Salvador Allende, 40 ans plus tard

À chaque date anniversaire, la gauche ne manque jamais de célébrer le régime de Salvador Allende et la « voie chilienne vers le socialisme ».
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Salvador Allende - Montage photo : Jorge Miente via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Salvador Allende, 40 ans plus tard

Publié le 10 septembre 2013
- A +

À chaque date anniversaire, la gauche ne manque jamais de célébrer le régime de Salvador Allende et la « voie chilienne vers le socialisme », et de conspuer dans la foulée son renversement par l’armée. Ce 11 septembre ne faillira pas à la tradition. L’occasion, pour nous également, de revenir sur cette catastrophe.

Salvador Allende - Photo Jorge Miente (CC BY-NC-ND 2.0)
Salvador Allende – Montage photo : Jorge Miente via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Certes, la chute des pays soviétiques et autres affidés a définitivement prouvé que le socialisme, ça ne marche pas, même pas un peu, même pas une fois, même pas par hasard. Jamais. Mais la nostalgie étant ce qu’elle est, la gauche reste attachée à ses mythes. Comme on peut le voir à l’occasion du 40e anniversaire du coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili. S’accrochant à ses dernières icônes encore relativement présentables, la gauche abuse de la mauvaise foi, déforme les événements, tentant de réécrire l’Histoire afin de s’accommoder d’un passé illusoire au lieu de prendre connaissance des faits et d’essayer de comprendre la réalité.

Parce que, dans les faits, la réalité du gouvernement d’Allende a été beaucoup plus sinistre que ne le laisse supposer l’hagiographie entretenue depuis les années 70. Le 16 septembre 1973, le New York Times résumait parfaitement ce que furent ces mille jours où Allende gouverna le Chili :

« L’expérience du docteur Allende a échoué parce que sa coalition d’Unité Populaire, dominée par les socialistes et les communistes, a tout fait pour installer au Chili un système socialiste radical auquel était farouchement opposée plus de la moitié de la population. Il avait été élu en 1970 avec seulement 36,3% des voix, à peine 39.000 votes de plus que son concurrent conservateur arrivé en deuxième place. Lors des élections législatives du début de cette année, l’Unité Populaire n’a seulement obtenu que 44%. Pourtant, en dépit d’un parlement dominé par l’opposition, souvent en méprisant les tribunaux et face au chaos économique et à une inflation qui faisait rage, le régime a continué de « réquisitionner » des entreprises, grandes et petites. Ces actions ont polarisé le Chili comme jamais auparavant, provoquant une opposition tous azimuts, non seulement de la part du riche ou d’une frange fasciste, mais bien de la classe moyenne qui représente la moitié de la population et qui se voyait affronter sa propre destruction. Si le docteur Allende avait progressé de manière plus réfléchie, s’il avait fait une pause pour consolider après la nationalisation des industries de base du Chili et posé des limites raisonnables à son programme socialiste, il aurait probablement terminé son mandat avec de grandes chances de succès. »

Il est utile, voire nécessaire de bien se rappeler ces faits, alors même qu’aujourd’hui dans plusieurs endroits du monde, on peut voir comment un gouvernement légal peut détruire les institutions d’un pays et, partant, perdre toute légitimité à son pouvoir. C’est pourquoi aujourd’hui et demain, Contrepoints publie un dossier autour de la figure d’Allende, de sa politique et du Chili sous son gouvernement.

10 septembre

Salvador Allende et la voie chilienne vers le socialisme : Très loin d’un projet progressiste mais modéré utilisant la voie démocratique, le programme politique de l’Unité Populaire mené par Allende relevait de la classique ligne marxiste-léniniste. Avec toutes ses désastreuses conséquences politiques, économiques et sociales. Une expérience catastrophique pour le Chili à laquelle l’armée mettra dramatiquement fin, à la demande du parlement.

Cybersyn, le rêve mouillé du socialisme : Cybersyn (projet du gouvernement Allende visant à créer une économie planifiée contrôlée en temps réel par ordinateur) était inutile pour atteindre son objectif, et redondant pour la simple communication. Malgré la propagande qui faisait étalage du haut niveau de sophistication du système, il fallait en réalité une armée d’exécutants pour traiter les données. Au final, le plus grand succès du cybersocialisme a été de faire échouer une grève.

11 septembre

Les mille jours d’Allende : Chronique du gouvernement d’Unité Populaire, du 4 novembre 1970 au 11 septembre 1973.

– Les textes cachés de Pablo Neruda : En 1971, Pablo Neruda reçoit le prix Nobel de littérature. Il serait injuste de nier la valeur littéraire de sa poésie. Des livres comme Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée, les séries de Résidence sur la terre et d’autres attachants recueils de poèmes forment une trajectoire lyrique clé du 20e siècle. Mais il serait également injuste de cacher certains textes de Neruda ; textes que la critique a occultés pour maquiller l’image de celui-ci ; textes qui reflètent sa servilité envers quelques-uns des dictateurs les plus néfastes du 20e siècle, comme, par exemple, une élégie au dictateur cubain Fulgencio Batista.

– « El ladrillo », le programme économique des Chicago Boys : Le programme de développement économique élaboré par les Chicago Boys avant et pendant la présidence d’Allende a fait du Chili le premier pays d’Amérique du Sud à intégrer l’OCDE, le 7e le plus libre économiquement au monde en 2013, en offrant aux Chiliens les meilleurs indices de développement humain et le plus haut PIB par habitant de toute l’Amérique latine, ainsi que les taux de pauvreté les plus bas de toute leur histoire. Un bien beau résultat pour une aventure qui commença, il y a près de 60 ans, par un accord de coopération entre l’Université de Chicago et l’Université catholique du Chili.

Voir les commentaires (109)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (109)
  • Si la periode allende ne fut pas une reussite, j espere que vous decrirez avec objectivite les 17 annees suivantes.
    .

    • Au vu du présent texte, votre demande risque de ne trouver aucune réponse.

    • personne ne soutient pinochet ou excuse ce qu’il a fait . seulement, la vérité est parfois plus complexe qu’il n’y parait. il n’y a pas d’un coté le gentil allende et de l’autre le méchant pinochet. ce n’est pas parce que l’on rappellle la vérité sur allende que l’on soutient pinochet.
      ce n’est pas parce qu’allende est une ordure que pinochet faut mieux que lui ou inversement

    • En 2000, le président chilien socialiste Ricardo Lagos décrivit le Chicago Boy Sergio de Castro comme le ministre des Finances le plus important des derniers 180 ans du Chili. alors si meme des socialistes rendent hommage aux chicago boys…….

    • les socialistes passent leur temps à parler de pinochet alors je ne vois pas à quoi cela sert que contrepoints perde son temps à rappeller la dictature de pinochet. je trouve plus intéressant que contrepoints fasse un peu de réinformation historique sur allende ou sur les républicains espagnols (qui voulaient faire une dictature du prolétariat), sur l’aparatheid en afrique du sud (crée par des syndicalistes blancs), le nazisme (qui est du national socialisme),……..

      • « rappeller la dictature de pinochet » vu qu’il y a suffisamment de gens qui le font à commencer par les médias. je me suis toujours demander comment cela se fait il que la dictature de pinochet soit si connu ??? car il y a une multitude de dictature beaucoup plus atroces et ayant fait bcp plus de morts qui sont inconnus

  • La gauche reste logique avec ses fantasmes dogmatiques :

    Il vaut mieux commemorer un socialiste ecrase dans l’oeuf : « il n’a pas eu sa chance », « les fachos etaient la », « le combat romantique de la gauche progressiste »,…..

    que d’evoquer tous les autres regimes socialistes qui ont eu leur chance dans le monde et qui se sont traduits par des echecs.

    La gauche n’est pas a un mensonge pres,…. regardez votre television.

  • Merci de corriger:
    ….. »textes que la critique a occultéS »

  • pour équilibrer votre jugement sur le Chili,lisez donc ce livre:
    Pinochet, l’autre vérité
    Philippe Chesnay

    Picollec

    Paru le : 05/02/2007.Philippe Chesnay,70 ans,fut directeur commercial d’Air France au Chili à partir de 1981.

  • non, le socialisme ne marchera jamais, alors que le libéralisme fonctionne parfaitement : les plus riches le sont toujours plus, les plus pauvres le sont toujours plus, les inégalités se creusent toujours plus, les crises s’enchainent, permettant d’aller vers toujours plus de précarité et d’exploitation des salariés, et les multinationales se débarrassent toujours plus de l’horreur absolue que constituent les nations et surtout les lois, toujours la pour les empêcher de faire plus de profit, ce qui est pourtant l’objectif numéro 1 de l’humanité et le seul vrai sens de la vie…
    donc oui, les objectifs du libéralisme sont atteint, comme un libéral se fout un peu de ce qui peut arriver autour de lui tant que l’argent rentre, comme il se fout totalement de ce qui arrivera après lui tant qu’il aura amassé le maximum de richesses, peu importe qu’on arrive bientôt au point de rupture où les inégalités seront trop extrêmes pour préserver la paix sociale, où on aura totalement pollué terres, mers et même notre orbite spatial, toutes les misères, les catastrophes profitent toujours au plus intelligent des libéraux qui en profitera toujours pour faire du profit ! et si un mec fait du profit, ça vaut bien 100 mecs qui crèvent de faim voyons…

    • Voilà, tout est dit.

      Sinon, un jour, prends le temps, cher con, d’ouvrir une encyclopédie Larousse (ça devrait être à ton niveau) à la page « libéralisme ».

    • il y a plus d’inégalités en France oui (et non partout). Mais c’est parce qu’il n’y a pas de libéralisme (avec un taux de prélèvement obligatoire 47% par l’Etat nounou) et pas beaucoup de profits (le CAC40 est au niveau d’il y a 4 ans, il y a un taux de défaillance massif des entreprises) .

      Cherchez ailleurs le coupable…

    • J’aime bien quand on parle de pollution, qu’on fustige le libéralisme et qu’on demande un renforcement de l’Etat.
      Pour mémoire, les deux plus grandes catastrophes écologiques du XX° siècle (Tchernobyl et l’assèchement de la mer d’Aral) ont eu lieu en URSS, qu’on peut difficilement qualifier pays libéral.

      • L’agriculture biologique aussi est pas mal en terme de catastrophe écologique.
        Diviser volontairement par deux le rendement à l’hectare, supprimer les méthodes de conservation efficaces (qui manquent cruellement dans le tiers-monde où la moitié des récoltes est perdue en pourrissant), ne pas nourrir le sol d’engrais « chimiques » sous prétexte que c’est pas bio, etc, il faut être escrolo et obscurantiste pour soutenir de telles crétineries dont l’effet premier est d’entraîner plus de déforestation.

    • « le libéralisme fonctionne parfaitement : les plus riches le sont toujours plus, les plus pauvres le sont toujours plus, les inégalités se creusent toujours plus, les crises s’enchainent, permettant d’aller vers toujours plus de précarité et d’exploitation des salariés, et blablabla… »

      Message typique du socialiste qui part en roues libres en déversant tous les poncifs, sans jamais une seule fois vérifier les FAITS, préférant s’enfermer dans le déni de réalité.

      Il est faux de dire que la pauvreté est en augmentation.
      C’est l’inverse, la pauvreté régresse dans le monde grace à la mondialisation :
      – La pauvreté a baissé de 50% en 20 ans : http://www.economist.com/blogs/economist-explains/2013/06/economist-explains-0?fsrc=scn/fb/wl/bl/ee/poverty
      – Plus de mondialisation, moins de pauvreté : ce sont les chiffres de la Banque mondiale qui le montrent : http://www.contrepoints.org/2013/07/02/129674-plus-de-globalisation-moins-de-pauvrete

      Concernant les inégalités, là aussi, l’examen des faits montre que toutes les théories fumeuses des gauchistes ne sont que des mythes :
      – le mythe des inégalités : http://www.contrepoints.org/2013/02/01/113276-la-science-fiction-de-stiglitz-le-prix-de-la-prodigalite
      – le mythe de la transmission des inégalités entre génération : http://www.contrepoints.org/2013/03/09/117629-mythomanie-de-la-lutte-des-classes
      – le mythe de l’absence de mobilité sociale : http://www.contrepoints.org/2013/04/26/122706-les-inegalites-sociales-ne-sont-pas-des-injustices
      – le mythe selon lequel les ultra-riches ne sont que des vilains financiers qui ne travaillent pas : http://www.contrepoints.org/2013/04/18/121943-qui-sont-les-tres-riches-americains

      Le socialisme prétend se fixer comme objectif la lutte contre la pauvreté et les inégalités, mais toutes les expériences de l’idéologie socialistes dans sa forme radicale ont produit plus de pauvreté, accompagnée de restrictions fortes des libertés et de meutres de masse.

      Le libéralisme a pour préoccupation la défense des libertés individuelles et de l’Etat de droit. Et il se trouve qu’en plus toutes les expériences d’application des principes du libéralisme ont conduit aussi à une réduction de la pauvreté et à un accroissement généralisé des niveaux de vie.

      Il n’est plus possible en 2013 d’ignorer ces faits. Il faut donc être une sacrée ordure pour continuer à nier cette réalité, désormais parfaitement documentée.

    • Contrepoints devrait installer un radar automatique pour les cuistres et les confiturologues du genre jamie starr. Vu la concentration de cons incultes dans ce pays, il y aurait des profits gigantesques à se faire.

    • « Socialisme » contre « liberalisme ». Evitons les jugements tranches, mais prenons un exemple :

      Qu’avons-nous fait lorsque les banques ont failli se casser la gueule du fait de leurs investissements irrefflechis ?

      Les etats sont intervenus, leur ont renfloue les comptes (avec notre argent), sans contrepartie extravagante, ni recriminations.

      Le liberalisme aura laisser faire la loi du marche et laisser mourir les mauvais eleves. Seules les banques solides auraient survecu, les mauvaises auraient disparu.

      Quand un etat intervient, c’est du socialisme. (revoir la definition)

      Donc, (a moins que je me trompe) l’Europe a fait du socialisme (et non du liberalisme), avec notre argent.

      Resultats :
      – les mauvaises banques existent toujours,
      – elles n’ont jamais tirer les lecons de leurs erreurs,
      – elles continuent a speculer avec les anciennes methodes
      – l’argent prete, nous est reprete avec interet
      – …. les parachutes dores

      Donc, pester contre la situation actuelle, necessite d’abord de savoir quelle politique a ete conduite, pour en tirer des conclusions.

      Ainsi mon cher Jamie Starr (sans doute un audacieux mix de Jamiroquai et de Joey Starr,…. hum, rien que de la fine fleur intellectuelle), je suis d’accord avec votre esprit de revolte sur la situation actuelle, mais reflechissez avec de tirer sur les mauvaises cibles. Merci.

    • Ohhh le beau collier de poncifs, c’est très jolie mais tellement banal…

    • Pfff, ça doit faire 150 ans que les cocos nous disent que les pauvres s’appauvrissent sans cesse…
      J’ai pas l’impression que les pauvres vivent moins bien qu’à l’époque où ils descendaient dans les mines et travaillent 14h/j en usine pour 2x moins…

    • Les théories socialistes ont été démontées propre en ordre. Les économistes ont montré que ces théories n’ont aucune structure interne cohérente (lisez par exemple Bohm-Bawerk pour ne citer que lui), et qu’elles reposent sur des conceptions erronées, notamment de la valeur du travail, de l’échange, du capital ou du profit. Il n’y a pas un économiste sérieux qui défende les conceptions de Marx. Il n’y a pas une faculté d’économie où l’on enseigne son modèle économique comme on enseigne le modèle IS-LM, la théorie du consommateur, etc. Dans les facultés d’économie Marx fait partie de l’histoire des idées comme Freud en psychologie. Il a été montré mathématiquement que la planification de l’activité économique était moins efficace que l’économie de marché. Allez lire la démonstration de Barone 1908, c’est un bijoux. L’économétrie durant tout le 20ème siècle a massivement montré que les mesures socialistes (contrôle des prix, salaire minimum, etc.) ne permettent pas d’atteindre les objectifs souhaités et/ou produisent des effets secondaires qui sont plus problématiques que le problème qu’on essaye de solutionner.De même, les mesures comparatives montrent sans ambiguïté que plus les pays protègent la propriété, plus il y a de liberté économique, plus ces droits entrent en force dans la réalité grâce à un système de tribunaux efficaces, et plus à l’arrivée on a un revenu réel élevé par habitant y compris pour les plus pauvres. Allez lire par exemple De soto. En d’autres termes, l’économétrie a montré dans toute sorte de domaines économiques ce que les mathématiques avaient anticipé. Finalement, l’histoire a également montré que chaque fois qu’on a essayé le socialisme, et on l’a essayé plusieurs comme on répète en science une expérience pour voir la robustesse du résultat, ça finit très mal. http://www.institutcoppet.org/2013/02/16/de-l%E2%80%99impossibilite-du-socialisme-par-hans-hermann-hoppe/

    • le socialisme ne marche pas meme la plupart des partis de gauches l’ont compris dans le reste de l’europe, c’est pour cela, qu’elles sont devenu social démocrate (qui est une sorte de nouveau socialisme, d’actualisation du socialisme) puis comme maintenant, ces partis en voyant l’échec de la social démocratie sont devenu social libéral (qui n’est pas du libéralisme mais un nouveau socialisme). en allemagne, la gauche est devenu social démocrate dans les années 50 puis dans les années 2000, elle est devenu social libéral. dans bcp de pays, la gauche est social libéral car elle a abandonné le socialisme et la social démocratie car c’étaient des idéologies complétement obselète. la gauche francaise est à la traine…..

    • le socialisme est une philosophie de l’échec, le credo de l’ignorance et l’évangile de l’envie. comme disait churchill: » Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère. » L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. Car, aujourd’hui comme autrefois, chacun, un peu plus, un peu moins, voudrait bien profiter du travail d’autrui. Ce sentiment, on n’ose l’afficher, on se le dissimule à soi-même; et alors que fait-on? On imagine un intermédiaire, on s’adresse à l’État, et chaque classe tour à tour vient lui dire: « Vous qui pouvez prendre loyalement, honnêtement, prenez au public, et nous partagerons. le socialisme: Si ça bouge, taxez-le. Si ça continue à bouger, régulez-le. Si ça s’arrête de bouger, subventionnez-le. L’erreur fondamentale du socialisme est de caractère anthropologique. En effet, il considère l’individu comme un simple élément, une molécule de l’organisme social, de sorte que le bien de chacun est tout entier subordonné au fonctionnement du mécanisme économique et social, tandis que, par ailleurs, il estime que ce même bien de l’individu peut être atteint hors de tout choix autonome de sa part, hors de sa seule et exclusive décision responsable devant le bien ou le mal. L’homme est ainsi réduit à un ensemble de relations sociales, et c’est alors que disparaît le concept de personne comme sujet autonome de décision morale qui construit l’ordre social par cette décision. De cette conception erronée de la personne découlent la déformation du droit qui définit la sphère d’exercice de la liberté, ainsi que le refus de la propriété privée. En effet, l’homme dépossédé de ce qu’il pourrait dire « sien » et de la possibilité de gagner sa vie par ses initiatives en vient à dépendre de la machine sociale et de ceux qui la contrôlent ; cela lui rend beaucoup plus difficile la reconnaissance de sa propre dignité de personne et entrave la progression vers la constitution d’une authentique communauté humaine. le socialisme croit que la société est mécanique alors qu’elle est organique.

    • la plupart des dictatures dans le monde (en particulier, en afrique )sont socialiste, d’ailleurs certaines font partie de l’internationale socialiste. ben ali faisait parti de l’internationale socialiste. la tunisie comme les autres pays du magreb (lybie, égypte,..) est socialiste tout comme la syrie. le parti baas a meme servi de modèle au pasok (parti socialiste grecque) qui a dirigé sur la grece ces 30 dernières années et qui a mis en place un systeme basé sur le clientelisme et la corruption et qui est responsble de la situation de la grece actuelle… tous les pays du printemps arabe avait en commun d’etre socialiste. le socialisme n’est pas spécialement démocratique…. le socialistes ont tendance à pratiquer la pensée unique qu’ils veulent imposer à tout le monde et à etre contre la liberté (économique, d’expression,…). http://www.institutcoppet.org/2012/03/25/l%E2%80%99horreur-socialiste-par-alain-laurent/

    • ce que vous citez c’est le capitalisme de connivence ce que les libéraux combattent. le vrai probleme est le capitalisme de connivence, c’est quand l’État soutient certaines entreprises, soit qu’il cède à leur pression par corruption, soit que ce soit de sa part une volonté délibérée à des fins politiques. le probleme de l’état est que contrairement à ce que croit tous les socialistes (de gauche et droite), ce n’est pas quelque chose de bien mais c’est un instrument aux mains de l’élite au pouvoir (ump et ps) qui s’en sert souvent pour ces propres intérets, pour aider ces copains. l’état francais aide les grandes entreprises à créer le monopole. les politiciens viennent presque tous de la fonction publique donc ils ne comprennent rien à l’économie. ce qui crée des richessses c’est l’entreprenariat, et ce qui crée les emplois c’est les pme pas les grands groupes. aujourd’hui, en france, la surtaxation et la surréglementation détruisent les pme et l’entreprenariat. il faut supprimer toutes les niches fiscales ( qui permettent aux grands groupes de payer moins d’impots), il faut arreter la surréglementation ( qui ne sert l’intéret que des grands groupes (qui font du lobbying pour avoir de la réglementation à leur avantage) et qui peuvent se payer des avocats pour détourner les règles à leurs avantages. plus la justice est complexe plus cela avantage les riches. il faut aussi arreter de sauver les banques et les multinationales avec l’argent du contribuable. en vérité ce qu’il faut c’est séparer l’état de l’économie, l’état doit s’occuper des fonctions régaliennes (éducation, sécurité, justice,…) pas de l’économie. les pays scandinaves séparent l’état de l’économie et ce sont les pays les plus égalitaires au monde. les pays qui font cela, sont les pays qui s’en sortent le mieux (autriche, pays bas,…). il faut réformer la fonction publique qui coute bcp trop chère et qui est très incompétente. la france est paralysé par la surrréglementation.

    • le capitalisme a réduit ces dernières années de moitié la pauvreté mondiale. http://loicgonsolin.politicien.fr/2013/07/05/716/ http://www.contrepoints.org/2012/03/22/74166-la-pauvrete-recule-dans-le-monde-grace-a-la-liberte-economique http://www.contrepoints.org/2013/10/13/142447-tout-ce-que-vous-aimez-devoir-au-capitalisme
      cela est un fait le capitalisme permet d’améliorer le sort des plus pauvres…. intéressez-vous à Muhammad Yunus et à Hernando de Soto Polar : Deux économistes qui ont démontré, de façon expérimental et concrète (avec le micro crédit en Inde pour le premier et dans les favelas pour le second), que seul le capital, le plus petit soit-il, peut permettre de sortir de la pauvreté.

  • et moi j’adore quand les champions de la dérégulations continuent de nier ce qui se passe sous nos yoeux !!! 30 de dérégulation à tout va, d’allégement fiscal sur les grosses entreprises et les grosses fortunes (mais jamais assez c’est vrai), on voit où on en est, mais allons-y encore plus à fond… un jour viendra ou les richesses vont ruisseler (c’est bien comme ça qu’on dit ?), un jour toutes les vertus du libéralisme vont apparaitre au grand jour, un jour cette saine compétition, ce marché libre non-faussé (mais qu’est ce que c’est que ça ? ça existe ?! ça ressemble à la théorie du mouvement perpétuel) vont conduire à une société de justice… mais soyons patients, continuons d’aller de crises en crises, des guerres en guerres (ha non la guerre n’a rien à voir avec la voracité des multinationales je suis con, ni les coups d’Etat façon Pinochet/CIA), dérégulons encore plus le marché financier, il y a tellement d’argent sale à laver dans les paradis fiscaux, privatisons encore et encore, que tout sois payant et rapporte des profits à une petite poignée, la terre, l’eau, l’éducation, la santé, tout doit être privatisé surtout, les famines et tout ça, c’est pas grave, faut bien spéculer un peu sur les matières première voyons, c’est comme ça qu’on créé de la richesse !!!

    • « 30 de dérégulation à tout va, d’allégement fiscal sur les grosses entreprises et les grosses fortunes »
      C’est bien gentil de vivre dans le fantasme, mais les faits sont tétus.
      Sur les 30 dernières années, c’est le phénomène inverse qui s’est produit : fort alourdissement de la fiscalité, empilement des textes règlementaires.

      « un jour toutes les vertus du libéralisme vont apparaitre au grand jour »
      J’ai un scoop pour vous : on connait d’ores et déjà les vertus du libéralisme sur le socialisme. Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais il y a eu des expériences grandeurs natures de séparation en deux de pays avec application d’un côté du socialisme et application de l’autre du libéralisme : RDA/RFA, Corée du Nord/Corée du Sud. D’un côté pauvreté et répressions liberticides, de l’autre prospérité et liberté.

      • Mais voyons, vous oubliez que la RFA profitait par un dumping social tel un passager clandestin des durs investissements éclairés de la RDA et pareil pour la Corée du Sud. 🙂

    • « 30 de dérégulation à tout va »

      La finance est le secteur le plus réglementé après le nucléaire. Les accords de Bâle, ça vous dit quelque chose ? Avant de chialer toutes les larmes de votre corps parce que vous vous êtes fait démonter par les commentateurs, renseignez-vous.

    • ohhh un deuxième collier de poncifs, c’est beau mais ça devient fatiguant

    • lisez plus bas mon commentaire qui montre à quel point la france est socialiste. la france n’a rien de libéral.

  • l’exemple Allende / Pinochet ne vaut rien ?
    les pays qui possèdent les matières premières vivent décemment ? ils en profitent du libéralisme ?
    un site qui s’auto-cite c’est très fort !!!
    tous les indicateurs sont au vert, bien sur, pourquoi je m’inquiète ?
    le communisme autoritaire et le socialisme n’ont pas grand chose à voir, d’ailleurs regardez russie et chine, le communisme autoritaire s’accommode très bien du libre échange. on parle d’Allende, élu, qui allait organiser un référendum d’ailleurs (vous la connaissez je suis sur cette histoire, Allende sent qu’il perd le pouvoir, donc il organise un référendum – quel tyran ! – prévu pour le lundi 10 septembre, l’armée le pousse à différer au mercredi 12 septembre, et pas de bol, le mardi 11 septembre…)
    le libéralisme, qui est devenu ultra, c’st l’inverse de l’état de droit (non mais celle c’est la meilleure !!!!). les mecs se baladent aux 4 coins du monde pour installer leurs entreprises là où il y a le minimum de minimum d’état de droit, c’est horreur absolue qui réclame des impôts, et vont même parfois jusqu’à réguler et à tenter (bon de moins en moins heureusement !) de protéger ses citoyens !!! le libéralisme c’est l’état de droit, celle là je n’arrive pas à m’en remettre !!! la mondialisation doit encore être un fantasme de gauchiste !!!
    le bio, c’est comme tout, ça a été récupéré par des joyeux entrepreneurs qui ont flairé le bon coup !
    on peut ne pas être d’accord, mais affirmer que depuis 30 ans on est dans plus de régulation et de fiscalité, c’est du délire absolu. Combien paient d’impôts les entreprises du CAC 40 ? les grandes fortunes françaises ?
    vous savez vraiment ce qu’il s’est passé au Chili après Allende ?!? la lutte contre le socialisme peut justifier ça ?!?

    • Je voudrais savoir ce que Contrepoints pense du numéro spécial Historia consacré à l’anniversaire du coup d’Etat au Chili.

      Historia est-il un magazine politiquement engagé car il présente les évènement très différemment de cet article de Contrepoints ?

      L’ombre historique sur ces évènements ce sont les grands silences des témoignages des Chiliens qui ont tacitement soutenu Pinochet
      Ces gens n’osent pas parler..

    • Les gauchistes sont vraiment formidables. Appréciez le deux poids deux mesures et l’interprétation à géométrie variable !

      « le communisme autoritaire et le socialisme n’ont pas grand chose à voir, d’ailleurs regardez russie et chine, le communisme autoritaire s’accommode très bien du libre échange.
      (…)
      vous savez vraiment ce qu’il s’est passé au Chili après Allende ?!? la lutte contre le socialisme peut justifier ça ?!? »

      Ainsi donc, nous avons deux régimes autoritaires qui répriment les libertés individuelles. Mais le régime autoritaire de gauche, c’est cool. Celui de droite, c’est mal.

      A ma gauche, la Chine, championne de la répression des libertés individuelles, c’est cool. La preuve de son ouverture : elle intègre quelques principes libéraux (le libre-échange) dans son modèle dirigiste. D’ailleurs depuis qu’elle met en œuvre quelques principes de libéralisme économique (de façon très modérée), le pays souffre beaucoup moins de la misère. Et c’est bien la preuve que le communisme, ça marché !!

      A ma droite, le Chili de Pinochet, champion de la répression des libertés individuelles, c’est pas cool. La preuve de son extrémisme : le Chili a intégré quelques principes libéraux dans son modèle dirigiste. Ça a permis de sortir des Chiliens de la misère, mais là, c’est définitivement pas cool. C’est même la preuve que les ultra-libéraux sont des fascistes !

      😆

    • « les pays qui possèdent les matières premières vivent décemment ? »

      Le Canada, l’Asutralie, l’Ecosse et la Norvège sont-ils des pays pauvres ?

      • Ce fumier de Pinochet faisait torturer en infligeant l’écoute de musique à fort niveau sonore 24h/24

        http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/09/11/97001-20130911FILWWW00479-la-musique-arme-de-torture-sous-pinochet.php

        • Ah quel salaud. Non mais vous vous rendez compte ? utiliser de la musique ? torturez, oui, tant que vous voulez, mais pas en musique ; c’est comme les meurtres de masse : faites ça à la machette ou au canon, mais les gaz, ça c’est une « ligne rouge ».

          Bon. Et donc, si Pinochet était un salaud, alors ça excuse toutes les conneries et les meurtres de la clique d’Allende ; on peut, on doit même béatifier Allende.
          J’ai bon ? j’aurai 20/20 à mon devoir de SES dans le cours de Rémi-enseigant ? cool.

          • @rémi-enseignant

            Et vous êtes enseignant ???
            Ça fait peur…

          • Et donc ? Faites l’expérience de rester dans une foire 24 h a coté d’un manège ou ca hurle et fait de la musique (et encore avec des moments de pause) et je pense que vous pèterez déjà un plomb. Même les forains prennent des pauses a cause de ca. Faites cette expérience et revenez nous donner vos impressions avant de faire ce genre de phrases infantiles.

        • personne ne soutient pinochet ou excuse ce qu’il a fait . seulement, la vérité est parfois plus complexe qu’il n’y parait. il n’y a pas d’un coté le gentil allende et de l’autre le méchant pinochet. ce n’est pas parce que l’on rappellle la vérité sur allende que l’on soutient pinochet. le pire est qu’il faisait torturer des gens pas qu’il leur faisait écouter la musique. à vous entendre, on croirait l’inverse

        • ce n’est pas parce qu’allende est une ordure que pinochet faut mieux que lui ou inversement

    • @jamie starr
      OK. vous dites que
      « affirmer que depuis 30 ans on est dans plus de régulation et de fiscalité, c’est du délire absolu »
      Nous sommes en 2013. il y a 30 ans c’était en 1983.
      L’un de nous deux est dans le « délire absolu »
      soit vous avez raison (ie : seul un fou délirant peut croire qu’il y a plus de régulation et de fiscalité maintenant qu’en 1983) ; et moi je m’engage à me soigner de cette pathologie mentale ; je vous laisse le choix du traitement , que je suivrais honnêtement (puisque même si c’est dur, il est toujours avantageux de reconnaitre la vérité et la réalité.
      Soit vous avez tort (ie : il n’est pas délirant de penser que régulation et fiscalité ont augmenter depuis 1983), et dans ce cas c’est vous délirez, et vous devrez suivre (sans discuter !) le traitement qui s’impose, que je vous prescrirai (rien de couteux ni de contraignant, je vous assure ; par contre, je ne peux pas garantir l’absence de souffrance mentale, hélas : découvrir que la réalité est si différence de ce qu’on croit, et que les gens en qui on avait confiance ne faisait que raconter des conneries, c’est dur)

      Tenez vous le pari ?

    • Combien paient d’impôts les entreprises du CAC 40 ?

      Elles paient des impôts dans tous les pays où elles sont installées.

    • Ils ont beau mes poncifs! ils sont frais! ils sont joufflus! acheter mes poncifs! Garantis à vie! Vous pourrez les revendre, les léguer à vos enfants, ils sont inusables! La preuve ça fait des siècles qu’on les utilises et ils reviennent toujours tout beaux tous neuf!! achetez mes poncifs! Achetez!!

      • Je soulignerai aussi que ce sont les mêmes poncifs sortis invariablement depuis 40 ans par les mêmes personnes qui à l’époque faisaient les éloges de Mao et de Polpot…

  • Raphaël Marfaux vous n’avez rien compris, je n’ai aucune sympathie pour les régimes autoritaires, communistes ou libéraux. D’où mon admiration pour Allende et sa politique de révolution par les urnes et le droit !!!
    P, quels meurtres d’Allende ?!? mais de quoi vous parlez ?!? donc, vous ne connaissez pas l’histoire du Chili et de Pinochet… vous n’avez sans doute que le point de vue de Tatcher, la copine de Pinochet qui considérait Mandela comme un terroriste.
    on a le droit d’être en désaccord, c’est sain même, mais en arriver à justifier un Pinochet, c’est assez surréaliste… je sais que vous pensez que tous les gauchistes sont fans des régimes autoritaires communistes, mais non, très loin de là… à l’inverse, je n’avais jamais pu pensé que des adeptes du libre échange pouvaient avoir le minimum de sympathie pour un Pinochet…
    profitez en, c’est la date anniversaire, renseignez vous sur la manière dont les chicago boys ont appliqué leur politique économique… je serai tenté de dire que c’est ainsi que fonctionne l’ultra-libéralisme, mais bon, on dira que c’est juste un de ses formes les plus extrêmes et les plus abjectes…

    • La démocratie libérale est le seul type d’organisation politique applicable aujourd’hui que soutiendront les libéraux. Parler de « régime autoritaire libéral » n’a pas de sens : c’est une contradiction dans les termes.

      Un libéral, qui sait faire preuve de discernement, constatera qu’il y a quelques avancées libérales en matière économique dans la Chine communiste. Ça ne sera en aucun cas une justification de ce régime autoritaire.

      Un libéral, qui sait faire preuve de discernement, constatera qu’il y a eu quelques avancées libérales en matière économique au Chili sous Pinochet. Ça ne sera en aucun cas une justification de ce régime autoritaire.

      Le social-démocrate chilien, qui sait faire preuve de discernement, constatera qu’il y a eu quelques avancées libérales en matière économique au Chili sous Pinochet et qui étaient bénéfiques à l’économie du pays. Ça ne sera en aucun cas une justification de ce régime autoritaire.

      Tous les gouvernements démocratiquement élus au Chili après Pinochet ont poursuivi les mêmes politiques économiques. Est-ce une justification de ce régime autoritaire ?

    • @jamie starr
      « je sais que vous pensez  »
      Et non, vous ne savez rien. Vous ne faites que projeter votre propre mode de pensée ; c’est comme ça que fonctionne le cerveau.
      Ou avez vous pris qu’on justifiait Pinochet ? dans votre manière de penser. Nulle par ailleurs. Je me contente de porter au crédit de Pinochet trois choses : avoir botté le cul à une ordure (Allende), avoir porter des politiques libérales qui ont été poursuivie après lui par la gauche chilienne, et enfin (et surtout !) avoir comme successeur une organisation politique au standard démocratique. Quelqu’un d’autre aurait peut-être pu faire mieux, sans les morts et les tortures, mais trouver un tel « quelqu’un d’autre » est plus difficile que de trouver sur la carte des exemple bien pires ou de critiquer.

      « les gauchistes », ça n’existe pas pour moi. Je connais Pierre, Paule, Jacques, militants PS ou FdG. Tous vomissent en théorie les régimes autoritaires (enfin, surtout ceux « de droite », pour ce que ça peut bien signifier ; ceux « de gauche » ont toujours d’après eux plein de bonnes excuses…). Tous nient le moindre rapport entre l’autoritarisme et leur chère doctrine qui ne veut que le bonheur de tous … Je veux bien les croire, mais quand il s’agit de montrer l’exemple (organiser un socialisme volontaire, sans autorité pour forcer les gens à adhérer), pfoup, ça devient soudain bien plus compliqué…

      • Vous rendez-vous compte, un dictateur qui rend le pouvoir en laissant un pays prospère et politiquement stable, c’est une abomination pour un socialiste qui, lui, n’aurait jamais lâché le morceau et entraîné le pays vers le chaos comme c’est arrivé dans tous les pays communistes.

    • mandela n’a jamais été soutenu par amnesty international. pq ??? parce que mandela que vous le voulez ou non avant de devenir un apotre de la paix et de la réconciliation était un terroriste. c’est juste la stricte vérité. le régime de l’aparatheid a été crée par les syndicalistes blancs qui haissaient les patrons et les noirs. il faut se remettre dans le contexte de la guerre froide où le bloc de l’ouest soutenait un peu près n’importe qui du moment qu’il était anticommuniste .

    • l’ultralibéralisme n’existe pas. les chigaco boys ont fait du chili le pays le plus riche économiquement alors qu’il était complétement ruiné. il y eut de nombreux assassinats politiques (Edmundo Pérez Zujovic,….) qd allende était au pouvoir. allende a gracié les militants du Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR) ainsi que d’autres membres de groupes d’extrême-gauche qui avaient été emprisonnés pour faits de terrorisme qui ont repris leur activité terroriste en toute impunité avec le soutien le plus total d’allende. personne ne soutient pinochet ou excuse ce qu’il a fait . seulement, la vérité est parfois plus complexe qu’il n’y parait. il n’y a pas d’un coté le gentil allende et de l’autre le méchant pinochet. ce n’est pas parce que l’on rappellle la vérité sur allende que l’on soutient pinochet

    • En 2000, le président chilien socialiste Ricardo Lagos décrivit le Chicago Boy Sergio de Castro comme le ministre des Finances le plus important des derniers 180 ans du Chili. alors si meme des socialistes rendent hommage aux chicago boys…….

  • Là, franchement, vous nivelez franchement vers le bas…
    Marxiste, Salvador Allende l’était, il était aussi profondément épris de justice et de liberté. C’était un démocrate lâchement tué par la dictature fasciste de Pinochet…

    • Marxiste et épris de justice et de liberté ya comme un truc qui va pas dans la phrase c’est un peu comme si on disait un carnivore amoureux des tomates et des laitue…

    • renseignez toi sur le fascisme. pinochet était un dictateur pas un fasciste

    • allende avait des sympathies nazies. lisez La face cachée d’Allende: antisémitisme et eugénisme de Victor Farias, un intellectuel juif qui a aussi écrit Heidegger et le nazisme. il est aussi l’auteur d’autres ouvrages :Les nazis au Chili et La gauche chilienne: 1969-1973. le point de départ de ce livre est le refus du gouvernement d’allende d’extrader l’ex SS-Standartenführer, Walther Rauff. le célèbre « chasseur de nazi », Simon Wiesenthal était convaincu que Salvador Allende, avait délibérément protégé le responsable nazi et il a demandé des années plus tard à son ami, Victor Farias d’enquêter. la thèse de doctarat défendu par alllende Hygiène mentale et délinquance montre à quel point il était raciste et eugéniste. en tant que Ministre de la Salubrité, il se charga de présenter le projet de Loi de stérilisation des aliénés applaudi par les racistes qui est quasiment la meme chose que la Loi sur la protection de la descendance contre les maladies héréditaires du régime nazi. le fondateur du Parti socialiste chilien, Mamaduke Grove, était régulièrement « payé » par le Ministère des Affaires Etrangères nazi et que les ministres socialistes du gouvernement du Front Populaire étaient également directement « soudoyés » par l’ambassade nazi de Santiago. En 1956, Allende était-il actionnaire et directeur général de l’une des plus grandes sociétés anonymes du Chili, la Société Pelegrino Cariola

    • faire assassiner ses opposants politiques n’est pas très démocratique

  • bon je laisse tomber, merci de représenter à merveille ce qu’il y a de pire chez les ultra-libéraux !
    bel exemple déjà de débat respectueux, je n’ai pas relevé quand je me suis fait traiter de con, mais mettre des liens sur mon texte vers VOS articles (c’est le problème des imbéciles, de ne connaître que son point de vue, surtout ne changez rien), j’appelle ça de la malhonnêteté intellectuelle. à votre décharge je ne vois pas d’autres moyens de défendre vos « idées »
    je n’ai lu qu’un article, qui détaille les horreurs des 3 ans de dictature Allende, en transversal je l’avoue, j’ai du loupé le passage où vous parlez de la grève des camionneurs pilotée et financée par la CIA, ainsi que le passage sur les milices montées par les partis de droite pour saboter les usines, et surtout faire basculer dans la violence un pays déjà déchiré. vous avez du loupé le doc de LCP où un de ces anciens miliciens expliquait ça lui-même, fièrement, d’avoir monté des milices armées pour aller assassiner du gauchiste et créer le chaos dans le pays. étonnant qu’Allende se soit entouré d’une garde rapprochée !
    et même si votre article avait été un minimum objectif (personne ne l’est, mais au moins certains essaient…), tout ça est bien gentillet comparé au coup d’état et à la dictature sanglante de Pinochet.
    heureusement que vous êtes là pour rappeler qu’il faut lutter par TOUS les moyens contre le socialisme, et que cette lutte légitime crimes et tortures à tout va, et qu’un bon dictateur sanguinaire de droite est toujours préférable à un élu socialiste…

    • oh. vous ne relevez pas mon pari. Je suis surpris (ironie bien sûr)

    • « bel exemple déjà de débat respectueux »

      Discuter avec des gens qui professent une inculture crasse et une mauvaise foi à toute épreuve, c’est lourd à la fin.

      « étonnant qu’Allende se soit entouré d’une garde rapprochée ! »

      Il n’y a que deux catégories de personnes qui s’entourent de gardes du corps : les stars et les voyous.

      • oui j’ai bien compris que quelqu’un qui n’avais pas votre avis était d’une « inculture crasse »… je vous laisse entre vous, comme ça vous serez d’accord, excusez moi d’essayer de m’intéresser aux points de vue qui ne sont pas les miens, c’est sur que ça ne risque pas de vous arriver… surtout qu’à raconter de telles conneries, personne ne viendra vous lire à part vos copains, comme ça vous êtes tranquilles…
        ce qui est juste un peu dommage pour vous, mais bon les faits et l’histoire, si ça ne va pas dans votre sens, vous vous en foutez donc c’est pas trop grave, c’est que les dossiers de la CIA de l’époque ont été déclassifié, donc l’implication de la CIA dans la déstabilisation et le coup d’Etat au Chili ne sont plus remise en cause que par les pires ignorants dont on trouve apparemment une belle représentation ici…
        enfin j’arrête là lire de telles justifications à l’injustifiable a tendance à me donner la nausée… amusez vous bien entre vous, excusez moi encore d’avoir voulu apporter un peu de contradictions…

        • bon. Et mon pari. Toujours pas relevé?
          PS : personne ne nie que la CIA est intervenu. Pas autant que Castro, mais indubitablement.
          Mais bon, si ça vous amuse de construire des hommes de paille pour y mettre le feu ensuite en ricanant « haha je vous avais bien dit » …

          • allez P, juste pour vous, avec des chiffres du FMI en prime :
            http://www.les-crises.fr/deregulation-financiere/

            j’arrive vraiment pas à comprendre comment vous pouvez être autant à côté de la plaque….

            • L’étude des chiffres macro-économiques illustrent l’ampleur du désastre économique provoqué par la gestion du gouvernement Allende : baisse du PIB qui se retrouve en 1973 pratiquement au même niveau que 1970 (-1,21% en 1972 et -5,57% en 1973) ; indice des salaires réels chutant de 45% durant la même période ; pouvoir d’achat chutant de 10% d’octobre 1970 à avril 1973 sur base des prix alimentaires ; investissement brut dégringolant à 15% du PIB contre une moyenne de plus de 21% entre 1965 et 1970. Dans le même temps, les dépenses publiques passeront de 13% du PIB en 1970 à 53% en 1973 avec un déficit budgétaire sautant de 39% des recettes de l’État en 1970 à 115% en 1973 (de 2,7% du PIB en 1970 à 24,7% en 1973). De leur côté, les entreprises publiques cumuleront plus d’un milliard de dollars de pertes.
              Les déséquilibres économiques provoqueront l’explosion des importations qui s’envoleront de 956 millions de dollars en 1970 à près de 1,5 milliard en 1973, alors que la valeur des exportations stagne (sauf en 1973, grâce à un boom du prix du cuivre sur les marchés internationaux). La balance commerciale excédentaire de 155,9 millions de dollars en 1970 devint déficitaire de 16,3 millions en 1971, 253,4 millions en 1972 et 138,3 millions en 1973. Parallèlement, la dette extérieure augmentera de 500 millions de dollars entre 1970 et 1973. Le tout encadré par de rigides barrières douanières qui interdisaient l’entrée de pas moins de 300 produits au Chili et des tarifs douaniers pouvant grimper jusqu’à 750%, avec une moyenne de 105% en 1973. De même, on comptera pas moins de 15 taux de change différents, avec un ratio entre le plus bas et le plus élevé excédant les 8.000% !
              Plus dramatique encore : le déchaînement de l’inflation et l’établissement d’un plafonnement des prix qui, au lieu de juguler l’augmentation des prix, créera des ruptures dans l’approvisionnement et conduira à l’hyperinflation. De 28% en 1971 à 606% en septembre 1973. Avec une monnaie chilienne qui sera dévaluée de près de 1.000% face au dollar. Cette situation laissera les commerces désapprovisionnés et donnera naissance aux interminables queues devant les magasins, typiques de tout pays socialiste qui se respecte. La majorité des biens de première nécessité ne se trouvant plus qu’au marché noir. Le pays restera finalement sans réserves, ne serait-ce que pour importer les denrées les plus élémentaires. Le 6 septembre 1973, le gouvernement Allende annonçait que les réserves de farine ne pouvaient couvrir que quelques jours.

            • crises est un site complotiste antiaméricain qui n’a rien de sérieux. essayez de trouver une source un peu fiable

            • la france est l’un des pays les plus socialistes d’europe, il suffit de regarder les chiffres (dépenses publiques 57%, la fonction publique représente pres de 7 millions de fonctionnaires(http://www.observatoiredessubventions.com/2010/combien-de-fonctionnaires-en-france/
              ), 70 au rang des libertés économiques selon Heritage Foundation après le Cap-Vert, le Kazakhstan ou encore la Jamaïque, l’un des plus haut taux d’imposition ( la France a un taux d’imposition total moyen de 64,7% principalement constitué (51,7%) de charges sociales, le 2 plus fort taux d’imposition en europe),….. certains partis de gauche dans le reste de l’europe (spd, parti travailliste,…) sont plus libéral que l’ump. la france est championne du monde en dépenses sociales. la france possède 60 code et est ultraréglementé (plus de 500000 lois et décrets).

            • lis cela pour voir à quel point la france est socialiste: http://h16free.com/2014/04/01/30201-il-y-a-33-ans-deja

            • on a vu les effets de la réglementation en 2008. la crise de 2008 est clairement une crise de la regelementation financiere: Community Reinvestment Act, Freddie Mac et Fannie Mae qui garantissait les pret aux pauvres, Clinton qui voulait se faire reelire, puis Greenspan qui maintient les taux tres bas sur recommendation entre autre de Krugman, tout cela cree une bulle immobiliere qui debouche sur la crise des subprime. Ensuite, les Etats refusent de laisser les banques faire faillite, ce qui engendre une crise de la dette des Etats (deja bien trop grosses avant 2008).

            • vu ton inculture économique. je vais même t’expliquer un peu d’économie. lishttp://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/finance-marches/banques-assurances/221195762/risque-systemique-analyse-termes-ef http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/finance-marches/banques-assurances/221195763/risque-systemique-analyse-termes-ef deux articles sur l’effet perves de la réglementation article sur l’illusion régulatrice: http://mouvementliberte.ch/index.php/mpl-association/mpl-articlehebdo/85-articlehebdo-juin20132

            • la finance est le secteur le plus réglementé au monde après le nucléaire. Wall street est le marché le plus surveillé et le plus réglementé au monde, … pas moins de cinq administrations différentes y veillent

          • je répète ma question : relevez vous le pari, portant sur votre affirmation : « affirmer que depuis 30 ans on est dans plus de régulation et de fiscalité, c’est du délire absolu », avec comme enjeu l’ajustement de la pensée de celui de nous deux qui à tort à la réalité (ce qui profitera à nous deux quoi qu’il arrive) ?
            ou pas ?
            Si vous ne relevez pas, je ne vois pas bien à quoi ça rime de chercher à argumenter que vous avez raison, ça ne ferait que nous priver de la joie de remettre mon âme égarée dans le droit chemin.
            Si vous relevez, et bien commencez par le dire.

        • C’est ça qui est bien avec les libéraux de contrepoints : la liberté a géométrie variable. Les contradicteurs sont insultés, censurés et on se permet même d’ajouter des liens vers des références dans un texte… Bref, les même méthodes de censures que celles appliquées dans les dictatures de droite, comme de gauche.

          Définitivement, il semble qu’il n’y est rien a attendre de tels individus qui sont déjà capables d’avoir des comportements d’un tel déphasage avec leurs idéaux sur un site web, alors qu’est-ce que ça donnerait la tête d’un Etat…

          Contrepoints >> Effectivement, l’un des modérateurs a sans doute voulu faire de l’humour. C’était clairement déplacé et c’est désormais corrigé.

          • et courageux aussi ! ils ont du se rendre compte qu’ils passaient pour des blaireaux, du coup ils ont retirés les liens qu’ils avaient collé dans mes commentaires ! (oui je me permet d’être légèrement insultant, apparemment c’est comme ça qu’on discute ici, je m’adapte !)

            • vive votre mauvaise foi contrepoints retire juste les commentaires insultants (y compris des commentaires prolibéraux). si contrepoints censurait vraiment votre commentaire au dessus aurait été retiré. peur de vous ?? vous voulez rire qd je vois vos commentaires et votre argumentation inexistante. essayez de citer des liens un peu plus sérieux que des choses comme crises

          • c’était déplacé non seulement à l’égard de l’auteur, mais aussi à l’égard des lecteurs puisque du coup je ne comprenait pas le commentaire.

          • personne ne soutient pinochet. seulement, la vérité est parfois plus complexe qu’il n’y parait. il n’y a pas d’un coté le gentil allende et de l’autre le méchant pinochet. ce n’est pas parce que l’on rappellle la vérité sur allende que l’on soutient pinochet

          • arrêtez d’accuser contrepoints de vous censurer. qd on voit votre commentaire (sans parler tous les autres commentaires antilibérux sur contrepoints). essayez de trouver des arguments réels contre les libéraux. pas d’inventer une soi disante censure qui n’existe pas ou un soi disant soutien à pinochet tout aussi inexistant

        • tiens des gens comme toi sont les premiers à soutenir les pires dictatures du temps qu’elles sont antiaméricaines. le cmmunisme a fait plus de 100 millions de morts. c’est assez marrant comme commentaire.

        • bravo tu viens de comprendre qu’il y avait eu la guerre froide. le bloc de l’ouest soutenait un peu près n’importe qui du moment qu’il était anticommuniste . tu semble oublier que les régimes communistes ont apporté un grand soutien à allende. il était très lié au régime cubain. vive la lutte contre l’impérialisme à géométrie variable. l’urss était tout aussi impérialiste que les usa. pinochet aurait été stupide de ne pas s’allier aux américains.

        • le chili n’était pas stable surtout non pas à cause de la cia mais à cause d’allende et de son autoritarisme ainsi que de son radicalisme. qu’est ce que vous croyez que les chiliens oppposés à la dictature du prolétariat allaient gentilement laisser faire et se laisser massacrer ?? la vérité est qu’à cause allende, le pays était complétement ruiné et au bord de la guerre civile. les communistes eux meme le reconnaissaient.

      • Et donc les juges qui se battent contre les mafias calabrese et turinoise sont des voyoux !! Hahaha

    • Votre point de vue il s’étale dans les médias, chez les politiques, le showbiz, les sportifs, les « intellectuelles », les associations, les fonctionnaires, brefs partout, en long en large en travers depuis des dizaine d’année. RIEN du tissu de platitudes que vous étalé généreusement dans vos post n’est inconnu, nouveau ou ne contient une part même infime d’originalité. C’est ce gruau d’idées nauséabonde qui à conduit le monde à toutes les pires extrémité ces 150 dernières années. C’est cette vision biaisé de la société qui nous conduit de crises en crises, de spoliation en injustices, qui écrase de taxes toujours plus, qui pénètre les esprits de plus en plus profondément dans le but de transformé les êtres humains en de gentilles machine à penser comme il faut. Votre avenir est un enfer pavé par vos idées moisis et maintes fois régurgité jusqu’à la nausée…

  • Et, à chaque anniversaire, les libéraux ne manquent pas d’excuser voire d’approuver plus ou moins ouvertement la dictature.

    ça ne mange pas de pain.

    • et, à chaque anniversaire, les antilibéraux ne manque jamais l’homme de paille ; parce que souligner combien l’expulsé était une crapule, c’est forcément excuser,voire approuver le régime qui le remplace, hein ?
      ça ne mange pas de pain.

    • En effet, raconter les faits sur Allende ou sur le fait que Pinochet à ramené la démocratie à la fin et dans un bon état économique, démonter les mystifications ultrasocialistes, c’est approuver Pinochet…
      Démonter un tel mythe reste une nécessité pour les libéraux, car il est un sanctuaire sacré chez les gauchos, faisant croire qu’avec Allende, c’était la réalisation messianique des lendemains qui chantent en plein accomplissement et sabotés pas les USA, mythe faisant porter les faux espoirs que le socialisme puisse fonctionner, mythe qu’ils ont réussi à exporter en dehors de leurs cercles idéologiques.

      Par contre, j’attends toujours que ces socialistes qui dénoncent les libéraux adorateurs de Pinochet expliquent leur propre complaisance envers Castro, Mao ou Polpot, dont le dernier menait un génocide éclairé d’après un certain Chomsky…

    • personne ne soutient pinochet ou excuse ce qu’il a fait . seulement, la vérité est parfois plus complexe qu’il n’y parait. il n’y a pas d’un coté le gentil allende et de l’autre le méchant pinochet. ce n’est pas parce que l’on rappellle la vérité sur allende que l’on soutient pinochet

    • contrepoints a aussi rappelé la vérité sur le commencement de la guerre civile en espagne. personne ne peut accusé les libéraux de sympathies pour franco. il fut un national socialiste en rien proche des libéraux. désolé de rappeller certaines vérités historiques trop souvent peu connues

    • En 2000, le président chilien socialiste Ricardo Lagos décrivit le Chicago Boy Sergio de Castro comme le ministre des Finances le plus important des derniers 180 ans du Chili. alors si meme des socialistes rendent hommage aux chicago boys…….

  • Au secours ! Qu’un historien vienne remettre de l’ordre dans les faits !… C’est afférant de mauvaise foi. ! Oui afférant car le travail de sape mené dans les commentaires des néo anarcho libéraux montre a quel point il est urgent de rappeler les faits ….

      • J’ai bien lu les soit disant fait apportés par un inconnu total, kesako »philippe Chesnay » ? . Je m’en tiens a ce que je sais pour le moment. Amener un historien connu ou même un philisophe de renom ayant écrit sur ce sujet et reparlons en. BIen a vous !

        • lisez l’historien Pierre Vayssière spécialiste de l’amérique latine. notamment son livre « Le Chili d’Allende et de Pinochet dans la presse française : Passions politiques, informations et désinformation, 1970-2005 »

    • le néolibéralisme n’existe pas, le fait que vous parlez de néolibéralisme vous décribilise complétement. avant (au 19 siecle), cela voulait dire une actualisation du libéralise mais aujourd’hui, c’est juste une diabolisation du libéralisme.

    • lisez La face cachée d’Allende: antisémitisme et eugénisme de Victor Farias, un intellectuel juif qui a aussi écrit Heidegger et le nazisme. il est aussi l’auteur d’autres ouvrages :Les nazis au Chili et La gauche chilienne: 1969-1973. le point de départ de ce livre est le refus du gouvernement d’allende d’extrader l’ex SS-Standartenführer, Walther Rauff. le célèbre « chasseur de nazi », Simon Wiesenthal était convaincu que Salvador Allende, avait délibérément protégé le responsable nazi et il a demandé des années plus tard à son ami, Victor Farias d’enquêter. la thèse de doctarat défendu par alllende Hygiène mentale et délinquance montre à quel point il était raciste et eugéniste. en tant que Ministre de la Salubrité, il se charga de présenter le projet de Loi de stérilisation des aliénés applaudi par les racistes qui est quasiment la meme chose que la Loi sur la protection de la descendance contre les maladies héréditaires du régime nazi. le fondateur du Parti socialiste chilien, Mamaduke Grove, était régulièrement « payé » par le Ministère des Affaires Etrangères nazi et que les ministres socialistes du gouvernement du Front Populaire étaient également directement « soudoyés » par l’ambassade nazi de Santiago. En 1956, Allende était-il actionnaire et directeur général de l’une des plus grandes sociétés anonymes du Chili, la Société Pelegrino Cariola

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles