Pas de sécu aux USA – Vraiment ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pas de sécu aux USA – Vraiment ?

Publié le 22 mars 2014
- A +

Par Emmanuel Bourgerie.

Les États-Unis ont probablement le pire système de santé qui soit parmi les pays développés. C’en est d’ailleurs devenu le Point Godwin des discussions politiques : toute référence faite aux États-Unis, quelque soit le sujet, donnera lieu à une remarque du style « Tu veux que les pauvres n’aient pas accès aux soins comme aux USA ! »

Heureusement, nous disposons grâce à Eurostat de données complètes sur le sujet, qui se trouvent être riches d’enseignements.

Premier cliché mis à mal, les États-Unis n’auraient pas système de santé public. En 2009 pourtant, 49% des dépenses de santé étaient couvertes par l’État et 34% par les assurances privées. En France sur la même année, 78% des dépenses étaient couvertes par l’État et 14% par les assurances privées. Certes, le système américain n’est pas aussi généreux que le système français, mais il est faux de dire qu’il n’y a pas de sécurité sociale aux États-Unis comme beaucoup l’affirment, y compris de nombreux politiques.

sante-us-fr-1

Second cliché mis à mal, le problème de la santé aux États-Unis pourrait être résolu avec plus de dépense publique. Là encore, il faut regarder les chiffres, et ne pas s’arrêter aux pourcentages. En réalité, si 49% de la dépense de santé américaine est publique, il ne faut pas s’arrêter sur ce nombre mais se demander « 49% de combien ? » Car toujours selon Eurostat, on constate une énorme différence sur le budget de santé total entre les États-Unis et la France. Pratiquement 17% du PIB pour les USA contre 11% pour la France. Si l’on reprend les pourcentages précédents, cela signifie donc que l’État américain a dépensé en 2009 en moyenne 3700$ par habitant, et la France à peine 3100$ sur la même période.

sante-us-fr-2

Il y a plein de reproches à faire au système de santé américain. Mais prétendre que par un coup de baguette magique il suffirait de nationaliser les assurances privées pour éteindre l’incendie, c’est n’avoir aucune connaissance des faits. Le problème de leur système de santé n’est pas de manquer de dépense publique, il y en a plus qu’en France. Le problème en réalité est que la dépense totale est bien trop importante. De nombreuses raisons à cela, mais je vais en citer quelques unes en particulier, qui sont directement liées à l’action de l’État américain.

Il y a des exemples qui sont flagrants comme les brevets pharmaceutiques, qui rendent légalement impossible la commercialisation de médicaments génériques. Oui, les brevets dopent la recherche sur les médicaments, mais ils instaurent des monopoles sur vingt ans et les prix sont fixés par les laboratoires, à leur bon vouloir, sans craindre de concurrence.

Au jeu de la régulation qui protège le laboratoire, on peut aussi citer des restrictions draconiennes sur les importations de médicaments. Il ne s’agit pas de simples normes sur leur composition, mais de bonnes vieilles barrières à l’import comme les quotas et les tarifs, comme nos chers politiques en rêvent pour d’autres secteurs.

Et enfin, les professionnels de santé doivent obtenir une licence pour pouvoir pratiquer. Derrière l’argument de la protection des patients, ces licences sont un instrument légal de pénuries et de rentes pour les médecins, qui s’assurent par le biais de lobbying politique qu’ils n’aient pas une concurrence trop gênante. Trop de médecins en exercice serait – certes – une bonne nouvelle pour les patients, mais certainement pas pour leur propre business.

Il faut comprendre que la santé américaine ne ressemble pas vraiment à un marché de concurrence pure et parfaite, mais plutôt à une jungle de conflits d’intérêts et de monopoles privés. Les régulations en vigueur sont titanesques et font tout pour bloquer la concurrence plus que pour l’aider. Or, c’est mécanique, un appauvrissement de l’offre mène à une hausse des prix. Et faire croire que l’État paiera la facture, c’est cacher la misère sous le tapis.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (87)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (87)
  • Les brevets me semblent une intervention étatique indispensable dans certains domaines (pharma, OGM…).

      • Sinon comment financer la recherche, les tests de tolérances, les tests d’efficacité, les tests ceci cela?

        Qui veut faire ces tests pour les produits naturels non brevetables?
        Qui veut refaire des tests pour les anciens médicaments?

        Sinon il ne restera que la recherche publique.

        Je ne nie pas les effets pervers, avec Big Pharma qui met en avant les derniers médicaments sortis sur lesquels on manque de recul avec des promesses d’amélioration des effets non prouvées. Contre ça il faut rester vigilant, exiger la transparence des études cliniques, et arrêter la vénération du Dieu p.

        Tout n’est pas une question de taille.

        Dans d’autres domaines, comme les logiciels, je pense que les brevets sont purement toxiques.

        • Ben si je produit et je vend un médicament que j’ai développé, sans le breveter, personne n’a accès à mes « secrets de composition et de fabrication ». En outre les concurents pour mettre en vente leur médicament « copié » (s’il y arrivent) devront faire eux aussi des tests et des mises en conformités aux règles (ben oui, comme ils ne reprennent pas directement le brevet personne ne sait si c’est « pareil » et donc que les études cliniques de l’un peuvent s’appliquer à l’autre).

          Bref, en pharma comme dans le reste du monde, le brevet ne protège pas l’innovateur, au contraire, il le transforme en non-innovateur puisqu’il lui donne une rente de monopole abusif et permet de congeler l’innovation (qui sait si en essayant de répliquer le traitement contre la tension du labo X, le labo Y n’aurait pas en fait trouvé un traitement très efficace contre le cancer ?). En outre il révèle à tous les « secrets » de chaque entreprise.

          Le brevet est l’arme de l’État qui sait qu’il peut (puisque c’est entre ses mains) confisquer les secrets des des entreprises et donc détruit l’autonomie des entreprises par rapport à l’État. Tout ça pour soit-disant les ‘protéger’. Trop fort.

          le pire c’est que, comme souvent, les victimes du système (consommateurs et entreprises innovantes) sont les premiers à chanter ses louanges et à se croire bénéficiaire de tout ça.

          • N’importe quoi.

            Si vous voulez vendre un médicament, il vous faudra documenter tous les composants, vos méthodes de fabrication, où vous les fabriquer, comment vous contrôler le processus, etc.

            Vous pensez que l’on peut refourguer n’importe quoi sous l’étiquette médicament?

            • On parle d’un monde sans brevet, sans sécu, sans omniprésence étatique.

              Et oui. On devrait pouvoir. Si je montre que X est efficace étude à l’appui, et que les clients (des médecins qui prescrivent et leurs patients qui consomment) sont satisfaits, je ne vois pas pourquoi on irait plus loin.

              Aujourd’hui, dans les pays fortement étatisé (US comme France), bien sûr que non.

              Mais un médicament n’est un bien ‘spécial’ que parce qu’il y a cette machine étatique de « sécurité sociale », de remboursements, de normes, etc.

            • Vous voudriez que l’Etat ne contrôle pas la fabrication des médicaments?

              Vous pensez qu’un médicament n’est pas intrinsèquement spécial?

            • « Vous voudriez que l’Etat ne contrôle pas la fabrication des médicaments? »

              Quand on voit ce qui s’est passé avec le sang contaminé, vaut mieux pas.

              « Vous pensez qu’un médicament n’est pas intrinsèquement spécial? »

              Pas plus qu’une baguette de pain ou des pommes de terre.

        • Avec ce genre de logique, il faudrait donc expliquer qu’il n’y a pas assez d’entrepreneurs en France parce qu’on ne leur donne pas de monopole sur leur secteur ou parce qu’on ne les a pas anobli…

          L’industrie pharmaceutique allemande – la meilleure du monde – s’est développée sans brevet.

          A la base, le brevet est né pour pousser les inventeurs à publier leurs inventions et ne pas les emporter avec eux dans leur tombe. A notre époque technologique et informatisée, on ne peut pas dire que ce soit encore utile.

        • « Dans d’autres domaines, comme les logiciels, je pense que les brevets sont purement toxiques. » Il ne peut pas y avoir un domaine économique où les brevets auraient des effets positifs et d’autres non. L’ensemble des secteurs économiques fonctionne de manière identique, avec comme seule limite les fonctions régaliennes (les rares domaines de l’action humaine où les prix ne peuvent être formés par le marché). Les lois de l’économie sont les mêmes pour tous. Bref, la demi-mesure n’a pas sa place à ce sujet et il convient de définir si les brevets sont néfastes ou efficients.

      • Les brevets me semble indispensable, en effet, ils portent sur la recherche d’une personne ou d’une entreprise, il s’agit donc de protéger le travail de cette (ces) personne(s).
        Que certains chercheurs mettent à disposition des autres le fruit de leur travail, j’en suis ravi, mais on ne peut pas demander aux gens de travailler gratuitement.
        Cordialement,

        • X et Y mettent au point en même temps un super médicament ? Pourquoi X aurait-il le droit de le breveter et pas Y ?

          • Le même jour la même minute ? Crédible !

            • Pas forcément, mais quand vous avez trois ou quatre personnes qui découvrent la même chose « en gros » au même moment et qui peuvent prouver qu’elles n’ont pas été influencées par les autres, on fait quoi ?

              Pour l’exemple le CAPM (MEDAF en français, modèle d’évaluation des actifs financiers, la pierre angulaire de la théorie financière moderne) a été inventé quasi simultanément et indépendamment par Treynor, Sharpe, Lintner et Mossin. Le premier n’a pas publié (tant pis pour lui, diront les vachards), les autres ont publié et c’est sorti étalé sur 3 ans, mais tout avait été soumis avant que le premier ne soit rendu public.

              Bref, l’innovation n’est jamais « pure » et vient toujours d’un contexte (d’ailleurs, raison pour laquelle d’un point de vue philosophique, AUCUN brevet n’a de sens) d’idées etc. qui sont communes et donc si X ne sort pas son résultat en t, Y le sortira en t+epsilon. Ou Z encore un peu plus tard. Et oui, il y a souvent des « grappes ».

            • Franz: « mais quand vous avez trois ou quatre personnes qui découvrent la même chose »

              Une solution imparfaite pour un monde imparfait bien évidemment. Premier arrivé, premier servi
              et plus on investi plus on fait attention à être à l’heure avec la preuve.

            • Le mieux est quand même l’absence totale de brevet. J’arrive, j’ai une idée je l’exploite au mieux. Et si j’ai beaucoup investi, je me crée un « quasi monopole temporaire » à coup de pub et d’innovation sur laquelle les autres ont un train de retard. Sinon, je n’en bénéficie que temporairement et pas beaucoup.
              La loi et le droit ne regardent que les contrats entre deux (ou plus) personnes consentantes. Si j’invente quelque chose je ne vois pas pourquoi mes concurrents consentiraient à me laisser être le seul à en bénéficier… Sauf si je les y contraint grace à une certaine connivence avec l’Etat.

              Le droit d’auteur et le brevet sont donc des abominations, contraires aux droits naturels et issues directement du capitalisme de connivence le plus abject.

            • Si vous investissez des centaines de millions dans des recherches laborieuses et des tests très longs, celui qui veut vous copier n’a qu’à analyser votre produit et le reproduire pour 2 ou 10 fois moins cher.

              C’est de la folie furieuse.

        • la recherche académique est publiée, pas brevetée. C’est elle qui est le moteur de l’innovation qui est ensuite brevetée. Si le brevet était nécessaire pour la recherche, les enseignants chercheurs serait blindés de brevets (et déjà que le système du peer review et des autres joyeustés modernes tend à tuer la recherche qui ne produit que des ressucées vaguement améliorées des modèles précédents -ca marche en maths, et encore, et c’est tout- on n’aurait un monde sclérosé et immobile).

        • [ironie]Tout à fait ! D’ailleurs, quand c’est le travail d’une vie de cette personne, son brevet devrait fonctionner jusqu’à sa mort ![/ironie]

          Sérieusement. Pourquoi le brevet dure-t-il quelques années et pas plus ou moins ? Trouvez-moi donc une raison objective, argumentée, solide.

          Ne cherchez pas trop, il n’y en a pas, c’est purement arbitraire.

          Quelqu’un qui fait de la recherche et aboutit à une invention commercialisable a d’emblée une avance, il a également des compétences et des connaissances à faire valoir. Cela devrait suffire pour rétribuer son travail, lui permettre d’amortir son investissement.

          Lui octroyer un monopole légal à durée déterminée n’a aucun sens.

          • Xavier C : « Quelqu’un qui fait de la recherche et aboutit à une invention commercialisable a d’emblée une avance, il a également des compétences et des connaissances à faire valoir. Cela devrait suffire pour rétribuer son travail, lui permettre d’amortir son investissement. »
            —————————-
            Pour une entreprise, oui, mais pas pour « quelqu’un » (un particulier). Pour un inventeur, le brevet sert de capital pour commercialiser le fruit de son invention. S’il a juste un secret de fabrication, il aura certes de l’avance sur ses concurrents mais il n’aura pas de levier pour négocier avec un industriel, son avance ne servirait pas à grande chose.

            Faut-il rappeler que sans le brevet, par définition consultable par tout le monde, l’inventeur se contentera du secret de fabrication (ce que beaucoup choisissent de faire) et limitera bien plus l’exposition de sa découverte au grand public. Pour avoir étudié beaucoup de brevets, je peux affirmer sans être contredit que c’est une source d’informations et d’inspiration inestimable. C’est un argument fort en faveur du brevet.

            Quant à la durée de 20 ans, c’est un compromis empirique entre bien privé et bien public, personne ne prétend qu’il y aurait de « raison objective » à donner, pas plus qu’à la conduite à droite (ou à gauche).

          • Vous allez mettre à la poubelle toutes les normes de sécurité aussi?

            Parce que toutes sont arbitraires selon votre argument.

    • Il n’est d’ailleurs pas sûr qu’ils stimulent vraiment la recherche et l’innovation, ce serait même le contraire: http://www.stuartmacdonald.org.uk/pdfs/Macdonald.pdf

      Etonnant non : encore une intervention de l’Etat qui aurait les effets contraires de ce qui été prévu…

  • Tres bon début d’analyse mais l’explication du cout exhorbitant de la médecine aux etats unis est erroné. Il commence à y avoir suffisemment d’études à ce sujet aux Etats Unis disponibles sur internet pour l’expliquer. C’est le cout légal qui a explosé.

    C’est à dire que faire un procès pour pomper de l’argent à son médecin est un sport national. cette petite étude de 96 dont les résultats sont là http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8678157 explique le problème. SUr trois ans d’étude sur un seul campus medical du Michigan de 92 à 94, entre 28% et 35% du Chiffre d’affaire a été payé en dommages et intérêts. Pour comprendre le pillage des avocats, seul 12% e ces sommes là ont été versés aux plaignants …

    Ces chiffres sont vieux et aujourd’hui encore le pillage organisé par les Avocats sur la médecine mais aussi et surtout toute l’économie US s’est encore accéléré. J’étais tombé sur une étude de al Duke University qui affirmait que le système légale américain coutait au pays en moyenne 1,8% du PIB chaque année … Voilà la taille de la fraude.

    EN ce qui concerne la médecine. A ce surcout énorme, il y a une pratique qui s’est développée qui s’appelle la « defensive medecine ». C’est à dire que pour limiter la ruine que les avocats font peser sur la tête des médecins, ceux ci multiplient les actes inutiles et donc fait exploser le coût pour le client final. Ce que Bastiat dans la vitre cassée disait « ce qui ne se voit pas ».

    Pour faire simple. EN france vous allez voir le médecin car vous avez mal à la tête. Il va vous renvoyer chez vous avec de l’aspirine et si ça ne passe pas, on fera des études supplémentaires … Dans 99% des cas, ça s’arrête la. Aux Etats Unis, si par malheur vous faites partie du 1% des cas, le médecin sera ruiné. DOnc il va vous prescrire pour 5000 dollars d’études diverses et variées à titre préventif. Bien entendu, c’est aussi son intérêt puisqu’au final il aura gagné plus d’argent sur votre dos dans 99% des cas !!!

    Il faut comprendre qu’en France les technocrates sont les fonctionnaires, ils tiennent l’état et l’assemblée ils font les lois et pillent le pays. AUx Etats Unis, ce sont les avocats. Ils possèdent l’état, le parlement et le système judiciaire. Ils votent donc les lois pour leur enrichissement personnel. Là ou en France le pillage passe par l’état (ce sont des fonctionnaires), aux Etats Unis, cela passe par le privé et le vote systématiques de lois qui permettent aux avocats de se saisir de tout.

    Un petit exemple de la rapacité des avocats. j’avais investi dans une petite société comme beaucoup de personnes. Nous nous sommes fait avoir par l’équipe d’origine et un trust a été monté pour sécuriser nos intérêts et lancer le cas en justice. Nous avons gagné au bout de six ans mais les avocats pour se rémunérer ont émis une facture hallucinante représentant 90% de la valeur des actions et se sont saisi par ordre judiciaire en nous dépossédant !!! mdr ET c’est normal là bas.

    Par bien des aspects le système légal américain est une poubelle. Par exemple il n’existe aucun système de responsabilité. Par exemple, vous attaquez n’importe qui pour n’importe quoi et même si vous perdez, il n’y a pas de dommages et intérêts sauf si dans un deuxième temps on vous attaque pour cela. C’est assez pratique pour permettre aux avocats de développer leur business en toute impunité.

    Nous vivons une époque ou les technocrates irresponsables se sont saisis des leviers de l’état t partout ils utilisent la loi pour piller les pays à leurs intérêts exclusifs. Les Etats Unis sont un système qui est je pense à bien des égards n’a rien à envier au pillage des énarques français.

    La loi et son usage est au coeur du problème partout.

    • Tout à fait d’accord avec votre analyse. Y a plus qu’à attendre l’ouverture de la chasse au bavard. Ou se mettre à braconner ?

    • Binitials: Vous savez bien sûr que votre lien référence une ville américaine (Detroit), qui est en banqueroute après avoir souffert de mauvaise gestion financière pendant plus de 30 ans. On ne peut évaluer un système/problème américain en prenant référence sur une seule ville, surtout quand celle-ci est peu représentative des Etats Unis sur de nombreux plans. Nous avons plus de procès aux E.U parce que nous avons plus de droits, plus de recours pour se faire entendre, plus de choix. Les procès augmentent quand la pauvreté augmente, il en est de même pour les déclarations de sinistres auprès des compagnies d’assurance. C’est la nature humaine que de sombrer dans les excès quand on a la liberté d’y sombrer, que voulez-vous. Au niveau des états fédérés il y a un grand push pour ce que l’on appelle les « tort reform » qui imposeraient une limite financière aux sanctions arbitrales des jurés – 10 millions au lieu de 300 millions pour (une erreur médicale et) la perte d’un œil – par exemple. Les démocrates sont des partisans féroces anti-tort-reform, car la plupart d’entre eux sont avocats (Hillary Clinton, Bill Clinton, Al Gore, Michelle et Barraque obama, etc). Ils ont gagné jusqu’à présent, mais le vent change de cap. Le changement se fera « at the local level ».

      • Bonjour annika !

        1. EN quoi la faillite de Détroit en 2012 ou 2013 a-t-elle quoi que ce soit avec l’étude entre 1992 et 1994 de l’escroquerie judiciaire pratiqué sur la plus grosse clinique privée du pays. EN quoi cela invalide le faitq ue les avocats ont pompé 1/3 du Chiffre d’affaire et qu’ils ont encaissé 88% du montant en honoraire pour ne laisser que 12% aux supposées victimes ?

        2. La tort reform, on en parle depuis des années. C’est un peu comme la baisse des dépenses en France. tant que les avocats tiendront l’executif, le judiciaire et une majorité absolue au parlement, c’est de la fumisterie. A peu près la même que de demander aux fonctionnaire de voter des lois pour moins de dépense publique !!!

        3. Il n’y a pas plus de droit aux Etats unis qu’ailleurs. Il y a plus d’escroquerie au nom du droit. C’est un des pays où le droit de propriété est le plus bafoué justement par le système légal. Je parle en comparaison aux autres pays occidentaux bien sur. Quand les avocats se sont saisis de l’état leur ordre est arbitraire et anticonstitutionnel. Tu peux trouver des tonnes de ressources sérieuses sur Internet qui dénonce le poids excessif des avocats que le pays. Si tu veux etudier l’anticonstitutionnalité du pouvoir des avocats US, je te recommande : http://www.constitutionalguardian.com/

        Les Etats uns furent un beau pays. Que j’aime beaucoup. Il a bien changé, ila été pillé et pourri. De la même façon que l’Europe. Il faut aujourd’hui partir hors de ces zones. Les pouvoirs technocratiques vont s’effondrer. Dans cinq ans on récupèrera les miettes laissées par ces imbéciles !

        • Binitials: Detroit est une ville malade depuis longtemps.
          Je sais ce qui se passe aux Etats Unis puisque je suis Américaine et y vit. Quant à la Constitution, c’est un des sujets qui me fascine, je connaissais votre lien et vous en remercie néanmoins. « Term limits » pour les politiciens est une méthode qui n’est pas mentionnée et qui pourtant prend essor, ce serait peut-être une solution pour contrecarrer des excès récents. Il ne faut pas non plus tomber dans l’aversion pour les avocats et les accuser de tous les maux, leur travail est souvent nécessaire – quand il faut réaffirmer les droits de propriétés, par exemple !
          Le droit aux propriétés est étroitement protégé par notre Constitution, non seulement sous le 5eme amendement (Eminent Domain), mais aussi sous plus de 10 angles différents. http://tenthamendmentcenter.com/2011/04/04/the-constitution-and-property-rights/#.Uy73LYzD_mI dans un pays libre il y aura toujours ceux qui ‘push the envelop’ trop loin.

          Il ne faut pas seulement affirmer (« les E.U est l’un des pays ou le droit de propriété est le plus bafoué ») il faut aussi le prouver. La loi constitutionnelle oblige que « nulle propriété privée ne sera prise pour un usage public sans une juste indemnité », et ‘juste indemnité’ veut dire la valeur immobilière actuelle. Je deal dans le monde de l’immobilier et de la construction en Floride, et suis bien informée sur ce marché. Les français ne peuvent qu’envier la garantie materielle fournie par « Imminent Domain » car vous ne l’avez pas. Méfiez-vous des cas juridiques « sensationnalistes » qui grouillent sur internet ; il y a bien sûr et il y aura toujours des incompétences, des abus, et des drames, des vols manifestes, et des injustices. La liberté engendre aussi et parfois des échecs.

          Prenons garde de ne pas verser dans l’inverse en prônant la ‘sécurité’ à la française, qui tend vers l’euthanasie quand les gens sont trop vieux, bâillonnés comme vous l’êtes en liberté d’expression, si tant bien que vos blogs s’établissent souvent hors du territoire français. Bien orchestrés, formatés dans l’Education Nationale, unique et obligatoire, à tous penser pareil, sous le control d’un système centralisé a tous niveaux. Aux U.S. nous avons droit au pluralisme des medias, au rassemblement pour toute cause, à la légitime défense, à la représentation directe au scrutin (pour les politiques locales, et l’état fédéré) ou le peuple peut tout autant élire un maire ou un commissaire ou un directeur de school-board, que le renvoyer de ses fonctions. Nous n’emprisonnons pas de « prévenus » en prison, pendant cinq ans ou plus, à attendre les assises – nous les estimons « innocents jusqu’à prouvés coupables ».
          L’Amérique a souffert des horreurs et les a surmontées, nous surmonterons aussi le mal actuel qui est plus fédéral que fédéré, non seulement parce que l’américain moyen n’accepte pas le status-quo, mais aussi parce que nous sommes bien plus libres.

          • Ne me méprennez pas, j’ai grandi entre les Etats Unis et La France et s’il faut choisir entre les deux ce sera les Etats Unis. Maintenant j’ai préféré une troisième voie. Je ne vois plus dans les Etats Unis ce grand pays que je voyais avant. Je ne vois qu’une démocratie profondément corrompue par son système légal qui n’est devenue rien d’autre que le vecteur de pillage d’un beau pays, à l’égal de nos fonctionnaires en France. Je suis désolé mais la propriété n’est pas garantie aux US dès lors que l’on se frotte au système judiciaire qui n’est rien d’autre qu’un système de pillage. Je m’installe au Panama j’y rencontre énormément de fortunes américaines qui incorporent leurs propriétés dans des fondations de ce pays précisemment pour protéger leurs actifs des dérives du système légal américain.

            Pour des exemples, je me suis fait volé ! J’avais investi 20 000 Euros en 2003 au démarrage d’une société de technologie aujourd’hui capitalisée à 60 millions de dollars. Il y a eu une fraude de management et plusieurs gros investisseurs se sont retournés contre eux. Nous nous sommes regroupés dans un trust et nous avons gagné. Les avocats ont émis une facture de 90% de la valeur de nos actions et s’en sont saisies. C’est simple, c’est une violation de propriété, c’en est même tellement ridicule que c’est incroyable. C’est les Etats unis. C’est tout. Il faut être fanatique ou volontairement aveugle pour soutenir une telle imbécillité.

            Je ne dis pas que c’est mieux en France. Je dis juste que c’est comme ça. Mais c’est mieux au Panama ça c’est sûr. Les Etats Unis ont déjà fortement chuté. Ils vont chuter encore plus. Je le regrette car j’aime ce pays. Mais tant que les américains refuseront de regarder la nature du pouvoir en place, tant qu’ils ne le sortiront pas, ce pays ira d’effondrement en effondrement.

            Les avocats comme les fonctionnaires sont une classe de gens qui vivent au crochet de la société et des créateurs de valeur. dans une petite mesure, ils ont leur utilité. Mais l’un comme l’autre en se saisissant du parlement, ils ont créé par la loi un espace pour s’enrichir sans cause. Ils créent une loi qui pose des problèmes et vendent ensuite les services pour régler ces problèmes. C’est de l’escroquerie pure et simple. Cette escroquerie a été chiffrée par la DUKE University à 1,8 points de PIB annuel. C’est près de 300 milliards de dollars en valeur annuelle. C’est le cout du système judiciaire recalculé au travers des assurances. C’est la partie visible, sans parler de partie invisible qui est le cout de prévention comme dans le cas de la médecine préventive. Si ce coût était réintégré et réassigné vers la production de valeur, la croissance exploserait. Le plus gros frein aux Etats Unis ce sont les avocats.

            Ce n’est pas excessif ces chiffres sont vérifiables sur Internet. Ce nest que le volet américain d’un problème global en occident qui est la prise des Etats Par des minorités corporatiste technocratiques. Tant qu’on ne les cirera pas du pouvoir, il nous mèneront à la ruine.

            La seule chose à faire c’est de sortir, d’aller chercher la richesse et la croissance ou elle se créé. Et de revenir en force pour racheter les actifs américains et Européen à vil prix quand le système se sera effondré. Car cet effondrement arrivera vite aux Etats Unis et en Europe. SI vous parlez l’espagnol je ne peux que vous inviter à partir quelques années au sud, là les choses sont bien plus sérieuses pour les entrepreneurs pour l’instant.

          • Vous avez cette force de vous mettre à reconstruire une fois le désastre arrivé. Alors que la Vieille Europe s’enfonce et s’enlise.

            Vous avez une bonne constitution, c’est Montesquieu qui l’a dictée !!! Il vous suffira de la relire et de retourner à ses fondements. De virer ce pouvoir des technocrates avocats qui à mon sens est constitutionnellement illégitime. ET là vous pourrez vous appuyer sur le dynamisme extraordinaire de vos gens. Je pense que c’est quelque chose de possible aux Etats Unis, en France je n’y crois pas. En France le conseil d’état exécutait encore des prisonniers dans les années 60 (c’est à dire que l’on condamnait à mort dans des tribunaux administratifs et non pas civils ou pénaux …). On est encore au niveau 0 de la démocratie !

            Mais je pense que vous allez devoir chuter encore très fortement. Ca pourrait être long. La crise de 29 ne s’est réellement terminée que 15 ans plus tard pour les Etats Unis. ET la guerre a permis au pays de se relever.

            Je doute que les Etats Unis puissent encore être ce qu’ils furent. La Russie est en train de s’imposer, ainsi que la Chine. Le dollar a perdu beaucoup de sa puissance, je ne pense pas qu’il la retrouvera, il sera une monnaie parmi plusieurs.

            Ce qui est inquiétant c’est que nous avons perdu la valeur de liberté qui allait avec la puissance américaine. C’est un pays qui à mon avis ne représente plus cet idéal. J’espère en tant qu’Européen que vous le retrouverez, mais je suis très sceptique. Je vois beaucoup d’américains qui eux mêmes ne croient plus que ce pays représente cet idéal et cherchent à le fuir. Je suis très sceptique. Encore une fois car j’aime ce pays.

            Je vous souhaite bonne chance. C’est un pays qui le mérite. Mais pour vous redresser, il vous faut accepter de voir la vérité en face ! Les Européens devraient faire de même… car en Europe, pour garantir la paix et la démocratie, on a fait l’Union Européenne dont les actes constitutifs sont une violation de la lettre et de l’esprit même des fondements d’une démocratie. En Europe, on a même refusé de séparer les pouvoirs … Magnifique !!!!!

    • Mais en France les victimes de la médecine n’ont aucun droit.

      En plus l’Académie prend le parti de Big Pharma.

  • Ceux qui voient dans les Etats Unis un pays de liberté se trompent de façon importante. la spoliation et le mépris du droit de propriété est extrêmement puissant et le système légal est un levier extrêmement puissant de spoliation. Ce n’est pas un pays que je recommande pour aller investir. C’est un pays ou il faut aller sans un sou car il y est beaucoup plus facile d’y entreprendre. ET si vous réussissez, vous allez devoir dépenser beaucoup d’argent pour qu’on ne vous le vole pas. Mais si malheureusement vous y allez avec de l’argent, je suis prêt a parier que vous allez vous faire voler assez vite !!!

  • et le Afordable Care Act ou Obama care ne résoud rien bien au con traire. combien d’américains ont vu leur contrat d’assurance privé annulé avec obligation de s’affilier à l’ACA pour des primes mensuelles parfois multipliées par 3 ? Les gens préfèrent traviller à mi temps afin dene pas entrer dans la catagorie des « assurés obligatoires » et rester au « Medicare » si nécessaire.
    Le problème est tel que sa mise en vigueur définitive est encore repouussée d’un an et pour enfumer un peu plus le bon peuple en lui faisant croire que c’est un grand succès on peut voir une pub en espagnol au dos des bus indiquant que les « illegales » peuvent s’inscrire sans crainte, c’est gratuit ». On retrouve le même procédé que pour les élections « votez Obama et vous aurez un  » free cell phone » et ça a marché !

    • Le problème ne sera jamais résolu tant qu’on ne sortira pas les avocats du parlement et de l’executif. de la même façon on ne s’en sortira pas en France tant qu’on ne sortira pas les fonctionnaires de la politique.

      Les solutions à cette crise seront simples le jour ou l’on reviendra aux principes fondateurs de nos démocraties à savoir d’interdire à tout corps de se saisir d’au moins deux des trois pouvoirs car il font les lois pour se favoriser et disposent de toute la puissance executive pour imposer leur dictat.

      Si on interdit aux avocats d’avoir des fonctions electives aux Etats Unis, tout rentrera dans l’ordre. En récupérant l’argent pillé les marges de manoeuvres seront retrouvées. Meme chose en France interdisez aux Fonctionnaires de se présenter à tout mandat législatif ou executif vous allez voir comme la pression va redescendre.

      C’est simple mais qui a les couilles de le faire. Parmi les libéraux seul Charles Gave a souligné le problème.

      • Bref, qui aura les couilles de risquer de se prendre une balle dans la tête ???? lol

      • À part avoir des pantins (ce qu’on a déjà d’une certaine manière), je ne vois pas vraiment en quoi cela règle le problème… qui me semble insoluble.

  • Premier cliché mis à mal, les États-Unis n’auraient pas système de santé public. En 2009 pourtant, 49% des dépenses de santé étaient couvertes par l’État et 34% par les assurances privées. En France sur la même année, 78% des dépenses étaient couvertes par l’État et 14% par les assurances privées.

    Nuance importante , les états français et US ne couvent rien en matière de santé , car comme disait Maggie , il n’y a pas d’argent public mais que de l’argent privé qui provient des citoyens , de leurs cotisations sécu et mutuelles et de l’endettement ( qui sera peut-être un jour remboursé ) !!!

    La base du raisonnement de l’auteur de l’article est déja fausse !!!

    • Votre remarque serait juste si l’auteur imaginait que l’argent public tombe du ciel (ou des presses des banques centrales).

      Néanmoins, au vu du profil du rédacteur de l’article, il est assez évident que par argent public il entend l’argent qui a été un moment ou un autre ponctionné par l’état par opposition à la dépense spontanée des citoyens.

    • @ Volna,

      Vous avez raison d’évoquer la réflexion de Maggie car dans les faits c’est tellement vrais. Mais ça remet pas en cause le fond du problème relevé par l’auteur du billet. Car dans la réalité une fois l’argent du privé ponctionné par l’état cet argent appartient légalement à l’état qui en est le propriétaire légitime. Légitime au sens de la loi bien sur.

      Car au final c’est bien l’état qui finance ses propres dépenses et souvent de façon à gaspiller cet argent. Il est bien nécessaire de faire cette différance entre ce qui est couvert par l’état et celui qui ne l’est pas. Entre ceux qui sont des assistés par l’état et les autres qui ne le sont pas. Car cette argent dépensé par l’état ne la pas été par le privé qui le lui l’a donné par ses impôts.

      D.J

      • Car au final c’est bien l’état qui finance ses propres dépenses et souvent de façon à gaspiller cet argent. Il est bien nécessaire de faire cette différance entre ce qui est couvert par l’état et celui qui ne l’est pas. Entre ceux qui sont des assistés par l’état et les autres qui ne le sont pas. Car cette argent dépensé par l’état ne la pas été par le privé qui le lui l’a donné par ses impôts.

        N e vous trompez pas de débat !!! un état est une personne morale qui fait vivre une foule plus ou moins importante de fonctionnaires élus ou non , d’assistés ( les clients au sens de la Rome antique ) et qui , sans argent public n’existerait pas , d’où la coercition de l’état sur la base fiscale , la violence policière légitimée par le bien commun , l’armée !!!

      • « c’est bien l’état qui finance ses propres dépenses »

        C’est toujours le contribuable qui finance via la coercition. Vous noterez que l’on pale toujours des contribuables ou des usagers (comme les capotes) et jamais des clients quand il s’agit de l’Etat.

  • Article et commentaires passionnants, merci.

  • Quid des différentiels des états de santé des Français et Etasuniens ?

    Quid des différentiels des longévités des Français et Etasuniens ?

    Si par système on entend les dispositifs administratifs et économiques, la querelle est vaine !

    Quid des résultats respectifs dans les deux pays ?

    • On ne peut pas comparer l’espérance de vie d’un pays multiethnique et multiculturel comme l’Amérique avec un pays européen. C’est non seulement les cultures U.S. diverses, les différences d’habitudes alimentaires, les comportements (sportifs ou non), l’apport génétique très varié, mais aussi le nombre de population. C’est comparer des pommes et des poires. Ce serait comme comparer la Finlande (5.41 millions) d’avec l’Amérique (310 Millions) et affirmer que « grâce à l’assurance étatiste » les finlandais ont une espérance de vie plus élevée que les américains. 13% de la population américaine est noire et a une alimentation (malsaine) qui lui est propre, ainsi que des environnements contribuant à une vie courte (guns/HIV/meurtres/etc), 16% est latino dont la cuisine n’est pas beaucoup mieux, ils ont une forte tendance à l’obésité ainsi que des maladies génétiques. Je passerai sous silence les indiens.

  • C’est un bon récapitulatif sur le healthcare américain, et venu de France c’est surprenant !
    Il y a aussi le facteur de disponibilité non seulement des technologies, mais aussi des médecins spécialistes. Ainsi le nombre d’examens par scanners sur 1000 personnes est de 145.4 en France, et 265 aux Etats Unis. Pour les examens MRI, le taux est de 60.2 en France, et 98 aux Etats Unis. Aux E.U. (ou j’habite) si je veux voir un neurologue, j’aurai un rendez-vous mi semaine prochaine – ma cousine parisienne, on the other hand, a dut attendre 6 mois pour un rendez-vous avec son neurologue.
    http://www.oecd-ilibrary.org/docserver/download/8112121ec031.pdf?expires=1395500739&id=id&accname=guest&checksum=09650E10B8C6D13488F24E9EF5092618
    http://www.cihi.ca/CIHI-ext-portal/internet/en/tabbedcontent/types+of+care/specialized+services/medical+imaging/cihi010642
    Quant aux patentes pharmaceutiques, c’est 20 ans après la date d’enregistrement, oui, mais ces 20 années comprennent les 7 années requises de testing par le FDA ; il y a également d’autres faits qui peuvent affecter la durée d’une patente. 7 années de testing qui ont dieu merci évité à l’Amérique les horreurs de la Taledomine dans les années ’50.
    L’Amérique développa 58.3% des « first class drugs » entre 1993 et 2003 (page 58 chapter 5). Egalement Page 62 chapter 5. http://fds.duke.edu/db/attachment/2025 On devrait s’inquiéter d’un monde sans les découvertes pharmaceutiques américaines – un monde tel l’obamacare qui mine la liberté individuelle, le profit, et l’autodétermination.

    • En région parisienne, cela doit pouvoir se faire aussi. Le mois dernier, ma fille a eu un rendez-vous en 2 jours avec un neurologue. Et pour un prix surement moins élevé qu’aux USA (44 €, oui je sais, ridicule).

      • On dit aussi que plus le RDV est rapide , plus vous en avez pour votre argent !!!

        • A priori, c’est le tarif conventionné de la SS pour les consultations de neuro-psychiatrie. Aux Etats-Unis, on dit que le prix moyen est le même en dollars qu’en France en francs soit environ 280-290 $

          • Il y aplusieurs années , aux USA , un rdv chez un ou une gynéco ( quelques minutes) coutait 150 $ !!!

          • On parle de prix , quelle est la qualité des soins , en comparaison entre les deux pays ( le socialste comme la France , et le cher pays en voie de socialisation comme les usa ?

            • Il y a 15 ans la France était numéro 1 en qualité des soins. Aujourd’hui, elle a reculé, le système étant moins efficace notamment sur le plan administratif et freinateur sur les secteurs libéraux (généralistes, spécialistes, cliniques, infirmières, kinésithérapeutes, …). Aujourd’hui elle doit être au 10-12ème rang mais doit rester devant les USA (France: 1ère sur l’espérance de vie après 65 ans selon l’OCDE chez les femmes et les hommes; http://www.oecd-berlin.de/charts/health/index?cr=oecd&lg=fr ).

            • Thibs : Il faut encore distinguer en matière hospitalière ce qui relève de l’hôpital public et de la clinique privée. Dans ma ville, l’hôpital est devenu affligeant par contre nous avons des cliniques exceptionnelles.

            • Moi je pense que les praticiens français sont nettement meilleurs qu’aux Etats Unis. D’une façon générale les français sont exceptionnellement bons. Le problème c’est que le système ne fonctionne plus. Comme d’habitude l’organisation socialiste tue le pays, étouffe la qualité de ses gens. au lieu de libérer les talents il les étouffe.

              • Merci Binitials. Je confirme étant dans le milieu avec un pied dans chaque secteur. La médecine libérale française est une fierté et son organisation est optimale, et le c… de français moyen ingrat ne cesse de la dénigrer…
                En revanche il faut tuer la sécu, faire jouer la concurrence sur le marché de l’assurance maladie, et libéraliser un max…

    • Hello Annika. J’ai testé les deux systèmes. Je suis contre le monopole d’état mais la médecine reste nettement meilleure en France. Je connais pas mal d’ailleurs de personnes américaines extrêmement riches qui viennent se faire soigner en cliniques privées en France. Pour ce qui est du nombre d’examen, on touche la au coût global des actes médicaux. Beaucoup de ces actes sont inutiles et prescrits par peur de représailles par avocats. Et le cout des consultations est hallucinant. 190 USD j’ai payé pour une visite simple chez un pédiatre. 60€ en France.

      • Binitials: Les couts de consultations medicales ne sont pas hallucinants si vous etes assures. Un choix qui s’appelle ‘la responsabilite individuelle’. Quant au fleau du monde modern (le cancer), les chiffres sont ci-après.

        En ce qui concerne le cancer, l’Amérique est #1, et ceci depuis de nombreuses années. Les américains (hommes) ont une chance de survie sur 5 ans de 66% au lieu de 47% pour les hommes européens. Pour les femmes, c’est 63% aux Etats Unis et 56% en Europe. En Europe, et pour les hommes, seule la Suède offre une chance de survie de 60%. En Europe, et pour les femmes, seules la Suède, la Belgique et la suisse offrent une chance de survie de 60%. Ces chiffres s’appliquent à tous les américains qui reçoivent des soins (pour le cancer), et non pas seulement ceux qui ont une assurance privée. (Autrement dit ceux qui n’ont pas d’assurance et sont pris en charge par l’etat sont inclus). Les differences de resultat sur certains cancers sont tellement notables, mon oncologue americain m’a dissuade de continuer un traitement de radiations en France (ou j’avais une urgence familiale).

        Conclusion. « International comparisons establish that the most important factors in cancer survival are early diagnosis, time to treatment and access to the most effective drugs. Some uninsured cancer patients in the United States encounter problems with timely treatment and access, but a far larger proportion of cancer patients in Europe face these troubles. No country on the globe does as good a job overall as the United States. Thus, the U.S. government should focus on ensuring that all cancer patients receive timely care, rather than radically overhauling the current system. »
        (National Center for Policy Analysis) http://www.ncpa.org/pub/ba596

        Oui je sais. Ca gène.

        • Une tumeur cancéreuse peut ne pas évoluer pendant des décennies pourvu qu’on lui fiche la paix. Elle peut ne pas se manifester de votre vivant.

          Ou je sais ça choque.

          Un autre fléau du monde moderne est le dépistage systématique des cancers sans signes cliniques. Cela a conduit à l’augmentation des cancers du sein, de la prostate et de la thyroïde.

          Ou je sais ça choque.

          L’étude qui a justifié le dépistage systématique du cancer du sein en indiquant un bénéfice de ce dépistage est considérée comme très vraisemblablement frauduleuse.

          Ou je sais ça choque.

          Avec ça on crée du cancer pour pouvoir ensuite le soigner (au grand bénéfice des fabricants de produits anticancer). Et le fait qu’un cancer pris plus tôt est plus facile à soigner n’est pas du tout évident.

          Ou je sais ça choque.

          Un dépistage systématique idiot peut aussi causer plus de souffrances plus d’invalidités et plus de morts.

          Ou je sais ça choque.

          En France on commence à revenir de cette frénésie du dépistage. Et aux USA?

  • « De nombreuses raisons à cela, mais je vais en citer quelques unes en particulier, qui sont directement liées à l’action de l’État américain. »

    Bah déjà, vous pourriez commencer par le simple fait que mettre beaucoup d’argent public sur la table fait systématiquement monter les prix.
    On le voit notamment avec les crédits d’impot: un bien vaut 1000€. Sous prétexte d’écologie, l’état propose un crédit d’impot pouvant aller jusqu’à 1000€! Et bien le mois suivent vous trouvez le même bien à 2000€….
    Dans le secteur des pompes à chaleur c’était particulièrement flagrant, les installations étaient vendues au prix normal + la valeur du crédit d’impot :).

    Dans la santé, même problème. L’Etat met plus d’argent? Eh bien puisqu’il y a plus d’argent, augmentons les prix.

    • Un ami Hongrois avait créé à la fin des années ’90 une entreprise qui commercialisait en Suisse des capteurs solaires (sous brevets Américains). Les Suisses n’étant pas réputés pour amarrer leurs chiens avec des saucisses, il constatait avec étonnement que les produits vendus en France étaient deux fois plus chers que les siens. Or à cette époque, l’ADEME subventionnait 50 % du prix de ces capteurs. Ce qui relève du même phénomène et me permet d’abonder dans votre sens.

      • Oui exact, d’ailleurs c’était lié, a cette période il y a eu beaucoup d’entreprises totalement bidons qui vendaient des pompes à chaleur (y compris géothermie) ET des panneaux solaires, en ajoutant aussi le fameux contrat avec EDF qui vous rachète l’électricité a un prix totalement aberrant…
        Ces entreprises pratiquaient des tarifs horriblement élevés grâce aux crédits d’impot, empochaient le pognon, et disparaissaient dans la foulée.

        Mon père travaillait là dedans. Sauf qu’il pratiquait des tarifs « normaux », selon ce que le fabricant lui réclamait. Eh bien figurez vous qu’il galérait pour trouver des clients, tout simplement car ces derniers trouvaient cela suspect, des prix aussi bas!

        On a pu noter aussi que les fabricants eux mêmes en ont profité pour doubler leurs tarifs, tant qu’à faire.

        Les vautours ont senti la charogne…

        • Desproges54: « Ces entreprises pratiquaient des tarifs horriblement élevés grâce aux crédits d’impot, empochaient le pognon, et disparaissaient dans la foulée. »

          On s’est d’ailleurs payé une bonne tranche de rire.
          Visite du représentant, connaissant la combine je lui ait fait baisser le prix de 2/3 en une heure de discussion (sympa au demeurant). A la fin lui « alors vous signez ? » moi « non ! un truc qui baisse de 70% en une heure c’est plus que louche » :mrgreen:

          Dans le village il y a 4-5 maisons avec des pompes a chaleur… arrêtées (La honte). Ça va leur mettre un peu de plomb dans leurs cervelle, c’est de la bonne pub pour les verts.

  • Il manque un GROS bout au raisonnement :

    Si on calcule le « 49% de combien », histoire d’être plus juste dans la comparaison, il faut aussi souligner le fait que les sommes dépensées (prix des visites, actes, etc…) ne sont pas non plus les mêmes.

    Il ne faut pas uniquement comparer les sommes en jeu, il faut aussi (et à mon humble avis : surtout), comparer le nombre d’actes en jeu….

  • il n’existe pas de système de santé qui soit parfait mais s’il y a un modèle de santé à suivre c’est celui de singapour . http://accessh.org/wp-content/uploads/2014/08/affordable-excellence-French.pdf

  • je vous conseille de lire John C. Goodman spécialiste du système de santé américain. aux usa, le système de santé et d’assurance maladie est loin être un système libre, et présente de nombreux dysfonctionnements qui sont non pas une conséquence du marché libre, mais des interventions étatiques. Des règlementations coûteuses sur les assurances ou l’exercice de la médecine, des montants délirants accordés en dommages-intérêts pour les patients (donc des assurances responsabilité civile faramineuses pour les médecins et hôpitaux), des pratiques inefficientes (telles que la césarienne systématique pour les accouchements…). lisez ceci (et les liens externes en dessous de l’article): http://www.wikiberal.org/wiki/Assurance_maladie_aux_%C3%89tats-Unis En 2009 aux usa, 49% des dépenses de santé étaient couvertes par l’État et 34% par les assurances privées. la santé américaine ne ressemble pas vraiment à un marché de concurrence pure et parfaite, mais plutôt à une jungle de conflits d’intérêts et de monopoles privés. Les régulations en vigueur sont titanesques et font tout pour bloquer la concurrence plus que pour l’aider.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

Trump
0
Sauvegarder cet article

Depuis la présidentielle de 2016, il semble que l’establishment médiatique et Washington veulent la peau de Donald Trump coûte que coûte. Ça a lamentablement échoué durant sa présidence et même après avec la commission hyper-biaisée du 6 janvier.

Mais maintenant, le ton monte d’un cran. La semaine dernière, non seulement le FBI est arrivé sans crier gare à son manoir de Floride, mais l’État de New York l’a longuement questionné sur ses pratiques fiscales, soupçonnées frauduleuses.

Sur ce dernier point, il est demeuré muet comme ... Poursuivre la lecture

Par J. Bracken Lee.

C'était, bien sûr, "la patrie des libertés et le pays des braves". Les Américains étaient libres simplement parce que le gouvernement était trop faible pour intervenir dans leurs affaires privées - il n'avait pas l'argent pour le faire - et ils étaient courageux parce qu'un peuple libre est toujours audacieux. La condition de la liberté est la volonté de se tenir debout sur ses pieds.

C'est ce que voulait le premier Américain. Il se méfiait de l’État, surtout s'il était hors de sa portée. Il venait de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles