Valls, gastronome intégriste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Valls Dieudonné (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Valls, gastronome intégriste

Publié le 28 décembre 2013
- A +

imgscan contrepoints 2013-2523

Les socialistes vertueux ont horreur des grossièretés et leur humour se limite respectueusement aux bonnes blagues bien de chez nous de Flanby, le tout enveloppé dans un sens du respectable républicain à s’en faire péter la sous-ventrière de flatulences incongrues. Alors, ce métis britto-camerounais qui refuse d’endosser les traditionnels « Y’a bon, Hollande » pour vanter on ne sait quel plat du terroir de forme ronde ou allongée, heurtant ce-faisant l’esprit master-chief de confréries de gastronomes intégristes adeptes de la carpe farcie, du goulash ou de couscous, semble causer bien du souci au célèbre critique gastronomique Valls, spécialiste de la matraque farcie au plomb.

Celui-ci envisagerait une interdiction d’exercer ses talents culinaires dans la rue comme dans les cours privés qu’il affectionne. En tant que libéral, je suis pour l’ouverture gastronomique de notre beau pays à tous les goûts et dégoûts qui sont dans la nature. Étant Breton, comme mon compatriote Dieudo, j’envisagerais bien de proposer un arrangement qui pourrait satisfaire toutes les parties : remplacer la quenelle par la crêpe ! Surtout que nous la préparons soit avec de la gwiniz du (farine noire/blé sarrasin) ou gwiniz wenn, farine blanche… De toutes façons,avec beaucoup de beurre salé pour mieux faire glisser…

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Par Marc Crapez.

La jonction opérée entre le centre-droit espagnol d’Albert Rivera et le centre-gauche français de M. Valls est un phénomène significatif. Il annonce un changement de personnel politique, non pas seulement plus jeune, réformateur et réaliste -c’est chose faite depuis Tony Blair et Gerhard Schröder- mais moderniste et europhile.

En effet, à l’instar de l’homme politique du XIXe  siècle Juan Prim y Prats, Rivera a fondé une forme de libéralisme résolument ou agressivement progressiste. Pendant ce temps, en France, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles