McDonald’s se débrouille mieux que les Nations Unies !

McD

McDonald’s a fait bien plus pour promouvoir le progrès économique et social et la paix mondiale que l’ONU.

McDonald’s a fait bien plus pour promouvoir le progrès économique et social et la paix mondiale que l’ONU.

Par Chris de Capitalist Exploits, depuis les États-Unis.

En 1945, après la Seconde Guerre mondiale, l’ONU a été formée dans le but de :

Promouvoir et faciliter la coopération dans le droit international, la sécurité internationale, le développement économique, le progrès social, les droits de l’homme et la réalisation à terme de la paix mondiale.

Que voilà de nobles objectifs, et qui n’hésitent pas à placer la barre très haute. Pourtant, 68 ans plus tard, l’ONU est un échec abyssal. Il est tout à fait clair pour tous ceux qui prennent la peine d’y faire attention que, sans exception, tous les principes mentionnés dans la charte sont constamment foulés au pied, bien souvent par les nations fondatrices elles-mêmes !

Qu’est devenu l’objectif de paix ? Il y a en ce moment même plus de 36 guerres dans le monde, alors à vous de juger…

En tant que « quasi » gouvernement mondial, l’ONU a le pouvoir de soutirer de l’argent par la force (que savent faire d’autre les gouvernements ?) et s’est mis à tout envahir telle une mauvaise herbe, générant au passage l’OMS, l’Organisation Internationale du Travail et des douzaines d’autres cauchemars bureaucratiques. Cette croissance exponentielle s’est traduite par de moins en moins de résultats au fil des années. De la même manière qu’Amtrak [NdT : compagnie ferroviaire publique américaine] ne peut « réussir » qu’en détroussant le contribuable, l’ONU continuera de se gaver de taxes tel un enfant obèse jouant sur sa console 12 heures par jour en s’engraissant de chips et de soda. La seule différence est que l’enfant obèse ne prétend pas travailler au bien de l’espèce humaine.

Soyez certains que de nouveaux « problèmes » nécessitant une ingérence seront trouvés, et que de nouveaux « fonds d’urgence » seront mal investis ou tout bonnement jetés par la fenêtre. L’ONU est une des entités les plus opaques au monde, bénéficiant de l’immunité diplomatique et ne devant rendre de compte à personne. Comme toutes les bureaucraties, elle considère l’argent taxé qui la maintient à flot non comme un privilège mais comme un droit.

J’ai personnellement vu certains des projets les plus mal conçus soutenus par l’ONU, des délires dont une personne saine d’esprit ne pourrait même pas rêver, être mis en œuvre. Ils s’accompagnaient tous de rapports montés de toute pièce par l’ONU visant à approfondir « l’assistance » apportée. Cette assistance consiste typiquement à transférer l’argent des plus pauvres habitants des pays développés vers de richissimes politiciens corrompus des pays pauvres.

 

Les membres des ONG se baladent à travers l’Afrique, l’Asie et la plupart des pays pauvres en profitant de l’air conditionné de leurs Land Cruisers, dépensant de l’argent qu’ils ne méritent pas dans des projets dont la stupidité serait apparente pour la plupart des élèves de CP.

Nous y avons été directement confrontés au Cambodge la semaine dernière. Ils ont la belle vie… et ils le savent. J’ai rencontré un membre de l’OMC dans le vol de Phnom Penh à Siem Reap. Quelle blague. Elle « logeait » dans un hôtel à $250 la nuit. Elle pestait quand je l’ai vue car son chauffeur cambodgien (qui la conduit, vous l’avez deviné, en Land Cruiser), payé sans doute guère plus que le minimum d’environ $70 par mois, n’était pas passé la prendre à 6h précise, ce qui l’avait forcé à prendre un taxi pour l’aéroport… une honte !

Ils ne laisseront JAMAIS les vacances se terminer. Ce qui est triste, et assez incroyable, c’est que beaucoup de ces gens croient en ce qu’ils font, ce qui ne fait qu’accélérer la croissance de ces institutions parasites. Ne vous y trompez pas : ce SONT des parasites.

L’existence de l’ONU est absolument nuisible. Point. Rappelez-vous avant de m’envoyer un mail de l’Ohio pour me dire que j’ai tort que j’ai grandi en Afrique. J’ai vu ce bordel de mes propres yeux. J’admets la réussite de certains projets bien intentionnés au tout début, mais voilà bien longtemps que c’est fini et contrebalancé par l’immense gaspillage que cette institution orchestre désormais en tant que puissance de destruction bureaucratique massive. Le fait que l’ONU ait encore la moindre légitimité est une preuve de plus que le public est intellectuellement indifférent et biberonné aux médias.

Alors quelle est la solution ?

Il ne fait aucun doute que la force qui a eu le plus grand impact durant la trouble histoire de l’homme sur Terre est l’harmonie générée par le commerce. Les administrations centralisées et hiérarchiques, quand elles essayent d’appliquer les mêmes principes à des populations aux croyances (religieuses, politiques, ou autres) diverses, rencontrent un taux d’échec spectaculaire. Le marché libre et la libre circulation des biens et services, qui laissent les individus choisir avec qui ils interagissent, a le plus haut taux de succès possible.

Prenons par exemple les entreprises multinationales… elles représentent tout ce que l’ONU a la prétention d’être. Elles sont remplies de personnes appartenant à des cultures diverses, de toutes les religions et de toutes les races, éparpillées aux quatre coins du globe et travaillant à un même but au lieu d’essayer de s’entretuer. De plus, ces personnes produisent des biens et des services que le marché réclame et ils en tirent un profit.

Pourquoi ? Parce que le marché libre fonctionne, qu’il est par essence composé de gens agissant de leur propre volonté pour suivre leurs propres buts. Ce n’est pas égoïste, c’est humain !

Les humains sont des animaux égocentriques. Arrêtons de croire que nous sommes fondamentalement des êtres chevaleresques et généreux, dont la seule raison de vivre est de s’effacer devant les autres. Conneries. La plupart du temps, tout ce que nous voulons c’est passer devant les autres. Vous en doutez ? La prochaine fois que vous serez dans un avion et que l’hôtesse de l’air vous donne les consignes de sécurité, notez sur qui elle vous demande de mettre le masque à oxygène en premier (indice : VOUS). La raison devrait être évidente, mais au cas où la voici : nous sommes incapables d’aider les autres tant que nous ne sommes pas nous-mêmes en sécurité. Ce même « principe de sécurité » s’étend à l’économie. Les multinationales savent que les humains suivent prioritairement leurs propres intérêts. Leurs produits reflètent donc leur idée de ce qu’est l’intérêt personnel des consommateurs (qui sont aussi des humains). Le marché les pousse à adapter leurs actions, leurs produits et leurs pratiques à toutes les régions du monde et presque en temps réel.

McDonald’s à New Delhi propose des hamburgers au curry. En Asie, on peut acheter du thé vert, des Sundays aux haricots rouges et de la sauce aux algues pour les frites. Au Japon, ils vous vendent des hamburgers aux crevettes. Même à Hawaii, le traditionnel « soda à l’orange » est remplacé par un fruit punch.

 

Je crois que McDonald’s a fait bien plus pour « promouvoir et faciliter la coopération dans le droit international, la sécurité internationale, le développement économique, le progrès social, les droits de l’homme et la réalisation à terme de la paix mondiale » que l’ONU… en se contentant de vendre sa dégoutante caricature de cuisine !

None of us is as good as all of us. – Ray Kroc


Sur le web.
Traduction : Lancelot/Contrepoints.