Toujours plus de chômeurs

5 millions de chômeurs (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints102

Hollande l’avait promis, re-promis, confirmé, parole de président socialiste. Ben, on y est : 5.000.000 de chômeurs, bravo l’artiste ! Parce que vous remarquerez que la presse subventionnée reste très fair-play sur le sujet, préférant bruisser des coups d’éventails entre députés d’hémicycle : facho, gaucho, ta sœur couchait avec l’occupant, ta mère a été tondue pendant qu’on libérait le socialisme, tu sais où tu peux te le mettre ton aéroport…

S’il est certain que les groupuscules dits d’extrême-droite ont la faveur de Valls, moins que les Roms, plus que les dealers, moins que les voleurs-cambrioleurs, plus que les assassins, etc, cela permet toujours de faire oublier les calamiteux résultats de l’excité dans ce domaine de la sécurité dont il était sûr de faire la marche vers le trône de 2017.

Dégringolade dans les sondages et dans l’escalier, ce que Hollande contemple sans effroi : depuis qu’il s’est converti à la social-démocratie, il est convaincu que Saint Rémi viendra le couronner avec la Sainte Ampoule de la Croissance. Il lui suffit d’attendre, ce qu’il a fait toute sa vie, protecteur des arts (enfin, du ciné, surtout), esthète sociétal octroyant le mariage gaiement, guerrier sans peur (re)conquérant de la Françafrique, lançant des milliards d’euros aux pauvres indigents en monnaie Monopoly. Mais surtout, surtout pas en ayant la moindre idée de ce qu’il pourrait faire pour l’économie : il a essayé la force mentale pour tordre la courbe du chômage, il y croyait.

Mais c’est un animal froid, surtout, il lui reste trois ans, il va se débarrasser de ses bras cassés après les municipales et tenter le coup avec un Lamy, par exemple. Et les sans-grades, les désespérés voteront Bleu Marine, reprenant le bon vieux truc de Tonton Mitterrand pour empêcher la « Droite » de trouver sa majorité naturelle. Non, il n’y a pas de place prévue pour les Libéraux. Sauf l’Avenir, chers lecteurs !