Hollande invite Sarkozy pour les funérailles

Le regard de René Le Honzec.

imgscan contrepoints 2013-2457 funérailles

Du coup personne ne fera remarquer que Hollande n’y va pas en train, aux funérailles, il a récupéré l’avion qu’il avait prêté à Jean-Marc. D’accord, ç’aurait été plus long. Plus personne n’ergote sur l’avion de luxe commandé par Sarko et vilipendé par la Gauche, ce qui démontre au passage que le seul moteur idéologique de cette Gauche, c’est la jalousie effrénée. Maintenant qu’ils ont l’aéroplane présidentiel, il a toutes les qualités et vertus républicaines.

Bon c’était sympa d’inviter le jeune Sarko, parce que le Vieux Chirac en plus, ils auraient risqué de ne repartir qu’à deux. Toutes les « démocraties » et pas mal de dictatures ont voté un budget « costume noir » pour assister aux funérailles du leader incontesté de la lutte anti-apartheid, devenu icône révérée quasi malgré lui, conscient, semble-t-il, des limites de son action une fois au pouvoir : pays record en criminalité, chômage, sida, pauvreté. Un million de blancs ont émigré, apeurés par l’ambiance revancharde.

J’entendais un journaliste souligner avec indignation que 60 000 fermiers Afrikanders possédaient 80% des terres « cultivables ». Mais 1600 d’entre eux ont été assassinés depuis l’arrivée de Mandela au pouvoir. L’exemple zimbabwéen est dans toutes les têtes : expulsion des fermiers blancs, installations arbitraires de Noirs sans compétences agricoles, effondrement de la production, disette, famine.

En 1980, l’Afrique importait 11 millions de tonnes de nourritures, 45 millions en 1995, 33 milliards de dollars de nos jours. Et pourtant d’immenses espaces sont cultivables, ce qui intéresse les pays asiatiques qui, eux, en manquent.