Panthéon : parité respectée

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Panthéon socialiste (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Panthéon : parité respectée

Publié le 21 février 2014
- A +

img contrepoints080 panthéon

On ne peut pas critiquer le choix de Hollande Ier quant aux futurs pensionnaires du Panthéon. On sait combien de luttes de couloirs sur des mois ou des années cela représente, avec des lobbies acharnées aux arrières-pensées troubles et politicardes.On peut quand même regretter l’absence d’ une personnalité emblématique de 1914, puisqu’on en cause ces temps-ci. On doit critiquer l’absence de choix politiques de tous genres (pas gender) dans un contexte de crises européenne, – notamment ukrainienne – et africaine. Tandis que Fabius a passé vite fait en coup de vent avant d’aller manger plus loin du riz avec des baguettes, ses collègues eux sont restés.

Ce qui caractérise la diplomatie française, c’est l’indécision. Je rappelais hier les tergiversations françafricaines : nos soldats sont expérimentés, tout ce qui leur manque, ce sont des ordres précis. Plus tôt au Mali, on évitait l’envahissement vers le sud ; quelques coups de 20mm et les 4×4 de la séléca, clairement désignés comme l’ennemi, disparaissaient vers le nord de l’ex-république de Centrafrique avec armes et bagages pillés. Les journalistes oublient souvent de préciser les règles d’engagement de tir, très restrictives. Simpliste ? Non, volontariste.

L’Ukraine ? On ne peut que penser à l’action de Sarkozy à l’occasion de la crise géorgienne qui fut décisive. On ne peut que devoir rassurer Poutine, l’Ogre des médias subventionnés, sur les risques d’embrasement à sa frontière limitrophe de cette Ukraine de l’Ouest, de colonisation russophone et russophile plus ou moins ancienne. On doit rappeler aux insurgés de Kiev qu’ils ne tiennent pas le pays, comme Paris n’était pas la France en 68. Parler de sanctions est déplacé, la situation est gravissime et urgente, les sanctions tardives.

C’est peut-être le moment de découvrir que tout à ses projets « méditerranéens », la France a fait l’impasse totale sur l’Est de cette Europe dont elle nous rebat les oreilles par ailleurs. Parce que si l’Ukraine fait partie « naturellement  » de notre Europe, l »appartenance de l’occupant séculaire turc est moins probante, et les efforts déployés en faveur de cette Turquie d’Erdogan, qui vient encore de restreindre les libertés d’Internet, seraient les bienvenus envers cette Ukraine dont on constate que nous savons si peu à son sujet »

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • hé oui ! tout occupé à ses guerres avec la maison d’autriche puis avec l’allemagne, la france était autrefois l’allié effective mais bien lointain des peuple slaves, mème si ça ne leur a pas raporté grand chose, à part peu-etre pour maria walewska…
    aujourd’hui, les pays d’europe de l’est, c’est un peu les chinois de l’europe: de vilains déflationnistes, des plombier polonais. pas trés populaire pour les tenants du  » meilleurs système social au monde « . alors que le mahométan, lui, fait plus concurence à la messe du dimanche matin, qu’à l’ouvrier cégétiste…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

La presse nous apprend qu’Emmanuel Macron vient de donner son accord à la proposition qui lui était faite de faire entrer au Panthéon la fameuse meneuse de revue des Folies Bergères dans les années 1930, Joséphine Baker.

Cette artiste de music-hall franco-américaine a été une figure de la résistance aux envahisseurs nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été active aux côtés  du pasteur Martin Luther King dans la lutte pour les droits civiques des Afro-américains.

Une pétition qui avait recueil... Poursuivre la lecture

Par Éloïse Lenesley.

Négrophobe : c’est en ces termes pour le moins inattendus que le syndicaliste anti-impérialiste Tiémoko Garan Kouyaté qualifia Joséphine Baker quand celle-ci afficha publiquement son soutien à Benito Mussolini en guerre contre l’Éthiopie en 1935, alors qu’elle voyait naïvement en lui un rempart contre l’esclavagisme.

Parée de bananes ou flanquée d’un guépard en laisse, la facétieuse meneuse de revue triomphait depuis une dizaine d’années en capitalisant sur un exotisme en vogue dont raffolait le tout-Paris m... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Faire entrer Rimbaud et Verlaine « ensemble » au Panthéon eu égard à leurs génies poétiques respectifs d’une part et à leur relation homosexuelle d’autre part – au départ, cette idée fut lancée sur le ton de la blague par un trio de rimbaldiens désespérés de découvrir le manque de charme de la sépulture de leur héros à Charleville-Mézières.

Comment l’imaginer moisir éternellement dans le sinistre cimetière d’une ville qu’il jugeait « supérieurement idiote entre les petites villes de province » ?

San... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles