L’Union européenne et la Suisse ont autant besoin de l’une que de l’autre

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Union européenne et la Suisse ont autant besoin de l’une que de l’autre

Publié le 28 février 2014
- A +

Par Francis Richard, depuis la Suisse.

Daniel Cohn-Bendit dans ses gesticulations.
Daniel Cohn-Bendit dans ses gesticulations.

Avant-hier, au Parlement européen, Daniel Cohn-Bendit a dit que les Suisses reviendraient à genoux devant l’Union européenne, après le vote du 9 février 2014 contre l’immigration massive. Comme je fais partie des quelque 49,7% de Suisses qui ont voté contre cette initiative étatiste, je suis d’autant plus à l’aise pour dire que cela ne sera pas le cas.

Pourquoi les Suisses le feraient-ils ? Parce que les exportations de la Suisse vers l’Union européenne représentent 65% de ses exportations (en fait 68,3% en 2009). Ridicule. C’est là la magie des chiffres macro-économiques. On voit les grandes masses, on ne voit pas les échanges individuels. Or ce sont les échanges individuels qui font les échanges globaux…

Mais, allons juste un moment sur le terrain de Daniel Cohn-Bendit, converti récent à la libre circulation des personnes, et qui comme tous les néophytes veulent montrer qu’ils sont les plus zélés…

Daniel Cohn-Bendit sait-il que la Suisse, avec 9,20% des échanges, est le troisième partenaire commercial de l’Union européenne après les États-Unis (20,50%) et la Chine (10,90%) ? Sait-il que la Suisse, avec 7,10% des échanges, est le quatrième partenaire commercial de l’Union européenne pour les marchandises après les États-Unis (15,90%), la Chine (13,00%) et la Russie (7,90%)? En 2009, l’Union européenne a exporté davantage de marchandises vers la Suisse (88,6 milliards €) qu’elle n’en a importé d’elle (73,8 milliards €)… Sait-il que la Suisse, avec 12,80% des échanges, est le deuxième partenaire commercial de l’Union européenne pour les services après les États-Unis (28,40%) ?

Alors, bien sûr, l’Union européenne, oublieuse de ses propres intérêts, peut très bien se faire l’illustration de la morale du fabuliste, selon laquelle la loi du plus fort est toujours la meilleure. Ce faisant, ne devrait-elle pas se méfier de l’effet boomerang que cela pourrait bien produire de la part des petits pays qui la composent ?

D’autant qu’en mai prochain ont lieu les élections au Parlement européen…


Sur le web.

Les chiffres de cet article relatifs aux échanges entre l’UE et la Suisse proviennent du site europa.eu.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Il y a 30% d’étrangers en Suisse. Ce qui leur donne d’autant plus le droit de se poser des questions et d’essayer des solutions.
    Les convictions internationalistes des gauchistes qui se sont retrouver avec l’Empire Européens sont les ennemies des peuples.

  • Doit-on s’étonner des yeux en ronds-de-bille du Cohn-Bendit sur cette question ?
    Ce clown-gesticulateur ramène la vue du globe entier à la sphère de son nombril !
    Ce mec se comporte régulièrement tel un goujat. Il n’a jamais pratiqué l’entreprise.
    Comment lui et ses sbires peuvent-ils prédire l’évolution économique d’une Suisse (démocratique) désireuse de conserver son indépendance culturelle ? Faut-il les cloner aux seuls errements européens pour évoluer vers un mieux-être dans le monde ? Haro sur les diktats de cette U.E. là !
    Bravo à nos amis suisses : soyez vous-mêmes, pas de simples suppôts d’un parlement U.E. aux 766 …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Un sondage (Smartvote) fait en Suisse, le 19 août 2019, révèle que la majorité des candidats à la députation est en faveur d’un recul de l’âge de la retraite à… 67 ans. Impensable ici. Pourtant, s’il y a une chose à expliquer dans cette période de consultation sur la loi retraite, c’est comment s’en tirer, chez nous, sans bouger significativement l’âge de la retraite ni augmenter la durée de cotisation ?

Surcharge pour les entreprises

Rappelons quelques faits. En 1983, quand Mitterrand a lancé l’idée de la retraite à 60 ans, il y avait... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Le président Emmanuel Macron a rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Ce dernier assure actuellement la présidence tournante du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) et a invité le président français à participer au sommet de ce groupe. On assiste à une opération de séduction mutuelle entre les deux dirigeants.

Un rapprochement sur fond de souveraineté européenne

Si Macron a pointé les exigences européennes en matière d’État de droit et de respect des valeurs ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles