Assouplir le SMIC pour lutter contre le chômage de longue durée

Le salaire minimum tel qu’il existe en France est particulièrement délétère pour les populations fragiles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Smic (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assouplir le SMIC pour lutter contre le chômage de longue durée

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 novembre 2013
- A +

Interview de Cécile Philippe.
Un article de l’Institut économique Molinari.

imgscan contrepoints 2013-2420 smic

Autoriser la sortie du SMIC pour lutter contre le chômage de longue durée… en quoi cela consisterait-il ?

Il s’agirait d’assouplir les règles de déclenchement du SMIC, en particulier en permettant aux chômeurs de plus de quatre mois de négocier directement avec leur futur employeur un salaire qui pourrait se situer en dessous du SMIC.

On voit bien l’intérêt pour les entreprises, mais ça risque quand même de créer toute une catégorie de travailleurs pauvres comme en Allemagne ?

Les chômeurs ne le sont-ils pas encore plus en particulier si on considère que pour des jeunes, sans charge familiale et peu qualifiés, accepter un emploi à plein temps payé en dessous du SMIC peut être une opportunité de se former pour ensuite gravir les échelons. Un premier emploi, même moins payé, peut ouvrir des opportunités par l’expérience et l’apprentissage qu’il confère. Les longues périodes de chômage isolent et dépriment.

C’est une catégorie de chômeurs insuffisamment prise en compte jusqu’à présent ?

Oui. On peut même dire que depuis des décennies, les pouvoirs publics ont d’abord cherché à valoriser l’emploi de ceux qui en avaient déjà un. Ainsi, au cours des dernières décennies, le salaire minimum a très fortement augmenté, du fait de relèvements annuels mais aussi de ces fameux « coups de pouce », dont le dernier remonte seulement à 2012. En fait l’objectif n’était pas seulement de garantir un minimum vital pour vivre, mais aussi réduire les inégalités de salaire à l’intérieur des entreprises.

Qu’est-ce que vous reprochez au SMIC au fond ?

Le salaire minimum tel qu’il existe en France est particulièrement délétère pour les populations fragiles. Il s’applique chez nous dans des conditions très larges puisqu’il ne tient compte d’aucune condition d’âge, de lieu, d’activité ou de profession. Et le constat est sans ambigüité puisque le chômage des jeunes explose : il serait de l’ordre de 26%. Encore une fois il ne s’agit pas de supprimer le SMIC mais de permettre aux personnes désireuses de commencer à un salaire plus bas, de pouvoir le faire, surtout si elles sont au chômage depuis plusieurs mois et veulent se réinsérer plus rapidement. De quoi convaincre au passage de l’efficacité de la garantie jeune de Hollande.

Ça n’est pas davantage un problème de coût du travail que de niveau du SMIC ?

Les deux sont liés. Le SMIC fixe le coût minimal d’un travailleur quel que soit son niveau de productivité. S’il est fixé à un niveau trop élevé, il exclut les personnes pas assez productives.

N’est-ce pas anachronique de remettre en cause le SMIC très populaire en France alors que l’Allemagne s’apprête à en instaurer un au niveau fédéral ?

L’Allemagne, elle, est en fait victime de son succès. Le chômage des jeunes n’y est que de 7,7% là où il dépasse 56% dans des pays comme l’Espagne et la Grèce qui ont, comme la France, un salaire minimal. Évidemment, l’impact négatif du SMIC allemand dépendra de son niveau mais comme souvent, quand les performances sont bonnes, on oublie vite les recettes qui les ont rendues possibles, quitte à mettre en péril la croissance future.


Chronique de Cécile Philippe, directrice de l’Institut économique Molinari, diffusée sur les ondes de Radio classique le 19 novembre 2013.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Marre de ces demi mesures, de cette eau toujours tiédasse !

    Bon sang assumez un peu !

    -pourquoi un SMIC pour les jeunes… mais supprimé pour les vieux ?
    Il faut supprimer TOTALEMENT le SMIC, pour tout le monde. Point barre.

    -supprimer le SMIC… ne répond qu’à une partie du problème.
    Il faudrait également alléger le code du travail, pardon le démanteler totalement (50 articles ou 50 pages comme en Suisse).

    Il faudrait bien entendu supprimer… une bonne partie des charges. Eh oui, focaliser uniquement sur le montant du SMIC est une absurdité… car c’est relatif ! Si les entreprises n’étaient pas assassinées par les charges, pour nourrir le Leviathan, des centaines de milliers de parasites, alors elles pourraient embaucher, avec des salaires confortables. Même des seniors !

    Bref, un article idiot, mais qui est malheureusement parfaitement dans l’air du temps : moyen. Tiède. Ne surtout pas stigmaitser. Con-sensuel. Faudrait pas désespérer la Baule et Vaux en Velin.

    Marre, marre et marre.

    Nous avons besoin d’une révolution. Pas d’un catalogue la Redoute, même joliment illustré.

  • Juste que le smic est appliqué dans 22 pays de la CEE…

    Chère madame, si votre solution est de faire de l’humain la variable d’ajustement d’un système, quel que soit celui ci, elle est de facto irrecevable.

    Les jeunes, notamment, trouvent de l’emploi dans des boîtes de restauration rapide, avec des CDI qui plus est.
    L’état n’a pas à s’occuper de l’emploi; un coup les jeunes, puis les moins jeune, tout cela est du clientélisme, la dernière mesure, socialiste est de rémunérer les jeunes étudiants à hauteur de 500€/mensuel, c’est de l’assistanat et donc du clientélisme électoral, c’est la mise sous perfusion de la société.

    C’est le coût du travail qu’il faut reconsidérer qui croule non pas sous le salaire mais sous le poids écrasant des charges, l’autre paramètre est une libéralisation totale du monde du travail.
    Une entreprise doit pouvoir embaucher et débaucher sans aucune intervention de l’état.
    Le contrat de travail doit être « privé » et sa relation doit être éventuellement jugée sur la bonne foi, comme pour une relation commerciale.

    Il y a la richesse que sont les PMI, PME, entreprises artisanales, seulement elles ont écrasées par les charges, cela pourrait représenter des millions d’emplois si les mesures ci-avant étaient appliquées.

    Demandez donc à un « patron », il se fiche totalement du smic, nous n’en débattons jamais, ce qui nous intéresse c’est de pouvoir disposer d’une main d’oeuvre compétente, disponible et mobile, ce sont du reste les critères qui s’imposent à l’entreprise (!!!).
    D’après vous, qui va embaucher des gens pour les rémunérer 500€/mensuel ? et vous osez prétendre que cela s’inscrit dans un cadre de qualification et formation, s’en est grotesque.

    Vos propositions sont indécentes, soit disant libérales, vous faites le jeu de l’état et c’est bien le pire, allez donc expérimenter ça ailleurs.

    Tiens au fait, avez vous dirigé une fois dans votre vie une entreprise ?

  • Opinion par l’article que je partage totalement. Ca serait vraiment une grande chose si les politiques pouvaient le faire (je pense tous les jours que ça devrait être fait) et pas uniquement pour les 18-26 ans (j’ai plus de 30 ans). Pour les personnes comme moi (de plus de trois ans sans emploi) ça serait une meilleure chance pour pouvoir retrouver du travail et pour pouvoir intéresser de nouveau un employeur (dans mon cas, c’est ça l’important). Ca ne me dérangerais pas de travailler à 800 ou 900 euros par mois et à 35 heures, si ça peut me permettre de retrouver du travail très rapidement. Il est bien vrai qu’avec ce SMIC à 9,43 je suis totalement hors course (mais ça, ce n’est pas la préoccupation des personnes qui veulent augmentation du SMIC sur augmentation du SMIC, et les augmentations sans fin).

    Mais maintenant il faut se réveiller ce n’est qu’une utopie. C’est malheureusement impossible en France, ce SMIC en France (et cette loi) est une dictature et au nombre des supporters de cette dictature (SMIC) en France, je doute que ça puisse se faire un jour (aucun politicien prendrait le risque de faire ça). Malheureusement…
    Les égoïstes ont de beaux jours devant eux.
    Merci encore pour cet article très intéressant et vrai.

    • @Le Verrier : vous avez donc entre 30 et 35 ans, sans emploi depuis plus de 3 ans ? Cher ami, vous ne voulez pas travailler, la est votre réalité.

      • Si c’est ce que vous pensez de moi (en plus sans me connaitre et ni rien de ma recherche d’emploi), tant mieux pour vous. Je n’entrerai pas dans votre jeu.
        Je dois supporter ce SMIC qui me gâche ma vie tous les jours, alors j’ai bien le droit de donner mon avis sur lui aussi et d’approuver cet article (surtout que je suis une personne concernée par cet article, « Assouplir le SMIC pour lutter contre le chômage de longue durée »). Que mon opinion vous plaise ou non.
        Cordialement.

        • Je ne vous ai jamais dit que vous n’aviez pas le droit de donner votre avis, pour ma part je vous ai donné le mien.

          Une personne de votre âge qui est sans emploi depuis plus de 3 ans ne veut pas travailler, point.

          Surtout que vous ne prétendez à aucune qualification particulière et encore moins à un niveau de salaire important (nous débattons ici du fait de trouver un emploi vous assurant un revenu, c’est l’immédiateté de la chose, surtout après plus de 3 ans ! pas un truc qui vous plait).

          je vais être encore plus cruel : de quoi vivez vous ?

          • J’ai bien peur que cette « agréable » conversation, n’aboutisse pas très loin.

            Alors pour vous les millions de français demandeur d’emploi que compte la France, sont des personnes qui ne cherchent pas à travailler ? Avez-vous connaissance de la signification des mots « être en concurrence (par les diplômes ou l’expérience) avec » ? « Fermeture des entreprises ou usines et des 30000-40000 nouveaux demandeurs d’emploi qui arrivent chaque mois » ?

            Après, je vais vous répondre. Le R.S.A. et l’A.P.L., et ce n’est absolument pas ce que je désire pour ma vie. Je m’ennuie chez-moi et préférais le temps où je travaillais. Tous les jours, les emplois que j’ai eu par le passé me manque et de ne pas pouvoir acheter ce qui me fait plaisir, au lieu de survivre des aides de l’Etat. Mais lorsque l’on a que des réponses négatives…
            Maintenant, c’est aux politiciens de faire quelque chose avec ce SMIC, et moi je sais que je suis pour sa diminution et pour les demandeurs d’emploi de longue durée s’ils sont volontaires pour cela.

            Alors au lieu de me cracher vos bêtises à la figure, vous devriez relire cet article et sortir de votre petit monde d’égoïste. Merci bien.

          • @Le Verrier : tout d’abord je n’ai pas à vous être agréable, et puis quoi encore.

            Et chose merveilleuse, vous en revenez à l’état pour résoudre ce qui vous apparait opportunément comme étant un problème à savoir le SMIC, c’est donc ça qui vous fait échec dans votre recherche d’emploi (conseil, n’y allez pas avec un fusil, vous verrez, ça change la perception des recruteurs).

            Je vais vous dire, si vous aviez répondu à une de mes annonces, vous auriez été recalé dès les premières minutes, d’une part par le fait qu’une personne aussi jeune et sans emploi depuis aussi longtemps s’apparente (sauf cas de force majeure) à un cas social, posez la question autour de vous, mais vous le savez du reste.

            D’autre part, et c’est bien le pire pour vous, c’est que vous n’avez absolument pas envie de travailler, puisque vous vivez bien sans cela…

            Figurez vous que la principale de mes difficultés, était justement de trouver des postulants à mes annonces, et croyez moi c’étaient des postes payés largement au dessus du SMIC.
            A ce titre je me souviens d’entretiens avec la responsable pôle emploi locale qui se chargeait de mes offres, elles me disait que les gens qu’elle gérait refusaient pour une grande part d’entre eux les jobs qu’on leur proposait.
            Son discours était confirmé du reste par le fait que chaque semaine nous avions un défilé de « chômeurs » qui ne désiraient qu’un coup de tampon pour valider leurs recherches, la plupart l’annonçaient clairement.

            Comment se fait-il que tous les étudiants que je côtoie n’aient pas le moindre problème pour se trouver un job, mes enfants (qui sont normalement constitués, 2 bras, 2 jambes, un cerveau en ordre de marche) ont refusé des emplois tellement ils avaient d’offres qui se proposaient à eux.
            Ma fille (mais vous allez me dire que c’est super women ?), gagnait certaines années plus de 1800€ net/mois tout en étant étudiante.
            Le tout avec des parents qui pouvaient leur assurer gîte, couvert, argent, mais ils ont fait le choix de bosser et d’être libre, à l’inverse de certains de leurs collègues pleurnichards à qui du reste ils ont arrêté de proposer des places la ou ils bossaient tant ces gens posaient des problèmes.

            Pour vous cela semble inconcevable d’être docteur en droit ou médecine et de bosser dans un Mc DO ou dans une boutique à vendre des fringues (c’est vrai, le samedi et le dimanche et les jours fériés…).

            Vous êtes un assisté, un bon coup de pied dans le derche et la coupure de toutes vos aides qui vous font vivre aux crochets de la société, vous verrez que demain vous avez un travail.

            Ce sont des gens comme vous qui foutait le système en l’air, car des chômeurs, des vrais, il y en a, ceux la pâtissent de votre inconsistance, et le pire comme toujours c’est que ce sont eux que l’on va emmerder.

            Je n’ai aucune compassion pour des gens comme vous, vous êtes un parasite.

            35 ans, plus de 3 ans sans bosser (eu égard à ce que vous avez déclaré ci-avant et la situation qui est la votre) et vous venez vous plaindre ? mais de qui vous foutez vous cher ami, allez raconter vos sornettes à une assistante sociale, pas à moi.

        • pour votre cas personnel, si vous estimez que vous êtes trop cher à 7,40 euros nets de l’heure pour une entreprise, pourquoi ne pas travailler au noir à 6, 8 ou 10 euros de l’heure chez des particuliers qui cherchent à refaire une chambre en papier peinture dans leur appartement ?
          je n’arriverais pas à payer une entreprise 30 euros de l’heure pour le faire, c’est trop cher… mais j’ai quelqu’un qui le fait pour moi chez moi. il a débuté à 12 euros de l’heure, au bout de 6 mois, il a demandé une augmentation, il est passé à 13 euros de l’heure.
          c’est la loi du marché, l’offre et la demande, et quand il n’y a pas un parasite (l’état) entre les deux, tout le monde y trouve son compte.
          essayez en ce sens là.

          • @oscar n : vous proposez un travail à notre ami ! ce n’est pas ça qu’il veut, il désire être assisté car, il sait très bien que les emplois sous le SMIC bénéficient d’aides massives et qu’ainsi ils peuvent vivoter des années aux crochets de la société.

            Elle est pas belle l’équation ? il trouve pas de job parce que le SMIC est trop haut, ben voyons.

            Ces emplois sous payés ce sont les grands groupes qui les proposent, généralement la grande distribution, un peu comme les emplois aidés pondus par les socialistes, les grandes surfaces ont embauché massivement (elles sont en demande) bénéficiant au passage de 4000€ d’aide par embauche.

            Ce sont des emplois pour des gens ayant deux mains gauche et pas de pouces, du reste les PME locales n’ont pas sauté sur « l’aubaine », cela ne vous aura pas échappé.

            Vous savez qui paye la facture de tout ça, c’est la raison entre autre de mon opposition.
            Payer en dessous du SMIC est une ineptie sans nom, c’est faire le jeu de l’état, c’est hisser l’assistanat au rang d’emploi à vie.

            Avec des gugusses comme notre ami, des gens qui n’en peuvent vont se trouver en concurrence avec ce genre de zozo et contraints de diminuer leurs revenus, ceux la bossent figurez vous et ne posent de problèmes à personne, ils ne veulent pas être assistés, mais avec un SMIC au rabais ils y viendront.

            La ou pourrait se créer de l’emploi cela ne se fait pas pour une bonne raison : l’instabilité fiscale et normative et surtout le fait que lorsque vous avez embauché en CDI vous êtes quasi assuré de finir aux prudhommes.

            Flexibilité totale, refonte totale du code du travail, suppression des charges et transfert au fiscal, en 6 mois le chômage descend à 2%, même dans cette période dite de crise.

            Ce sont les PME, PMI, les artisans et commerçants qui peuvent proposer des jobs et assurer un fond de roulement important, certes cela va créer une certaine rotation, mais il est la le secret du plein emploi.

            Les grandes entreprises profitent d’un effet d’aubaine, devant l’inconsistance de l’état elle ont résolu le problème des délocalisations en créant de la main d’oeuvre low coast locale, en lieu et place de se battre pour l’abaissement des charges (compensées par les aides à l’emploi et divers montages de défiscalisation qu’elles perçoivent).
            C’est bien connu, syndicats patronal et salarial tètent aux mêmes mamelles étatiques.

            Quel libéralisme en effet !

            Lisez notre ami, en plus il a le culot de traiter les autres d’égoïstes alors qu’il vit depuis des lustres aux dépends du système, pas belle la socialie ?

        • Le verrier, vous êtes le troll le plus dénué de subtilité que j’ai jamais rencontré!!!

  • « assouplir les règles de déclenchement du SMIC, en particulier en permettant aux chômeurs de plus de quatre mois de négocier directement avec leur futur employeur un salaire qui pourrait se situer en dessous du SMIC »

    Conséquence : plus aucun chômeur ne trouvera de travail durant ses quatre premiers mois de chômage ! Mesure idéale pour générer une durée minimale incompressible de chômage pour tous !

    Les mesures catégorielles, concernant uniquement chômeurs, les jeunes ou les immigrés, sont inefficaces à cause des effets de distorsion des marchés non maîtrisables qu’elles provoquent inéluctablement. L’exemple des subventions des charges sur les bas salaires, responsables de la smicardisation des salaires, devrait alerter pour qu’on ne recommence pas les mêmes erreurs, encore et toujours.

  • @Patronus (il n’y a pas la touche pour répondre à votre dernier message, celui à 14 heures 04, alors j’ai utiliser la touche répondre à un autre endroit).
    Je vois que toute discussion avec vous est totalement impossible.
    Uniquement d’attaquer les gens et sans connaitre leur vie.

    Bien que je sois l’une des personnes dans l’exclusion comme dit par cet article, je ne suis pas quelqu’un de violent et de vulgaire (ce que je pourrais être en lisant votre réponse), alors cette conversation avec vous pour moi s’arrête là. J’ai dis mon opinion sur ce SMIC et ma bonne appréciation de cet article, et je le maintiens. Après je n’ai pas à échanger avec vous et sur vos délires.
    Bonne soirée à vous.

    • Comme le dit Patronus, les employeurs s’en fichent un peu de fixer un salaire d’embauche, car ce qui les préoccupe, c’est la compétence et la motivation du salarié à embaucher.
      Personnellement je n’aimerai pas perdre mon emploi parce que quelqu’un proposerait à mon employeur d’être payé 20% en dessous de ce que je gagne.
      Ce type de démarche de « se brader » pour avoir un emploi (à la place d’un autre) est ignoble.

      • ça peut néanmoins se comprendre pour se faire connaitre et apprécier. le travail n’est pas un dû du patron ad vitam eternam, le travail est à celui qui le prend.
        pensez vous qu’il soit ignoble qu’une entreprise vende 20 % moins cher qu’une autre pour prendre un marché ?
        je ne défends pas le verrier, mais il trouve que le smic à 15 ou 16 euros de l’heure pour le brut de brut est un frein pour son employabilité à lui, il devrait proposer ses services au noir pour 10 euros de l’heure, là il redevient compétitif.

      • Ce que je trouve ignoble, c’est que les BTS qui n’arrivent pas trouver de travail dans leur branche, vont chercher à toucher moins et se positionner sur les offres des personnes avec moins de diplômes.
        A chaque fois que le SMIC augmente, il se passe quoi ensuite ?
        L’employeur (dans certaine branche) pour ce SMIC va plus chercher à recruter des BAC ou des BTS, qui vont se présenter à lui, au détriment des personnes comme moi (j’ai arrêté mes études, un an avant le BAC. Pour ça je suis d’accord que c’est de ma faute).
        C’est de ça que je parle.

        Pour ma recherche d’emploi (puisque je suis un profiteur qui ne cherche pas à trouver du travail), je regarde les offres en insertion (à 20 heures ou plus) et les contrats de professionnalisation. Mais ces offres ne sont pas nombreuses (et ça dépend des régions et des départements).

        Pour les offres en CDD et CDI, sur le site du pôle emploi, je coche toujours la case « débutant accepté » lors de mes recherches et pour avoir plus de chances de retrouver un emploi (et pour ça je cherche aussi à faire une formation AFPA et pour me former à un métier).

        Si je parle de diminution du SMIC pour des personnes demandeurs d’emploi de longue durée volontaires à cette diminution (et n’ayant pas le BAC), ce n’est pas pour chercher une excuse, mais pour être moins en concurrence avec des BTS sur des offres où ils ne devraient pas y être (logiquement).

        Après je suis d’accord avec Patronus que les charges sont importantes pour les entreprises.

        L’article dit « Les longues périodes de chômage isolent et dépriment. », Oui je confirme et surtout lorsque l’on a que des réponses négatives, puis on se demande si on vaut toujours quelque chose dans ce monde et si ça vaut encore la peine de chercher du travail (la réponse est oui, mais ce n’est pas toujours facile).

  • J’ai suivi le fil de vos commentaires…
    La Position que je défends est que le SMIC, je le conçois très bien, peut être trop élevé pour une entreprise.
    Mais que le SMIC pour un salarié, ce n’est pas moins qu’il devrait demander.
    Parce qu’entre le SMIC brut payé par l’entreprise et le SMIC net perçu par l’employé (SMIC net pour un temps plein de peu supérieur au seuil de pauvreté), il y a beaucoup trop de charges. C’est ça le problème.
    Les syndicats des entreprises et les syndicats des salariés se renvoient la balle, relayés par des politiciens trop heureux que (presque) personne ne remette en question la part perçu par l’Etat et les organismmes sociaux.
    Alors oui, on peut baisser le SMIC mais en baissant les charges patronales d’abord, puis salariales.

    Je sais que certains « demandeurs d’emploi » et certains « employeurs » seraient trop heureux de s’arranger, sachant avec cynisme que le manque à gagner sera compensé par la Protection Sociale.

    Je suis salarié dans le privé. Dans un secteur qui demande à travailler le week end, avec des horaires de coupure, parfois tard le soir selon le client. Le salaire minimum garanti par la convention collective est de 1.1 smic.
    Dans d’autres secteurs, il y aurait beaucoup à gagner en flexibilité sur le temps de travail et la mobilité, certaines contraintes. Mais le salaire c’est de l’argent, le nerf de la guerre. Il y a un minimum auquel on ne peut descendre en dessous. D’un autre côté, indécent ou non, l’Etat n’a par contre pas à légiférer sur un salaire maximum et un impôt confiscatoire a été déclaré incontistutionnel.
    Tout comme il serait incontistutionnel de pouvoir payer en dessous du seuil de subsistance un salarié.

    Dernier point : pour ceux qui veulent « magouiller » entre eux, le SMIC c’est un taux horaire. Vous pouvez toujours signer un contrat de 20h par exemple et faire disons 25h ou plus dans la réalité… Si vous êtes honnêtes entre vous, aucun inspecteur du travail ne viendra vous chercher des noises.

  • De gras enculés demandent aux pauvres de se serrer la ceinture… Comment peut-on être une merde pareille ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Le pouvoir d'achat a été un sujet central lors des campagnes électorales qui viennent de se dérouler. La NUPES, première force d'opposition qui a obtenu 137 sièges à l'Assemblée, s’est fait le parti de l’amélioration de ce dernier avec un SMIC  qui serait porté à 1500 euros, le dégel du point d’indice des fonctionnaires et le blocage des prix sur les produits de première nécessité.

Il faut donc examiner comment se situe le pouvoir d’achat des Français par rapport aux autres pays européens. De nombreuses études existent en ce domaine. M... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles