Pour circuler à Damas, prenez le vélo !

La promotion du vélo à Damas fait partie d’une campagne appelée « Elle veut un vélo maintenant » organisée par des étudiants, pour la plupart de la Faculté d’Ingénierie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour circuler à Damas, prenez le vélo !

Publié le 23 novembre 2013
- A +

Par Syria Untold, traduit par Suzanne Lehn

Si vous marchiez dans les rues de Damas ces jours-ci, vous ne manqueriez pas de croiser un jeune homme ou une femme à bicyclette, dépassant joyeusement une voiture coincée à l’un des innombrables barrages routiers qui empoisonnent la ville. La promotion du vélo à Damas fait partie d’une campagne appelée Elle veut un vélo maintenant [arabe] organisée par des étudiants, pour la plupart de la Faculté d’Ingénierie.

Young participants of the She Wants a Bike campaign. Source: Syria Untold

Jeunes participants à la campagne Elle veut un Vélo. Source: Syria Untold

En Syrie, la bicyclette est traditionnellement considérée comme un moyen de transport de basse catégorie, réservé à ceux qui ne peuvent s’offrir un véhicule motorisé. Elle est aussi associée à des utilisateurs masculins. Pour rompre avec ces deux clichés et apporter une solution aux bouchons créés par les barrages routiers, un groupe de jeunes hommes et femmes a décidé d’enfourcher des bicyclettes pour se déplacer dans la ville, et d’en encourager d’autres à faire de même.

Leur but, comme les organisateurs l’ont déclaré à Syria Untold, est “de changer les habitudes collectives et de promouvoir l’usage de moyens de transport alternatifs.” Ils voient dans le cyclisme une bonne méthode d’amélioration de la société par les économies de carburant et la réduction de la pollution.

“C’est aussi un moyen pour les Syriens de briser la peur de la tradition, qui en a empêché beaucoup de faire du vélo. Pendant des années, la crainte du qu’en dira-t-on a retenu les femmes, surtout celles portant le hijab, de monter à bicyclette.”

Girl riding a bike in Damascus. Source: She Wants a Bike´s campaign´s facebook page

Une jeune femme à vélo à Damas. Source : page Facebook de la campagne Elle veut un Vélo

A cette fin, les organisateurs ont invité tou(te)s ceux (celles) désirant se joindre à la campagne à garer leurs bicyclettes à côté de leurs universités, tout un symbole puisque les vélos ne sont traditionnellement pas autorisés sur les campus syriens.

L’opération a été couronnée de succès, et on a vu des centaines de bicyclettes sur les campus le 4 octobre, dont les photos ont été partagées par la suite sur Facebook. De nombreuses jeunes filles ont été du nombre, qui ont joint aux photos leurs récits personnels. L’une d’elles relate :

Je porte le hijab, et un “manteau” (longue tunique des femmes musulmanes de milieux conservateurs), et c’était la première fois que je roulais à bicyclette. Je suis partie de chez moi à Mashru Dummar à 7 heures du matin, avec mon frère qui m’a encouragée à cela. J’ai descendu Rabwe, et continué vers la rue Mazzeh, où j’ai quitté mon frère qui devait prendre un autre chemin. “Tu peux le faire seule”, m’a-t-il dit, “brise ta crainte et ne la laisse pas te perturber.” C’était le début de mon aventure. J’ai continué et rencontré beaucoup de barrages en chemin, mais je dois dire que tout le monde a été gentil avec moi, certains ont même souri et m’ont bénie en me voyant. C’était une expérience formidable et libératrice et j’encourage toutes les filles à faire de même. C’est un peu compliqué au début mais on s’habitue très vite.

Parmi les obstacles à un usage répandu de la bicyclette dans le pays, il y a leur coût généralement très élevé pour les Syriens ordinaires : leur prix n’a pas baissé malgré la dramatique situation actuelle ; et le fait que les femmes à vélo sont encore mal vues dans les milieux conservateurs.
Les organisateurs de la campagne ont entrepris de surmonter ces obstacles en apportant des solutions pour améliorer le pays de l’intérieur, et sont prêts à pédaler pour cela.

L’article sur GlobalVoicesOnLine .

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

Par Daniel Borrillo.

Le féminisme classique a organisé son combat autour des droits fondamentaux comme le suffrage universel, la libre disposition du corps et de la sexualité, la réforme du divorce, l’accès à l’éducation… Ce féminisme prend appui sur le primat de l’individu qui, quel que soit son sexe, doit pouvoir jouir de mêmes droits et libertés de façon autonome. Son présupposé était celui de la ressemblance des genres et impliquait une égalité de traitement. Son origine philosophique, les idéaux des Lumières.

Au nom du prog... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles