2013, année faste

Une évaluation réaliste de 2013 conclut que l’année nous a appris plus sur la façon de parvenir à un développement mondial meilleur et plus rapide, que toute autre année dans l’histoire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2013, année faste

Publié le 31 décembre 2013
- A +

Par Adigun Ajibola [*]

pouce_Afrique_0Deux ans avant l’arrivée à échéance des promesses faites au Sommet du Millénaire à New York il y a treize ans, 2013 a été la meilleure année dans l’histoire de l’humanité. Selon le rapport sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté a été réduit de moitié, l’alphabétisation mondiale est à un niveau record, et le monde a réalisé son résultat économique le plus élevé cette année. Malgré la panique sur le climat et la lente reprise économique, 2013 montre que des efforts concertés, coordonnés peuvent faire la différence. Cependant, nous devons apprendre de ces succès et appliquer les leçons là où il reste encore un long chemin à parcourir.

Une grande partie de la progression est due à l’accroissement des échanges et à un meilleur déploiement de l’aide. Les réformes économiques de la Chine ont eu un impact énorme sur la réduction de la pauvreté mondiale. Le pays, bien que toujours à la traîne dans certains indices de développement social, reste le fer de lance de la croissance économique dans le monde. Il y a trente ans, 84% des personnes dans le monde vivaient avec moins d’un dollar par jour. Ce chiffre est maintenant à 10 %, et cette diminution est une preuve de ce que le commerce mondial peut apporter au développement. Malgré toutes ces nouvelles réconfortantes, l’Afrique reste à la traîne, même si c’est le continent avec l’économie à la plus forte croissance.

Le cinquantième anniversaire de la création de l’Organisation de l’Union africaine prévoit la possibilité de faire plus de gains dans l’agenda post-2015. Selon Mo Ibrahim, l’entrepreneur soudanais et le fondateur de l’Indice Mo Ibrahim de la gouvernance africaine, l’Afrique progresse, mais pas dans la gouvernance. Les États faibles, caractérisés par un mépris pour la primauté du droit, et foyers de conflits régionaux, plus récemment en République centrafricaine, ont annihilé de 2013 les gains.

Le manque de respect des droits de propriété a ralenti la croissance à l’échelle mondiale. Le rapport sur l’Indice international des droits de propriété de 2013 montre une forte corrélation positive entre les droits de propriété solides et le développement économique. Des pays comme le Nigeria et le Bangladesh trainent au bas du classement.

Malgré la réticence des dirigeants du monde à honorer leurs promesses de contributions d’aide pour l’éradication de la pauvreté dans le monde, les dons ont également augmenté en 2013. Grâce, en grande partie, à des initiatives privées et à l’utilisation de la technologie, l’alternative trouvée dans le modèle d’aide direct s’est traduit par des gains importants dans le déploiement de l’aide. Ceci est encourageant, compte tenu du fait que 330 millions $ de l’aide étrangère ont été dilapidés par des bureaucrates corrompus en particulier dans des pays comme le Cambodge, l’Ouganda et l’Ukraine qui ont le plus besoin de cette aide.

Les gens sont plus heureux, ont davantage accès aux téléphones portables et à Internet, et sont plus instruits que jamais. Et l’espérance de vie globale a augmenté aussi. On peut convenir que «Nous vivons dans l’ère la moins discriminatoire dans l’histoire de la civilisation moderne », si l’on considère les progrès réalisés dans la lutte contre la discrimination sur la base de la race et le sexe.

Mais comme le public du faux interprète, en langue de signes, lors de l’enterrement de Mandela, l’image que nous voyons peut ne pas être aussi réelle qu’il n’y parait si nous ne regardons pas au-delà de ces signes heureux. Malgré le déclin de la guerre dans le monde, des dangers imminents à la vie rodent dans du monde entier en Corée du Nord, Ukraine République centrafricaine et au Soudan du Sud.

Une évaluation réaliste de 2013 conclut que l’année nous a appris plus sur la façon de parvenir à un développement mondial meilleur et plus rapide, que toute autre année dans l’histoire.


Sur le web.

[*] Adigun Ajibola est stagiaire à la fondation Atlas pour la recherche économique.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • D’excellentes raisons de rester optimistes ! La situation est peut-être consternante en France, partout ailleurs le capitalisme mondialisé est en train d’éradiquer la faim dans le monde, pour la première fois de l’histoire de l’humanité.

  • @ Adigun Ajibola

    Que pensez vous des MOOC (cours en ligne gratuits) pour l’afrique ?

  • L’aide n’a quasiment aucun rapport avec les progrès faits en Afrique. C’est surtout la bonne gestion et la productivité qui s’est trouvé sur la route. Je viens de lire un appel d’offre du gouvernement congolais pour l’aider à modernisation son administration. C’est toutes ces choses qui produisent leurs fruits.

    L’aide est très souvent donné dans des situation géopolitique difficile, comme une sorte de tutelle(ou ingérence). C’est plus la contre partie d’action politique belliqueuse qu’autre chose. Les état pauvres non en guerre/comflit/tensions ne reçoivent généralement rien.

  • Je suis sceptique quant à la baisse de 80 % à 10 % des personnes vivant avec moins de 1 dollars par jour. Selon Guillaume Nicoulaud (http://www.contrepoints.org/2013/12/28/151509-1981-2010-les-trois-meilleures-decennies-de-lhistoire-mondiale)

     » En 1981 et sur la base des données de la Banque mondiale exprimées en dollars de 2005 ajustés de la parité du pouvoir d’achat (PPP), on estime que 52,2% de la population mondiale vivait avec moins de $38 par mois ($1,25 par jour). Trente ans plus tard, en 2010, cette proportion était tombée à 20,6%. »

    Il y a un problème (ou alors l’article ne tiens pas compte de l’évolution du pouvoir d’achat d’un dollars.

    Quoi qu’il en soit l’évolution reste largement favorable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelques temps, j’avais publié un billet portant sur la bande dessinée de l’économiste Bryan Caplan intitulée Open Borders, qui faisait l’apologie de l’immigration. Même si cette œuvre était très convainquante, certains pourraient préférer un livre plus formel sur cette question.

Ces derniers mois, j’ai lu deux livres sur le sujet de l’immigration. Le premier intitulé Wretched Refuse, par Alex Nowrasteh et Benjamin Powell (ANBP) est un ouvrage très empirique, qui épluche toute la littérature académique sur les impacts de l’immig... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Une des croyances les plus répandues en économie est que le capitalisme est un produit spécifiquement anglo-saxon qui correspond mal à notre culture. Rien n’est plus faux.

Dès 1734, Voltaire, père fondateur de la figure de l’intellectuel français engagé, se réfugie en Angleterre à la suite d’une mésaventure. Il y observe la naissance du capitalisme. Si les « lettres » qu’il publie à cette occasion couvrent nombre de sujets, l’un en particulier a trait à sa prise de conscience de la très grande importance du marché, très au-delà de sa s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles