J’ai suivi une formation du FOREM (1ère partie)

En ce début d’année 2014, je suis à la recherche d’un nouvel emploi ou de partenaires avec qui créer ma propre startup. Je me suis donc rendu au FOREM, l’équivalent wallon du Pôle-Emploi français …

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pôle emploi

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai suivi une formation du FOREM (1ère partie)

Publié le 1 février 2014
- A +
Par Lionel Dricot
Ceci est le billet 1 sur 2 dans la série Ma formation FOREM

Je me suis rendu au FOREM afin de suivre une séance d’information sur la création d’une entreprise. Une expérience entièrement véridique que je me dois de partager avec vous.

— Je peux avoir votre carte Job Pass ?
— Ma quoi ?
D’un air étonné, je regarde mon interlocuteur qui se tient derrière un comptoir. Il agite sous mon nez une carte à puce.
— Je n’en ai pas.
— Et bien, alors cela ne comptera pas pour vos points.

Comme je vous l’ai annoncé, j’ai commencé cette année 2014 avec la volonté de me réorienter professionnellement. La création d’une startup est l’une de mes pistes privilégiées pour peu que je rencontre les bons partenaires. Aussi ai-je décidé de me rendre à une séance d’information du FOREM à destination des personnes souhaitant créer une entreprise. Pour être honnête, je n’attendais rien de très concret de cette formation. Mais j’étais curieux. Au pire, cela ferait matière à un billet. Un peu comme ma participation à une émission télé.

Ma première surprise fut donc cette carte Job Pass, dont je n’avais jamais entendu parler. J’étais le seul à la formation à ne pas en avoir. Étant toujours en période de préavis, j’étais probablement le seul de la salle à ne pas être au chômage. Le principe de Job Pass est très simple : à chaque activité du FOREM, les chômeurs participants reçoivent des points. Le nombre de points mesure la « motivation » du chômeur à chercher du travail. C’est également un incitant pour les faire venir et cela permet aux travailleurs du FOREM de justifier leur salaire avec des chiffres. Frappé par le surréalisme du concept, par son absurde perversité, je reste un instant abasourdi. Mais, sans attendre, la formation commence dans la petite salle pleine à craquer.

— Qui d’entre vous fume ?
Une main timide se lève.
— Pas d’autres ? N’ayez pas peur, ce n’est pas pour surveiller. Je fume moi aussi. C’est juste pour dire qu’à la pause, on ira dehors, derrière le bâtiment. Il y a un cendrier. Vous pourrez poser des questions, on discutera.
Drôle d’introduction. Le ton est donné, allons directement à l’essentiel ! Je feuillette les slides qui nous ont été fournis. Uniquement des généralités. Quelques infos sur les primes et les aides de l’état à partir du slide 30. Mais arriverais-je à tenir jusque là ? Le formateur continue.
— Si jamais vous recevez des coups de fil urgents, bon, c’est mieux d’éteindre son GSM, mais on ne sait jamais. Et bien vous sortez et vous allez là dans le couloir. Enfin, pas tous à la fois, je n’ai pas envie de rester seul dans la classe.
S’ensuit quelques minutes pour décrire l’endroit le plus propice pour téléphoner. Le formateur se décide enfin à aborder le premier slide mais s’interrompt immédiatement.
— Au fait, on vous a dit que la formation était à quelle heure ? 9h à 13h ? Parce que je vous préviens qu’avec moi, on est parti jusque 13h30 minimum si pas 14h. Je suis un bavard.
Le site web indiquait 9h à 13h. J’ai pris un rendez-vous à 13h30. Mais je suis le seul qui semble m’offusquer. Visiblement, le FOREM prend à cœur sa mission d’occuper le temps des chômeurs.
— Bon, j’ai une bonne nouvelle. La crise est finie ! Du moins c’est ce que disent les politiciens. Ce sera le retour du plein emploi !
Tout au long de la matinée, le formateur ne cessera d’ailleurs de faire des remarques ironiques sur les « politiciens ». Celle-ci n’est que la première d’une longue série.
— Enfin, non, pas le plein emploi. Car si c’est le plein emploi, nous, au FOREM, on sera au chômage !
Extraordinaire ! Arriver à placer cet aphorisme grandiose dès les premières minutes de la formation relève de l’exploit. La salle semble prendre le paradoxe sur le ton de la plaisanterie. Mais, au fond de moi, j’admire la performance. Sans vraiment le vouloir, le formateur vient de pointer, en une seule et unique phrase, toute l’absurdité de notre politique de l’emploi. Et, inconsciemment, il révèle la motivation profonde de tous les employés du FOREM, depuis le simple balayeur aux cadres supérieurs : qu’il y ait le plus possible de chômeurs afin que le FOREM gagne en importance. Chaque emploi trouvé est, pour eux, une perte d’importance et, indirectement, de revenu. Le message est clair : le FOREM ne veut pas qu’un chômeur trouve du travail.

La formation prend enfin un rythme de croisière. Le formateur énumère des lieux communs sur le métier d’indépendant : il va falloir travailler le samedi si on ouvre un magasin. Si on veut ouvrir une boulangerie, il faut savoir faire du pain. Faire tourner une affaire coûte de l’argent (le matériel, le stock) et donc il faut gagner assez pour payer les coûts et un salaire pour soi. Parfois, le formateur articule clairement certains mots, comme s’il s’adressait à des débiles profonds.

Dans la salle, j’observe deux types de profils. Il y a ceux qui veulent lancer une affaire, peut-être pas vraiment par vocation mais parce ce n’est pas plus mal qu’autre chose. Ils ont une idée assez précise : ouvrir un café, une friterie, une librairie. Je trouve ça positif. Le second profil est fait de doux-rêveurs un peu plus jeunes. Ils veulent travailler avec l’Amérique du Sud parce qu’ils aiment ce continent. Ils veulent créer un atelier créatif pour les enfants. Si les idées sont belles, il y a certainement beaucoup de travail avant d’en faire un business model viable. Avec chacun, le formateur fait une petit blague en parlant de sa présence le jour de l’inauguration. Les commerces liés à l’alcool sont ceux qui attirent le plus les approbations de l’assemblée. On se connaît depuis à peine quelques minutes mais on a l’impression de faire partie du club très select des « entrepreneurs ». Et le formateur est le grand manitou, celui par qui tout sera possible.

Attention ! On a bien rigolé avec les inaugurations et les blagues grivoises mais redevenons sérieux. Pendant toute la durée de la création de l’entreprise, le chômeur est tenu de continuer à chercher de l’emploi et à envoyer un nombre prescrit de CV par mois. Il est nécessaire de le prouver en apportant des copies. Et pas des copies sur une clé USB mais imprimées. Aussi, imprimez plusieurs jours à l’avance car c’est toujours la veille d’un rendez-vous important que l’imprimante se bloque ou n’a plus d’encre. C’est vrai. Ce serait bête de ne pas savoir imprimer justement parce que l’imprimante est en panne.

Je suis subjugué par la capacité de digression du formateur. Je découvre également un monde nouveau, un monde dans lequel l’événement le plus important du mois est de se présenter au FOREM avec la copie des 4 ou 6 lettres de motivation envoyées. Copies imprimées plusieurs jours à l’avance, gardées sous scellé dans un coffre à humidité constante.

S’ensuit une longue digression sur les règles du chômage. Personnellement, j’y ai appris énormément sur la kafkaïsation de notre administration. Ainsi, un chômeur ne peut exercer aucune activité, même bénévole, entre 7h du matin et 18h. Absolument aucune. Il a droit à des exceptions ponctuelles mais, du coup, il ne touchera pas son chômage pour les jours où il aura exercé une activité. Chez les chômeurs, le bénévolat est donc payant ! Le formateur l’explique :
— On vous demande de chercher du boulot. Et d’en trouver. Enfin non, pas d’en trouver. Moi ça ne m’arrange pas que vous trouviez du boulot.
Large sourire à l’assistance mais la blague tombe à plat. On pourrait entendre une mouche voler.

À suivre dans la seconde et dernière partie.

L’article original, sous licence CC by, est à lire sur Ploum.net

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Cette structure parapublique wallonne compterait +- 4200 postes ! Sans compter sur la concurrence – par redondance – avec des multiples « Maisons de l’Emploi » « gérées » par nos communes. La région de Bruxelles-Capitale s’appuie elle sur un cloné : ActIris … A lire avec attention : http://fr.wikipedia.org/wiki/Actiris (historique , « performances atteintes » ), mais aucune indication portée là quant à l’effectif en personnel « occupé dedans »… (soit massivement des encartés rouges).
    Faut donc bien trouver de quoi occuper toute cette marmaille d’adultes mentalement pré-formattés !
    = Structures publiques dirigées par des cadres étiquettés du parti PS francophone, ça situe la donne !

    Révélateur de leurs « performances » jamais ou guère publiées ? Faites donc ce calcul :
    ratio du nombre de jobs effectivement créés (et de statut contrat à durée durable (sic))
    p.r. au personnel permanent s’agitant (sic) dans ces machins-là, tous payés avec nos taxes d’actifs !!!

    En contraste : observez ce qui se passe chez l’homologue flamand VDAB : une autre culture !
    Après quoi, nos chers politiciens et leur marmaille encartée grinceront des dents face aux critiques NV-A .

  • Il faut briser ce tabou et dénoncer ces milliers d’emplois bidons garantis, à tous les encartés des partis de gauche qui sont employés dans ces structures étatiques, prétendument chargées de trouver des emplois aux chomeurs.
    Le chomage de masse fait vivre ces gens en leur donnant une légitimité, une raison pour les étatistes de de perenniser leurs emplois !
    Assez de complaisance envers eux.

  • « Moi ça ne m’arrange pas que vous trouviez du boulot.
    Large sourire à l’assistance mais la blague tombe à plat. »

    Répondez (intérieurement pour ne pas tomber « par hasard » sur la liste des « incasables »:

    …surtout si je trouve un boulot au FOREM, car dans ce monde du travail sans pitié dont vous êtes un exemple patenté, c’est souvent les plus anciens qu’on vire d’abord.

  • Beaucoup de méconnaissances du Forem dans cet article… l’ironie est délectable quand on sait de quoi on parle. J ai assez fréquenté le forem pour vous dire qu’ils ne servent pas à grand chose en effet mais vos remarques tombent à plat.. sur la carte jobpass notamment. En ce qui me concerne on ne me la demandé qu’au musée de la photographie pour profiter d’une réduction de tarif.

    • Mr Lionel Dricot est un aigri qui règle des comptes, voilà tout.
      Avec le FOREM dans cet article , avec les milieux de la télévision dans un autre article de son blog qu’il nous invite à consulter.
      Pitoyable

      • Par quel commanditaire êtes-vous rémunéré pour nous pondre une telle ineptie, alias grizure ?
        Je ne connais point ce Lionel D., mais peut vous assurer de dizaines d’autres témoignages de mecs et gonzesses ayant côtoyé les « experts » du FOREM et ceux dACTIRIS : là le jugement est sans appel !
        Prenez donc la peine de lire ma première intervention ? Surtout, trouvez-y de quoi dénigrer ces réalités…

  • Il est important de savoir ces informations pour mieux exploiter le domaine,cependant il est très utile aussi de savoir comment faire pour réaliser e projet facilement

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

On reparle d’un éventuel rattachement de la partie francophone de la Belgique à la France. Ce débat est un serpent de mer qui réapparaît périodiquement[1. Tribune de Jules Gheude, écrivain belge et militant wallon prônant le rattachisme, le 7 mai 2022 dans Le Monde : « Et si, en 2024, la Wallonie devenait française ? »] parce qu’il a une certaine logique, mais les conditions de ce rattachement sont-elles vraiment réunies ?

La Belgique est profondément divisée, linguistiquement et politiquement et chaque Belge a sa vision passionnée du ... Poursuivre la lecture

Depuis cinquante ans, les Flamands achètent aux Wallons des compétences car ils rêvent d’embrasser un avenir national, quand les Wallons sont incapables de boucler leur budget. C’est l’histoire du fédéralisme belge.

 

L'omniprésence de la gauche en Wallonie

Le socialisme clientéliste wallon a si bien éduqué les consciences que les Wallons se tournent en masse vers des socialistes révolutionnaires, emmenés par un parti qui revendique l’héritage marxiste « dans son intégralité », Pol-Pot, Mao, Staline.

Trois partis dom... Poursuivre la lecture

Le taux de chômage baisse enfin en France et les pouvoirs publics ne manquent pas de faire du triomphalisme.

Ainsi Bruno Le Maire interviewé le 18 février dernier par Ouest-France, a évoqué avec la plus grande satisfaction une « grande victoire  française ».

On lit sur le JDN, un site d’information très suivi :

« Du jamais vu depuis 2008 : le taux de chômage a atteint son plus bas niveau à 7,3 % de la population active au premier trimestre 2022 selon l’INSEE, contre 7,4 % au trimestre précédent. Le nombre de chômeurs au s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles