Après l’État-providence

L’infatigable Tom Palmer, vice-président d’Atlas Foundation, ne cesse de parcourir le monde afin de diffuser les idées libérales aux moyens de conférences et de livres. Ainsi vient-il de publier After the Welfare State, un ouvrage collectif de démolition – avant travaux – des structures de l’État-providence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
After the welfare state, par Tom Palmer (Crédits Atlas Foundation, tous droits réservés)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Après l’État-providence

Publié le 13 septembre 2013
- A +

L’infatigable Tom Palmer, vice-président d’Atlas Foundation, ne cesse de parcourir le monde afin de diffuser les idées libérales aux moyens de conférences et de livres. Ainsi vient-il de publier After the Welfare State, un ouvrage collectif de démolition – avant travaux – des structures de l’État-providence.

Par Bogdan Calinescu.
Un article de l’aleps.

« Les politiciens ont volé votre futur. Vous pouvez le récupérer », nous dit le sous-titre de cet essai auquel ont participé David Beito, Piercamillo Falasca, David Green, Aristide Hatzis, Johan Norberg et Michael Tanner. Les jeunes d’aujourd’hui (et pas seulement) ont été dépossédés de leur droits de liberté et de dignité. Le coupable ? L’État-providence qui prétend s’occuper de tout et qui, en réalité, détruit tout. Longtemps, il a été considéré comme le protecteur et le bienfaiteur de toute une génération. Comme le sauveur de l’économie et le garant des « égalités ». On découvre, malgré les mises en garde répétées des libéraux, que l’État qu’on appelle injustement « providence » a abouti à des catastrophes économiques et à des dérives terribles.

Tom Palmer met d’abord les choses au point. Contrairement à ce qu’on nous a dit (surtout en France), la crise de 2008 n’a pas été une crise du libéralisme ou de la dérégulation financière mais bel et bien une crise de l’État-providence. Ce sont les politiques et l’administration qui ont promis et lancé des programmes de crédit facile afin de rendre tout le monde propriétaire (aux États-Unis, il s’agissait de permettre à 70% de la population d’accéder à la propriété). La connivence entre l’État, les organismes de crédit et les banques ont fait le reste de la crise…

L’interventionnisme politique est la condition sine qua non de l’existence de l’État-providence et toute décision politique est justifiée par la défense de la « solidarité et de l’égalité ». Accorder des subventions est l’un des moteurs de l’État-providence. Comme toute forme d’assistanat, on enferme les gens dans la logique des aides publiques : si ce n’est pas moi qui les prends, un autre le fera. Le système de santé à la française est l’exemple type de l’assistanat forcé. L’État a le monopole de la santé et ne laisse aucune place à d’autres assurances privées. Le système des retraites par répartition est aussi un excellent exemple car il oblige les actifs à verser de l’argent dans un tonneau troué. Tant qu’ils seront beaucoup plus nombreux que les retraités, ça pourrait marcher sinon ils seront obligés de payer de plus en plus faute de vraie réforme.

Une autre excellente illustration de dérive de l’État-providence concerne les subventions agricoles. Dans de nombreux pays, on a transformé les agriculteurs en fonctionnaires. Dès que les prix baissent, les subventions augmentent, et si les prix augmentent, les subventions restent les mêmes… Toutes ces aides coûtent une fortune aux contribuables. Les gouvernements sont obligés de dépenser beaucoup plus que ce qu’ils reçoivent en produit de l’impôt. Tom Palmer estime à 80 trillions cette différence aux États-Unis et à 53 trillions en Europe. C’est une dette à la charge des contribuables…

Les exemples italien et grec (dommage que la France n’y figure pas) donnés par ailleurs sont très instructifs. En Italie, l’État-providence a confisqué le bel essor de l’économie italienne dans les années 1960. Les politiques ont voulu faire du social en augmentant les aides et en transformant le sud de l’Italie en région d’assistés. C’est aussi l’époque du Brodolini Act (1969) qui instaure la retraite par répartition. Quant à la Grèce, c’est devenu l’exemple type de la faillite d’un État tout à la fois obèse et impotent. La crise l’a révélé. Pourtant, le pays aurait bien pu réussir car la croissance moyenne a été de 5,2% entre 1930 et 1980 contre 4,9% au Japon sur la même période. Mais les subventions européennes et les politiques en ont décidé autrement. Ils en ont fait un pays de fonctionnaires (plus de la moitié de la population) et de tricheurs (sur 17 000 propriétaires de piscines à Athènes, seulement 300 les ont déclarées…). À vouloir aider, on enfonce le pays dans la corruption et l’assistanat. C’est le vrai principe de l’État-providence.

– Tom Palmer ‘(Ed.), After the Welfare State, Jameson Books-Students for Liberty.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • On ne dira jamais assez que la Providence de l’État-providence n’est providentielle que pour ceux qui le contrôle: c’est le moyen de vivre comme des « riches », sans trop se fatiguer. Toute redistribution commence par une généreuse ponction du redistributeur, comme toute bonne association « caritative » qui se respecte.
    Tant que les libéraux n’arriveront pas à faire comprendre aux « bénéficiaires » de la manne providentielle qu’elle leur retire une bonne partie de ce qu’ils auraient obtenu sans « aide », par un travail rémunérateur et non une allocation-chomâge, rien ne pourra changer.
    Resterait à régler le sort de ceux qui profitent de la « Providence »: fonctionnaires superflus, syndicalistes représentatifs de leur seul intérêt, associations à but spoliateur (SOS Désir etc.). Si ce n’est qu’une minorité, elle est prête à toutes les exactions pour survivre…

  • L’effondrement est inéluctable, mais la leçon à tirer est l’échec universel non seulement de l’État-Providence, mais de la démocratie purement représentative.

    Il faut instaurer la démocratie semi-directe à la suisse.
    Mettons à profit les convulsions à venir.

    Par ailleurs le, le socialisme est totalitaire.
    Il est antilaïc parce qu’il veut gouverner au titre d’une vision de la morale.
    Cette vision, puérile, dont l’État-Providence est l’expression, c’est: Servir l’homme, c’est abolir la responsabilité.

    L’antilaïcité se constate dans la nature aussi bien religieuse que politique du socialisme (d’où la connivence avec l’islam) et dans, corollaire, l’étouffement de la société civile.
    Cet étouffement repose sur 2 étaux:
    – Impôt/gratuité: La priver de ressources avant d’offrir un « service gratuit » (école, hôpital) aux mains des socialistes avec les ressources ainsi confisquées
    – Lois liberticides/ »associations » subventionnées: Les « associations » subventionnées sont en fait des intrusions régaliennes (puisque financées par vos impôts) dans la société civile, où elles font régner la peur par leurs moyens, voire les lois liberticides votées à chaque fois que les socialistes ont le pouvoir.

  • En Grèce le taux de fonctionnaire est d’environ 23% de la population active …En France parangon de vertu 30%!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le débat à gauche sur « le droit à la paresse » nous rappelle que pour une partie de la clientèle de la gauche radicale, le parasitisme est une valeur positive. Le communiste Fabien Roussel a suscité les réactions indignées de certains de ses alliés quand il a défendu la « valeur travail », grande oubliée ces dernières décennies par les formations de la gauche de la gauche.

Il y en a qui demandent le droit à la #paresse et d 'autres qui bossent pour nourrir les autres https://t.co/HaZOIwnPN2

— Dominique Luhe... Poursuivre la lecture

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.

Quatorzième volet de... Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles