Les croyance astrologiques peuvent avoir des conséquences dramatiques

Il est toujours nécessaire de combattre les superstitions, même celles qui paraissent inoffensives.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
astrologie--1-

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les croyance astrologiques peuvent avoir des conséquences dramatiques

Publié le 7 juillet 2013
- A +

Il est toujours nécessaire de combattre les superstitions, même celles qui paraissent inoffensives.

Par Anton Suwalki.

J’ai été souvent confronté à des objections quant à l’utilité de combattre les superstitions : pourquoi combattre des croyances somme toute inoffensives ? Après tout, les gens sont libres de croire ce qu’ils veulent.

Concernant la deuxième proposition, notons d’abord que cet argument émane surtout de ceux qui profitent de ces croyances. Ainsi, Élisabeth Tessier voyait dans ceux qui dénonçaient la mascarade de sa thèse de « sociologie » consacrée à l’astrologie des « talibans de la culture ». Il n’est nullement question d’interdire de croire. Nous savons parfaitement qu’éradiquer des superstitions ne se décrète pas.  Mais la liberté de croire des uns a pour contrepartie la liberté des autres d’essayer de les convaincre qu’ils se trompent. Et puisqu’il est question de liberté, nous pensons que la connaissance objective en apporte davantage que les croyances infondées. Connaître les vrais déterminismes de la nature peut permettre de s’en affranchir, tandis qu’on ne s’affranchit des faux déterminismes qu’en les identifiant comme tels.

La première proposition est quant à elle totalement fausse. Les superstitions ne sont pas, et loin s’en faut, le reliquat d’un folklore sans conséquences sur les comportements. Y compris dans des pays hautement développés où, malheureusement, la connaissance scientifique avance plus rapidement que ne reculent les croyances. On peut penser que certains lisent la rubrique astrologique de leur journal pour s’amuser, d’autres non. Des méthodes persistantes de recrutement occultes pourraient bien avoir des conséquences fâcheuses sur votre vie professionnelle. Et dans un pays comme le Japon, les technologies les plus avancées coexistent parfois avec des croyances d’un autre âge. Verra-t-on dans ce pays en 2026 un effondrement des naissances comme cela s’était passé en 1966 ?

Observons la pyramide des âges d’un pays : ses irrégularités les plus fortes sont en général les stigmates de désastres qui ont touché le pays, en particulier les guerres. La pyramide des âges du Japon porte bien les stigmates de ses guerres. Pourtant, une entaille profonde, correspondant à l’année de naissance 1966, a une toute autre cause :

Il se trouve que l’astrologie japonaise combine les douze signes de l’astrologie chinoise avec cinq signes basés sur les « éléments ». 1966 correspond à la combinaison « cheval et feu » qui se reproduit tous les 60 ans. Or, selon une croyance qui daterait du 17ème siècle, les femmes nées sous le signe du « cheval de feu » porteraient malheur à leurs maris.

C’est pourquoi on a enregistré si peu de naissances en 1966. Ceux qui l’ont pu ont différé la naissance ou ont fait une fausse déclaration. Cette année-là, le taux d’avortement a augmenté de 50%. Des recherches plus poussées permettraient éventuellement d’estimer combien parmi les femmes qui sont malgré tout nées et déclarées en 1966, furent condamnées au célibat et à une vie malheureuse.

Inoffensives, les superstitions, disiez-vous ?


Sur le web.

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • Personnellement, à travers cet article, je viens de (re)découvrir une croyance tout aussi dangereuse que l’astrologie: cette croyance scientiste qui consiste à croire que toute action humaine devrait être toujours fondée sur une croyance parfaitement objective et rationnelle.

    • @hank rearden

      Tout à fait d’accord.
      Les « superstitions » sont extrèmement crispantes à mes yeuxs et mes oreilles, surtout quand elles sous tendent de lourdes arrières pensées totalitaires, de type écologie politique, mais aussi croyance finaliste en l’existence d’un progrès de rationnalisme bétonné, qui est également une superstition.

      Point de vue à 180°:
      – lire ou relire les textes de bachelard ( qui était un rationnaliste et un « poète » de l’epistémologie) concernant l’importance des représentations « alchimiques » de la matière comme stades subconscients des images de la matière en Physique
      – lire ou relire les textes des philosophes atomistes anciens ( ex:Démocrite, Lucrèce) pour se rendre compte de la pertinence incroyable de leur physique et de leur physiologie atomistique: mais il est vrai que les philosophes naturalistes de notre antiquité pronaient de tourner en ridicule la superstition ( c’est pourquoi ce qui faisait rire les romains chez les prédicateurs chrétiens étaient leur croyance en la possibilité d’un résurection)

      Outre le fait que les « superstitions » font partie des strates cognitives de tout enfant ( c’est un manière de comprendre le monde et d’essayer de le contraindre à ses désirs ) aucune création ne peut sortir de la raison « pure ».

  • hippolyte canasson
    7 juillet 2013 at 12 h 56 min

     » Après tout, les gens sont libres de croire ce qu’ils veulent.  »

    Pas si sur que ça.

    Si dans un état de connaissance il est possible de croire ou de ne pas croire, va pour la liberté de croire.

    Quand une croyance, peut être replacée par un savoir, par une connaissance fiable et vérifiable, non à la croyance.

  • hippolyte canasson
    7 juillet 2013 at 13 h 54 min

    Croire à la mémoire de l’eau, croire aux « vertus » des pilules homéopathiques malgré des taux de dilution tels que les « principes actifs », (lire granulés de perlimpinpin), sont à la proportion d’un atome par mètre cube ?

    La croyance est cousine de la crédulité.

    Cela dit je crois que le dahu existe sur la rive sud du Loch Ness et qu’on peut voir les deux simultanément qu’après une consommation certaine de GLENLIVET d’au moins 15 ans d’âge.

    Qui prétend avoir vu le dahu au nord d’Inverness après nombreux verres de LAGAVULIN est possiblement victime d’une illusion d’optique.

    • La croyance en l’homéopathie me parait moins dangereuse que la croyance en la vaccinnologie, et la croyance à la sagesse du Ministère de la santé, et la croyance à l’intelligence de l’Académie de médecine.

    • @hippolyte canasson

      je vous que l’ouverture du « troisième oeil » grâce à la consommation rituelle d’un Whisky Millésimé, sous le regard goguenard de druides rouquins déguisés en piliers de pub, facilite grandement l’arrivée du monstre du loch nessssssssss

    • Quand vous aurez constaté à quel vitesse l’homéopathie peut agir favorablement sur des bébés ou des animaux, vous cesserez de penser qu’il s’agit d’une croyance …

      Ne croie qu’à l’allopathie « démontrée » en est une aussi J’ai pour ma part éradiqué en 3 jours ce qu’un an de visites hebdomadaires à l’hosto et de soins quotidien n’avait pu même atténuer.

      On ne soigne pas les gens avec des démonstrations scientifiques, mais avec des remèdes dont on sait empiriquement qu’ils fonctionnent.

      Même nos plus grands labos s’intéressent aux remèdes africains ou amazoniens, ne soyez pas plus catholique que le Pape ! Si la chirurgie a fait d’énormes progrès, la médecin interne en est encore à des balbutiements.

      Après 15 ans de soins « orthodoxes » et sans aucun succès pour de l’asthme, je m’en suis débarrassée en 15 jours et durablement grâce à une plante de ma pharmacopée chinoise.

      Un peu de modestie …

      • « Quand vous aurez constaté à quel vitesse l’homéopathie peut agir favorablement sur des bébés ou des animaux »

        Elle agit surtout sur les parents (ou les maîtres) !

        Nul ne peut nier les effets placebo/nocebo. Mais les probabilités de guérir par l’acupuncture d’un cancer colorectal sont strictement identiques à celles d’en guérir spontanément. Je prends même les paris, si vous voulez…

        Le plus grave, c’est qu’il y a des médecins qui croient aux mêmes bêtises que vous, et là, les conséquences peuvent vraiment êtres dramatiques (du moins d’une échelle qui dépasse celle de vos propres enfants, ce qui n’est déjà pas rien) 🙁

        Allez faire votre prosélytisme ailleurs, SVP.

        [La grippe, en guérir, sauf incident mortel, c’est très simple  : si on la soigne, il faut compter 15 jours, sinon, il faut bien deux semaines]
        ou encore le célèbre
        [Il n’existe que deux sortes de maladies : celles dont on guérit et celles dont on meurt]

      • « On ne soigne pas les gens avec des démonstrations scientifiques, mais avec des remèdes dont on sait empiriquement qu’ils fonctionnent »

        Des remèdes dont on sait empiriquement qu’ils fonctionnent, vous voulez dire comme un test clinique? Parce que là l’homéopathie ne passe pas le cap…

        Si les labo s’intéressent au médecines traditionnelles non par pour leurs méthodes traditionnelles mais simplement parce qu’il arrive que certains remèdes fonctionnent sur des molécules encore inconnue avec un effet démontrable.
        Ça évite de chercher des molécules « au hasard ».

      • Vous avez peut être soigné votre asthme avec une plante qui n’est pas utilisée en médecine traditionnelle. C’est possible, toute les molécules et leurs combinaisons n’ont pas été testées. Est ce que cela en fait une démonstration ou un cas général ?
        Concernant l’homéopathie, voici une lettre des médecins homéopathes dans laquelle ils admettent la supercherie en toute lettre. Si après cela, vous ne comprenez pas qu’il s’agit de placebo …
        http://www.imposteurs.org/article-dans-une-petition-des-homeopathes-l-aveu-de-leur-imposture-114891129.html

        Encore sur l’homéopathie : aucune étude n’a jamais démontré en double aveugle son efficacité. AUCUNE (sauf évidemment à prendre un échantillon représentatif à la Sériliani de 10 individus …).
        La croyance est tenace mais les statistiques sont sans pitié pour les pseudo-sciences.

  • J’ai deux petits-enfants franco-japonais à Tokyo. Ils ont tous deux été présentés aux dieux. Quand ma belle-fille était enceinte, elle est allée dans un temple, à une certaine date (présumée) de sa grossesse pour se présenter aux dieux shintoïstes, je ne sais plus pour quelle raison. Mais le poids des traditions au Japon, le pays de toutes les extravagances électroniques, est plus fort que la raison. Et je ne parle même pas du culte des morts qui pour un occidental est surprenant. Il y a deux crémations, la première incomplète pour que les membres de la famille rapportent un bout d’os du défunt chez eux pendant un certain temps qui est codifié. A l’expiration de ce délai où on vit chez soi littéralement avec le mort, on se réunit à nouveau pour terminer la crémation et disperser ensuite les cendres. Si ce n’est pas une croyance … Pour moi qui ne croit ni aux dieux ni aux diables ni à l’influence des astres, j’en ris en silence.

  • La liberté et liberté d’expression sont le plus sur moyen de lutter contre les idées fausse et les comportements stupides ou dommageable.

  • Voilà une interprétation provocante d’un fait intéressant, mais qui tendrait vite à faire jeter le bébé avec l’eau du bain !
    Les autodafés de poésie et des persécutions de l’art « dégénéré » par l’Etat National Socialiste, sont des preuves à l’inverse que les croyances spirituelles constituent parfois une réelle force de résistance pour l’individu, contre le tribalisme (fut-il scientifique) de l’Etat.
    … il est aussi certain que c’est l’Eglise qui a mis un frein (relatif) à l’actionnisme de Pétain et que le catholicisme a apporté un soutien réel sur base de mythologie immatérielle aux Polonais sous la dictature communiste.

  • Il y a bien des gens qui croient au socialisme 🙂

  • La superstition la plus dangereuse ces temps-ci c’est le « réchauffement climatique » toutes catastrophe naturelle (même les tremblement de terre) devient une punition divine causé par notre décadence carboniste.

  • il y a une etude de la RBS qui traine sur le net sur la correlation entre les phase lunaire et le SP500 et toute une strategie d investisment basé sur les cycle planetaire tres documenté …. superstition quand tu nous tiens….

    • @bobobo33

      Erreur très classique, mais qui peut être utile, autant que trompeuse: que signifient les périodicités?
      Cette erreur repose sur le fait que ( à peu près) toute signal, toute fonction mathématique « réaliste » ( c’est à dire représentant un phénomène réel) peut être décomposée comme la somme de fonctions sinusoïdanes pures: c’est l’analyse de Fourier.
      Cette décomposition peut correspondre à des phénomènes physiquement réels ( ex: la lumière blanche est bien la somme mathématique des sinusoïdes pures des couleurs qui la compose, un arc en ciel en étant la décomposition de Fourier) , ou une pure commodité mathématique.
      Trouver des cycles, des périodes, dans n’importe quel signal, même non périodique ou cyclique, marche TOUJOURS, si on applique à ce signal une analyse de Fourier, ce qui ne prouve en rien l’existence de phénomènes périodiques REELS sous jacents.
      Dès lors, il est enfantin de trouver des « corrélations » entre deux signaux n’ayant aucune causalité entre eux: il suffit de dénicher une fréquence à peu près identique dans leur décomposition de Fourier.

      Quand les macroéconomistes comprendront t’ils, ou plutôt admettront t’ils, que la différence entre les mathématiques du réel et la macroéconomie, c’est le réel?

    • bobobo33 : « strategie d investisment basé sur les cycle planetaire tres documenté . »
      ———————-
      Sauf qu’en finance, les superstitions peuvent être auto-réalisatrices : quand plein de gens vendent ou achètent de manière irrationnelle en croyant aux retournements de Bollinger, aux chandelles baissières et autres astrologies financières, l’effet mouton se traduit par une bulle ou une explosion de bulle bien réelle. Le comportement rationnel serait alors de suivre les moutons et non d’aller dans le sens inverse !

      Par contre, avec les superstitions post-modernes comme le réchauffisme, ceux qui croient que faire du vélo ou trier ses déchets « protégera le climat » (si si !) ou « stoppera la montée des océans » (copyright Obama) en seront pour leur frais. Ce genre d’hystérie collective, version post-moderne des archaïques danse de la pluie serait juste risible si seulement il ne coûtait pas si cher à l’humanité.

  • Cet article est du grand n’importe quoi, je cite:

    « Mais la liberté de croire des uns a pour contrepartie la liberté des autres d’essayer de les convaincre qu’ils se trompent »

    Non, le prosélytisme n’est ni une contrepartie, ni un droit. Si une personne ne veut pas être importunée, elle a le droit de ne pas l’être, quand bien même elle croirait en quelque chose de faux.

    « Et puisqu’il est question de liberté, nous pensons que la connaissance objective en apporte davantage que les croyances infondées »

    Déjà, c’est absurde d’opposer « connaissance objective » à « croyance », puisque les deux n’œuvrent pas dans le même domaine, ensuite il est évident que du point de vu du croyant, sa croyance est fondée…

    « Y compris dans des pays hautement développés où, malheureusement, la connaissance scientifique avance plus rapidement que ne reculent les croyances. »

    Encore un non-sens: les croyances ne peuvent pas reculer ou progresser. Elles ne font que céder la place à d’autres croyances.

    « les femmes qui sont malgré tout nées et déclarées en 1966, furent condamnées au célibat et à une vie malheureuse. »

    Au nom de quoi, l’auteur peut-il juger que quelqu’un a une vie malheureuse? Seul l’individu est apte à déterminer si sa vie est heureuse ou non. Certains célibataires sont parfaitement heureux, d’autres non, et on peut en dire autant de ceux qui sont en couple.

    « Inoffensives, les superstitions, disiez-vous ? »
    Bien évidemment qu’une superstitition, qui n’est rien d’autre qu’une opinion, est inoffensive. Ce sont les actes d’une personne qui peuvent poser problème et qui doivent être combattus, lorsqu’ils menacent la liberté individuelle. Et en plus, le fait qu’une croyance soit juste ou fausse n’a strictement rien à voir avec la nature des actes qui en découleront. On peut avoir des actes barbares fondées sur une croyance juste, et des actes bienveillants fondés sur une croyance fausse… 

    • socialist Vampires Killer
      8 juillet 2013 at 14 h 17 min

      Tiens, aloygah, le religieux intégriste de service, s’énerve…
      L’article a visé juste, on dirait!

    • « Non, le prosélytisme n’est ni une contrepartie, ni un droit. »
      Le prosélytisme est bien entendu inclus dans la liberté d’expression.

      « Si une personne ne veut pas être importunée, elle a le droit de ne pas l’être, quand bien même elle croirait en quelque chose de faux. »
      Si elle peut ne pas lire l’article, cliquer sur la petite croix ou éteindre son téléviseur, elle n’est en rien légitime à faire taire qui que ce soit.

      « Déjà, c’est absurde d’opposer « connaissance objective » à « croyance », puisque les deux n’œuvrent pas dans le même domaine »
      C’est faux, bien des croyances entrent directement en contradiction avec la « connaissance objective ».

      « ensuite il est évident que du point de vu du croyant, sa croyance est fondée… »
      Et alors ? Arrêtons vite tout débat !

      « Encore un non-sens: les croyances ne peuvent pas reculer ou progresser. Elles ne font que céder la place à d’autres croyances. »
      Encore un absurdité : tout ne se vaut pas, certaines opinions sont plus proches de la vérité que d’autre. A moins que toutes les connaissances que nous accumulons depuis quelques millénaires ne vaillent finalement rien de plus. On devrait arrêter se s’embêter avec la culture, l’école et autre « croyance » puisque tout se vaut… tout ne vaut rien.

      « Certains célibataires sont parfaitement heureux, d’autres non, et on peut en dire autant de ceux qui sont en couple. »
      Bien sûr toutes les femmes nées cette année précise ont préférer rester célibataires… Vous vous ridiculisez.

      « Et en plus, le fait qu’une croyance soit juste ou fausse n’a strictement rien à voir avec la nature des actes qui en découleront. On peut avoir des actes barbares fondées sur une croyance juste, et des actes bienveillants fondés sur une croyance fausse… »
      Ne pensez-vous pas que des « croyances justes » ont moins de chance de mal finir que des croyances fausses ? Votre mauvaise foi est palpable.

      Selon vous, vos propres propos ne resterons que croyances parmi d’autres qui valent autant, pourquoi donc les exprimer si c’est pour « importuner » (de quel droit?!) ceux qui ne croient pas comme vous, vous n’appliquez même pas votre propre croyance…

      • Socialist Vampires Killer
        8 juillet 2013 at 16 h 18 min

        @ Sans intérêt
        Merci, j’avais la flemme de répondre à aloygah…

      • @ Sansintérêt

        « Le prosélytisme est bien entendu inclus dans la liberté d’expression. »

        Pas lorsqu’il s’assimile à du harcèlement.

        « Si elle peut ne pas lire l’article, cliquer sur la petite croix ou éteindre son téléviseur, elle n’est en rien légitime à faire taire qui que ce soit. »

        On est d’accord. Sauf que l’article parle « d’essayer de convaincre » sans préciser jusqu’où… C’est cela qui me fait soucis.

        « C’est faux, bien des croyances entrent directement en contradiction avec la « connaissance objective ». »

        Bien évidemment, puisque la croyance appartient au subjectif, qui s’oppose par essence à l’objectif. L’auteur enfonce une porte ouverte…

        « Et alors ? Arrêtons vite tout débat ! »

        Affirmer qu’une chose est infondée sans argumenter, ce n’est pas débattre, mais polémiquer.

        « Encore un absurdité : tout ne se vaut pas, certaines opinions sont plus proches de la vérité que d’autre. A moins que toutes les connaissances que nous accumulons depuis quelques millénaires ne vaillent finalement rien de plus. On devrait arrêter se s’embêter avec la culture, l’école et autre « croyance » puisque tout se vaut… tout ne vaut rien. »

        Je n’ai jamais dit que tout se valait, j’ai simplement fait le constat que les croyances évoluaient (pas nécessairement en bien d’ailleurs).

        « Bien sûr toutes les femmes nées cette année précise ont préférer rester célibataires… Vous vous ridiculisez. »

        C’est plutôt vous qui niez leur choix individuel. Ces femmes étaient libres de prendre le risque de se marier ou de changer de pays si personne ne voulait d’elles au Japon. Si elles ne l’ont pas fait, c’est qu’elles estimaient que le respect de cette superstition était préférable pour leur bonheur que le mariage.

        « Ne pensez-vous pas que des « croyances justes » ont moins de chance de mal finir que des croyances fausses ? Votre mauvaise foi est palpable. »

        Le problème, c’est que la notion de « mal finir » est subjective… Le seul point objectif que l’on peut avancer sur la finalité d’un individu, c’est que celui-ci mourra. Donc, objectivement, la finalité d’un individu est la même pour tout le monde, et ce, quelques soient les croyances ou les actes…

        Après, savoir si la mort est une fin définitive ou non, c’est de nouveau une question subjective. Et c’est à cause de cela, qu’un choix qui peut paraître incompréhensible pour quelqu’un qui a une autre perception, peut au contraire être l’évidence même pour celui qui l’a fait… 

  • Quelle affreuse pyramide des âges. Une pagode ?
    Les japonais et les japonaises seraient-ils malthusiens en plus d’être sujets aux superstitions ? Quelle horreur.

  • Ceux qui veulent définitivement faire la différence entre une superstition- ex: on peut voler sur un balai magique- et une réalité peuvent se jeter du 10e étage en chavauchant un balai certifié « magique ».

  • Le graphique proposé rend compte de la répartition des âges dans la population japonaise en 2010, et non du nombre de naissance des années 1900 aux années… 2100. Le creux que l’on observe pour une ordonnées de 66 correspond aux personnes ayant 66 ans en 2010, soit les personnes nées en 1944. L’illustration ne soutient en aucun cas la thèse de cet article.

    • Si vous regardez bien vous verrez un creux pour 44 ans.
      C’est l’âge en 2010 des personnes nées en 1966.

      Donc l’illustration soutient la thèse de l’article pour peut qu’on la lise correctement.

      Le creux que vous décrivez c’est la seconde guerre mondiale.

      • Aloygah est loin d’être aussi bête que certains le prétendent, même (surtout) d’un point de vue libéral. La perception de l’inconnu oblige bien l’homme à formuler des croyances. Son cerveau est ainsi formé. La psychologie a étudié ce phénomène en profondeur. Chaque enfant est emplit de croyances. Les histoires de Perrault, Grimm, la Bible, du père Noel etc… constituent les premières clés de son univers perceptible, mais elles sont aussi le fondement de notre intelligence humaine. S’en prétendre entièrement détaché relève soit du simple snobisme, soit du manque d’intelligence simplement. Je ne parlerai même pas de la théorie du genre…
        La mythologie est un tissu de croyances structurées dont les symboles s’agencent comme un langage. Celui-ci s’adapte à la réalité quand l’expérience de la connaissance humaine se développe. C’est là ou réside son génie. Elle fournit des outils de travail inestimables à notre esprit.
        La croyance ne s’oppose nullement à la science, elle l’anticipe. Quand elle le fait, ce n’est pas une question morale en tout cas : c’est la conscience individuelle qui s’oppose à la conscience collective. Einstein est souvent évoqué comme réfutant Planck en mentionnant une curieuse croyance selon laquelle « Dieu ne joue pas aux dés ». Pourtant il n’est pas exactement le modèle du papisme intégriste que certains prétende combattre ici, comme d’autres combattent des moulins (une autre allégorie de la croyance d’ailleurs).

        • @ Schirren

          Je vous rejoins sur le fait que c’est bien la perception de l’inconnu qui engendre la croyance, sauf que l’inconnu est bien plus vaste pour qui réfléchit deux secondes que le simple domaine des contes, mythes, légendes et religion.

          Je prends un exemple simpliste pour illustrer le propos:

          La science permet de savoir que le pain peut nourrir, mais elle ne peut pas déterminer que si à un instant t, je mange tel bout de pain, j’arriverai effectivement à me nourrir. La science peut tout au plus le supposer en regard d’expérimentations passées.

          Ainsi, pour que je puisse réellement passer à l’acte de manger le bout de pain, il me faut de la foi. En d’autres termes, il faut que j’ai la croyance que ce bout de pain va me nourrir pour le manger.

          Nous utilisons donc la croyance au quotidien dans nos vies, sans même le réaliser, tellement cela nous paraît naturel.

          C’est une erreur sémantique que de limiter l’action de la croyance à la théologie et de l’opposer systématiquement à la réalité. Une croyance peut être vraie ou fausse, et ce dans tous les domaines.

          Je peux croire que ce bout de pain va me nourrir, et réaliser en le mangeant que son goût me déplaît au point que je doive le recracher. Ma croyance était alors fausse dans ce cas-là et m’aura valu une mauvaise expérience. Mais dans le cas où le bout de pain m’aura effectivement nourri, ma croyance était alors vraie, et m’aura valu une bonne expérience.

          Suivre une croyance comporte toujours une part de risque, c’est autant vrai pour ceux qui suivent des superstitions que ceux qui suivent leurs petites croyances quotidiennes… Mais en tant que libéral, nous devons défendre la liberté à l’individu de pouvoir suivre ses croyances, quand bien même elles seraient fausses…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Zatoichi a sans doute été le personnage le plus célèbre enfanté par le cinéma japonais des années 1960. Ce masseur aveugle a été le héros de 26 longs métrages (dont 25 entre 1962 et 1973) et d'une série télé en quatre saisons (1974-1979) comportant pas moins de cent épisodes ! Shintaro Katsu a trouvé là le rôle de sa vie.

Plus récemment, Takeshi Kitano, avec sa double casquette de réalisateur et d'acteur, l'a revu (et corrigé) dans un film qui reste son opus le plus ludique (Zatoichi, 2003). Si l'on a... Poursuivre la lecture

Par Henry Bonner.

Les autorités vantent l’efficacité de leurs mesures… comme les couvre-feux, les confinements, ou le passe vaccinal.

Mais sont-elles efficaces ?

Dès janvier 2021, plusieurs études universitaires tendent à démontrer que ce n’est pas le cas.

En juin 2021, le National Bureau of Economic Research a publié une étude qui portait sur 43 pays.

Les chercheurs expliquent dans leur introduction qu’ils n’ont pas réussi à trouver de corrélation entre la restriction des déplacements (comme les confinement... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

La Banque centrale européenne a annoncé une réduction progressive du programme de rachat d'actions le 9 septembre. On pourrait penser qu'il s'agit d'une idée judicieuse compte tenu de la récente hausse de l'inflation dans la zone euro, qui a atteint son plus haut niveau en dix ans, et de la reprise prétendument vigoureuse de l'économie.

Cependant, il y a un gros problème. L'annonce n'est pas vraiment une réduction progressive, mais simplement un ajustement à une offre nette d'obl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles