il que cet article publié sur Contrepoints (http://www.contrepoints.org/2013/06/18/128289-la-france-bloque-le-libre-echange-ue-usa) est caduque, c’est-à-dire que la France a cessé de défendre sa stupide et arrogante exception culturelle ?

    • aux Etatzunis, le protectionnisme s’appelle Patriotisme, ce n’est donc jamais une entorse au libre échange, non, non, non, quallez-vous chercher là, voyons.

    • Merci pour votre intérêt. C’est encourageant 🙂
      Concernant le Congrès, le refus d’adopter la procédure du « Fast trade » permettra au Congrès d’amender le projet de Traité. Cela pourrait rendre son approbation très compliqué.
      Sur le principe du libre échange, je ne pense pas que les américains soient opposés, mais des opinions protectionnistes semblent émerger.
      Le gouvernement français est favorable à cet accord mais reste très sensibles à certains points, notamment la remise en cause de l’exception culturelle, les questions de défense, d’agriculture et il semble de plus en plus réservé sur le mécanisme de règlement des différends Etat-investisseur.

  • Les choses sont simples : l’empressement de Hollande et de ses complices est bien la preuve que ce projet est nocif.

    Aucun procès d’intention ici. Juste le simple bon sens.

    N’oublions jamais le viol des référendums sur le traité constitutionnel, rebaptisé et voté en douce par le Congrès (en France).

    N’oublions jamais Maastricht, l’Euro… et tous ces projets délirants qui furent imposés et présentés comme synonymes de prospérité, de paix, de bonheur etc.

    Dès lors concernant ce nouveau traité, il faut rejeter en bloc les magouilles que ces gens essayent en outre de faire passer le « plus rapidement possible ».

    Tant que Hollande, Moscovici, Barroso, Juncker et toute la clique sont aux commandes… il ne faut pas tomber dans le piège.

  • Une petite question sur l’agriculture: Est ce que les poulets chlorés et autres bœufs aux hormones sont dangereux pour la santé (même à long terme)?

    Je sais cette question parait idiote mais on trouve sur internet toute les réponses et leurs contraires.
    Ainsi, y aurait-il un étiquetage particulier?

    A titre personnel, je préférerais que la traçabilité soit soumise à la libre concurrence (mais on sait tous que cela n’arrivera pas). Cependant, il n’y a pas à réfléchir des milliers d’années: on ouvre grand les frontières (UE comme USA) et les entreprises seront tenues par les lois déjà en place dans chaque pays.

  • Très bon article dans la forme, très informatif, le plus possible vu le peu de transparence du traité.

    Ce manque de transparence est un camouflet de plus à la démocratie. Ca ne m’étonne même plus d’un gouvernement soi-disant de gauche.

    Le principe d’un libre-échange est une bonne choses. Seulement derrière ce traité, ne se cacherait-il pas le « spectre du néo-libéralisme » ? Cette entente profiterait elle seulement aux « gros requins » et à leurs acolytes politiciens ?

    ou Le manque de transparence me rendrait parano ? Bon gré mal gré, on en tirerait un bilan positif ?

    Mais certains que tout ne sent pas la rose dans ce traité…

    • faut arreter d’employer néolibéralisme terme ne voulant rien dire c’est agacant à la fin et en plus, cela décrébilise complétement les gens utilisant ce terme

  • Les conséquence d’un tel traité sur le mode de vie alimentaire et agricole français serait désastreuse. Surtout quand on connait l’utilisation qui est faite de ce type de contrat dans les pays sud americains. Des multinationales ont attaqués des état pour forcer la suppression de label de qualité alimentaire qu’ils considérait comme « faussant la concurrence ». Résultat, il est maintenant interdit dans ces pays d’indiquer l’origine des viandes.
    Bref, ce faux-libéralisme dans lequel les multinational agricole ne prêche pas le libre marché mais seulement la pression sur les gouvernement pour qu’ils exécutent des mesure étatique qui leurs sont favorable me débecte. Bref comme disait George Bush « notre mode de vie n’est pas négociable ». je pense que ca vaut aussi pour nous

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Taïwan
0
Sauvegarder cet article

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

 

De nombreux précédents de mauvais augure

L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a ... Poursuivre la lecture

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles