Réponses à des questions fréquentes sur les bitcoins

Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)

Le bitcoin, un système de Ponzi ? Une monnaie sans valeur ? Revenons sur ces questions fréquentes…

Par Stanislas Marion.

Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)

Bitcoin n’est pas un système de Ponzi

Certains dénoncent encore Bitcoin comme étant un système de Ponzi. Nous allons montrer que cela n’a aucun sens.

Rappelons d’abord ce qu’est un système de Ponzi. Wikipedia donne la définition suivante: « Un système de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. »

En d’autres termes, un système de Ponzi est un actif financier qui ne peut que monter, ou alors s’écrouler quand la supercherie est mise à jour. Un bon exemple de système de Ponzi est le système des retraites en France (il faut toujours plus de jeunes que de retraités pour que ça marche).

Rappelons aussi qu’il existe une distinction entre Bitcoin, réseau de transactions, et les bitcoins, monnaie. Les bitcoins sont utilisés pour effectuer des transactions sur le réseau Bitcoin.

En tant que réseau, Bitcoin est donc une infrastructure qui n’a rien à voir avec un système de Ponzi. Que le cours du bitcoin stagne à $1 ou qu’il monte de 10% par semaine, cela ne change rien au fonctionnement du réseau.

En tant que monnaie, le cours du bitcoin varie uniquement en fonction de l’offre et la demande, exactement comme le dollar, l’euro, l’or, ou une action ; et n’est donc pas plus un schéma de Ponzi que ces actifs. C’est d’ailleurs plus vrai encore pour le bitcoin que pour les monnaies fiduciaires car il est impossible de créer artificiellement de l’offre en bitcoins comme le font les banques centrales avec leurs monnaies.

Les bitcoins ont de la valeur

La valeur d’un bien physique ou virtuel est matérialisée par un prix d’achat. Elle provient, dans un marché libre, de la combinaison de deux propriétés : l’utilité et la rareté. L’air, par exemple, a une utilité proche de l’infini car il nous permet de survivre. Mais dans la grande majorité des environnements il est gratuit parce qu’il n’est pas rare. Dans l’espace ou sous la mer, en revanche il coûte cher car il est très rare. Il arrive que la rareté seule suffise à commander un prix.

Un bitcoin, en tant que clé cryptographique, n’a aucune utilité en soi. Contrairement à l’or avec lequel on peut produire des bijoux ou des composants électroniques, on ne peut rien faire d’un bitcoin en isolation. En cela, un bitcoin n’est pas différent d’un euro ou d’un dollar. Cependant, comme l’euro et le dollar, le bitcoin devient utile dès lors que l’on peut effectuer des transactions avec. L’utilité d’un bitcoin repose donc sur la force et la taille du réseau Bitcoin. Plus ce dernier est étendu et sécurisé, plus l’on peut stocker son argent et effectuer des transactions facilement, rapidement et de manière sûre. Et comme nous l’avons vu dans les précédents articles, le réseau Bitcoin possède des caractéristiques à faire pâlir de honte les réseaux de paiements existants. L’utilité d’un bitcoin a donc un potentiel de croissance gigantesque.

À la différence des dollars et des euros, dont le stock augmente tous les jours, le stock mondial de bitcoins est borné à 21 millions de bitcoins. Ils sont donc rares, au même titre que l’or est rare.

Ainsi un bitcoin combine les deux propriétés d’utilité et de rareté et il est donc naturel qu’il ait un prix et donc de la valeur. Si un jour le réseau Bitcoin est inutile, ou si un jour les bitcoins perdent leur rareté, alors ils ne vaudront plus rien.

Le bitcoin est volatile, mais cela ne le rend pas inutilisable

D’après Paul Krugman, une monnaie doit possèder trois propriétés : elle doit être à la fois un moyen d’échange, une réserve de valeur, et une unité de compte. Cependant la troisième propriété est plus le résultat d’un besoin pratique que d’une véritable réalité économique. Les bitcoins sont un moyen d’échange supérieur au dollar dans la majorité des cas grâce au réseau Bitcoin. Ce sont des réserves de valeur risquées à court terme, mais finalement personne ne s’est jamais appauvri en gardant des bitcoins pendant au moins un an, bien au contraire. C’est en plus une réserve de valeur durable et facilement transportable.

En revanche il est vrai que pour le moment c’est une très mauvaise unité de compte car la volatilité journalière est très élevée. Il est donc possible d’utiliser les bitcoins comme simple conduit de paiement et comme réserve de valeur. Actuellement, les marchands qui reçoivent des paiements en bitcoins les convertissent automatiquement en monnaie fiduciaire pour ne pas prendre de risque.

D’autre part, le problème de volatilité est en réalité un problème de liquidité. Plus la demande et l’utilité des bitcoins seront élevées, plus on pourra échanger des montants conséquents sans trop faire varier le cours. À ce moment-là, le cours du bitcoin variera beaucoup moins et sera utilisable comme unité de compte. Le bitcoin est encore trop immature pour parler véritablement de monnaie, mais il est prometteur.

En conclusion, voilà un tableau récapitulatif qui compare les trois types de monnaies que le monde a connues jusqu’a présent :

Bitcoin

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.