Séminaire de l’Institut Coppet sur l’école autrichienne le 31 janvier à Paris

L’Institut Coppet organise un nouveau séminaire sur L’école autrichienne : l’économie sans équation. , Le vendredi 31 janvier 2014 à Paris.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Institut Coppet

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Séminaire de l’Institut Coppet sur l’école autrichienne le 31 janvier à Paris

Publié le 9 décembre 2013
- A +

L’Institut Coppet organise un nouveau séminaire, le vendredi 31 janvier 2014 à Paris sur « L’école autrichienne : l’économie sans équation ».

En dépit de la multiplication des critiques, le cadre théorique keynésien reste l’explication privilégiée par les analystes économiques concernant les crises qui affectent périodiquement nos sociétés.

Dans les discussions au sujet de la dernière crise financière, les keynésiens éludent deux questions clefs : « Pourquoi, à des moments précis, de nombreux entrepreneurs font-ils faillite en même temps ? » et « Pourquoi les crises économiques se répètent-elles de manière cyclique ? »

Or depuis 100 ans, l’école autrichienne, sous l’égide de Ludwig von Mises et Friedrich Hayek, a développé une théorie de l’entrepreneur essentielle pour comprendre les crises.

Les deux conférenciers présenteront les effets pervers de l’augmentation monétaire et du crédit et ils montreront que les crises sont en réalité une réaction entrepreneuriale aux signaux de marché déformés par les politiques fiscales et monétaires préconisées par les keynésiens.

Le séminaire sera animé par deux professeurs d’économie du Groupe ESC Troyes, Champagne School of Management : Marian Eabrasu, PhD et Gabriel A. Giménez Roche.

Le séminaire se déroulera au 6 rue du Montparnasse, 75006 Paris à partir de 18 heures. Il comprendra deux séances entrecoupées d’un buffet :

  • 18 h 30 à 19h 15 : Comprendre les crises économiques (Marian Ebrasu)
  • 19 h 15 à 19 h 30 : Questions-réponses

19 h 45 à 20 h 45 : Buffet

  • 21 h à 21 h 45 : Keynes à l’épreuve de l’école autrichienne (Gabriel Giménez Roche)
  • 21 h 45 à 22 h : Questions-réponses

Tarifs

15 euros buffet compris.

7 euros pour les étudiants.

Gratuit pour les élèves de lycée.

INSCRIPTIONS sur EVENTBRITE


Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Philippe Bidault. Extrait de Si l’argent m’était conté…, 2012.

À Stockholm, la nuit est descendue depuis plusieurs heures. Le personnel s’affaire encore dans la salle bleue de l’Hôtel de ville alors qu’arrivent les premiers invités.

Un homme à l’allure juvénile — on lui donne moins de trente ans — les accueille. Grand, droit, en habit, l’ordre du Séraphin en écharpe, et à la boutonnière celui de l’Étoile polaire, il s’apprête à serrer mille trois cents mains. Il se livre à l’exercice pour la deuxième fois. Un an plus tô... Poursuivre la lecture

Qu’est-ce que la loi de Say ?

À quelques occasions, nous avons répondu à ces questions et fourni quelques éclaircies sur ce que les économistes appellent le plus souvent La loi de Say des marchés. Beaucoup ont étendu la compréhension de cette loi, qui est une description du fonctionnement des marchés, à la prise en compte de la demande et l’offre de monnaie, et donc à la théorie du déséquilibre monétaire.

Certains économistes, comme Lord Keynes, ont essayé de réfuter cette loi en ne faisant rien d’autres que supposer sa validité... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

L’argent, ou la monnaie, n’est pas une sorte de péché originel de l’Homme, un outil de la corruption, comme le laissent entendre Rousseau et d’autres penseurs. L’argent est à la base même de la division sociale du travail. Comme l’a soulevé brillamment Ludwig von Mises, c’est la liberté économique et donc de facto la monnaie, qui permet à chaque homme de chercher et de trouver une place au sein de la coopération sociale et de prendre part à la société.

De nombreux théoriciens se sont intéressés à la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles