Droit de réponse de Mme Françoise Laborde

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droit de réponse de Mme Françoise Laborde

Publié le 6 août 2013
- A +

Droit de réponse de Mme François Laborde.

En réponse à l’article intitulé « Fayard condamné pour les plagiats avérés de Françoise LABORDE (du CSA) » publié le 5 août 2013, Madame Françoise Laborde précise qu’effectivement aucun jugement pour plagiat dans le livre « Ne vous taisez plus !» n’a été rendu à son encontre. Ni les éditeurs ni même l’auteur prétendue, ne l’ont mise en cause dans cette procédure qui s’est conclue par la condamnation des seules Éditions Fayard.

Madame Françoise Laborde conteste toute responsabilité personnelle quant au plagiat allégué par Madame Claire Levenson qui a elle-même emprunté aux études antérieures de Mesdames Joan Wallach Scott et Elaine Sciolino, régulièrement citées dans l’ouvrage visé.

Madame Françoise Laborde rappelle être co-auteur de cet ouvrage avec Madame Denise Bombardier et dispose tant en fait qu’en droit des éléments lui permettant si nécessaire de justifier de sa parfaite bonne foi.

— Maître Françoise Davideau, Avocat au Barreau de Paris, mandaté par Mme Françoise Laborde pour exercer ce droit de réponse.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Quelle défense pitoyable ! Françoise Laborde se défausse sur l’éditeur, qui a payé à sa place (avant, peut-être de se retourner contre elle ?), essaie de mouiller sa co-auteur Denise Bombardier (qui n’a rien à voir dans l’affaire, c’est la partie rédigée par Françoise Laborde qui a fait l’objet d’une décision de justice), et accuse la victime du plagiat… d’avoir fait des citations, ce qui n’a rien à voir avec le fait de plagier.
    C’est bien la peine de payer un avocat pour être aussi mal défendue.

    • Un bon avocat aurait du conseiller à sa cliente de ne pas réagir.

      Alors qu’il n’y a aucune chance que cela puisse convaincre qui que ce soit, prendre la peine de répondre c’est donner de l’importance à Contrepoints et prendre le risque (faible mais sait-on jamais) d’alimenter une polémique qui est passée relativement inaperçue par ailleurs.

      D’un autre coté pour un avocat conseiller à son client de ne rien faire c’est souvent passer à coté d’honoraires. C’est le fameux problème principal-agent ! 🙂

      • Vous avez raison. La vraie question est : pourquoi la plupart des médias n’osent pas aborder le cas Laborde ? Récemment, il y a eu un sujet sur le plagiat au cours du JT de France 2. Pas un mot sur Laborde.
        Est-ce qu’elle est protégée ? Est-ce qu’elle fait peur ?

  • Acrimed a consacré un article à ce droit de réponse fantaisiste de l’avocat de François Laborde, ainsi qu’à un JT de France 2 consacré au plagiat et aui, curieusement, épargne PPDA et Françoise Laborde :
    http://www.acrimed.org/article4122.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Monsieur,

Dans « que prépare la «droitosphère» pour 2012 ? » (25 mai 2011, Quentin Girard), vous rangez le journal en ligne Contrepoints.org dans la « droitosphère » et écrivez que « dans un web majoritairement de gauche, l’homme de droite ne pourrait pas avancer de manière frontale » mais forcément masqué.

Nous nous opposons formellement à cette étiquetage de Contrepoints.org à droite ainsi qu’aux accusations d’avancer cachés, ce qui nous pousse à invoquer un droit de réponse.

Le libéralisme est, à tort, réduit uniquemen... Poursuivre la lecture