Menaces sur la liberté de la presse au Japon

La loi sur la protection des secrets spéciaux donne au gouvernement japonais le pouvoir de réduire la presse au silence, sans contrepouvoir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Liberté (Crédits Scarleth Marie, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Menaces sur la liberté de la presse au Japon

Publié le 7 décembre 2013
- A +

Par Alexis Vintray.

La loi sur « la protection des secrets spéciaux » votée le 26 novembre par la Diète japonaise vaut au gouvernement de Shinzo Abe de nombreuses critiques l’accusant de menacer gravement la liberté de la presse et la liberté d’expression.

En effet, cette loi donne à tous les ministères le droit de classer « secrète » toute information relative à la défense, à la diplomatie, au contre-espionnage et à la lutte antiterroriste qui serait déclarée sensible, sur des bases floues voire discrétionnaires. À la clef, 10 ans de prison au maximum pour les fonctionnaires qui ne respecteraient pas les règles et divulgueraient des informations protégées. Pourtant la loi ne définit pas ce qui pourrait être considéré comme un « secret d’État », laissant la porte ouverte à tous les abus.

Dans un pays où les manifestations sont rares, l’opposition à cette loi a rassemblé plusieurs manifestations dans le calme devant la Diète. Le 21 novembre, plusieurs milliers de manifestants ont défilé jusqu’à la Diète pour signifier leur opposition à la loi. La population est également majoritairement opposée à la loi : selon un récent sondage mené par l’agence de presse Kyodo, 50,6% des sondés disent ainsi s’y opposer. Selon un autre sondage, publié lundi par le quotidien Asahi Shimbun, 61% des personnes interrogées se disent préoccupées par la façon dont celle loi a été passée en urgence au Parlement.

Pour le gouvernement de Shinzo Abe, aux tendances nationalistes, cette « loi est nécessaire au renforcement de la défense nationale ». Concrètement, elle permettrait surtout de faire taire les journalistes japonais sur les sujets sensibles comme les relations avec la Corée du Nord ou la Chine, ou encore le nucléaire.

Confirmant involontairement les critiques contre la loi, Shigeru Ishiba, le numéro deux du Parti Libéral Démocrate (PLD) au pouvoir a accusé les manifestants d’être des « terroristes ». Le vote de la loi ou les accusations envers les opposants à la loi rendent de plus en plus visibles les tendances nationalistes et antilibérales du gouvernement de Shinzo Abe. Heureusement, le peuple japonais semble en avoir aussi : pour la première fois, la cote de popularité du gouvernement vient de passer sous les 50%.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Le langage particulièrement vague de ce texte (qui est définitivement approuvé par la diète cette nuit) punit jusqu’à 10 ans d’emprisonnement non seulement ceux qui transmettraient une information secrète (même sans savoir qu’elle l’est, puisque selon cette même loi, cette information sera… secrète) mais aussi ceux qui la recueilleraient et également jusqu’à 5 ans d’emprisonnement toute personne qui faciliterait ou inciterait à la diffusion de cette information, ce que nombre d’experts légaux au Japon interprètent comme concernant y compris des journalistes posant les mauvaises questions…
    Si on ajoute à cela les remarques du vice premier ministre Aso Taro il y a peu (voir liens), le vote dans l’urgence, les tensions actuelles entre la Chine, le Japon et les USA et la raison d’être officielle de ce texte (et son vote dans l’urgence) donnée par Shinzo Abe, qui serait pour faciliter la coopération avec les USA qu’une tradition de fuites dans l’appareil d’état japonais rendrait impossible, on se demande ce qui ne nous est déjà pas dit…
    http://www.japansubculture.com/japans-secrecy-bill-designed-by-kafka-inspired-by-hitler/
    http://rt.com/news/japan-enacts-state-secrets-law-871/
    http://www.japantoday.com/category/politics/view/diet-passes-controversial-secrets-law-despite-protests

  • Le Japon aurait mieux fait de récupérer les journalistes français : pas besoin de loi pour les empêcher de dire ce que le gouvernement souhaite cacher, eux. Et nous, ça nous aurait donné un peu d’air.

  • De la part de la plus ancienne démocratie d’Asie (avec l’Inde) cela m’inquiète de plus en plus de voir les libertés reculer…Cela confirme bien mon impression que depuis le 11 septembre 2001 un vent mauvais se lève…J’espère qu’il ne soufflera pas trop fort et se calmera vie…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les constructivistes, les protectionnistes, les enfermistes, ont cru un temps avoir décroché le pompon grâce au virus. La peur, enfin. La peur tant espérée, par les Verts, les experts, les activistes, le philosophie allemand Hans Jonas lui avait même trouvé une vertu heuristique, la peur est passée sans grand succès de l’hiver nucléaire avec son revers « plutôt rouge que mort » au réchauffement climatique devenu changement climatique pour ne pas dépendre des variations météorologiques, mais avec le virus, la peur a enfin triomphé. Même Greta ... Poursuivre la lecture

Par Arnaud Grivaud.

Dix jours après l’assassinat de l’ancien Premier ministre Shinzo Abe, la secte Moon se trouve au cœur de l’attention médiatique. Selon les premiers éléments de l’enquête, la secte aurait profité financièrement de la mère de l’assassin, Tetsuya Yamagami, et ce dernier aurait cherché à se venger.

L’Église de l’unification, aussi appelée Secte Moon, fondée en 1952 par le révérend sud-coréen Sun Myung Moon (1920-2012), est un groupe religieux chrétien aux multiples dérives sectaires. Son fondateur se présente com... Poursuivre la lecture

L’état de la liberté d’expression en Occident peut se juger à la manière dont sont traités les lanceurs d’alerte comme Julian Assange. Lundi 18 juillet, à Paris, plusieurs organisations et médias ont lancé un appel destiné à obtenir la libération d'Assange et demandant à la France de lui accorder l'asile politique. Parmi elles, la ligue des droits de l'Homme, le syndicat national des journalistes (SNJ) et Anticor.

Au Mexique, le très à gauche président Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré avoir plaidé la cause du journaliste australie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles