Démocratie en Afrique : quels progrès ?

La démocratie est-elle la seule option pour le développement durable et accéléré du continent africain, ou a-t-il besoin d’une nouvelle forme de démocratie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Démocratie en Afrique : quels progrès ?

Publié le 1 février 2014
- A +

Par Isidore Kpotufe, d’Imani Ghana(*).

AfriqueLa question de la démocratisation des pays africains génère des débats intenses depuis des décennies, débats qui prennent différentes  dimensions  au sein des communautés africaines. Mais l’on peut constater que cette question de  démocratisation a énormément affecté le développement de  l’Afrique au cours de ces années dans beaucoup d’aspects ; d’ailleurs, ceci demeure toujours un grand enjeu pour ce continent.

De toutes ces analyses, suscite une seule question : la démocratie est-elle la seule option pour le développement durable et accéléré de ce continent ? Certainement, NON. (Question qui sera abordée par l’auteur dans une prochaine publication.)

Démocratie et son Origine

La démocratie n’est pas « le gouvernement du peuple, par le peuple pour le peuple » comme le dit le républicain et héro anti-esclavagiste Abraham Lincoln, mais un processus permanent de conquête de nouveaux droits et libertés. La démocratie n’a jamais existé, du moins pas en Afrique selon les réalités que nous vivons : c’est une utopie.

Cultiver la définition de la démocratie comme le pouvoir du peuple crée le mythe de l’auto-gouvernement selon lequel le peuple s’émanciperait enfin du règne de la domination et de la sphère oppressive du pouvoir.

Cette illusion est bien un mythe qui n’a jamais correspondu à la réalité de la démocratie, surtout en Afrique. Notre expérience concrète de la démocratie, loin de confirmer la définition de la démocratie comme auto-gouvernement, l’invalide : nous, le peuple, nous ne gouvernons pas, nous consentons à déléguer notre pouvoir à des représentants, une minorité du peuple. Par conséquent, le peuple est gouverné mais pas par lui ni pour lui.

Pour penser la nature de la démocratie en Afrique, il faut bien plutôt s’interroger sur les relations que les individus peuvent entretenir avec le pouvoir. Pour penser la nature de la démocratie en Afrique, il faut revoir comment les élections sont globalement conduites et interroger les bases sur lesquelles se posent un État démocratique.

Puisque l’Afrique n’a pas directement subi l’application du concept de cette forme de gouvernance1 dès son origine quand même que cette notion d’égalité  a été découverte pour la première fois en Afrique, plus précisément en Égypte2, il faut devoir revoir les constituants de la démocratie et les redéfinir dans le contexte africain. Et comme, la base de la démocratie est posée sur le peuple et tout ce qui l’englobe : la liberté (dans toutes ses formes), l’égalité et les droits individuels et ceux du peuple, il serait évidemment approprié qu’on parle de Libécratie3 au lieu de démocratie ici, en Afrique. Oui, LIBECRATIE !

Les intellectuels et les défis de l’africanisation de la démocratie

Le rôle et la position des intellectuels dans les sociétés africaines sont suffisamment peu connus pour qu’on y revienne. Se trouvant au cœur des dynamiques sociales et politiques du processus démocratique, ils jouent certainement un rôle dans les conflits ethniques, les élections et autres difficultés que rencontrent le processus suite à des ambitions personnelles ou de groupes auxquels ils appartiennent.

En effet, pour traiter la vie démocratique en Afrique, un ensemble de questions on été autrefois soulevées qui n’a pas trouvé de solution satisfaisante puisqu’au-delà de la première approximation, ces questions sont apparues associées à d’autres facteurs de la conflictualité nationale, régionale et internationale. Pensons aux conflits politiques et ethniques, aux conflits religieux et économiques ainsi qu’à leur gestion par ces intellectuels avides.

Vraiment, la démocratie a créé cette inégalité dans nos sociétés comme si elle était la pire forme de gouvernance ; inégalité face aux opportunités, devant les lois… Dans son ouvrage Quelle Démocratie pour l’Afrique? Réflexions sur ses Possibilités et ses Caractéristiques,T. K. Biaya soulevait les défis suivants pour la réussite de la démocratie en Afrique :

  • Les nouvelles constitutions des pays démocratiques sont rarement tournées vers l’avenir; elles sont dirigées contre le retour du dictateur sacrifiant ainsi les possibilités d’ériger un État de droit démocratique, qui relèvera les défis du siècle prochain et défendra nos conditions locales dans la globalisation
  •  La question des minorités n’est jamais arrimée aux grandes questions de la démocratie : les Banyamulenge, les Peuls et Toubou (Niger), la Casamance (Sénégal), les Twa au Rwanda et Burundi, etc. Beaucoup de constitutions constituent des lieux où les minorités, parmi elles les femmes et les enfants, ne trouvent aucune protection, davantage si elles sont illettrées en langue officielle (français, anglais, arabe, espagnole ou portugais);
  •  l’expérience du Parlement européen devrait nous aider à penser à des parlements régionaux et sous-régionaux, comme l’indiquent déjà les dernières initiatives de la CEDEAO et de l’UEMOA. Ce parlement se donnerait comme le lieu d’un exercice politique supra-national pour nos “politiciens” méritants après leur mandat. Cette option si elle ne supprime point la “peur de la perte du pouvoir qui est une caractéristique des leaders africains” (African Leadership Forum 1997:29) au moins elle aura aidé à établir un garde-fou et à recourir à l’expérience des “anciens” modernes pour consolider les institutions démocratiques. Cette pratique créera une classe de “personnalités éminentes” que l’UA pourrait utiliser dans son mécanisme de prévention, gestion et résolution des conflits au niveau continental.

Apparemment, l’Afrique a plusieurs défis à relever en matière de démocratisation. Si l’Afrique4 pose la base de son développement sur les piliers de la liberté du peuple (dans toutes ses formes), donc la Libécratie, et mettre en considération les recommandations qui précèdent, elle deviendra un endroit où les gens vivront en harmonie sans conflits (politiques, ethniques, religieux…) tout en assumant leur responsabilité économique.

(*) Isidore Kpotufe, responsable du Projet Francophone du Think tank Ghanéen IMANI.

  1. Dans ce texte, forme de gouvernance réfère à la démocratie.
  2. En effet cette notion d’égalité avait été connue pour la première fois en Égypte par le Grec Solon lors de son voyage.
  3. Comme le principal fondement de la démocratie est la liberté du peuple, ce qui échappe bien aux leaders Africains, il serait mieux de parler de libécratie dans le contexte africain.
  4. Dans cette ligne, l’Afrique retourne aux dirigeants africains
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Je n’ai jamais été un grand partisan de la démocratie. Par contre je pense qu’il est possible de former un état de droit sans gouvernement où les hommes serait libres. C’est pour ça qu’il me semble que l’impératif dans les pays en voie de développement c’est de circonscrire définitivement l’avancé de l’état. D’augmenter son efficience la ou il est devenue le plus important et d’avoir une stratégie de recul des dépenses publiques par rapport aux pays PIB qui soit crédible.

  • Bonjour Isidore,
    C’est un bon point que tu soulève, mais c’est que en Afrique les dirigeants sont tetus qu’il prennent plus de critique.

  • les leaders africain encore en éthiopie pour faire des parlers sans êtres suivi d’action. c’est dommage que l’Afrique demeure ainsi

  • C’est un sujet très riche en développement. La « démocratie » en Afrique, qu’est ce que c’est ? Surtout au fond comment est-ce perçu ?
    Un humoriste Français disait : La dictature c’est « Ferme ta bouche » et la démocratie c’est « Cause toujours ».

    La notion de démocratie est arrivée en Afrique consécutivement à la conférence de LA BAULE, elle revêtait un sens politique, mais elle était très hypocritement adressée beaucoup plus aux anciens pays « communistes » d’Afrique qu’a l’ensemble des politiciens.

    La démocratie est mal comprise en Afrique, on l’utilise comme un outil comparatif, comme un faire valoir de l’alternance au pouvoir, mais individuellement cette notion est très mal perçue car elle ne correspond pas a la culture hiérarchique de l’Afrique.

    Dans la réalité, l’Afrique n’est pas prête à la démocratie occidentale, et beaucoup plus culturellement que politiquement parlant. Cela ne veut pas dire qu’elle n’y parviendra pas, ni qu’elle n’y a pas droit, encore moins qu’il faille l’interdire.

    L’Afrique nie, en faisant abstraction de sa culture millénaire, sa plus grande aspiration à la monarchie, que sa capacité actuelle de devenir républicaine.

    Si la démocratie Africaine, était basée sur une forme de monarchie constitutionnelle, alors, il me semble qu’elle correspondrait plus à un projet viable et constructif.

    L’Afrique doit adapter sa politique, à son particularisme culturel, elle doit s’inspirer d’autres formes, mais sans pour autant les copier, et ensuite progressivement s’engager dans une démarche de progrès démocratique…

  • D’accord sur l’analyse, mais sans aller jusqu’à « it’s economy, stupid ! », je crois que les conclusions font trop découler la liberté économique de la liberté politique. Comme le montre l’exemple de la Chine, c’est la liberté économique, le « Chinois, enrichissez-vous, il est glorieux de s’enrichir ! » de Deng qui a apporté le développement et l’élévation du niveau de vie. La liberté politique viendra après, ou elle ne viendra pas, c’est intellectuellement frustrant, mais une leçon pragmatique : en théorie, la liberté est une et indivisible, mais en pratique la liberté économique, celle de faire du business et de s’enrichir, compte plus que les autres.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles