Fitch en remet une couche

L’agence de notation Fitch a abaissé les notes de solvabilité de Crédit Agricole, Société Générale, BPCE, Dexia Crédit Local, La Banque Postale, la Caisse des Dépôts (CDC) et d’autres…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fitch en remet une couche

Publié le 18 juillet 2013
- A +

L’agence de notation Fitch a abaissé les notes de solvabilité de Crédit Agricole, Société Générale, BPCE, Dexia Crédit Local, La Banque Postale, la Caisse des Dépôts (CDC) et d’autres…

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Si notre Président considère que la crise est derrière nous et s’il voit la reprise, soit il a de bons yeux, soit il se trompe de film. En tous cas, l’agence de notation Fitch, dont le capital est détenu par une société française, Fimalac, dont une administratrice, Véronique Morali, vient d’être décorée de la Légion d’Honneur par le ministre français des Finances, et dont tout le monde convient qu’elle n’est pas la plus violente à l’égard de la France, annonce aujourd’hui, quelques jours après sa dégradation de la note nationale, qu’elle a également dégradé les notes de la région Rhône-Alpes, la région Île-de-France, la ville de Paris, (désormais notées AA+) ainsi que les banques Crédit Agricole, Société Générale, BPCE et Dexia Credit Local (DCL) dont la note attribuée à leur dette à long terme baisse d’un cran à A. La Banque Postale est descendue à A+, la Caisse des Dépôts (CDC) à AA+, le Crédit municipal de Paris à AA, tout comme la Société de Financement Local (Sfil) (AA aussi). En revanche, les notes de BNP Paribas, CM11-CIC et Banque Fédérative du Crédit Mutuel restent inchangées.

La perspective associée à toutes ces notes est « stable », ce qui signifie que Fitch n’envisage pas de changer son évaluation à moyen terme

Même si ces corrections sont minimes, même s’il semble évident que la note AAA pour un pays est une garantie absolue et qu’aucun pays aujourd’hui n’offre de garantie absolue, le fait que cette agence qui a tenu si longtemps cette position s’aligne et aligne un certain nombre d’organismes bancaires français sur les notes de ses confrères est révélateur du fait que contrairement à ce que d’aucuns affirment, ni l’État, ni les banques en question n’ont profité de ces derniers mois ou de ces dernières années pour améliorer leur situation et leur solvabilité.

Il ne serait pas incongru de voir dans les prochaines semaines d’autres agences de notation dégrader à nouveau la note de la France. Rien n’est actuellement entrepris dans ce pays pour lui permettre de sortir de la crise et de reprendre le chemin de la croissance. Nous nous enfonçons dans toujours plus de dette, les économies de fonctionnement de l’appareil étatique sont marginales et non structurelles, le poids de la fiscalité a un impact négatif sur l’activité économique. Rien ne laisse présager une amélioration de la situation française. Le gouvernement semble avoir abandonné toute velléité de réformer le pays et abandonne tout espoir hypothétique de reprise à une relance de l’activité internationale. Or, le reprise aux États-Unis sera finalement de moitié celle qui était prévue ; la Chine continue de se développer, mais ralentit sérieusement son rythme, ce qui n’augure pas d’un développement de nos exportations ; le Japon est au bord de l’implosion et devra probablement bientôt annoncé à son peuple qu’il ne pourra pas rembourser les dettes contractées auprès de lui ; quant aux BRICS, seule la Russie semble continuer son bonhomme de chemin de croissance, de plus en plus tournée vers l’Asie.

Gageons donc que la dégradation que Fitch vient d’annoncer n’est pas la dernière que notre pays et ses institutions devront subir…


Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • J’ai un compte au Credit Agricole et des placements en obligations credit agricole (d’une durée moyenne de 8 ans) pour une valorisation de 200 000 euros.
    Conseilleriez vous de les quitter par prudence ?

    • Clairement… Mettez votre argent en dehors du lieux ou la possibilité de confiscation existe (UE).
      Il existe des banques plus sures que les autres, j’étudie le domaine depuis quelques temps maintenant: contactez moi à jean.du.bois78@hotmail.com

      Cordialement

  • Je n’ai pas le moindre respect pour ces agences de notation. Surtout après leur rôle dans la crise des subprimes. Il ne faut pas oublier que ces agences-là bénéficient d’un monopole légal offert par le gouvernement américain. Il n’est donc pas surprenant de les voir, par exemple, maintenir la notation de la dette publique américaine à AA+ (contre toute logique économique). Ça s’appelle le retour d’ascenseur.

  • Au vu des actifs pourris que détient le CA, on devrait avoir une nouvelle dégradation d’ici peu

  • Je bosse en Banque.
    Ficth est l’équivalent de News of the World dans la finance.
    Ecouter les avis de Fitch, c’est écouter les analystes qui après avoir été refusés ou vidés par les grandes banques, ont été refusés par standard and Poors, puis par moodys.
    Ce sont les billes, la lie de la lie. Personne ne les écoute.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le regard de René Le Honzec.

La récente querelle des systèmes de notation trouvent une parfaite illustration avec la nouvelle notation de l'Agence Fitch Ratings qui a fait baisser la France de AA+ à AA tout court. On aurait tout aussi bien attribué une couleur (le rose ?), une note (9/20, insuffisant ?), le résultat aurait été compréhensible pour toute la classe : notre élève du lycée Élysée est nul.

C'est normal, parce qu'un socialiste, ça ne sait pas faire. Et le problème de la notation ne se posera plus quand les ense... Poursuivre la lecture

Par T. Matique.

Quelle que soit la position envers les agences de notation, leurs rapports offrent néanmoins un regard et une appréciation extérieurs. À chacun son analyse sur les arguments des rapports émis par ces agences. Mais une fois le fond décortiqué pour étayer les convictions de chacun, nous avons tendance à simplifier la complexité des mécanismes et à éluder des objectifs sous-jacents par des conclusions émanant de notre propre logique, notre propre logiciel. Or, si en France le pouvoir et le business heurtent bien des consci... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le regard de René Le Honzec.

Après Standard & Poor’s et Moody’s, c’est au tour de Fitch d’abaisser la note de la France.

Lire ici.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles