Pourquoi tant de pauvres ne peuvent-ils pas améliorer leur sort ?

La proposition selon laquelle les inégalités injustes existent toujours, signifiant que les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent, peut encore être trompeuse et dangereuse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi tant de pauvres ne peuvent-ils pas améliorer leur sort ?

Publié le 21 janvier 2014
- A +

Par Alejandro Chafuen, depuis les États-Unis.
Un article de Libre Afrique.

Pourquoi tant de pauvres ne peuvent pas améliorer leur sort ?

Alors que l’Église et les moralistes chrétiens ont toujours parlé des riches et des pauvres, et ont condamné ceux qui ont mis la fortune, ou tout autre chose, au-dessus de la vie éternelle, ce n’est qu’au 20ème siècle que les autorités de l’Église ont commencé à faire fréquemment des déclarations sur le nombre des riches et des pauvres. Le Pape François en est le dernier exemple. Il écrit dans sa dernière exhortation apostolique « Alors que les revenus d’une minorité sont en croissance exponentielle, il en est de même pour le fossé séparant la majorité de la prospérité dont jouissent quelques heureux élus ».

Pendant le 20ème siècle, les inégalités de richesse à l’intérieur et entre les pays, sont devenues un sujet de prédilection chez les intellectuels de diverses tendances. Vladimir I. Lénine (1870-1924) a développé ses théories de l’impérialisme portant sur le thème des nations continuant à s’enrichir alors que d’autres continuent de s’appauvrir. Son point de vue sur la façon dont les pays capitalistes riches exploitent d’autres pays continue d’influencer le monde d’aujourd’hui. L’italien Corrado Gini (1884-1965) a développé une méthode pour mesurer l’inégalité appelée le coefficient de Gini. L’écart entre les riches et les pauvres, tel que mesuré par cet indice, a conduit à de nombreuses études qui ont commencé à influencer récemment les moralistes de tous bords, y compris ceux de l’Église catholique. Au cours de la seconde moitié du 20ème siècle, l’économiste argentin Raúl Prebisch (1901-1986) a développé une théorie de centre-périphérie proche de celle de Lénine. Il a déclaré que tel que les cartes ont été distribuées, il était inévitable que les pays riches au «centre» continuent de s’enrichir et d’exploiter les pays pauvres se trouvant à la «périphérie ».

Dans sa lettre encyclique « Caritas in Veritate » (2009), le pape Benoît XVI a répété ce  que « Jean-Paul II a déjà observé : la ligne de démarcation entre pays riches et pauvres n’est plus aussi claire qu’elle était à l’époque de l’encyclique Populorum Progressio (1967) » (CV, 22). Il a reconnu que la richesse du monde est croissante en termes absolus, mais « les inégalités sont en hausse » et « le scandale de disparités criantes » continue (CV, 22). Le Pape Benoît a mentionné que la corruption exacerbe le problème, mais il a oublié que ce sont précisément ces pays avec plus de liberté économique qui présentent un niveau de corruption plus bas, et des niveaux plus élevés de développement économique et humain.

Le riche peut, et autrefois a pu,  s’enrichir aux dépens des pauvres. Cela se produit quand ils « capturent » le gouvernement et réduisent les opportunités pour les pauvres. Lorsque Paul VI et d’autres autorités religieuses parlent d’un système économique « laissé à lui-même », ils signifient réellement ce qu’ils disent. Il s’agit d’un système où les hommes d’affaires font les règles pour leur propre avantage plutôt que de travailler dans un cadre d’État de droit. C’est pourquoi Jean-Paul II a appuyé, avec ses prédécesseurs, sa critique au type de capitalisme dans lequel « la liberté dans le domaine économique n’est pas encadrée par un système juridique solide qui la met au service de la liberté humaine dans son ensemble et la considère comme un aspect particulier de cette liberté dont l’essence est éthique et religieuse » (lettre encyclique Centesimus Annus, CA). Néanmoins, il a approuvé un système capitaliste « qui reconnaît le rôle fondamental et positif de l’entreprise, le marché, la propriété privée et la responsabilité qui en résulte pour les moyens de production, ainsi que la libre créativité humaine dans le secteur économique … même s’il serait peut-être plus approprié de parler d’une « économie d’entreprise », « économie de marché » ou simplement « économie libre » (CA, 42 )

Hernando de Soto et son équipe de chercheurs, et l’Institut pour la liberté et la démocratie, ont montré comment la sur-réglementation dans une économie augmente les coûts d’entrée sur le marché pour les pauvres, ce qui finit par les exclure de ces opportunités. En plus de ce processus, et d’expliquer pourquoi tant de pauvres ne peuvent pas améliorer leur sort, j’ai soutenu que nous devons nous pencher sur la répartition inégale de la liberté économique. La répartition inégale de la liberté économique conduit à un système où les riches deviennent plus riches, car ils sont les seuls qui peuvent supporter les coûts du formel, ou ceux qui ont une meilleure chance d’acheter à des producteurs, autres que l’État, des services tels que l’éducation et la sécurité, produits de manière inefficace par les fonctionnaires et les administrations publiques. Quant au pauvre, il continue de souffrir d’un accès limité au formel et de services de médiocre qualité.

La proposition selon laquelle les inégalités injustes existent toujours, signifiant que les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent, peut encore être trompeuse et dangereuse. Quand ils parlent des inégalités, Gini et Prebisch dans le passé, Krugmann et Stiglitz dans le présent, ils utilisent la « macroéconomie ». De par sa nature, la macroéconomie est expliquée en termes d’agrégats, de groupes et de moyennes. La personne humaine est perdue dans ces agrégats et ces catégories. Le Pape et ses conseillers doivent être conscients de cette situation et devraient se concentrer davantage sur la mobilité vers le haut, les opportunités, la responsabilité personnelle et les relations familiales. Ces facteurs, plutôt que la redistribution, constituent la clé du développement personnel et social complets.

Alejandro Chafuen est président de la fondation ATLAS pour la recherche économique. Article initialement publié en anglais par le magazine Forbes.


Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • D’habitude j’aime bien les sélections libre Afrique mais faire un article aussi long pour nous expliquez que l’individu se perd dans la moyenne….
    Et quand on connait la nature anticapitaliste du catholicisme enseigné dans les pays émergents je suis pas vraiment certain que l’article touche la bonne cible.

  • Lumineuse synthèse de la situation, posant l’ensemble des éléments explicatifs de la pauvreté structurelle affectant les nations. Il n’est pas étonnant que les socialistes critiquent ce texte : la vérité n’est pas compatible avec l’idéologie mensongère.

  • répartition inégale des libertés économiques.
    intéressant et même pertinent.

    et si le problème en france c’est qu’une entreprise gagne en liberté en devenant grosse (grace a sa capaciét de gérer la complexité, à sortir de l’espace national, à optimiser)…
    et si le problème était que els pauvres n’avaient pas de liberté économique de faire mieux que le salariat…

    et si le micro-crédit était cette liberté que l’on donne aux pauvres de participer à l’aventure économique.
    et si l’autoentrepreneur était une porte, contrôlées, mais ouverte vers plus de liberté économique.

    et si c’était ca l’injustice

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

En France, le capitalisme n’a pas bonne presse. S’il est aisé de trouver des dizaines d’articles expliquant comment il détruit l’environnement ou comment il enrichit sans cesse les plus riches, il est plus difficile d’en trouver qui expliquent comment il a sorti l’Occident (et maintenant une partie de l’Orient) de la misère agricole et permis une progression des niveaux de vie absolument inédite dans l’histoire de l’humanité.

Une partie de ces critiques provient d’une mauvaise compréhension de ce qu’est le capitalisme, qui est assimilé... Poursuivre la lecture

Taxation des superprofits, blocage des prix, contrôle des loyers…

À droite comme à gauche, la pensée magique s’est substituée au raisonnement économique, et le populisme étatiste semble désormais innerver l’intégralité d’un débat public parasité par les passions les plus diverses. Pourtant, au nom de la lutte contre la paupérisation, toutes les politiques publiques ne se valent pas, loin de là.

L’économiste Thomas Sowell rappelle dans Basic Economics (Basic Books, 2015) que sur le sujet comme ailleurs, il faut bien distinguer le... Poursuivre la lecture

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles