L’impact des difficultés économiques sur le signalement d’ovnis au pays

La conjoncture économique pourrait avoir une influence sur les signalements d’OVNI. Ou pas. Mais la conjoncture n’en est pas moins mauvaise…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeau Québec (CC, abdallahh)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’impact des difficultés économiques sur le signalement d’ovnis au pays

Publié le 24 mars 2014
- A +

Par Gilles Guénette. Article initialement publié sur Le Québécois Libre.

Récemment, sur le site de Radio-Canada, on apprenait que les signalements d’ovnis dans les espaces aériens canadiens ont presque atteint un record en 2013. Selon l’Ufology Research, un groupe de recherche sur les objets volants non identifiés qui recueille des données sur le sujet, les Canadiens auraient observé 1 180 ovnis l’an dernier, soit trois objets par jour.

C’est un peu moins qu’en 2012, mais c’est tout de même plus qu’à l’habitude, si on se fie aux rapports annuels produits par l’organisme depuis une vingtaine d’années. Selon le directeur de l’Ufology Research, Chris Rutkowski, le fait que des gens aient cru en la fin du monde telle qu’annoncée par le calendrier maya aurait sans doute eu un impact sur le nombre élevé de signalements.

Parmi les raisons évoquées pour expliquer ces signalements, l’organisme basé à Winnipeg mentionne les vols militaires d’entraînement secrets parcourant les régions plus peuplées, l’accès aux technologies nouvelles, telles que les téléphones intelligents permettant de prendre davantage de photos ou de vidéos, et les difficultés économiques.

Hein ?! Les difficultés économiques ?! « Quel est le rapport ? », que vous vous dites. Eh bien les difficultés économiques joueraient un rôle dans le nombre élevé de signalements, « car les personnes ayant du mal à combler leurs fins de mois auraient tendance à regarder le ciel en aide », de dire Chris Rutowski. Ça ne s’invente pas.

Drapeau Québec (CC, abdallahh)Donc, plus la pauvreté d’une province serait grande, plus les chances d’y voir des ovnis seraient élevées ? Hmm… Si tel était le cas, le Québec ‒ bon dernier dans bien des secteurs de l’économie, traînant une dette des plus importantes au pays et, aux dires de plusieurs, vivant au crochet du Canada grâce à la péréquation ‒ devrait être parmi les provinces où l’on voit le plus de ces objets volants.

Eh bien non ! Selon le rapport de l’Ufology Research, il n’y aurait eu que 86 signalements en sol québécois l’an dernier. Peut-être est-ce comme pour les dons à des organismes de charité, qui ne seraient pas déclarés dans la Belle Province, et que les Québécois ne déclarent pas leurs observations célestes… Toujours est-il qu’avec 86 signalements, le Québec se retrouve en 4e position ‒ après l’Ontario, à 480, la Colombie-Britannique, à 298, et l’Alberta, à 129.

Peut-être pourrions-nous tenter d’améliorer notre position en 2014? Viser la première position ! Mais peut-être ne sommes-nous pas suffisamment sensibilisés collectivement à ce qui se passe au-dessus de nos têtes ? Je vois déjà la pub signée « Québec »: Avez-vous pris le temps de regarder les étoiles cette semaine avec votre ado ? Profitez-en pour lui parler…

Il faut dire que l’état de crises permanent que vit le Québec depuis maintenant des décennies n’aide en rien notre positionnement dans ce palmarès de l’inexpliqué. Les Québécois n’ont tout simplement plus le temps de regarder vers le ciel. En 2013, ils étaient trop occupés à regarder les reprises des audiences de la commission Charbonneau à la télé, à débattre de la Charte des valeurs péquistes dans les chaumières et à se demander si le Canadien de Montréal allait faire les éliminatoires.

Une chose est sûre, le fait que les personnes qui ont du mal à combler leurs fins de mois aient tendance à regarder le ciel en aide n’a visiblement pas d’incidence sur le taux de signalements au Québec. Parce que des Québécois qui éprouvent des difficultés financières, à voir la popularité toujours grandissante des banques alimentaires, ce n’est pas ça qui manque !

À moins que ce soit parce qu’ils ne se tournent plus vers le ciel pour de l’aide… C’est vrai que depuis qu’ils ont remplacé Dieu par l’État, les Québécois ont tendance à se tourner bien plus vers la « Capitale nationale » pour de l’aide. Et ce, pas seulement pour arrondir leurs fins de mois.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Des histoires surprenantes et riches d'enseignement surviennent au Québec, durant cette pandémie.

À l’approche des fêtes, le chef de cette province avait des comportements erratiques, il promettait des rassemblements familiaux jusqu'au moins 20 personnes. Soudainement, les médias y vont de nouvelles affolantes sur la croissance du nouveau variant omicron. Les pages du Journal de Montréal étaient particulièrement alarmantes. Il a donc réduit à 10 cette limite, le temps d’un réveillon. Une fois la fête finie, il y est allé de la fermetur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles