Remaniement – Une belle bande de cadors

Le dessin d’actu de René Le Honzec

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Remaniement 2 (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Remaniement – Une belle bande de cadors

Publié le 25 mars 2014
- A +

Il y a un nombre incroyable de politiques qui en ont fait parce qu’ils ne savaient pas faire autre chose, comme créer une entreprise, et parmi eux un paquet de fonctionnaires qui adorent se donner des frissons en devenant des leaders à prétention ouvrière, genre Mélenchon, prof de français en lycée technique, Besancenot, licencié d’histoire qui a piqué la place d’un facteur, Laguiller, retraitée de la banque (un comble !), Ayrault, prof’ d’allemand. La politique leur a permis d’atteindre des niveaux que la société réelle leur aurait interdit, faute de compétences. Et avec raison.

rlh - remaniement 1

Malheureusement le Parti Socialiste, refuge des profs ambitieux et aigris a permis à beaucoup d’atteindre — assez vite — leur niveau d’incompétence, principe de Peter. À la tête du PS, Harlem Désir, licencié de Philo qui n’a jamais exercé de profession, repris de justice ; à la tête de l’État, Hollande, énarque, auditeur à la Cour des Comptes, qui confie dans un interview visible sur Youtube qu’il n’y foutait rien, la preuve étant son incapacité en tant que candidat à chiffrer le coût exact des 60 000 profs qu’il promet de recruter ; politicien professionnel, à la tête du gouvernement, Herr Professor Ayrault, qui, en deux ans, a ratatiné le projet socialiste, l’économie française et les élections. Avec une telle bande de cadors, la Droite la plus bête du monde a réussi à gagner les municipales après avoir perdu toute dignité et crédibilité depuis la chute de l’Aiglon en 2012. Hollande va donc devoir d’urgence remanier son gouvernement, ce qui nous laissera de marbre, parce que ce seront toujours des socialistes, même pas socio-démocrates, et qu’ils ne savent pas faire. Ce pays est foutu, comme le prophétise le sage H16.

rlh - remaniement 2

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Ils vont oser une action alors?

  • En effet, nous aurons des socialistes! Et les fraîchement choisis vont nous abreuver de paroles plus ou moins ineptes, censées transmettre le positivisme au peuple!
    Pas un homme, autre que gauchiste des bacs à sable, ne saurait accepter un poste, ce qui signifierait un suicide politique.
    Le plan caché de Zizi Rider pourra suivre le cours de la rivière; le pédalo est déjà bien ridicule, mais il me semble que le radeau serait plus approprié. Avec de tels résultats, pour Zizi Rider, inutile et passant de n’être pas un imbécile. Draguer en mobylette est quand même un signe pour un président de république européenne….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 20 mai dernier, Élisabeth Borne nommait son premier gouvernement. Le second gouvernement Borne, nommé dans la foulée des résultats des élections législatives de mi-juin, s’est révélé n’être en fait qu’un remaniement, sanctionnant les ministres défaits, en difficultés politiques ou nommés à d’autres fonctions. Aussi, les décrets d’attribution des ministères pris le 1er juin 2022 et 8 juin 2022 restent-ils en vigueur. Car les décrets d’attribution des ministres en disent plus sur la politique qui va être menée par le président de la Républiq... Poursuivre la lecture

gouvernement remaniement
0
Sauvegarder cet article

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

Ce remaniement n’aura laissé personne indifférent. Outre les départs de Castaner et Ndiaye, c’est bien l’arrivée de deux « grandes gueules » qui occupe les esprits.

Celle d’Éric Dupond-Moretti, sous ses airs de maverick, risque toutefois de virer au passage éclair à la chancellerie tant le personnage a des idées arrêtées et une personnalité clivante comme en témoigne la levée de boucliers que sa nomination a provoqué chez les magistrats.

Du côté de la Culture, le retour de Roselyne Bachelot sonne co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles