Affaire Léonarda : Stéphane Hessel réincarné

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Affaire Léonarda : Stéphane Hessel réincarné

Publié le 19 octobre 2013
- A +

imgscan contrepoints 2013-2280 Hessel

La puberté étant une phase difficile, surtout avec des boutons rouges plus démangeants, on pardonnera à une jeunesse ignorante et totalement minoritaire malgré les efforts « d’information » de la presse aux ordres (de l’État) de vouloir encore une fois refaire le monde en s’indignant et en bradant des biens qui ne sont pas (encore) les siens.

Cela va du portefeuille de papa-le-contribuable à la civilisation judéo-chrétienne en passant par le droit d’asile détourné depuis longtemps de son louangeable but de départ. Manque de bol, Léonarda est issue d’une famille difficile, surtout à caser dans les formulaires administratifs par ailleurs de plus en plus laxistes – hein, Valls, et tu n’as pas de quoi ricaner, Nicolas. Papa menteur, tricheur, voleur, Maman fidèle (aux défauts de son conjoint, parce que mari, on ne sait pas, vu les faux-papiers) et tabassée et l’adorable victime rapatriée-expulsée qui entend des bombes et couche sous les ponts au Kossovo. Sans doute les bruits de la télé de la maison qui leur a été fournie.

Bref, en dehors des idiots utiles habituels spécialisés dans l’aide aux clandestins, la Gauche se retrouve dans un beau merdier, celui des basses contingences, qui, depuis l’économie au social en passant par les roms font rigoler la droite qui se croit intelligente en comparaison, un peu oublieuse de ses prestations passées.

Hollande est effectivement devenu le pourvoyeur du FN en paupérisant ses ex-électeurs et en braquant le Français de base (on ne dit plus « de souche », interdit) qui constate la loi bafouée par tous « ceux-là » mais à lui imposée, avec factures, taxes et impôts à l’appui .

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Ben oui, une vision lacunaire ne confère qu’à la même attitude, bobo un jour, bobo toujours.
    Remarque, si je me plains un peu, juste comme ça, Emmanuelle Béart elle vient défendre ma petite cause ? auquel cas je l’avoue, mon père était Italien, je suis pas sur que mes papiers soient en règle !

  • Bêtement je croyais que la France était gérée par des lois, mais je m’aperçois qu’elle est gérée par un Roi qui se permet de détourner les lois et d’adouber qui il veut.
    Ces mômes qui défilent, bizarrement les merdias nous montrent des images de rues pleines quand la manif pour tous était minorée, ne savent même pas ce qu’ils viennent faire, ne connaissent rien aux lois, et sont simplement manipulés par leurs profs de gooche (pléonasme sorry).
    Quant aux élus qui accusent l’état d’avoir respecté la loi c’est à vomir, qu’ils dégagent vite, merci de m’aider à les virer aux prochaines élections

  • Le titre est excellent.
    Les mois et années à venir s’annoncent explosives

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Pour boucler l'année et avant de nous présenter des vœux somme toute assez pathétiques, le président Hollande a décidé de continuer sur sa lancée vers le ridicule ultime, seul but qu'il semble s'être fixé dans un quinquennat au cap essentiellement basé sur "le changement, trop souvent" : le voilà qui a gracié Jacqueline Sauvage.

Et au vu des réactions qu'on peut lire dans une presse gentiment extatique devant une si belle action, le président a réussi son coup : faire parler de lui en bien alors que, parallèlement, sa cote de popularit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

C'est à présent le second tour des élections municipales, et pour certains l'occasion d'opérer un retour magistral sur la première volée de giroflée à cinq pétales administrée au parti socialiste lors du premier tour. Tout le monde sent, à commencer sans doute par les ministres qui ont compris qu'ils étaient dans des fauteuils éjectables, que l'heure est grave et qu'il est urgent de se concentrer sur les priorités essentielles du pays : la cuisine du palais de l’Élysée.

Il y a des choses avec lesquelles on peut rire ; les frasques amou... Poursuivre la lecture

Par Michel Ghazal.

Indécision, manque d’autorité, ambigüité, lâcheté, faiblesse, fragilité, flou… suite aux dernières reculades du Gouvernement, les critiques en ces temps gris pour la France et les Français vont bon train contre le mode de gouvernance du Président Hollande.

Mon diagnostic est différent : il s’agit essentiellement d’une incapacité à dire non. Et les freins à dire non sont multiples.

À vouloir préserver la relation à tout prix, ménager les susceptibilités, éviter les con... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles