Comment arriver à une Afrique réellement libre et indépendante ?

Pour parvenir à une réelle indépendance et sortir de la dépendance économique, l’Afrique doit oser un discours de vérité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment arriver à une Afrique réellement libre et indépendante ?

Publié le 15 février 2014
- A +

Par Isidore Kpotufe (*), depuis le Ghana.

AfriqueEn début d’année, j’étais invité par la Macedonia  Secondary School1 pour parler du thème : « Afrique, quelle indépendance ?  » à l’occasion de « Macedonia For Africa », un évènement organisé annuellement par ladite école. Objectif : Identifier les défis que l’Afrique doit relever et proposer des recommandations.

Cette année, l’indépendance et la liberté du continent africain faisaient partie intégrante  des discours. Il me revenait  de parler de l’indépendance africaine aux élèves. Bien avant cela, durant une session d’échanges entre les conférenciers et le public, les intervenants étaient avec grande surprise, en désaccord sur la question de l’indépendance africaine. Pour le public (majoritairement constitué d’élèves), un grand nombre de pays Africains  ont « arraché » leur indépendance des grandes puissances européennes notamment la France, Grande-Bretagne, le Portugal, la Belgique… il y a  50 ans. Ceux-ci continuent à défendre le fait que l’Afrique se dote d’une liberté politique. Cependant, il leur paraissait impossible de définir le thème Indépendance Africaine.  Une question qui a apparemment fait polémique lors de cette rencontre.

Nous, Africains qui avons été instruits, avons appris à l’école que « les pays africains sauf l’Éthiopie et le Liberia selon l’histoire, ont été colonisés principalement par les pays européens au XIXe siècle. Mais grâce aux efforts des leaders africains à cette époque, Kwame Nkrumah (Ghana), Sékou Touré (Guinée), Félix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire), Léopold Sédar Senghor (Sénégal), Modibo Keita (Mali), Patrice Emery Lumumba (R. D. Congo), Sylvanus Olympio (Togo), Nelson Mandela (Afrique du Sud) pour ne citer que ceux-ci, l’Afrique a obtenu son « indépendance » ». De quelle indépendance parle-t-on ici ? L’Afrique est réellement indépendante au plan économique ? Libre de l’ingérence politique de ses anciens colons ? L’Afrique n’est-elle pas toujours largement influencée par la culture dévastatrice occidentale ? Des réponses précises à toutes ces questions font appel aux vrais débats d’idées.

Les situations que nous vivons ici en Afrique sont à déplorer. Ce n’était certainement pas le plan des pères de l’indépendance africaine pour leurs fils. Il est temps que nous, Africains, prenions conscience de cette réalité et changions la direction des débats sur cette question.

Quel était le plan des héros de l’indépendance africaine pour l’Afrique d’aujourd’hui ?

Kwame Nkrumah

Le 23 septembre 1960, devant l’Assemblée générale des Nations unies à New York : « Des années durant, l’Afrique a été la victime du colonialisme et de l’impérialisme, de l’exploitation et de la dégradation. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, ses enfants ont enduré les chaînes de l’esclavage et de l’humiliation. Pendant ce temps, les exploiteurs et les décideurs autoproclamés de notre destin souillaient nos terres, avec une incroyable sauvagerie, sans pitié, sans honte, sans respect. Ces jours sont révolus et à jamais révolus (…) »

Après son accession à la présidence du Ghana en 1960, il écrit : « Le nationalisme africain ne se limite pas seulement à la Côte d’Or, aujourd’hui le Ghana. Dès maintenant il doit être un nationalisme panafricain et il faut que l’idéologie d’une conscience politique parmi les Africains, ainsi que leur émancipation, se répandent partout dans le continent. »

Joseph Ki-Zerbo

Joseph Ki-Zerbo partageait lui aussi cette idée d’indépendance de l’Afrique juste comme Kwame Nkrumah, libre et économiquement indépendante. Ainsi, la donne politique et la donne économique se rejoignent. Joseph Ki-Zerbo écrit : « Quand avec Kwame Nkrumah, Amilcar Cabral et les autres, nous nous battions pour l’indépendance africaine, on nous répliquait : « Vous ne pouvez même pas produire une aiguille, comment voulez-vous être indépendants ? » Mais justement pourquoi nos pays ne pouvaient-ils pas produire une aiguille ? Parce que, pendant cent ans de colonisation, on nous avait affecté à ce rôle précis : ne pas produire même une aiguille, mais des matières premières, c’est-à-dire dépouiller tout un continent. »

Sékou Touré

Encore, une autre importante figure de la liberté africaine : Sékou Touré, en Guinée, premier pays d’Afrique noire à s’extraire de la zone d’influence française. Au moment où la Guinée dit « non » à la France de De Gaulle, Sékou Touré est très clair sur le sens de sa démarche pour l’indépendance de son pays et celle de l’Afrique: « Il n’y a pas de dignité sans liberté : nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l’esclavage. » Apparemment, cette expression de Sékou Touré est figurée.

Patrice Lumumba

En effet, l’unité africaine tant souhaitée aujourd’hui par tous ceux qui se soucient de l’avenir de ce continent, « ne sera possible et ne pourra se réaliser que si les hommes politiques et les dirigeants de nos pays respectifs font preuve d’un esprit de solidarité, de concorde et de collaboration fraternelle dans la poursuite du bien commun de nos populations. Les aspirations des peuples colonisés et assujettis sont les mêmes ; leur sort est également le même. Les buts des mouvements sont les mêmes. Ces buts, c’est la libération totale de l’Afrique du joug colonialiste.

Il continue : « Puisque nos objectifs sont les mêmes, nous atteindrons facilement et plus rapidement ceux-ci dans l’union plutôt que dans la division.»

Ces divisions, sur lesquelles se sont toujours appuyées les puissances coloniales pour mieux asseoir leur domination, ont largement contribué – et elles contribuent encore – au suicide de l’Afrique.

Apparemment, l’Afrique n’a pas pu encore atteindre ces objectifs. Mais j’ai de l’espoir pour l’Afrique.

Comment sortir de cette impasse ?

Soyons réaliste mais optimiste…

Pour moi, il n’y a qu’une seule voie. Cette voie, c’est de dire la vérité à cette génération, leur faire comprendre que les visions des pères fondateurs de l’Afrique moderne ne sont pas encore atteintes : celles d’avoir un continent indépendant au plan économique, capable de gérer ses affaires politiques avec compétence et de voir ses filles et fils vivre dans l’harmonie et dans l’unité, un continent où tout le monde respectera les droits et libertés d’autrui. L’expérience démontre que dans nos territoires africains, l’opposition que certains éléments créent au nom de la démocratie, n’est pas souvent inspirée par le souci du bien général ; la recherche de la gloriole et des intérêts personnels en est le principal, sinon l’unique mobile. L’existence d’une opposition intelligente, dynamique et constructive est indispensable afin d’équilibrer la vie politique et administrative du gouvernement au pouvoir.

Il est important que nous disions la vérité à nos élèves – pour sauver la future génération de la tyrannie économique qui nous frappe aux yeux aujourd’hui.

C’est notre droit de faire de ce continent un continent de la justice, du droit, de la liberté et de la paix.

(*) Isidore Kpotufe dirige Imani francophone, le projet francophone du think-tank Imani Ghana

  1. Lycée privé à Accra, capitale du Ghana qui forme les élèves selon leurs compétences spécifiques.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • les africains peuvent deja essayer de faire du commerce avec les chinois ( entre autres, je pense aux brésiliens ).
    ils ne les ont jamais colonisés, ne les prennent pas forcement pour une race inférieur, ont des produits comépétitifs, ont une experience du ratrapage des pays industriels, ont une compétence en agronomie tropicale, n’ont pas d’idéologie à leur vendre ou à leur imposer ( contrairement à la péninsule arabique ).

    • Pour ce qui est de la considération qu’ont les Chinois des Africains, il serait utile d’interroger deux ou trois étudiants noirs poursuivant leur cursus en Chine.
      Il faut remercier M. Kpotufe de poser ces questions sur la table, depuis plusieurs billets déjà, mais il est un handicap majeur qui leste tout le continent africain (il n’est pas le seul ainsi plombé), ce handicap est la corruption massive des élites, partout !
      La citation de Patrice Lumumba, « l’unité africaine ne sera possible et ne pourra se réaliser que si les hommes politiques et les dirigeants de nos pays respectifs font preuve d’un esprit de solidarité, de concorde et de collaboration fraternelle dans la poursuite du bien commun de nos populations » est tout à fait « scandinave », on se croirait en Suède. Ne voyez aucune allusion à la fin tragique de Dag Hammarskjöld.

    • j’ai des échos, à vérifier, que les chinois ont initié une croissance afraicaine interne très réelle, non pas malgré mais grace a un manque total de scrupules économiques.

      Le crime de la colonisation est peut être plus d’avoir cassé l’égo des populations, les mythes de grandeurs propre a chaque peuple, plus que le pillage ou les massacres, que chacun sait très bien faire sans aide, et sans technologie occidentale.
      Le fait que les autorités politiques ne croisent pas les frontières qui sont dans les esprits, fait que les dirigeants ne se sentent pas propriétaires/responsables de tout ce qu’ils dirigent… le paradoxe c’est que c’est une logique très coloniale, le pillage des gens différents pour enrichir « les siens ». En réponse, comme en grèce (un pays colonisé, détruit aussi) les peuples colonisés par leur gouvernement ne s’investissent pas dans leur état, les impots, les infrastructures, l’éthique administrative…

      Comme disait un gars sur BFM Business les experts, il y a plein d’entrepreuneurs et de travaileurs fantastiques, imaginatifs, travailleurs, combatifs, partout et en tout temps… pas moins en afrique, qu’en asie ou même en France… c’est le système, les autorités, la corruption ou la protection des rentes locales, qui sabotent et contraignent la créativité des acteurs économiques.

      En tout cas,, en France je ne me vois pas donner de leçon coté dynamisme, créativité, esprit d’entreprise…
      Ma tropicale adorée me donne des leçons d’entreprise tout les jours.

  • Un discours qui ne reflète en rien la vérité ! Vous ne pourrez pas devenir indépendant économiquement sans d’abord devenir indépendant politiquement… Transformez vos gouvernements en démocratie, éduquez vos peuples pour que les élections ne tournent plus aux bains de sang et aux tricheries… Nous ne sommes pas ou plutôt, nous ne sommes plus les responsables de la mise en place des dictateurs déguisés en présidents, c’est de votre responsabilité, c’est donc à vous de faire le ménage devant votre porte au lieu de tout le temps mettre le tort sur l’occident, c’est une excuse bien trop facile, beaucoup plus facile au fond que d’admettre la vérité ! Votre destin est depuis quelques années déjà entre vos mains, nous en occident regardons maintenant ce que vous pouvez faire de cette liberté retrouvée… Et franchement, j’espère pour vous que vous ferez les bons choix mais pour l’instant, étant donné le ton de votre article, j’ai de grands doutes car vous me paraissez déjà être un future président déguisé 🙁

  • en fait, les Africains doivent d’abord se libérer de la colonisation inrellectuelle et penser par eux-mêmes et dans leur langue.

  • en fait, les Africains doivent d’abord se libérer de la colonisation intellectuelle et penser par eux-mêmes et dans leur langue.

  • Le reve africain ne se realisera qu’avec la prise de conscience de la nouvelle generation qui elle depend de la facon dont l’histoire leur est enseignée. C’est dont de la responsabilité des dirigeants actuels de revetir un minimum de dignité et de transmettre la vraie histoire qui conduira ineluctablement tous les africains vers le panafricanisme qui pour moi est le seul remede des maux du continent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

Certains de mes amis, partisans comme moi de l’exploration de Mars par vols habités, ne partagent pas mon opinion sur le caractère indispensable et quasiment inéluctable d’un établissement permanent et autonome sur la planète rouge (du moins autant qu’il lui sera techniquement possible de l’être). Je leur réponds.

Il y a plusieurs raisons de vouloir envoyer des hommes sur Mars. La première ou plutôt la plus immédiate, c’est son exploration scientifique. On voit bien qu’avec le décalage temporel résultant de la finitude de la vitesse de... Poursuivre la lecture

Par Manuel Tacanho. Un article du Mises Institute

L'Afrique a été en proie à une inflation galopante et à une instabilité monétaire au cours des cinquante dernières années. Il y a eu de nombreux cas de crises monétaires et de rétablissement de la monnaie. Même l'hyperinflation, le phénomène économique le plus destructeur, a laissé sa marque ruineuse sur plusieurs sociétés africaines.

Certains diront que c'est parce que les banques centrales africaines sont incompétentes dans la gestion de leurs monnaies. D'autres peuvent prétend... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles