L’Afrique, avenir de la France ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Afrique, avenir de la France ?

Publié le 4 mars 2014
- A +

Un article d’Imani Ghana.

lorgeoux_compaore
Jeanny Lorgeoux et Blaise Compaoré.

 

L’ami du Burkina dit être venu partager avec les autorités nationales et africaines le travail abattu tout au long de l’année sur les relations franco-africaines.

3 février 2014, date choisie par le Sénateur maire Jeanny Lorgeoux pour rendre visite au peuple burkinabé et à son président qui célébrait ce jour-là son anniversaire. Avec Blaise Compaoré, tout comme avec le Premier ministre Tiao qui l’a reçu en fin de soirée, le Conseiller spécial du président Hollande a abordé le travail des sénateurs français sur les relations franco-africaines.

Les conclusions de ce travail ?

Jeanny Lorgeoux recommande de lire le titre du rapport : « L’Afrique est notre avenir ». Pour lui, il s’agit « de donner aux relations franco-africaines de nouveaux horizons parce que nous avons besoin les uns des autres. C’est en construisant cette fraternité que nous travaillerons pour le bien vivre de nos enfants ».

Il estime que dans 30 ans, l’Afrique comptera deux milliards d’habitants. Bien plus, le talent de ses populations, les gisements du sol et du sous-sol ainsi que « le basculement stratégique » feront du continent noir « l’épicentre de la gravité mondiale ». D’où la nécessité, selon l’édile de Romorantin, de construire patiemment les instruments de ce progrès. Cette œuvre devra s’accomplir non seulement dans l’intérêt de la France, mais également dans celui de l’Afrique, a dit M. Lourgeoux. Elle devra, en outre, être fondée sur une concurrence loyale avec les pays émergents, a-t-il ajouté.

Jeanny Lorgeoux envisage les perspectives pour l’Afrique « dans un cadre décontracté, décomplexé et à parité égale ».

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • C’est quoi ce publireportage, digne d’une feuille de chou municipale célébrant son grand édile ?

    Contrepoints baisse en qualité, c’est très net depuis quelques mois.

    Pour le reste, rions aux délires de monsieur le sénateur-maire… Il devait avoir un peu froid, alors ni une ni deux un petit voyage d’agrément en Afrique pourrait réchauffer ses vieux os…

    « l’épicentre de la gravité mondiale »… c’est simplement stupéfiant.

    En tout cas bravo aux habitants de Romorantin-Lanthenay qui l’élisent… depuis 1985.

    Vous payez avec vos impôts, vos taxes, votre servage un clown pareil qui fait de la géopolitique « touristique ».

    Ce pays est vraiment foutu.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Marc-Antoine Pérouse de Montclos[1. Directeur de recherches, Institut de recherche pour le développement (IRD).]. Un article de The Conversation

L’Élysée n’a annoncé aucun calendrier de retrait et certains posent la question très crûment : l’ancienne puissance coloniale est-elle vraiment la mieux placée pour stabiliser la zone ?

Défiance des populations locales

À l’international, en l’occurrence, on estime souvent que la France a la capacité d’agir en Afrique car elle connaît bien le terrain et pourrait donc mieux répondre a... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par François Xavier Noah-Edzimbi. Un article de Libre Afrique

L’unité nationale burkinabé s’effrite progressivement en raison des soubresauts politiques qu’a connus le pays à la suite de l’insurrection populaire de 2014. Depuis 2016, le pays est menacé d’une crise sécuritaire par des groupes djihadistes venus du Mali et qui ont trouvé dans la région du Sahel burkinabé un terreau propice pour se développer. Cinq ans après la chute de Blaise Compaoré, une majorité de Burkinabés se dit favorable à son retour. Comment expliquer la montée d... Poursuivre la lecture

Par Thierry Hommel[1. Marc-Antoine Pérouse de Montclos, directeur de recherches, Institut de recherche pour le développement (IRD) et Thierry Hommel, Economiste, École des Ponts ParisTech (ENPC).]. Un article de The Conversation

Aux yeux de nombreux Africains, la France est intervenue dans le nord du Mali, principalement à partir de janvier 2013, afin de s’approprier un pétrole qui avait vainement été prospecté par les Algériens sans jamais donner lieu à des découvertes en quantités suffisantes pour être commercialisables, voire export... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles