Corruption et fragilité des États africains : le cycle infernal

Quelle est la relation entre la corruption et la fragilité des États sur le continent africain ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Corruption et fragilité des États africains : le cycle infernal

Publié le 17 septembre 2013
- A +

Quelle est la relation entre la corruption et la fragilité des États sur le continent africain ?

Par Oasis Kodila-Tedika.
Un article de Libre Afrique.

L’Afrique est confrontée à plusieurs problèmes, notamment celui de la corruption et de la fragilité de ses États. Quelle relation entre ces deux derniers problèmes sur le continent ?

Nous vivons dans un monde corrompu. La moyenne de la note de 188 pays de la planète donne un chiffre négatif pour l’indice du contrôle de la corruption de la Banque mondiale, qui varie entre -2,5 et 2,5 (corruption minimale). Mais en comparant la moyenne africaine à celle des autres pays du monde, il en ressort une différence statistiquement significative. On ne peut donc pas rejeter l’hypothèse selon laquelle le niveau de la corruption africaine serait plus élevé que celui des autres pays du monde.

Par ailleurs, le quartile le plus élevé est constitué de 46 pays dont les notes varient entre -1,72 et -0,77. Dans ce groupe des plus mal classés, l’Afrique se distingue fortement par rapport à tout le reste des continents, comme on peut le remarquer dans le graphique suivant. Ce graphique 1 visualise le poids de chaque région sur les 46 pays extrêmement corrompus de la planète.

Graphique 1. Poids de chaque région dans le club des plus corrompus

Source : Auteur, à partir des données de World Governance Indicators de la Banque mondiale.

Sans doute y a-t-il de nombreuses raisons (religion, niveau d’instruction, niveau de la démocratie, etc.) qui peuvent expliquer les différentiels que nous constatons dans ce graphique 2. L’argument  développé dans l’étude de Oasis Kodila Tedika et Remy Bolito Losembe (2013) est simple et va plus loin : chacune de ces raisons considèrent une dimension du problème, or l’Afrique combine plusieurs problèmes du fait même de la nature de ces États, à savoir pour la plupart des États fragiles. En effet, l’Afrique sub-saharienne est l’une des régions du monde où une bonne partie des États sont fragiles : vingt-deux États sur un total de quarante-huit États en Afrique Sub-saharienne sont classifiés par la Banque Mondiale comme étant fragiles (European Report on Development, 2009 ; Marshall et Cole, 2009). Cet argument demeure pertinent comme l’ont démontré récemment Oasis Kodila Tedika et Remy Bolito Losembe (2013), dans le cas d’extrême fragilité. Ils confirment, avec des techniques économétriques, que la situation d’extrême fragilité de plusieurs pays africains conduit à plus de corruption, en facilitant les activités de recherche de rente, de survie, etc.

La fragilité apparaît en fait de plus en plus comme un état « persistant » : par exemple, la probabilité qu’un État classé fragile en 2001 le demeure en 2009 est de 0,95. De manière générale, les 35 pays qui étaient définis par la Banque Mondiale comme fragiles en 1979 étaient toujours réputés fragiles en 2009 (European Report on Development, 2009).

Non seulement les États fragiles en Afrique ont une croissance économique plus faible que les États non fragiles, mais ils semblent être pris dans un « trappe à fragilité » comme le démontrent Andrimihaja, Cinyabuguma et Devarajan (2011). Les résultats de ces derniers suggèrent que les États fragiles sont qualitativement différents des États non fragiles. Le point de différence est la possibilité de descente dans une « trappe d’équilibre inférieur » : un pays avec des telles caractéristiques (celles d’un État fragile) est susceptible de tomber dans un cercle vicieux de faible investissement, faible croissance et de pauvreté. Ce qui, à son tour, l’affaiblit encore davantage. Au-delà de ces raisons qui renforcent la fragilité, Oasis Kodila-Tedika et Simplice A. Asongo (2013) confirment empiriquement que la corruption a un rôle majeur dans cette descente aux enfers. On serait en présence d’un cercle vicieux : la corruption fragilise davantage les États africains, une fois fragile, la corruption s’accroit davantage, etc.

En somme, il n’est donc pas facile de lutter contre la corruption en Afrique. Une lecture d’ensemble s’impose, avec un regard fort sur le problème institutionnel de ces pays pour véritablement faire changer la donne. Sinon, ces États fragiles tireront encore l’Afrique vers le bas. Les solutions créant plus de transparence et réajustant les intérêts individuels au profit collectif, en façonnant notamment les règles politiques, doivent être privilégiées.


Sur le web.

Références :

  • Andrimihaja, N. A., Cinyabuguma, M. and Devarajan, S. (2011) « Avoiding the fragility trap in Africa » World Bank Policy Research Working Paper No. 5884.
  • European Report on Development (2009) Overcoming Fragility in Africa. Forging a new European approach.
  • Kodila-Tedika, Oasis et Simplice A. Asongo (2013) Corruption et Etats fragiles africains. MPRA Papers.
  • Marshall, M. G. and Cole, B. R. (2009), Global Report 2009 – Conflict, Governance, and State Fragility, Vienna, US: Center for Systemic Peace.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • La pauvreté est toujours liée à la corruption et un Etat, au minima, autoritaire, TOUJOURS !
    Laissez les hommes libres avec un cadre juridique clair et allégé, le bien-être et la richesse seront automatiquement au rendez-vous.

  • L’Arique est malade de son occidentalisation, de sa démocratie forcée, de sa constitution en « Etats », toutes choses absolument hors culture.

    Beaucoup de pays ne sont que l’agglomérat contre nature de diverses tribus, parfaitement claires et homogènes à l’intérieur, mais qui ne voient pas malice à truander la tribu voisine …

    Tant que le structures africaines ne reviendront pas à leur base tribale, avec un genre de « parlement » les réunissant pour convenir de certains intérêts communs, les africains vivront dans un système auquel ils ne comprennent rien.

    Les gros nases ivres de démocratie s’imaginent tout régler par le suffrage universel 🙂

  • Serge Dassault une convocation par les juges après des aveux de corruption publiés par Mediapart (Et ce n’est que le petit bout de la grande corruption)
    http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/serge-dassault-une-convocation-par-les-juges-apres-des-ia0b0n1546677

    En Occident, pour supprimer la corruption, la mafia de la tripartite ploutocratique finance, policard larbins et industrie ont tout simplement effacé le mot pour le remplacer par « conflit d’intérêt ». Oui, ceux là même qui utilisent cette corruption usent de la fourberie et du fouttage de gueule. C’est crapules doivent être saisies et embastillées au plus vite.

    La perception de la corruption en hausse partout dans le monde.
    http://www.slate.fr/monde/75091/corruption-transparency-international

    OYEZ ! OYEZ !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alex Gladstein. Un article de Reason

 

Le bitcoin a conquis certains des milliardaires les plus connus d'Amérique et les institutions du monde entier le considèrent comme un actif financier sérieux. Mais la hausse du prix du bitcoin n'est qu'une partie de l'histoire.

Qu'ils le sachent ou non, les personnes qui achètent des bitcoins renforcent un outil de protection des droits de l'Homme. Cette forme encore relativement nouvelle de monnaie électronique résiste à la censure, aux saisies, aux frontières, aux autoris... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’ONG Transparency Watch vient de publier son index de perception de la corruption 2021. Cette organisation s’est donné pour but de mettre fin à la corruption et de promouvoir la transparence, la responsabilité et l’intégrité à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la société.

Il ressort de cet index que les avancées de la lutte contre la corruption ont stagné voire régressé pendant la pandémie. Une situation qui touche les pays d’Europe de l’Ouest comme la France.

Les pays nordiques restent les bons élèves

Le Danemark a... Poursuivre la lecture

Par Pieter Cleppe.

Alors que la Russie pourrait être sur le point d'envahir l'Ukraine, il convient d'examiner de plus près les défis intérieurs de ce pays. La Russie considère l'Ukraine comme la « Russie B ». Il y a quelque chose à dire à ce sujet, étant donné les nombreuses similitudes culturelles.

Pour cette même raison, cependant, une Ukraine réformée pourrait être l'évolution la plus dangereuse que l'on puisse imaginer pour ceux qui, à Moscou, voudraient que les choses restent en l'état. Les Russes ordinaires pourraient deve... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles