Les régulateurs financiers enquêtent sur la manipulation du marché de l’or

Lingot d'or (Crédits Bullion Vault, licence Creative Commons)

Le régulateur financier allemand a lancé une enquête officielle sur la façon dont sont fixés les prix de l’or et de l’argent par plusieurs banques internationales.

Par Chris Powell.

lingots d'orLa BaFin, le régulateur financier allemand, a lancé une enquête officielle sur la façon dont sont fixés les prix de l’or et de l’argent par plusieurs banques internationales, afin de détecter d’éventuelles manipulations.

L’information au sujet de l’enquête a été reportée par le Wall Street Journal Deutschland. Les journalistes du WSJ ont obtenu une confirmation officielle d’un porte-parole de la BaFin : « En plus de LIBOR et EURIBOR, la BaFin enquête aussi sur d’autres processus de détermination des prix de référence par certaines banques, comme les prix de l’or et de l’argent. »

L’année dernière, les plus grandes banques mondiales ont été reconnues coupables d’avoir manipulé les taux directeur et d’avoir manipulé le marché des dérivés de taux, impliquant des transactions de contrats ayant une valeur notionnelle totale de dizaines de milliers de milliards de dollars.

Il n’est pas surprenant, après avoir découvert qu’elles ont manipulé les taux du LIBOR, de l’EURIBOR, des valeurs de règlements pour les devises, ainsi que d’autres prix de référence dans le secteur de l’énergie, que les régulateurs suspectent les banques de manipuler les marchés de l’or et de l’argent.

Le porte-parole de la BaFin a indiqué qu’ils n’étaient pas les seuls à avoir des doutes, et que d’autres enquêtes sont en cours au Royaume-Uni et aux États-Unis, sans fournir plus de détails.

Ces dernières années, plusieurs organisations non gouvernementales et participants au marché ont accusé les grandes banques d’investissement de manipuler activement les prix de référence de l’or et l’argent. À ce jour, ces allégations n’ont pas été prouvées devant un tribunal mais il faut prendre en compte qu’aucun des dénonciateurs, ONG ou participants au marché n’ont les ressources administratives et juridiques des organismes de réglementation des États tels que la BaFin, la Securities and Exchange Commission des États-Unis, ou du Financial Conduct Authority du Royaume-Uni.

Les ONG comme le Gold Anti-Trust Action Committee (GATA) n’ont jamais cessé de pousser les régulateurs à enquêter sur les marchés de l’or, mais ils n’ont pas obtenu gain de cause avant que n’éclate le scandale du LIBOR.

Les enquêtes qui ont révélé les manipulations, pouvant être assimilées à celles d’un cartel, sur les marchés de taux d’intérêt et des devises ont suivi le même chemin. Elles ont d’abord débuté par des allégations venant d’observateurs extérieurs, et ensuite les dénonciateurs ont aidé les enquêteurs à prouver que les banques ont été impliquées dans des manipulations massives sur les marchés concernés.


Source. Traduction : GoldBroker.com.