Hollande : virage à droite ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Virage social libéral (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande : virage à droite ?

Publié le 9 janvier 2014
- A +

imgscan contrepoints 2013-2556 virage à droite

Hollande a repris du poids depuis sa silhouette maigrichonne de la campagne électorale, quand il n’y avait pas de crise, mais un mauvais Sarkozy. Du coup, il s’est rendu compte (ou Valérie lui a dit : « tu as pris des fesses » – elle s’exprime plus directement, mais nous autres libéraux aimons flirter genre vieux françois – non, pas Tonton) que son popotin de programme débordait du siège auguste de l’État, et pris d’une soudaine illumination, il s’est dit : « T’as le cul entre deux chaises, profite ! » Et il a réussi l’exploit de faire l’alliance au centre UMPS (parce qu’on peut dire ce que l’on veut sur l’UMP, mais ils ne sont pas de droite) en se la jouant virage à droite, ou social-libéral selon les titres de médias dixit.

Le Medef de Gattaz sent un frémissement côté portefeuille, Copé sent un frémissement coté poche arrière de pantalon (vous me comprenez, j’aurais pu dire dans le Fillon, mais on ne va pas jouer les M’Bala, surtout en ce moment). C’est que Flanby lui a quasiment fauché son texte de rentrée et que dire de plus sinon « il n’a rien fait qu’à me copier ». Mais qu’il soit rassuré : ce n’est pas un sciences-po-énarquien blanchi (enfin, cheveux teints, mais…) sous le harnais socialo-marxiste qui va brusquement comprendre et appliquer les règles du marché de la concurrence.

Entre dire que l’État est trop gros, et le faire maigrir, y’a de la marge. Il me souvient d’un fringant ministre qui voulut « dégraisser le mammouth » en son temps. Et là, Hollande-le Barbare, c’est tout le troupeau qu’il devrait trucider ? En conservant les défenses pour ne pas heurter la sensibilité de la tribu alliée des Verts.

Lire aussi :

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Perseverare diabolicum est !

François Hollande a osé déclarer le lundi 8 mars dans le tchat vidéo sur internet animé par Samuel Étienne, se référant bien évidemment au bilan de son successeur (Le Point 9 mars 2021).

Mon grand regret, c'est de ne pas m'être représenté.

Certes, le bilan d'Emmanuel Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que François Hollande puisse espérer faire significativement mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Tandis que la gauche allemande a fait son Bad Godesberg en 1959 et que l’italienne a fait son aggiornamento quelques décennies plus tard, chez nous, fin 2020, François Hollande se demande s’il ne faut pas renommer le PS.

Le doux confort d’une réalité parallèle

Tout n’est pourtant pas rose pour le socialisme franchouillard. D’une part, la tornade LREM a complètement siphonné un PS qui était déjà mal en point.

D’autre part, de nombreux leaders de la droite républicaine et du centre se sont convertis à son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles