La Syrie et l’histoire de l’interventionnisme américain

Le désir de s’ingérer un peu partout dans le monde, y compris en Syrie, reste fort à Washington. Pourtant seuls les dangers sont certains.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Égyptiens arborant le drapeau révolutionnaire syrien lors d'une manifestation de soutien au Caire, 18 novembre 2011.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Syrie et l’histoire de l’interventionnisme américain

Publié le 13 mai 2013
- A +

Le désir de s’ingérer un peu partout dans le monde, y compris en Syrie, reste fort à Washington. La seule certitude est que presque toutes les interventions finissent en conséquences inattendues négatives.

Par Doug Bandow, depuis Washington D.C., États-Unis.
Un article du Cato Institute, traduction Libre Afrique.

Égyptiens arborant le drapeau révolutionnaire syrien lors d’une manifestation de soutien au Caire, 18 novembre 2011.

Le désir de s’ingérer un peu partout dans le monde reste fort à Washington. La seule certitude est que presque toutes les interventions finissent en conséquences inattendues négatives, qui elles-mêmes génèrent une pression pour davantage d’ingérence pour y remédier.

Ce phénomène se manifeste clairement en Syrie. Les demandes d’intervention contre le président Bachar El Assad vont crescendo. Nageant à contre-courant, Daniel Pipes, président du Middle Eastern Forum, a récemment affirmé que « les «États occidentaux doivent soutenir la dictature pernicieuse de Bachar al-Assad ».  En fait, Pipes a proposé de soutenir à peu près tout le monde.

Non qu’il veuille qu’Assad gagne. Il préférerait que ni le régime ni l’opposition ne gagne. Selon Pipes « une victoire des rebelles accroîtrait considérablement l’influence d’un gouvernement turc de plus en plus voyou, tout en mettant au pouvoir des djihadistes qui prendraient la place du gouvernement Assad. La poursuite des combats cause moins de dommages aux intérêts occidentaux que le fait de laisser les islamistes prendre le pouvoir ».

Mais ce n’est pas tout : « quand Assad et Téhéran auront combattu les rebelles et Ankara jusqu’à l’épuisement mutuel, le soutien occidental pourra alors se diriger vers des éléments non-baathistes et non-islamistes ». Ainsi, Pipes espère-t-il que soutenir le régime mènerait en fin de compte à un gouvernement modéré et à « un avenir meilleur ».

Pipes a pu rappeler le « modèle » du soutien américain à l’Union soviétique de Staline, contre l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale. De deux puissances totalitaires qui cherchaient à prendre le contrôle de l’Eurasie, Washington croyait devoir choisir le moindre des deux maux – l’URSS à l’époque. Après la fin de ce conflit, les États-Unis décidèrent qu’ils devaient désormais contenir Moscou.

Pipes a également rappelé qu’en 1987 il appelait l’Occident à soutenir l’Irak de Saddam Hussein, qui était sur la défensive depuis 1982 après avoir déclenché la guerre deux ans auparavant. Cependant, « en regardant vers l’avenir, si l’Irak une fois de plus prenait l’offensive, un changement peu probable mais pas impossible, les États-Unis devraient de nouveau changer d’allié et envisager d’accorder une aide à l’Iran ».

Sa politique de « soutien au  côté qui bat en retraite » trouve son fondement dans une froide Realpolitik. Mais Pipes surestime grandement la capacité de Washington à manipuler les événements internationaux. Les décideurs américains n’ont pas une connaissance suffisante des conflits et des acteurs internationaux, ni la capacité suffisante pour faire usage de la connaissance dont ils disposent afin de mettre en œuvre efficacement une telle stratégie.

Imaginez les politiciens de Washington tentant de calibrer soigneusement leur soutien à Assad pour qu’il soit suffisant pour empêcher sa défaite, mais pas assez pour permettre sa victoire… Ensuite, pour coordonner parfaitement dans le temps un changement d’alliance, non plus avec le gouvernement mais avec l’opposition, afin de maintenir l’équilibre du pouvoir si Assad recouvrait ses forces; et ensuite, pour décider du moment où les deux parties seront suffisamment équilibrées pour trouver de nouveaux combattants à soutenir. Tout cela défie l’entendement.

Même si cela était possible, comment Washington s’adapterait-il aux événements imprévus ? L’ancien procureur international Carla Del Ponte a annoncé au début du mois de mai qu’il y avait des « soupçons concrets, solides mais pas encore la preuve irréfutable » que l’opposition syrienne a utilisé du gaz Sarin. Comment Washington devrait-il alors changer l’équation interventionniste ? Peut-être que Washington devrait bombarder les deux côtés en même temps !?

La politique américaine durant la Seconde Guerre mondiale a « marché », dans la mesure où le soutien à l’Union soviétique peut être appelé un succès, car elle ne prétendait pas faire dans la nuance. Washington et les autres alliés ont choisi de s’allier avec Moscou. Il y avait quelques partisans de la stratégie de Pipes – par exemple, le général George Patton suggéra d’armer d’anciens soldats nazis pour attaquer l’URSS. Mais la plupart des Américains croyaient qu’une grande guerre mondiale au milieu du siècle avait suffi.

Par ailleurs, aucune politique interventionniste ne peut éviter les inévitables conséquences involontaires. Un exemple majeur : la politique américaine dans le golfe Persique, elle-même en grande partie une conséquence de mesures prises au mépris presque frivole de leurs conséquences, il y a six décennies de cela.

En 1953, Washington fomentait un coup d’État contre le Premier ministre iranien de gauche, Mohammed Mossadegh. Son remplaçant, le Shah, était sans doute un allié américain fiable, mais c’était un voyou. En réprimant brutalement des éléments politiques plus modérés et en modernisant par la force une société traditionnelle, il contribua à déclencher la révolution islamique de 1979 qui mit l’ayatollah Khomeiny au pouvoir.

La peur de la subversion iranienne et l’agressivité dans le Golfe a conduit l’administration Reagan à soutenir Saddam Hussein après qu’il a attaqué l’Iran. Ce dernier, croyant qu’il avait le soutien au moins tacite des USA, tenta alors d’absorber le Koweït voisin. Mais Washington est alors intervenu contre lui. Cependant, les États-Unis l’ont laissé au pouvoir car ils craignaient de créer un vide de pouvoir qui serait rempli par l’Iran. Dans le même temps, Washington maintenait ses troupes en Arabie Saoudite, ce qui créa l’un des griefs qui ont poussé Oussama Ben Laden à frapper l’Amérique le 11 septembre.

Par la suite, l’administration Bush a envahi l’Irak pour « assécher le marais », créant le vide tant craint auparavant, ce qui a renforcé la position géopolitique de Téhéran. Si Washington finit par attaquer l’Iran, l’impact pourrait être aussi extraordinaire qu’imprévisible. Car malheureusement, le potentiel des conséquences imprévues du coup de 1953 n’est pas encore épuisé.

L’ingénierie sociale est déjà assez difficile – en fait, presque impossible – en matière d’affaires intérieures. Elle est encore plus difficile à l’étranger. Il n’est pas facile de transcender l’histoire, les traditions, les religions, les origines ethniques, la géographie etc. C’est la raison évidente pour laquelle l’intervention échoue si souvent, produisant des effets contreproductifs jamais imaginés par ses partisans.

La Syrie fait partie des affaires les plus difficiles pour les USA. Les demi-mesures américaines, comme une zone d’exclusion aérienne, empêtreraient l’Amérique dans une impasse sans générer de résultat décisif. Se saisir des stocks d’armes chimiques de la Syrie assurerait leur utilisation – contre les troupes alliées – et exigerait beaucoup d’hommes sur le terrain. Un force d’occupation encore plus importante serait nécessaire pour vaincre le régime, rétablir l’ordre et faire respecter la paix. Avec un public las de la guerre et un État au bord de la faillite, une telle politique serait une folie pour les USA.

Il faut résister à la pression croissante d’intervenir en Syrie et dans d’autres conflits inutiles. Le fait que l’on puisse trouver un argument pour soutenir presque chaque partie dans la guerre civile syrienne est sans doute la meilleure preuve que la seule solution raisonnable est de rester en dehors de ce tragique conflit.

(*)Doug Bandow est analyste au Cato Institute.

—-

Cet article a été publié en anglais sur le site du Cato Institute. Traduction : Libre Afrique.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Pour le moment, il n’y a « que l’iran, le hezbollah et la russie qui interviennent en syrie ! Qu’en pensez-vous ?

    • Ah parce que vous croyez que l’ASL ne bénéficie pas de soutiens extérieurs ? Avez-vous noté que l’un de ses représentants s’est félicité de l’attaque aérienne perpétrée par Israël ? N’est-ce pas la preuve d’une alliance objective entre Israël et les wahabbo-takfiristes dans la réalisation du plan Yinon?

  • deja robespierre en 1792:  » les peuples n’aiment generalement pas les missionnaires bottés  »
    clarck gable dans autant en emporte le vent:  » apres quelques années de guerre, plus personne ne se souvient pourquoi on l’a declarée  »

    a part l’intevention  » reussi  » en europe, dans les 2 conflits mondiaux, les guerres americaines de la deuxième moitiée du 20ième siècle, sont une invitation a la prudence, voir a la paix:
    plusieurs million de mort au vietnam pour voir les rouge l’emporter a la fin.
    soutient au fascistes vert en afganistan, avant que ces derniers ce retourne contre l’amerique.
    guerre en irak pour detruire des armes de destruction imaginaires, pour finir par renforcer l’ennemie iranien.

    il ne faut pas espèrer que washington aille se battre en syrie, sinon dans quelques années, il faudra qu’ils redebarquent en normandie pour terrasser l’islamisme en europe !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles