Transparence de la vie politique : charité bien ordonnée…

Vendredi 13 : la commission pour la transparence de la vie politique a rendu son rapport. Heureusement, sinon on aurait pu finir par oublier que nos élus étaient au-dessus des lois.

Un billet d’humeur de Phoebe Ann Mo$e$.

Hollande CahuzacMonsieur le Président de la République Française, pardon, Monsieur Hollande, un homme normal, avait déclaré qu’il n’aimait pas les riches. Si si : « Je n’aime pas les riches ». Bon. Il a bien le droit d’avoir ses goûts personnels. Personnellement, je n’aime pas les escargots. Au restaurant, si j’en vois au menu, je les évite mais je ne fais pas changer la carte, parce que je sais que mon beau-frère adore ça, lui. Je m’en voudrais de priver les autres gastronomes de leur plaisir. Je soutiens la liberté de choix de chacun, et je n’aime pas la contradiction.

En revanche, si je disais : « je n’aime pas les escargots » et que dans le même temps j’en cuisinais tous les dimanches, mes invités se diraient (version positive) que je suis drôlement ouverte d’esprit ; ou que (version négative) je suis complètement à l’ouest, pour parler familièrement. Trève de plaisanterie avec ces pauvres bêtes.

Déclaration de patrimoine de Jean-Marc Ayrault : 1,55 million. Laurent Fabius : 6,07 millions. Michèle Delaunay : 5,3 millions. Eux paient l’ISF. Certainement que Monsieur Hollande ne les aime vraiment pas.

D’autres se rattrapent, car ils sont plus pauvres ; Pierre Moscovici : 268 000 euros. Celui qui gère le budget de l’Etat est arrivé à l’âge de 56 ans et n’a réussi à s’enrichir que du prix d’un appartement (on ne lui demande certes pas d’avoir une Rolex, mais quand même…). On peut légitimement se demander s’il est à-l’ouest-pour- parler-familièrement, ou bien alors s’il est drôlement ouvert d’esprit car il a su faire des placements au nom d’autres personnes et du coup il n’a plus grand-chose à son nom à lui, ce qui s’appelle de l’optimisation fiscale. Pour ne pas manquer de respect à notre ministre, on dira donc qu’il est drôlement ouvert d’esprit.

Il y a aussi Marisol Touraine qui déclare la somme modique de 1,05 million d’euros. Elle a d’ailleurs fait un commentaire croquignolet à ce propos : «  je n’ai pas d’avoir mobilier, pas d’actions ou de choses comme ça ». « De choses comme ça » ! Qu’est-ce que ça veut dire ? « Des trucs auxquels je ne comprends rien », « des trucs de riches » ? « Des choses sans importance ». Quel dédain ! C’est sûr que c’est plus facile de dévaloriser l’argent quand on en n’a pas besoin.

Bref, bref. Le plus important, en cette période de poursuites judiciaires des fraudeurs, de traque de riches, de niches, et d’optimisation fiscale, c’est que ceux qui font la loi ne se l’appliquent pas à eux-mêmes. Quant au citoyen lambda qui remplit consciencieusement sa déclaration de revenus, il trouvera pour s’aider dans cette pénible tâche, des indications sur le site qui fait foi en matière de loi. On y lit très clairement que les personnes vivant en concubinage doivent faire une déclaration commune de patrimoine. La déclaration pour l’ISF ne fonctionne pas comme la déclaration de revenus, où chaque concubin est indépendant de l’autre.

C’est donc ici que l’on arrive à un point de contradiction qui doit être interprété, soit en se disant que le fisc est drôlement ouvert d’esprit. Soit qu’il est à l’ouest-pour-parler-familièrement. Parce que dans la déclaration de notre président, disponible en ligne, on voit que la rubrique « régime matrimonial » n’est pas remplie : normal, puisque le président n’est pas marié. Mais ce qu’il déclare est apparemment possédé par lui seul, alors qu’il devrait faire déclaration commune avec Valérie Trierweiler. A moins que ce soit Mme Trierweiler qui déclare et paye l’ISF. Malheureusement, cela est invérifiable puisqu’il a été décidé et validé par Claude Bartolone qu’elle n’avait pas à rendre public son patrimoine (ce serait « provocant et inconvenant » et cela « porterait atteinte à la personne du président de la république », sic). Donc : soit ils ne sont pas très riches, ni l’un ni l’autre. Et l’affaire s’arrête là. Soit ils ont fait de l’ « optimisation fiscale ». Soit le président est riche, mais comme il n’aime pas les riches, il serait en contradiction avec lui-même. Soit c’est sa compagne qui est riche, donc il est drôlement ouvert d’esprit.

Dans tous les cas, on voit bien qu’on peut toujours décréter ne pas aimer les riches, ça fait vendre du bulletin de vote, et ça n’ira pas jusqu’à déranger la conscience des ministres, qui font des lois pour les autres et anéantissent des vies qui ne les concernent pas. Au gouvernement, on a décidé de faire la chasse à l’optimisation fiscale. Le dernier qui avait eu cette brillante idée s’appelait Jérôme Cahuzac. Charité bien ordonnée commence par soi-même.