Réponses à des questions fréquentes sur les bitcoins

Le bitcoin, un système de Ponzi ? Une monnaie sans valeur ? Revenons sur ces questions fréquentes…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réponses à des questions fréquentes sur les bitcoins

Publié le 1 mars 2014
- A +

Par Stanislas Marion.

Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)

Bitcoin n’est pas un système de Ponzi

Certains dénoncent encore Bitcoin comme étant un système de Ponzi. Nous allons montrer que cela n’a aucun sens.

Rappelons d’abord ce qu’est un système de Ponzi. Wikipedia donne la définition suivante: « Un système de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. »

En d’autres termes, un système de Ponzi est un actif financier qui ne peut que monter, ou alors s’écrouler quand la supercherie est mise à jour. Un bon exemple de système de Ponzi est le système des retraites en France (il faut toujours plus de jeunes que de retraités pour que ça marche).

Rappelons aussi qu’il existe une distinction entre Bitcoin, réseau de transactions, et les bitcoins, monnaie. Les bitcoins sont utilisés pour effectuer des transactions sur le réseau Bitcoin.

En tant que réseau, Bitcoin est donc une infrastructure qui n’a rien à voir avec un système de Ponzi. Que le cours du bitcoin stagne à $1 ou qu’il monte de 10% par semaine, cela ne change rien au fonctionnement du réseau.

En tant que monnaie, le cours du bitcoin varie uniquement en fonction de l’offre et la demande, exactement comme le dollar, l’euro, l’or, ou une action ; et n’est donc pas plus un schéma de Ponzi que ces actifs. C’est d’ailleurs plus vrai encore pour le bitcoin que pour les monnaies fiduciaires car il est impossible de créer artificiellement de l’offre en bitcoins comme le font les banques centrales avec leurs monnaies.

Les bitcoins ont de la valeur

La valeur d’un bien physique ou virtuel est matérialisée par un prix d’achat. Elle provient, dans un marché libre, de la combinaison de deux propriétés : l’utilité et la rareté. L’air, par exemple, a une utilité proche de l’infini car il nous permet de survivre. Mais dans la grande majorité des environnements il est gratuit parce qu’il n’est pas rare. Dans l’espace ou sous la mer, en revanche il coûte cher car il est très rare. Il arrive que la rareté seule suffise à commander un prix.

Un bitcoin, en tant que clé cryptographique, n’a aucune utilité en soi. Contrairement à l’or avec lequel on peut produire des bijoux ou des composants électroniques, on ne peut rien faire d’un bitcoin en isolation. En cela, un bitcoin n’est pas différent d’un euro ou d’un dollar. Cependant, comme l’euro et le dollar, le bitcoin devient utile dès lors que l’on peut effectuer des transactions avec. L’utilité d’un bitcoin repose donc sur la force et la taille du réseau Bitcoin. Plus ce dernier est étendu et sécurisé, plus l’on peut stocker son argent et effectuer des transactions facilement, rapidement et de manière sûre. Et comme nous l’avons vu dans les précédents articles, le réseau Bitcoin possède des caractéristiques à faire pâlir de honte les réseaux de paiements existants. L’utilité d’un bitcoin a donc un potentiel de croissance gigantesque.

À la différence des dollars et des euros, dont le stock augmente tous les jours, le stock mondial de bitcoins est borné à 21 millions de bitcoins. Ils sont donc rares, au même titre que l’or est rare.

Ainsi un bitcoin combine les deux propriétés d’utilité et de rareté et il est donc naturel qu’il ait un prix et donc de la valeur. Si un jour le réseau Bitcoin est inutile, ou si un jour les bitcoins perdent leur rareté, alors ils ne vaudront plus rien.

Le bitcoin est volatile, mais cela ne le rend pas inutilisable

D’après Paul Krugman, une monnaie doit possèder trois propriétés : elle doit être à la fois un moyen d’échange, une réserve de valeur, et une unité de compte. Cependant la troisième propriété est plus le résultat d’un besoin pratique que d’une véritable réalité économique. Les bitcoins sont un moyen d’échange supérieur au dollar dans la majorité des cas grâce au réseau Bitcoin. Ce sont des réserves de valeur risquées à court terme, mais finalement personne ne s’est jamais appauvri en gardant des bitcoins pendant au moins un an, bien au contraire. C’est en plus une réserve de valeur durable et facilement transportable.

En revanche il est vrai que pour le moment c’est une très mauvaise unité de compte car la volatilité journalière est très élevée. Il est donc possible d’utiliser les bitcoins comme simple conduit de paiement et comme réserve de valeur. Actuellement, les marchands qui reçoivent des paiements en bitcoins les convertissent automatiquement en monnaie fiduciaire pour ne pas prendre de risque.

D’autre part, le problème de volatilité est en réalité un problème de liquidité. Plus la demande et l’utilité des bitcoins seront élevées, plus on pourra échanger des montants conséquents sans trop faire varier le cours. À ce moment-là, le cours du bitcoin variera beaucoup moins et sera utilisable comme unité de compte. Le bitcoin est encore trop immature pour parler véritablement de monnaie, mais il est prometteur.

En conclusion, voilà un tableau récapitulatif qui compare les trois types de monnaies que le monde a connues jusqu’a présent :

Bitcoin

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • Toujours le même galimatias techno, la même fascination pour la « geste » technophile… et zéro bon sens lorsqu’il s’agit de rattacher les wagons au train du Réel.

    Ce qui vient de passer avec le désastre MtGox au Japon ne vous suffit pas ?

    Vous en êtes toujours à disserter sur ce qui est essentiellement une non-question : Bitcoin ponzzi ou pas ?

    Ponzzi ou pas… ça n’a aucune espèce d’importance puisque… le Bitcoin, concrètement, n’est pas autorisé à exister. Et ne sera pas autorisé à exister.

    Je vous avez prévenu lors d’un de vos précédents papiers, exactement, de ce qui allait se passer.

    Disserter sur la technique du bitcoin, sans prendre en compte sa nature explosive, car fondamentalement politique, c’est simplement une perte de temps.

    Donc je vous synthétise de nouveau le problème :
    -la monnaie est le vrai pouvoir
    -promouvoir une « monnaie » alternative comme le Bitcoin revient à s’attaquer DIRECTEMENT à la source du pouvoir et aux mafias qui détiennent ce pouvoir
    -croyez-vous sincèrement que le Système allait le permettre ?

    -campagne de presse
    -meurtres
    -arrestations, intimidations
    -mystérieuses attaques informatiques contre les places d’échange (comme par hasard)
    -organisation d’une folle volatilité pour décrédibiliser le système
    -rachat de tous les bitcoins

    … les moyens sont multiples, coordonnés, expéditifs. Et la fin évidente.

    La monnaie avant d’avoir des caractéristiques techniques (votre tableau) est avant tout politique, instrument de pouvoir.

    Désolé, mais avez vraiment choisi… le mauvais domaine d’activité.

    • La monnaie (au sens historique et originel) est avant tout un phénomène de marché, et émerge grâce à de la demande, du fait du problème de double coincidence du troc. (Elle n’est donc en aucun cas une schèma de Ponzi.) La monnaie dont vous parlez, la monnaie papier, existe par coercition, et a de la valeur uniquement du fait que, pour l’euro par exemple, les acteurs de la zone euro, font confiance à l’euro car il font confiance aux Etat backant ladite monnaie. C’est de moins en moins le cas, et qu’en l’Euro se crashera la g*****, vous verrez que l’euro ne vaudra plus rien. Ce ne sera pas le cas de l’or et du bitcoin non plus, surtout s’il continue de se developper comme maintenant. Ce qui s’est passé pour MtGox concerne une plateforme de trading filouteuse, non pas la monnaie (au sens historique) qu’est le Bitcoin, qui existe bel et bien en tant que phénomène de marché né du fait d’une vraie demande. (D’ailleurs, si c’était un problème inhérent au bitcoin, BTC-e serait tombée aussi, et elle se porte comme un charme.) Par ailleurs, avant de parler de mafias sous-tendant le bitcoin, intéressez-vous au business des banques centrales, avant de raconter n’importe quoi. Par ailleurs, en tant que BTC trader depuis presque un an et BTC-quant trader maintenant, je ne pense vraiment pas m’être trompé d’activité. Et j’invite tous les gens à me rejoindre. A leurs risque et périls certes, mais de manière responsable. S’ils ne sont pas neuneus, ils s’en tireront bien. Par contre, après d’éventuellement régulations, le coût d’entrée dans le marché sera énorme, et curieusement, seules les grandes IB (de connivence avec les Etats) pourront le payer, ce prix.

      • Je pense qu’analyser les Cassandre du Btc (tel que Christophe, mais il est loin d’être le seul) est au final presque plus intéressant que les débats sur le Btc. Décortiquons … :

        1) Les Etats / BC n’aiment pas le Btc (& co) et feront tout pour lui nuire. C’est un argument objectif, et en effet les Etats n’ont aucun intérêt à un développement de monnaie qui ne laisse pas de traces et ne peut pas être imposé. notons qu’il s’agit là d’un problème exogène qui ne remet pas en cause les qualités des crypto-monnaies

        2) on utilise un exemple d’actu pour illustrer le point 1; ici l’affaire Mt Gox. Il y a quelque temps c’était Silkroad ou la décision chinoise. Or un exemple ne fait pas une généralité, surtout quand il est non corrélé au débat de base ( ici le problème n’est pas Btc mais la secu de MtGox, qui s’etait fait tapé sur les doigts debut mars par la fondation Btc). idem, problème exogène.

        3) 1+ 2 = on ne doit pas perdre de temps à en parler. Mais si cela était tellement une perte de temps; les Cassandre n’en perdraient pas a venir en parler; car nous serions dans le cas d’un paradoxe. C’est donc que le problème chez eux est ailleurs. Selon les probabilités; on peut miser soit :
        * sur l’aigreur de ne pas avoir pris le train à temps
        * sur le fait d’avoir été victime d’une arnaque (ponzi, scam)
        * sur de la prédiction http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_pr%C3%A9dictions_erron%C3%A9es

        En résumé, pour les opposants au Btc… soit vous assumez enfin d’être des ronchons (ce n’est pas un crime, soit vous nous sortez des arguments qu’on ne peut pas appliquer aux monnaies fiduciaires et aux actions boursières (aka, évitez de repomper le doc de la Banque de France).

        • correction :

          sur les doigts debut mars par la fondation Btc > début février

        • Votre lien doit être faux : il n’y a même pas la moindre prédiction de Krugman.

        • Shade: « Je pense qu’analyser les Cassandre du Btc (tel que Christophe, mais il est loin d’être le seul) est au final presque plus intéressant que les débats sur le Btc »

          Moi je pense que ça n’a aucun intérêt d’autant plus si la seule réponse donne dans l’ad hominem.

          Avant d’investir de la vraie valeur il est normal que les gens aient des interrogations et des inquiétudes, il convient d’informer et d’en démontrer les avantages ce qui est en principe d’autant plus facile que le sujet est solide. Pour l’instant je dois avouer que je reste sur ma faim. Soit le sujet n’est effectivement pas solide du tout, soit leurs défenseurs ne savent pas argumenter.

          • Aucun ad hominem Ilmryn,j seulement quand on lit des :

            « Je vous avez prévenu lors d’un  »

            ou des

            « Donc je vous synthétise de nouveau »

            C’est qu’on donne un avis personnel qui a tout a fait le droit d’être critiqué en tant que tel… c’est une règle simple des débats (que cela plaise ou non).

            Cela étant, oui; il est normal et sain de se renseigner avant et in fine d’émettre un avis défavorable ou favorable. Avis qui gagne en crédibilité quand il n’est ni teinté d’aigreur, ni teinté d’angelisme.

            De mon coté je suis « pour le Btc » en tant qu’expérience démontrant qu’une « monnaie » n’a pas besoin d’être adossée à une banque centrale et qu’elle gagne en fiabilité quand on élimine le facteur humain décisionnaire pour le remplacer par un algorithme (qui n’a aucune prétention a devenir président du FMI, chef d’État ou grand mamamouchi de la BC).

            Et pour le moment, niveau argument des « contre », on a :
            – soit les officiels type banque de France qui sortent des mises en garde qui s’appliquent aussi aux monnaie fiduciaires ou aux actions :
            * risque de vol … gros LOL, aller demander a votre banque de vous rembourser les 100 euro que contenait votre portefeuille volé dans le metro
            * risque de fluctuation, voir d’effondrement mega LOL euro tunnel
            * adossement a des valeurs sûres *se roule par terre de rire en songeant aux valeurs adossée aux créances toxiques et non sur l’or*

            – soit de particuliers… et il ne faut pas longtemps pour lire entre les lignes que c’est le même type de jalousie que la nana qui va critiquer le sac à main Chanel que sa « meilleur copine » à eu en solde. Moche, fake, tout les défauts du monde ? non, juste mademoiselle jalouse de ne pas en avoir un.

    • Pourquoi tant d’animosité? Ce « galimatias techno » comme vous dites est une tentative de vulgarisation de l’auteur qui connaît et comprend très bien le système du protocole et de la monnaie. Vous n’aimez pas le Bitcoin certes, mais nous on aime ça! Par ailleurs Bitcoin n’est pas que de l’argent, et ce protocole que vous ne comprenez manifestement pas est pour certains très intéressant.
      Amusez vous bien avec vos euros et vos dollars, nos systèmes de valeurs sont différents et on ne vous oblige pas a y croire.
      En attendant, mes bitcoins sont bien au chaud stockés à froid à l’abris de tous pirates, RIP MtGox et longue vies aux cryptomonnaies.

      • ZZ: « En attendant, mes bitcoins sont bien au chaud »

        J’aimerais moi aussi beaucoup stocker les quelques sous que je peux mettre de coté et retrouver au moins la même valeur à la sortie.

        La question pour moi qui suis néophyte c’est jouet ou monnaie ?

        • Pour la valeur, si vous parlez de la valeur d’un bitcoin je suis incapable de la prédire, que ce soit à la hausse ou à la baisse. Et tous ceux qui vous dirons le contraire sont à mon avis des escrocs. Mon sentiment est que l’on est au début de quelque chose et que les valeurs que l’on s’échangera demain seront basé sur ce système cryptographique.
          Pour stocker un bitcoin à froid comme je l’évoque dans mon commentaire précédent, il suffit de générer une adresse aléatoire avec par exemple https://www.bitaddress.org
          D’imprimer sa clé privé et de la conserver à l’abri de tout risque.
          Le bitcoin est fait pour être utilisé et échangé partout au travers le monde. Il est fait pour être utilisé sans banques. La première chose que les gens font avec des sociétés comme MtGox c’est de recréer un système de pseudo banque.

  • « . En cela, un bitcoin n’est pas différent d’un euro ou d’un dollar. Cependant, comme l’euro et le dollar, le bitcoin devient utile dès lors que l’on peut effectuer des transactions avec. »

    Le système bitcoin est la combinaison d’une banque centrale et d’un système type « swift ». C’est très bien, sauf que ça n’est pas suffisant pour qu’une monnaie fiduciaire tienne debout. L’euro et le dollar tiennent parce qu’il y a en plus des institutions et des forces réelles à l’oeuvre pour enregistrer et faire respecter les contrats et parce que ces monnaies ont cours forcé dans leurs pays respectifs.

    Sécuriser une transaction dans un seul sens, quand bien même ce soit avec un « or numérique » au top de la technologique … justement, ça ne fait pas grand sens.

    • Quel est le rapport entre le respect du contrat et la régulation de la monnaie ?

      Je n’arrête pas de lire ce sophisme sur le net ces derniers temps.
      Ça n’a rien à voir. Si vous faites un contrat en euro, en bitcoin ou en coquillages, il aura la même valeur devant le juge.

      De plus, ce n’est pas l’institution bancaire qui garanti la valeur de la monnaie, elle ne garantie que sa quantité.

      • « Ça n’a rien à voir. Si vous faites un contrat en euro, en bitcoin ou en coquillages, il aura la même valeur devant le juge. »
        http://en.wikipedia.org/wiki/Legal_status_of_Bitcoin
        Si pour vous, cela va de soit, le fait est que ce n’est pas le cas pour tout le monde … notamment pour toutes les banques centrales.

        « De plus, ce n’est pas l’institution bancaire qui garanti la valeur de la monnaie, elle ne garantie que sa quantité. »
        Je ne parlais pas que des institutions bancaires. Mais aussi de police, justice, notaires, etc ..

      • « Quel est le rapport entre le respect du contrat et la régulation de la monnaie ?

        Je n’arrête pas de lire ce sophisme sur le net ces derniers temps.
        Ça n’a rien à voir. Si vous faites un contrat en euro, en bitcoin ou en coquillages, il aura la même valeur devant le juge. »

        Les systèmes de contrats dont vous entendez parler ne sont pas des contrats qui finirons devant le juge.
        Lorsque l’on crée un contrat dans la blockchain (les médias français appellent cela un grand journal de compte) on définit des règles. Par exemple cette pièce sera débloqué dans 30 jours. Cette règle devient inviolable car intégrée dans le contrat.

        Dans notre système actuel on écrit des lois dans des codes juridiques libre à chacun de la respecter, la proposition ici est de coder des lois inviolables.

        • « Lorsque l’on crée un contrat dans la blockchain (les médias français appellent cela un grand journal de compte) on définit des règles. Par exemple cette pièce sera débloqué dans 30 jours. Cette règle devient inviolable car intégrée dans le contrat.

          Dans notre système actuel on écrit des lois dans des codes juridiques libre à chacun de la respecter, la proposition ici est de coder des lois inviolables. »

          et on arrive à la confiance la plus pur car (théoriquement) sans facteur humain pour truander et dans l’exemple donner, ne payer que 35 jours plus tard. En cela, c’est très pédagogique pour les petits margoulins qui prennent des libertés avec les contrats… *pensée émue pour son proprio magouilleur*

    • La seule force qui fait tenir les monnaies fiduciaires est leur caractère obligatoire et la coercition qui va avec.
      Enfin, je n’arrive même pas à comprendre comment vous faites pour comparer les bitcoins avec une banque centrale. Ca me dépasse.

  • je n’y connais pas grand chose au bitcoin, je croyait mème que c’était une monnaie de canard issue de picsou parade…
    mais l’interet d’une telle  » chose  » est évident pour transferer de l’argent à l’etranger, sans frais. un tel concepte, dans une société de plus en plus mondialisée à donc un boulevard devant lui, on peut du moins le penser.
    néanmoins, les remarques de christophe sont trés pertinentes;
    la volatilité peut effectivement attiré les spéculateurs, mais aussi et surtout faire fuir les honnètes utilisateurs qui auront peur de perdre une grande partie de leur investissement… les évenements de ces jours dernier ne vont évidement pas tranquiliser les  » bon père de famille  »
    croire qu’on va concurrencer les grandes banques internationnales  » to big to fail  » avec un truc de hakker, sans qu’il n’ y ait de riposte de ses dernières et des états qui les défendent avec qui elle partagent les dirigerants ( probablement la mafia dont parle christophe ? ) est une illusion de débutant…
    croire que la monnaie est uniquement une question de marché est une autre erreur de débutant, cela pouvait etre vrai avant que les état existent, mais de nos jours, vous etes trop naif !! si vous croyez par exemple que l’administration US va se laisser déposseder des leviers qui lui permette de controler plus ou moins le cour de sa monnaie ou les taux d’escompte de ses banquiers centraux, vous vous croyez dans casimir et l’iles aux enfants ? je ne parlerai mème pas du PCC, qui considère sa monnaie de manière encore plus dirigiste, puisqu’il fixe lui mème le cour légal.
    dans 50 ans, peut-etre auront nous un  » bit coincoin  » adossé au yuan, devenu monnaie de paiement internationnal échangeable sans frai par le simple truchement d’un mail… de quoi acheter un canard laqué avec son portable dans un  » chinois  » de la capitale…

    • yeneralalcazar: « la volatilité peut effectivement attiré les spéculateurs, mais aussi et surtout faire fuir les honnètes utilisateurs qui auront peur de perdre une grande partie de leur investissement… les évenements de ces jours dernier ne vont évidement pas tranquiliser les » bon père de famille » »

      +1

      Pour l’instant aucune réponse.

      • De mon point de vue; on peut aborder ce point sous 2 angles :

        – > le glannage. Ce que j’appelle glannage, c’est simplement récolter des fractions de Btc gratuitement (minage mou, click sur les bandeau pub, etc). Ces Btc ne vous aurons rien couté et peuvent faire une mini reserrve, qui en cas d’explosion ne vous ruinera pas.

        – > l’opé de très court terme. Par exemple Ilmryn et Ilmryn sont en rade eu Ukraine / Venezuela, ils ont un besoin urgent d’argent dans un pays qui part en cacahuette. Un gentil membre de Contrepoint leur transfert 1 ou 2 Btc (réception quasi immédiate). nos amis les convertissent en euro et reviennent sain et sauf à la civilisation. On peut estimer qu’au total; l’opération aura prit au max 1 h, donc peu de risque de perte de valeur massive.

  • Tout le monde se focalise sur le cours du bitcoin en dollars, en euros ou en yuans. Or ce n’est pas le point critique du système. Si je peux me faire payer mon travail et mes prestations en bitcoins, et si avec je peux acheter ce que je veux sur internet ou dans des boutiques physiques, avec des frais très faibles, je me fiche pas mal de la valeur d’un bitcoin par rapport aux autres devises.
    Ce qui importe dans ces échanges, ce sont plutot le nombre et la variété des acheteurs et de vendeurs, et sur ce point, la taille critique n’est pas encore atteinte, en particulier en France.
    Vous me direz, c’est du travail au noir ou de la vente sans TVA. Effectivement, mais cela existe dejà en cash.
    Et je ne doute pas que les etats préfereront maitriser tout cela avec l’aide des fondations bitcoin locales, plutot que de laisser echapper complètement ces revenus fiscaux (et entre nous, c’est bien plus facile avec une monnaie electronique, même anonyme, qu’avec des billets).
    Je pense que 2014 sera l’année clé ou toutes ces questions fiscales et règlementaires vont commencer à aboutir, dans plusieurs pays.

    • dan_bn: « je me fiche pas mal de la valeur d’un bitcoin par rapport aux autres devises. »

      Tout a fait d’accord.

      dan_bn: « Ce qui importe dans ces échanges, ce sont plutot le nombre et la variété des acheteurs et de vendeurs »

      Il me semble que la plupart des gens voudront seulement être certain que les 10 heures de travail investit en bitcoin peuvent leur donner un bien équivalent à ces dix heure et cela dans la durée.

      • Pour votre problématique « de durée », il est aujourd’hui tout a fait possible d’attacher des « coins  » qui ne sont pas tout à fait des bitcoins comme les autres à des valeurs. On pourra bientôt échanger des « biteuros », « bitusd’ ou même des « bitor », des « bigoogle » ou des « bitairliquide »… la valeur de ces pièces sera indexée sur la valeur de votre choix.

    • « Tout le monde se focalise sur le cours du bitcoin en dollars, en euros ou en yuans.  »

      Dans le monde il n’y a pas que ces monnaies, aujourd’hui on a de nouveau systèmes d’échange de valeur. Je suis sur que si les grandes nations l’interdisent d’autres pays y trouverons leur compte.

      Si les US interdisent le bitcoin, ça pourrait devenir une monnaie anti-dollars non ?

    • « Si je peux me faire payer mon travail et mes prestations en bitcoins, et si avec je peux acheter ce que je veux sur internet ou dans des boutiques physiques, avec des frais très faibles, je me fiche pas mal de la valeur d’un bitcoin par rapport aux autres devises. »
      Pas si vite… vous pouvez ignorer completement la valeur du bitcoin par rapport aux autres devises en achetant directement en bitcoins, vous souffrirez quand-meme de l’extreme volatilite du bitcoin. Le cours du bitcoin exprime sous forme de panier de marchandises et de services reste a l’heure actuelle extremement volatile.
      A moins de ne rien epargner et de depenser instantanement votre revenu en bitcoins, vous etes forcement sensible a l’evolution du cours du bitcoin exprime en marchandises et services…

      • On sait très bien s’accommoder de biens assez volatiles, par exemple la nuit d’hôtel Porte de Versailles vaut aujourd’hui (Salon de l’Agriculture) le double de ce qu’elle vaudra demain.

        • Recevoir l’integralite de son salaire et avoir son compte courant en monnaie extremement volatile, c’est une autre histoire. Le bitcoin pourquoi pas, mais la qualite essentielle d’une monnaie a mes yeux c’est sa relative stabilite dans le temps. On se fait deja **** par surprise par l’Etat manquerait plus qu’on perde la moitie de son salaire parce qu’un gugusse a mal securise son site.

          • Il faut faire preuve d’intelligence dans son utilisation de bitcoin, c’est évident.
            Pour l’instant, c’est un outils de spéculation. Jusqu’à ce que le marché se stabilise (à cause de la spéculation, entre autres).

            Le bitcoin est risqué? Vous connaissez quelque chose qui n’est pas risqué, vous?

  • Mmouais… pas convaincu, tout de même… Même si l' »effet bitcoin » ne me rappelle pas un système d’escroquerie en pyramide, tout cela ressemble quand même furieusement à une bulle spéculative qui finira fatalement par éclater un jour ou l’autre…

    Quant au commentaire accusant le « Système » de « ne pas le permettre », il me parait bien simpliste: le Monde est trop compliqué pour qu’on puisse sérieusement envisager que tout ce qui s’y passe soit orchestré en petit comité.

  • Question sur l’anonymat et la traçabilité.
    Si Toto crée son compte bitcoin depuis un pc jetable avec une connexion wifi macdo, il n’y a aucun moyen de lier ce compte à Toto.
    Toto mine et trouve quelques bitcoins. Il est riche et toujours anonyme.
    Il effectue des transactions avec d’autres comptes.
    1) sur un infâme darknet pour acheter des objets que la morale réprouve.
    Peut-on facilement lister toutes les transactions de Toto, sans savoir qui il est ?
    A-t-on des infos sur son pc (adresses mac, ip, signature de configuration…) ?
    Peut-on rapprocher l’activité de son pc sur d’autres sites (google, lolcat…) ?
    Si on trouve des centaines de connexions de ce Toto depuis St-Gigotin-la-Mare (245 habitants), s’intéressant entre autres aux Harley-Davidson, et qu’un Monsieur Jean Dupont habitant à St-Gigotin collectionne des motos américaines, est-que Monsieur Dupont ne va pas recevoir une visite à 6h du matin ?

    2) S’il achète auprès d’un honnête marchand qui expédie ses achats à son nom et adresse réelle. Le marchand peut-il avoir l’historique des transactions de Toto ?

    • Pour le point 1; tout depend si Toto est idiot ou pas. Il l’est si il passe par des sas clearweb pour acheter ses fouteries darkweb que la morale réprouve. Si il prend ses préceutions (que je ne vais pas lister ici), normalement; le lien n’est pas faisable.

      On aura donc Toto le contrebandier ET Jean Dupont comme deux entités non reliables entre elles a condition que J.D ne se vante pas d’être Toto.

      • Mais on connaîtra toutes les transactions effectuées avec le compte de Toto, si tant est qu’il n’en ait qu’un, puisque toutes ses transactions se trouvent en clair dans la blockchain.

        Bitcoin n’est pas anonyme. On connaît parfaitement toutes les transactions effectuées avec n’importe quel compte.

        Evidemment, cela n’implique pas qu’on sache à qui appartient un compte.

  • Il y a des « mineurs » de bitcoins (minage en image : chaque joueur qui repond a une nouvelle enigme recoit un nombre toujours decroissant de bitcoins) qui les vendent contre des USD a des « non-mineurs » (gens incapables de repondre aux enigmes mais qui veulent jouer quand meme et avoir des bitcoins).

    Plus il y a d’acheteurs de bitcoins en USD, plus le « cours » du bitcoin monte (d’ou l’interet du buzz pour les detenteurs de bitcoins). Plus il y a de detenteurs de bitcoins, plus le buzz augmente pour attirer de nouveaux acheteurs, ce qui fera monter le « cours » (certains pensent « valeur ») du bitcoin, ce qui permettra aux joueurs qui ne savent pas resoudre les enigmes de revendre aussi leurs bitcoins en faisant un profit grace aux nouveaux acheteurs…

    « If it looks like a dog, walks like a dog and barks like a dog, then it’s a dog. »

    Les monnaies fiduciaires sont adossees a un debiteur, les bitcoins ne le sont pas… L’inventeur du ponzzi a eu la bonne idee de l’appeller bit »coin », cela fait penser a une monnaie.

    • Ca va peut être vous surprendre mais les monnaies fiduciaires ne sont adossées à rien du tout.
      Allez vous documenter sur l’histoire des monnaies.

      Essayez également de lire et comprendre l’intérêt du mining dans les bitcoins. Dire que les mineurs ou les early adopters ont intérêt à ce que le cours monte, c’est comme découvrir l’eau tiède ! C’est une évidence !
      Avec un tel raisonnement, vous devez voir des arnaques partout !

    • Que penser du type qui achète un terrain, construit une maison dessus en espérant que l’immobilier monte et fait une plus-valu faramineuse 15 ans plus tard! Quel arnaqueur!

      Lui aussi à intérêt à ce que l’immobilier monte dans son quartier.

      Si vous appelez ce que vous décrivez une arnaque, alors toute épargne, tout investissement et tout acte de vente est aussi une arnaque. En clair, vous venez de changer le sens du mot arnaque.

      • Pas vraiment : le nouvel acheteur dispose d’un actif (la maison). Le bitcoin n’est pas un actif : il ne se trouve au debit d’aucune comptabilite. Et contrairement a ce qu’indique LM, les monnaies sont adossees a des actifs : si une banque cree de la monnaie et me la prete pour acheter une maison, je lui dois le montant qu’elle m’a prete (c’est au debit de sa comptabilite).
        Si je mine des bitcoins, je ne les dois a personne : si quelqu’un me les achete en USD, je n’ai aucune raison de reprendre les bitcoins que je lui ai vendu et ils ne sont au debit d’aucune comptabilite).

        Un comptable, c’est con comme une table mais il sait qui doit quoi a qui. Avec bitcoin, personne de doit rien, ceux qui en ont sont heureux d’en avoir dans l’espoir de les revendre plus tard. A qui? « Magic, The Gathering Online Exchange »?

        • Le miner vérifie les transactions et évite les doublons. Il dépense de l’électricité et du matériel et il est rémunéré pour ca. Il rend un service. Les utilisateurs des bitcoins lui doivent quelquechose. De plus, si vous voulez que votre transaction soit validée plus vite, vous payez plus cher en fees au miners. Le principe de la vérification décentralisée des transactions de la blockchain est une des innovations fondamentales du protocole bitcoin.

          En fait, j’ai compris, vous confondez monnaie et contrat. Le contrat vous donne un droit et a une valeur. Mais ca n’implique rien sur le medium d’échange. Rien n’empêche (en supposant qu’on soit libre) d’acheter une maison avec des coquillages. Les monnaies fiduciaires sont imposées par la loi. On n’a pas le choix et cela vous donne l’impression de valeur et qu’il y a quelque chose derrière. En fait non, la monnaie fiduciaire n’est adossée à rien du tout et d’ailleurs ne vous appartient pas. Les billets dans votre poche ne vous appartiennent pas. Le contrat et la maison par contre vous appartiennent.

  • Une question de néophyte à l’auteur de l’article
     » il est impossible de créer artificiellement de l’offre en bitcoins comme le font les banques centrales avec leurs monnaies. »

    En quoi la création de bitcoins serait-elle naturelle ?

    Merci.

    • Je vais essayer de vous expliquer le procédé, je suis curieux de savoir si mon explication est claire (pour une personne de bonne volonté):

      – Les bitcoins sont créés dès qu’un mineur résout ce qu’on appelle la preuve de travail* qui lui donne le droit d’inscrire un block* dans la blockchain*. Tous les mineurs sont en concurrence pour résoudre cette épreuve de travail, le premier qui y arrive a le droit, en plus d’inscrire les transactions vérifiées, d’attribuer une certaine quantité de bitcoin à l’adresse de son choix (la sienne en général!). C’est comme cela que les bitcoin sont créés.

      Bien entendu tous les autres mineurs vérifient que le mineur « gagnant » a bien respecté les règles du jeux (l’algorithme du protocole bitcoin), à s’avoir qu’il ne s’attribue pas plus de Bitcoin que la convention ne le permet (50 bitcoins toutes les 10 minutes, quantité divisée par 2 tous les 4 ans, actuellement 25 nouveaux bitcoin par block), que les transactions contenues dans le block sont valides, et que la preuve de travail était bien à la bonne difficulté.
      Si toutes ces conditions sont réunis, ce block est admis comme valide, les bitcoins créés aussi et tous les mineurs se lancent à l’assaut de la nouvelle épreuve de travail qui permettra d’inscrire le prochain block et la récompense qui va avec.
      Si le mineur n’a pas respecté l’une des règles, les autres mineur ne valideront pas le block et refuseront la récompense au tricheur, ils continueront d’essayer de résoudre cette preuve de travail pour pouvoir s’attribuer les nouveaux bitcoins avant de passer à la nouvelle, and so on!

      S’est un poil plus fin, mais l’essentiel y est, la preuve de travail et les mineurs permettent d’établir un consensus autour du fait que les règles du protocole on bien été respectées. Comme ces règles sont publiques, inscrites dans le protocole open source bitcoin, tout le monde connait à l’avance quelle sera la création monétaire de bitcoin, à la différence de l’émission des euros, dollars et autre monnaie fiat qui est à la discrétion (dans le cas de l’euro) du conseil des gouverneur de la BCE qui peut pondre des milliers de milliard d’euro à la surprise générale s’il le juge nécessaire.

      PS : Le présupposé de Bitcoin étant qu’un (ou un ensemble) mineur mal intentionné ne posséde pas plus de la moitié de la puissance de calcul. Ce présupposé est solide dans le sens où il est plus rentable pour un mineur qui investit des millions de se lancer dans la compétition et de bénéficier de la création monétaire avec pour effet secondaire de sécuriser d’avantage le réseau, plutôt que de tenter de corrompre le réseau, tout ruiner et d’avoir investit des millions pour se retrouver avec de la monnaie de singe. C’est tout le côté génial de Bitcoin d’avoir su créer une incitation à le sécuriser.
      Par contre, en effet, ça ne le protège pas vraiment d’un acteur qui voudrait investir des millions dans le seul but de nuire à ce réseau. Au passage, cet acteur serait tout de même un sacré connard.

      Glossaire :

      * Preuve de travail, proof of work (PoW) : problème mathématique nécessitant qu’on y dédicace des ressources informatiques pour le résoudre. La difficulté de ce problème varie (baisse ou augmente) de sorte à ce qu’en moyenne ce problème soit toujours résolu en dix minutes quel que soit le nombre de personne (et surtout la puissance informatique) qui tente de le résoudre.

      ** Block : Toutes les transactions émises sur le réseau Bitcoin sont (re)vérifiées et compilées dans un block toute les dix minutes environ, ce block s’inscrit à la suite des blocks précédents et forme ce qu’on appelle la chaîne de block. Chaque block contient également une transaction nouvelle, faisant appraitre une certaine quantité de BTC à l’adresse du mineur qui a inscrit le block dans la blockchain.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

bitcoin
0
Sauvegarder cet article

Depuis quelques semaines, les mauvaises nouvelles sur le front des crypto-monnaies se multiplient. D’aucuns n’y voient qu’une nouvelle occasion d’y investir  — « Buy the Dip ! », telle une incantation chamanique — d’autres prédisent l’effondrement de tout le système crypto. L’hypothèse ici soutenue est que le concept le mieux à même de rendre compte de la phase actuelle est celui de bank run — ou panique sur les banques cryptos.

Le défi actuel du monde crypto est facile à comprendre. Le concept-clef est celui de convertibilité. Il faut... Poursuivre la lecture

Par Alex Gladstein. Un article de Reason

 

Le bitcoin a conquis certains des milliardaires les plus connus d'Amérique et les institutions du monde entier le considèrent comme un actif financier sérieux. Mais la hausse du prix du bitcoin n'est qu'une partie de l'histoire.

Qu'ils le sachent ou non, les personnes qui achètent des bitcoins renforcent un outil de protection des droits de l'Homme. Cette forme encore relativement nouvelle de monnaie électronique résiste à la censure, aux saisies, aux frontières, aux autoris... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles