« Poor Numbers » : Les statistiques de développement sur l’Afrique sont fausses

C’est aussi de statistiques dont l’Afrique a besoin !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Poor Numbers
[cp_donation]

« Poor Numbers » : Les statistiques de développement sur l’Afrique sont fausses

Publié le 11 février 2014
- A +

Un article d’Imani Ghana.

Poor Numbers

Poor numbers (« Pauvres chiffres »), c’est le titre d’un ouvrage paru en mai dernier qui a eu un certain impact dans le monde des statistiques et du développement. Son auteur, l’économiste norvégien Morten Jerven, y remet en cause l’exactitude des statistiques économiques sur l’Afrique. Et de pointer du doigt le manque de fiabilité et parfois même, tout simplement, le manque de données statistiques, pourtant indispensables à la conduite de politiques publiques efficaces en Afrique, comme partout ailleurs dans le monde. Le tout sur fond d’interventions parfois intempestives des politiques cherchant à en influencer la production…

Comme le souligne Sandrine Mesplé-Somps, ce livre n’est pas exempt de critiques. On peut lui reprocher d’extrapoler à l’échelle du continent africain la situation ghanéenne, de vouloir faire de cette déficience statistique une spécificité exclusivement africaine, etc.

Néanmoins, Morten Jerven a le mérite de provoquer un débat, de rappeler que la question des statistiques est tout sauf un sujet anodin et qu’il est ô combien nécessaire de disposer de données fiables et sérieuses sur le continent. Comme le soulignait récemment le directeur de cabinet du ministre du Plan, M. Souleymane Diallo dans Le Soleil, elles sont un outil essentiel pour orienter les politiques et assurer le suivi des progrès vers la réalisation des objectifs de développement. Elles constituent en outre « un facteur de promotion de la bonne gouvernance, en ce sens qu’elles assurent la transparence dans la gestion des affaires publiques et privées. »

Dans des pays dans lesquels l’administration est faible et le secteur informel extrêmement développé, le travail de statisticiens est particulièrement difficile. Mais, rappelle Sandrine Mesplé-Somps, il ne s’agit pas d’une cause perdue : « la conjonction d’enquêtes microéconomiques et la confrontation des enseignements tirés de ces enquêtes avec les données macroéconomiques permettent de construire un corpus de connaissances très riches. »

Mais pour faire progresser la connaissance statistique, il est important que les pays africains ne négligent pas leurs outils de production statistiques et, en premier lieu, leurs instituts nationaux de la statistique. Parents pauvres de l’administration, ceux-ci sont trop souvent sous-financés et sous-staffés. Ils ont pourtant un rôle clé à jouer dans l’amélioration des stratégies de développement. Il serait dommage qu’ils en soient les grands oubliés.

Morten Jerven, Poor Numbers, Cornell University Press, janvier 2013, 252 pages.

[cp_donation color="blue" margin_bottom="10"]

Il y a quelques temps, j’avais publié un billet portant sur la bande dessinée de l’économiste Bryan Caplan intitulée Open Borders, qui faisait l’apologie de l’immigration. Même si cette œuvre était très convainquante, certains pourraient préférer un livre plus formel sur cette question.

Ces derniers mois, j’ai lu deux livres sur le sujet de l’immigration. Le premier intitulé Wretched Refuse, par Alex Nowrasteh et Benjamin Powell (ANBP) est un ouvrage très empirique, qui épluche toute la littérature académique sur les impacts de l’immig... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

La statistique du PIB reflète l'idée que le facteur clé de la croissance économique n'est pas la production de richesses mais plutôt leur consommation. Il s'agit plutôt d'un calcul de la valeur des biens et services finaux produits pendant un intervalle de temps donné, généralement un trimestre ou une année. Comme les dépenses de consommation représentent la plus grande partie de la demande globale, de nombreux commentateurs estiment que les dépenses de consommation sont le principal moteur de la croissance économiqu... Poursuivre la lecture

Chine
2
Sauvegarder cet article

La Chine se voit bientôt la première puissance économique mondiale et en avance dans de nombreux domaines. Elle semble même penser ne plus avoir besoin du reste du monde pour son développement. C’est probablement une erreur, comme l’a montré l’épisode maoïste.

 

Pourquoi la Chine choisit d’être seule ?

Dans mes derniers articles, j’évoquais les faiblesses à long terme de la Chine, principalement sa crise démographique ou la démotivation des jeunes qui, n’ayant pas connu la misère de leurs parents, rechignaient à travailler ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles