Mandela mérite un piédestal du leadership africain

Mandela est une rareté au sein du leadership africain, en ce sens qu’il ne souffre pas d’une passion de lui-même.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nelson Mandela

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mandela mérite un piédestal du leadership africain

Publié le 25 juin 2013
- A +

Mandela est une rareté au sein du leadership africain, en ce sens qu’il ne souffre pas d’une passion de lui-même.

Par Alex Ndungu Njeru.
Un article de Libre Afrique.

Alors que Mandela passe une autre journée à l’hôpital, la moindre des choses était de lui rendre hommage dans un petit article, et reconnaître la force qu’il représente dans le monde d’aujourd’hui. Plus que jamais nous réalisons que cet homme est mortel, mais nos âmes sont apaisées par l’immortalité de son héritage. Nous savons que Mandela a eu un impact suffisant sur cette planète, que son héritage est gravé dans le marbre.

Comment Mandela est-il parvenu à immortaliser son héritage, éclipsant nombre de ses contemporains ? Pourquoi n’avons-nous pas eu un peu plus de Mandela sur ce continent, mais au contraire un trop grand nombre de Mugabe, de Kadhafi, de Moi, de Mobutu et toute une clique d’hommes peu recommandables qui se sont retrouvés à diriger en Afrique. Pourquoi notre belle Afrique est-elle toujours privée d’un leadership altruiste et de qualité ? Pourquoi  manque-t-elle de dirigeants en synergie avec les aspirations et les rêves du peuple africain ? Pourquoi le leadership qui libère est-il si difficile à trouver en Afrique ?

Le mauvais  leadership s’est répandu dans tout le continent dès la fondation de l’Afrique indépendante. À l’indépendance de la plupart de nos pays, sans doute pour des raisons sentimentales, les Africains n’ont pas réussi à se rendre compte que les meilleurs leaders et combattants anticoloniaux de la liberté n’étaient pas nécessairement les meilleurs dirigeants pour guider l’Afrique indépendante dans le futur. Ces leaders indépendantistes sont entrés dans la lutte pour le pouvoir avec des attitudes belliqueuses.

Surtout parce que l’indépendance de l’Afrique s’est déroulée dans le contexte du monde bipolaire de la guerre froide, les dirigeants africains indépendants, à de rares exceptions, eurent un faible pour le socialisme. Ce genre de sentiment dominant anti-impérialiste et anticolonial lors de l’indépendance du continent poussa de nombreux dirigeants africains à commettre une erreur majeure en termes de manque de prescience. La plupart d’entre eux, comme Mwalimu Julius Nyerere et Kwame Nkrumah, menèrent leur pays dans une spirale socialiste dont les conséquences se font encore sentir aujourd’hui dans ces pays.

Sans doute un fait plus révélateur est-il que la première génération de dirigeants africains n’a pas été remplacée par des dirigeants visionnaires et intelligents, en particulier lorsque les premiers ont été débarqués par des coups d’État. L’Afrique a donc souffert d’une « transition permanente » et sans fin entre un mauvais dirigeant et un autre mauvais dirigeant. Au Kenya, le régime de Jomo Kenyatta, accusé de tant d’assassinats politiques, a été remplacé par le régime de Daniel Moi, qui a mené une répression encore plus violente. Le voisin ougandais a eu sa part de leadership catastrophique, de Milton Obote à l’impitoyable Idi Amin Dada et maintenant avec Yoweri Museveni qui s’est illustré lui aussi par des pratiques dont ses prédécesseurs étaient si souvent friands, notamment la répression de l’opposition et des médias.

Les dirigeants africains, des montagnes de l’Atlas au Maroc aux montagnes de la Table en Afrique du Sud, de la Côte d’Or à l’Ouest à la Corne de l’Afrique en Somalie partagent un trait qui les distingue des autres leaders mondiaux : la passion de soi-même. Les dirigeants africains s’aiment eux-mêmes et forcent presque sans aucun doute leurs sujets à cet amour, jusque dans leurs cordes vocales. Des dirigeants comme Mobutu inventaient des expressions comme : Mobutu Sese Seko Nkuku WA Zabanga qui signifiait Mobutu le guerrier qui va de victoire en victoire sans que personne ne puisse l’arrêter. Partout en Afrique, les dirigeants africains ont inventé ce genre de noms pour perpétuer le mythe de l’infaillibilité qui tourne autour d’eux. Julius Nyerere, pour sa part, commença à s’appeler lui-même Mwalimu, qui signifie en swahili « enseignant », dans une tentative pour s’attirer la vénération de ses citoyens.

Mandela est une rareté au sein de ce leadership africain, en ce sens qu’il ne souffre pas de la même passion de lui-même. Il était et est toujours un dirigeant désintéressé, il s’est donné à la liberté.

Il a pu déclarer :

J’ai chéri l’idéal d’une société libre et démocratique. C’est un idéal que j’espère accomplir, en vivant pour lui. Mais s’il le faut, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir.

Mandela avait une vision assez claire de ce qu’il voulait que soit l’Afrique du Sud, il n’a pas contrarié son pays comme tant de dirigeants africains avant lui. « La réconciliation et la construction nationale resteront des vœux pieux si elles ne sont pas fondées sur un effort concerté pour éliminer les véritables causes du conflit et de l’injustice passés ».

Mandela mérite d’être placé sur un piédestal, il mérite d’être considéré comme une incarnation exemplaire du bon leadership en Afrique. Cela dit, l’Afrique et le monde doivent se préparer à affronter la mortalité de cet homme, même si son héritage restera immortel.

Nous devons laisser Mandela partir tranquille, et peut-être son départ permettra-t-il d’ailleurs de déverrouiller les chaines serrées par quelque leader africain autour de son peuple.


Cet article a été publié originellement en anglais sur AfricanLiberty.org. Traduction : LibreAfrique.org.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • C’est du second degré non?Jacob Zuma (voir sa fiche wiki)violeur,corrompu,communiste,laisse l’Afrique du sud dans un état lamentable,la mort de Mandéla risque d’entrainner des massacres contre les blancs

  • Le 6 décembre 2005, Jacob Zuma est inculpé pour le viol d’une jeune femme séropositive de trente-et-un ans par le tribunal de Johannesburg. Lors du procès, ses approximations et contre-vérités à la barre sur le mode de transmission du virus du sida font scandale (il a expliqué avoir pris une douche après l’acte sexuel pour minimiser les risques d’infection)

  • Mandela prend parti en faveur de Zuma (communiste) à l’occasion de deux rassemblements. Le premier a lieu en février 2009 dans le Cap-Oriental. Par la voix de son petit-fils, Nelson Mandela y confirme son appartenance et son soutien à l’ANC et concrètement son engagement en faveur de Jacob Zuma.

    En effet cet article est une plaisanterie.

    • En 2009 Mandela avait plus de 90 ans, et on connait son état de santé. Lui faire porter la responsabilité de la politique de Zuma et de ce qui se passe aujourd’hui en Afrique du Sud c’est un peu ridicule.

  • Mandela, l’homme qui aimait tant son prochain, qui se battait contre les discriminations, qui était pour le droit à la vie et à l’autodétermination des peuples.

    Oh wait… http://www.youtube.com/watch?v=fcOXqFQw2hc

  • « Tu ne vénèreras point d’idoles »

    • Et on ne parle pas de la corruption, et surtout de l’implication directe de son épouse dans des magouilles financières pas claires…

      Mais chuuuutttt…!!! ce n’est pas politiquement correct…

  • « L’Afrique du Sud est en perdition. Qu’a fait mandela ? Il n’a rien fait du tout ! (…) Mandela est un peu comme ce lierre sur les façades fissurées, il est un symbole qui cache la misère. » Bernard Lugan. ( Histoire de l’Afrique du Sud ) ou Ménard sans interdit :
    http://www.dailymotion.com/video/xdn6jt_bernard-lugan-mandela-a-tout-rate_news#.UcncbdI9_b8

  • Ras la pomponnette des gauchistes anti-héritage sauf de celui de la souffrance – invisible, indolore, indécent…

  • il faut rappeller une vérité historique que bcp oublient. l’afrique du sud sous l’aparatheid était un régime socialiste crée par les syndicalistes blancs…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Marine Le Pen
5
Sauvegarder cet article

La France occupe une place très particulière dans les stratégies de l’impérialisme russe : elle a toujours constitué une cible de choix pour les prédateurs du Kremlin. La filiation entre les révolutions jacobine et bolchévique, l’admiration de Lénine pour Robespierre, la puissance du PCF au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’anti-américanisme du général de Gaulle, ajoutés à la passion kitsch mais profonde de nos intellectuels pour Dostoïevski et de nos catholiques pour les encens de l’orthodoxie, font de notre pays un terrain de jeu idéa... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes vieux comme le monde continuent de prési... Poursuivre la lecture

Moins de 6 mois après sa réélection, Emmanuel Macron montre t-il la véritable nature de ses rapports aux parlementaires ? C’est ce qui semble être le cas alors que le projet de réforme des retraites, arlésienne du dispositif macronien depuis 5 ans, est en passe d’être relancé.

Si le premier quinquennat aura été marqué par la réforme du travail, cette dernière n’a été que l’achèvement de la loi El Khomri édulcorée lors du quinquennat précédent.

À l’inverse, les retraites sont un sujet explosif en France. L’Hexagone voue un culte ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles