Et vous, croyez-vous, comme Hollande, à la prophétie auto-réalisatrice ?

Si Hollande insiste dans son affirmation de réduction du chômage, c’est qu’il espère que la courbe finira par s’inverser, provoquant ainsi l’effet positif qui confirme sa prédiction.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et vous, croyez-vous, comme Hollande, à la prophétie auto-réalisatrice ?

Publié le 26 août 2013
- A +

Si Hollande insiste dans son affirmation de réduction du chômage, c’est qu’il espère que la courbe finira par s’inverser, provoquant ainsi l’effet positif qui confirme sa prédiction.

Par Michel Ghazal.

À force de répéter, contre toute évidence, que la courbe du chômage va s’inverser d’ici à la fin de l’année, le Président Hollande doit certainement croire aux vertus de la prophétie auto-réalisatrice. Il nous en avait d’ailleurs donné la preuve irréfutable à propos de la croissance, n’est-ce pas ?

En réalité, je dois lui en être reconnaissant car son attitude m’a ouvert les yeux sur combien ma compréhension de cette théorie était réductrice par rapport à sa portée réelle. Depuis les nombreuses années que je l’enseigne dans mes séminaires de négociation, je n’en voyais que le côté sombre et négatif dont il fallait alerter mes clients.

Comment fonctionne-t-elle ?

La prophétie, appelée aussi oracle, est, selon le sociologue américain Robert Merton, une prédiction qui modifie les comportements de telle sorte que l’événement annoncé finit par advenir. En d’autres termes, il s’agit d’une croyance qui se réalise parce que nous agissons comme si c’était déjà vrai : « une fausse définition d’une situation suscite un nouveau comportement qui fait passer pour vraie la fausse conception ».

Prenons l’exemple de ce que certains États appellent « les guerres préventives ». Ils prétendent que leur ennemi voisin ou lointain fomente une agression à leur égard. Du coup, dans le but de mettre cet agresseur potentiel hors d’état de nuire, ils le précèdent en lançant une attaque contre lui. Ceci provoque, bien sûr, une contre-attaque de sa part. Du coup, l’État qui a déclenché la guerre s’auto-justifie en dénonçant le comportement belligérant de son ennemi, alors qu’en réalité il avait provoqué la soi-disant hostilité qu’il craignait.

Paul Watzlawick, l’une des figures principales de « l’École de Palo Alto », explique comment les attitudes agressives de certaines personnes engendrent les situations contre lesquelles elles veulent précisément se protéger mais, qu’ainsi, elles confirment leur conception de la vie d’être une bataille permanente. Il illustre, dans un exemple devenu un classique, les mécanismes de la prophétie auto-réalisatrice avec la rumeur qui se propage annonçant, pour une raison indéfinie, un risque imminent de pénurie d’essence. Les automobilistes se ruent alors dans les stations-service pour faire le plein dont ils n’ont pas forcément besoin et font même des réserves en en remplissant des jerricanes. Du coup, en moins de temps pour le dire… la pénurie survient confirmant ainsi la prédiction.

Il en est de même de la bourse. Si une rumeur annonce que la valeur d’une action va baisser, ses détenteurs, donnant en masse des ordres de vente, finissent par faire baisser effectivement le cours de cette action et valident ainsi la prédiction.

Un autre exemple d’application de ce mécanisme en créativité : si une idée nouvelle surgit et que des membres qualifiés d’un comité de direction disent qu’elle ne marchera pas, autant y renoncer tout de suite. En effet, ces derniers feront tout afin qu’elle échoue rien que pour démontrer qu’ils avaient raison.

La prophétie auto-réalisatrice dans les pratiques de négociation

En négociation, il faut être conscient que si une des parties s’attend à ce que son interlocuteur agisse d’une manière donnée, elle finira par faire en sorte que l’autre agisse ainsi qu’elle le suppose. Concrètement, si, par exemple, vous anticipez que votre vis-à-vis va être compétitif ou agressif, vous vous préparerez à l’être vous-même. Dès lors, votre corps, gestes, attitudes, ton de la voix… finiront par le convaincre que vos intentions sont d’être compétitif. Du coup, il agit de la sorte… confirmant ainsi que votre hypothèse initiale était vraie. Alors, qu’en fait, vous l’avez rendu compétitif ou agressif en agissant vous-même ainsi en premier.

Fisher alerte sur le fait que, face à un négociateur même retors, « il y a peut être plein de raisons de raccrocher le téléphone, mais (il recommande) de ne jamais couper les fils ». Car, si vous le faites, vous vous fermez définitivement à la réalité et à l’opportunité de tester vos hypothèses par la confrontation de vos croyances avec l’autre partie.

Faut-il croire en l’effet magique des mots ?

Comme nous pouvons le constater, dans les cas cités, la prophétie auto-réalisatrice alerte sur des comportements dont la portée, sur une situation ou sur la relation, est plutôt négative. Or, grâce à M. Hollande, je réalise que s’il persiste autant dans sa croyance, c’est qu’il espère faire fonctionner ce mécanisme à l’envers. S’il insiste dans son affirmation de réduction du chômage, c’est qu’il espère que la courbe finira par s’inverser, provoquant ainsi l’effet positif qui confirme sa prédiction. CQFD.

Au-delà de l’ironie, en cherchant un peu, j’ai découvert que des expériences conduites dans les milieux scolaires ont montré que dans une classe plutôt moyenne, si l’enseignant conspue ses élèves sur leur médiocrité, leurs résultats sombrent. En revanche, si celui-ci croit en eux et « surnote » délibérément ses élèves, ces derniers finissent par améliorer concrètement leurs résultats. Ceci démontre à nouveau, qu’une croyance, même fausse au départ, peut contribuer à forger la réalité.

Malheureusement, concernant M. Hollande, quand bien même comme les 3.264.000 chômeurs j’aimerais qu’il en soit ainsi, je crains plutôt qu’il s’agisse d’une autre version de la méthode Coué. Car, suffit-il de répéter comme d’une incantation une espérance pour qu’elle advienne ?

D’ailleurs, qu’est-ce que cela veut dire inverser la courbe du chômage ? Une fois que tous les records seront battus, la descente aux enfers s’arrêtera par la force des choses mais pas grâce aux mesures prises par le gouvernement. Mais, n’en doutons point, ce dernier n’aura aucun scrupule à s’en prévaloir.

Et vous, et afin d’éviter qu’elles ne vous jouent des tours, avez-vous repéré de quelles manières des prophéties auto-réalisatrices sont opérantes dans votre mode de négocier ou de manager ?


Sur le web.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • C’est surtout qu’il ne peut pas dire autre chose.
    Il ne peut pas dire: le chômage va exploser, tout le monde aux abris.
    Il ne veut pas essayer autre chose
    Sa marge de manoeuvre est donc inexistence.
    On peut gloser, analyser, commenter son discours, imaginer des théories, mais ça supposerai chez FH des intentions qu’il n’a pas.

  • Le souci est que Flamby arrivera probablement à tenir son objectif, mais que cela ne tiendra que peu à sa politique bien au contraire, et que cela ne sera finalement pas si bénéfique que cela pour les français.

    Le premier point sur lequel il s’appuie est le retour probable de la croissance. En effet, la crise actuelle peut être assimilé à la résorption des erreurs de l’Europe. celle-ci ayant permis une croissance artificiellement trop forte à partir de 2000. Si on reprend la croissance des années 90 à partir de l’an 2000, il est clair que le PIB excédentaire semble avoir disparu. Nous pourrions donc repartir avec la croissance des années 90. Sauf qu’avec les boulets structurels supplémentaires, les impôts plus lourds, la dette plus importantes et les réformes de nos voisins non faites chez nous, la croissance risque d’être plus faible que dans les années 90 … En particulier elle risque d’être insuffisante pour créer des emplois et sera juste assez forte pour stabiliser le chômage à ses niveaux records.

    C’est là qu’intervient le deuxième point, la montée en puissance des emplois aidés et des manipulations comptables. En les combinant avec la stabilisation du chômage, il sera facile d’obtenir une baisse apparente et temporaire du chômage. Mais celle-ci aura été acheté à prix fort avec de l’argent public, sera temporaire et non productrice de richesse. Un point sur lequel compte aussi le gouvernement est le découragement des chômeurs en fin de droit. Au bout de 4 ans de crise, de nombreux chômeurs ne touchent plus rien depuis plusieurs années et ne vont plus s’inscrire à Pôle Emploi ….

    • J’ajoute qu’étant donné la hausse prévue de la TVA en 2014, les français vont anticiper de nombreux achats le dernier trimestre 2013. On va donc probablement avoir un pic de consommation fin 2013 assez marqué dont le gouvernement va beaucoup se vanté. Mais il y aura directement une chute monstrueuse début 2014. Tout cela fait que le chômage sera peut être un peu moins faible fin 2013, sans compter comme d’habitude les emplois saisonniers pour les fêtes …

  • Outre la prophétie auto-réalisatrice, Hollande a calé son discours sur le cycle économique. Le timing de son élection combiné au timing du cycle économique, combinaison éminemment défavorable à son adversaire en 2012, permettait d’anticiper une reprise courant 2013, début 2014, validant ses déclarations et faisant croire au bon peuple que son action de début de mandat avait un effet positif. Il n’avait finalement qu’un ou deux ans à tenir bon, à faire le dos rond, amuser la galerie avec des réformes sociétales, bouger méticuleusement quelques leviers fiscaux, en attendant le miracle cyclique.

    Autrement dit, Flanby et ses minables ne gèrent rien. Dans une posture quasi-mystique, ils ont placé leurs espoirs dans un hypothétique retour de la croissance, tout en persistant à renforcer l’Etat obèse, la collectivisation du pays à marche forcée restant leur objectif ultime.

    Mais voilà, ce joli plan n’a aucune chance de se réaliser sans bouleversement majeur. La crise actuelle est la crise terminale de l’Etat obèse, la crise qui nous fait sortir du XXe siècle collectiviste. Désormais, plus rien n’empêchera la récession de laminer le pays, jusqu’à ce que les Français, épuisés et en rage, contraignent les politiciens à dégonfler la baudruche étatique et à rejeter la gangrène socialisme hors du pays. A ce moment là, pour sauver l’Etat obèse contre les Français, il n’y aura plus d’autre solution que la dictature.

    • Oui sauf que si la reprise revient en Europe, même si elle sera nécessairement encore plus faible qu’avant en France à cause de nos boulets structurelle en plus, il s’en contenteront. Un simple retour temporaire à 2% de croissance combiné aux hausses permanentes de prélèvements de ces dernières années entraînera un effet de cagnotte comme sous Jospin. les prélèvements obligatoires risquent alors d’exploser encore plus avec le retour de l’impôt sur les sociétés et la TVA. Bien entendu, Flamby ne profitera pas de cet accalmie passagère pour réformer le pays ou rembourser la dette. Il s’en servira exclusivement pour acheter sa réélection de 2017.

    • Bien vu le coup de la croyance aveugle dans les cycles économiques…

      Un truc auquel il n’a probablement pas pensé : et si on était DEJA au maximum de notre croissance compte tenu des contraintes pesant sur l’économie ?

      • C’est quand même peu probable. La croissance moyenne des années 90 était quand même d’au moins 2%. Donc il faut espérer que malgré la dégradation de ces dernières années, notre croissance structurelle soit encore d’au moins 1 % …

      • Oui, on est probablement au maximum compte tenu du fait que la croissance est désormais sur une tendance négative. On observera de temps en temps quelques rebonds aléatoires mais ce sera dans un ensemble globalement récessif. Il va falloir se faire une raison : la récession va être la norme économique de la France au cours de la prochaine décennie. C’est dans ce contexte qu’il faudra dégonfler l’Etat et ses excroissances, soit le pire scénario.

  • Analyse transactionnelle et politique

    Qu’ils soient petits ou grands, partis ou nations, il en est des groupes comme des individus. La maturité donne aux uns la sagesse et la patience grâce auxquelles les autres, ceux qui n’ont pas encore acquis le sens des responsabilités ou qui ne l’auront jamais, s’accordent le droit de s’exprimer et d’agir, sans plus se soucier des conséquences de leurs propos que de leurs actes, avec pour seule préoccupation la contestation de ce qui existe ou d’en tirer profit sans vergogne.
    Certes, comme à des enfants, il faut de temps à autre laisser la bride sur le cou aux moins raisonnables d’entre eux ; leur offrir la possibilité de dire et faire pour apprendre, au risque de les voir commettre des erreurs coûteuses, voire des abus. Il faut bien que jeunesse se passe ! Chacun doit jeter sa gourme. C’est d’ailleurs parfois, il faut l’admettre, la seule manière de provoquer le changement que de bousculer un ordre établi et qui stagne
    L’observation des comportements des uns et des autres par l’analyse transactionnelle, appliquée à la société, est parfaitement claire sur un point au moins : le pouvoir, suppose que ceux qui l’exercent laissent s’exprimer ceux qui le subissent. Comme pour l’impôt, trop de pouvoir tue le pouvoir. Faute d’obtenir ou de négliger l’adhésion de leurs opposants, il reste parfois aux détenteurs de ce pouvoir à compter les coups et voir monter l’addition, jusqu’à ce que vienne le temps de reprendre les choses en mains, de remettre de l’ordre dans la maison, d’envoyer les uns au coin et de punir plus sévèrement les autres, sauf à être contraints de passer la main.
    Comme dans ces carnavals destinés au défoulement de la jeunesse. Passée l’ivresse de  l’expression la plus débridée, ceux qui font la fête, en se saoulant moins d’alcool que de braillements et de gesticulations, seront naturellement ramenés aux réalités de l’existence. Puis, après avoir repris conscience, sans pour autant s’être forcément assagis, ils voudront s’essayer aux responsabilités de ce pouvoir qu’ils ont tant conspué – lorsqu’il n’en sont pas trop effrayés ni incapables – ils commettront alors leurs propres erreurs. Ainsi va la vie des nations.
    Nul ne peut, pas plus individuellement que collectivement, impunément grandir ; acquérir son autonomie, sans qu’il en coûte aux autres et surtout à ceux qui se sentent responsables et comptables de l’avenir devant leur descendance. D’autant qu’il en est dont l’ambition est nullement de parvenir à maturité – bien au contraire – et que leur volonté affichée de conquérir moins le pouvoir que ses attributs, conduit à bien des désillusions qu’ils ne pourront jamais avouer.

  • Ca s’applique aussi tres bien a la « parade amoureuse » 😀

  • La courbe du chômage va baissé. Tout le monde le sait. Le président à raison. UNE FOIS QU’IL AURA BIEN TRAFIQUE TOUS LES CHIFFRES !!!

  • La courbe va frémir, juste assez pour montrer qu’il faut encore plus d’emplois aidés et qu’alors, ho hisse, on y arrivera.

  • Il peut y arriver pendant une courte période de temps , en faisant manipuler les chiffres et en « jouant » sur les emplois « aidés » que tous les français financent

  • Euh… petit bémol quand même sur la prophétie auto-réalisatrice en milieu scolaire : ça fait 25 ans qu’on surnote le bac et ça n’a pas amélioré pour autant le niveau général.

  • Ce n’est pas une prophétie, mais une utilisation habile de la langue ajoutée aux manœuvres de créations d’emplois bidons. Après tout, il suffira de concentrer ceux ci en décembre pour sue la courbe s’il verse, même si ce n’est que pour un mois, et qu’elle a empirée jusqu’en Novembre.
    Il n’aura aucun scrupule à présenter ça comme un succès. Après tout, c’est le type qui le 14 juillet ne voyait pas venir qu’il faudrait augmenter les impôts le 15 aout pour payer les retraites et la sécu.

  • Et si il n’y avait pas de plan…la théorie pourrait alors se montrer parfaite.
    Dans une entreprise hollande serait viré….dans le public il est récompensé. Bah, que du bonheur…Laissons faire la chance. De toute façon on ne peut rien repprocher au pédalo, ni à la mer, ni au capitaine. La tempête va bien s’arrêter un jour et le soleil revenir. En attendant, notre petit ventre bien rond, prouve que la souffrance des uns n’affecte pas la présence d’esprit des autres. Et l’argent sans compter, se torcher avec des biftons de 500 Euros violet ou des 200 vert c’est du pur bonheur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles