Ce que j’appelle oubli : Denis Podalydès au sommet

Ce que j’appelle oubli : Denis Podalydès au sommet de sa forme
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que j’appelle oubli : Denis Podalydès au sommet

Publié le 12 mai 2013
- A +

 

« Ce que le procureur a dit, c’est que l’on ne pouvait pas mourir comme ça, pour si peu ». Inspirée d’un fait divers sordide qui s’est déroulé à Lyon en 2009, cette pièce de théâtre de Laurent Mauvignier ne laisse pas indifférent, loin de là.

Il entre dans un supermarché, et boit une cannette de bière à l’intérieur. Quatre vigiles viennent à sa rencontre, l’emmènent dans une petite pièce tout près, et le tabassent à mort. Ce qui frappe autant que l’absurdité de cette mort sans raison, c’est le jeu d’acteur époustouflant de Denis Podalydès, décidément l’un des meilleurs acteurs/comédiens de ces 30 dernières années.

Il est seul sur scène, déclamant sans perdre un mot, sans hésitation ni syllabe mal articulée, une seule et longue phrase de 60 pages, telle qu’écrite dans le livre à l’origine de la pièce. Un jeu d’acteur pur, ou un pur jeu d’acteur, où tout repose sur l’intonation et le rythme de la voix, et un léger balancement du corps d’avant en arrière.

« Pas maintenant, pas comme ça ». Podalydès est aussi brillant que les personnages décrits sont affligeants de banalité. On devine la misère humaine et intellectuelle de ces hommes. Ils ne sont pas mauvais, pire, ils sont médiocres.

Les longs applaudissements sont mérités. Mais ne dureront pas, la pièce s’arrête le 19 mai. Pour les intéressés, courez-y, maintenant, comme ça.

 

Denis Podalydès, dans « ce que j’appelle oubli », mis en scène par Laurent Mauvignier.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • C’est le renversement de situation classique, la preuve par l’absurde. Car c’est absurde, car pourtant, ils savent.

    Ils savent qu’en entrant dans le métro avec une cigarette, ou bien -dans ce cas précis- une bière dans un supermarché, ils savent qu’ils mettent la pagaille dans la vie des honnêtes gens.

    La vie est suffisamment difficile, nourrir sa famille, la loger pour ne pas avoir à subir les exactions des hors-la-loi sans arrêt.

    Ainsi, à Paris dans le premier arrondissement, on ne peut plus dormir, on ne peut plus respirer, on ne peut plus laisser ses enfants sortir. j’ai passé deux nuits à l’hôpital. Les deux fois massacré par des sans-papiers « du printemps », en bas de chez-moi.

    J’ai frôlé la mort car je voulais vivre une vie de famille tranquille dans ma ville, dans mon pays. Ce que Podalydès défend n’est pas défendable dans la réalité.

    Bien à vous.

    • Ce n’est pas ce que L. Mauvignier défend. Celui-ci ne prétend pas que chacun peut aller se servir comme il l’entend dans le premier supermarché. Tout vol doit être puni.

      Ce qui est en cause ici, c’est la disproportion manifeste entre le vol, et la sanction qui est appliquée. Sanction arbitraire, définitive, sans le moindre procès.

      A moins d’être pour la peine de mort en cas de simple vol, la mnière dont les faits se déroulent sont indéfendables.

      Pour ce qui est de votre histoire, il ne faut pas mettre les gens dans le même panier : tous les marginaux ne sont pas des délinquants/meurtriers en puisance.

      Enfin, dans votre cas, ce qui est grave c’est l’impunité de ceux qui vous ont envoyé à l’hôpital. En somme, l’excès inverse de ce qui est décrit dans cette pièce.

      Bien à vous

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

jeux videos cadeaux
1
Sauvegarder cet article

Les gamers, faites attention. La gauche radicale va s'occuper de vous.

Un nouveau rapport d'Axios dénonce :

« Les extrémistes de droite sont de plus en plus présents dans les jeux vidéo [...]  la faible modération du contenu et la politique de l'autruche entravent l'évaluation et la lutte contre le problème. »

Axios a cité un rapport de 2019 du notoirement partisan Anti-Defamation League, ou ADL, comme preuve que les abus et l'extrémisme sont endémiques dans les jeux.

Le rapport de l'ADL affirme :

« 53 % des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles