Psychopathologie du cas Cahuzac

imgscan contrepoints 2013727 Cahuzac Psy

Nul besoin de recourir à des thèses alambiquées pour expliquer la conduite de Cahuzac. Il était enferré dans son mensonge et il s’est dit que tant qu’il n’y avait pas de preuves flagrantes, mieux valait nier.

Nul besoin de recourir à des thèses alambiquées pour expliquer la conduite de Cahuzac. Il était enferré dans son mensonge et il s’est dit que tant qu’il n’y avait pas de preuves flagrantes, mieux valait nier.

Un billet d’humeur de Philippe P.

Alors tout le monde en parle. C’est une véritable déflagration qui s’abat sur le monde politique. Le ministre du budget, celui qui avait en charge la lutte contre la fraude fiscale, a avoué qu’il possédait un compte à l’étranger qu’il n’avait pas déclaré !

Et tout le monde tombe des nues, comme si la France était un pays scandinave dans lequel les politiciens seraient tellement honnêtes que l’aveu par l’un d’eux d’une telle ignominie relèverait de l’incroyable !

Alors évidemment, on se demande qui savait et qui a pu couvrir Cahuzac jusqu’à cet épilogue funeste. Et puis, on convoque aussi les psys de service pour savoir comment on peut mentir à ce point. Comment un individu peut ainsi les yeux dans les yeux d’un journaliste prétendre qu’il n’a jamais eu de compte à l’étranger et pire encore, comment ce même type peut à l’assemblée nationale refaire le même mensonge sans ciller ni balbutier !

Pour ma part, je ne vois là rien de bien fabuleux qui mériterait une grande explication. C’est ainsi que le plus calmement possible, il m’est déjà arrivé de dire à des flics que « non je n’était pas passé à l’orange ou que je roulais bien moins vite que le dit leur radar ». Parce que face au risque de sanction, mes possibilités sont rares. Soit j’avoue et je prends une sanction, soit je nie et je me dis qu’avec un peu de chance, j’échapperai à la sanction !

Donc, à moins d’envisager que comme lorsque l’on était enfant, l’autorité chargée de  nous sanctionner va nous dire « c’est bien, tu as avoué alors je te pardonne », mieux vaut toujours nier tant que les preuves à notre encontre ne sont pas flagrantes.

D’ailleurs les flics ne s’y trompent pas quand, lorsqu’ils ont un prévenu en face d’eux, osent lui dire « allez avoue et la justice en tiendra compte ». C’est un peu une manière de tenter de manipuler le petit enfant qui sommeille au fond de nous en lui faisant croire que « faute avouée est à moitié pardonnée ». La règle c’est bien sûr de ne rien reconnaitre et de ne rien signer, tout en rappelant au fonctionnaire de police qu’à moins qu’il émarge aussi au ministère de la justice, le sien serait plutôt celui de l’intérieur ! Depuis qu’il leur est interdit de vous frapper, visite médicale et présence de l’avocat obligent, vous pouvez vous permettre de jouer un peu sans redouter un coup d’annuaire.

Bref, nul besoin de recourir à des thèses alambiquées pour expliquer la conduite de Cahuzac. Il était enferré dans son mensonge et il s’est dit que tant qu’il n’y avait pas de preuves flagrantes, mieux valait nier. Je suppose qu’il a pu penser que compte tenu de son niveau, quelqu’un lui sauverait la mise. Hélas pour lui, et c’est là une véritable interrogation, les réseaux n’ont pas fonctionné pour lui et il a été sacrifié.

Et puis les gens s’étonnent ! Moi sincèrement, l’ayant vu dans plusieurs débats, je l’avais trouvé bien Cahuzac. Non que je sois d’accord sur le fond mais que j’aie trouvé que la forme était adroite. Le type présentait bien, parlait bien et maitrisait son sujet ! Et j’en ai vu plus d’un se faire aligner face à Cahuzac. Sincèrement, je le trouvais vraiment doué et j’ai même regretté qu’il soit socialiste parce qu’il me semblait bien plus doué qu’un Xavier Bertrand par exemple.

Je m’étais même dit que ce type n’avait rien d’un socialiste, tant son discours était clair et précis, un vrai vendeur de bagnoles d’occasion, avec le bagout nécessaire et la technique de réfutation des objections quasi innée !

D’ailleurs, un jour, j’avais regardé sa biographie sur Wikipédia. J’avais ainsi appris qu’il était né un 19 juin, qu’il était auparavant chirurgien cardiologue avant de se reconvertir dans l’esthétique avec madame, elle aussi médecin dermatologue, et plus spécifiquement dans l’implant capillaire. Nanti de ces seuls éléments, je m’étais dit « toi mon pote tu dois aimer le blé et tu ne dois pas être très clair ».

Parce que sincèrement, quitter la médecine traditionnelle, surtout en tant que chirurgien pour aller passer ses journées à implanter des cheveux sur des crânes chauves ou dégarnis, il faut vraiment aimer l’argent ! Vous vous imaginez, vous, assis derrière votre patient durant des heures, à lui arracher les petits poils sur la nuque, pour ensuite pratiquer une incision au scalpel sur son crâne et les y implanter avant de suturer ?! Même si l’on admet que toute peine mérite salaire et qu’il n’y a pas de sots métiers mais uniquement de sottes gens, vous avouerez tout de même que renoncer à la chirurgie pour ça, il faut vraiment adorer le fric ! Je comprends qu’on le fasse de temps en temps, histoire de se payer la Patek Philippe ou la Porsche dont on rêvait. Mais de là à faire ça à plein temps, moi cela me laisse pantois ! C’est un peu comme si un amateur de mécanique décidait de passer sa vie à faire des vidanges !

Bref, entre ça et son petit côté arriviste qui grenouille tôt en politique (membre d’un cabinet ministériel) et dans les cercles de pouvoir (franc-maçonnerie, cercle de l’union interalliée), son côté grand bourgeois limite parvenu (cigares, appartement dans le VIIème et collection de montres), le mec me semblait aussi fiable en socialiste militant que DSK en gardien de harem !

C’est marrant parce qu’avec mon intelligence moyenne, moi qui ne suis pas flic à la DCRI et encore moins élu ou ministre, rien qu’en lisant sa bio, je m’étais fait la réflexion que pépère ne devait pas avoir le cul aussi propre qu’il le disait. Je m’étonne donc que les révélations sur la détention d’un compte à l’étranger ait pu surprendre tant de monde, parce que moi je n’ai pas été surpris. J’ai plus été amusé en fait.

Donc, Cahuzac comme tout banal délinquant a suivi un parcours classique sur le chemin du fric facile. Voyant que ça tournait toujours rond, il est simplement monté en grade comme le ferait n’importe quel délinquant qui après avoir volé un œuf volera un bœuf ! Rien de bien nouveau sous le soleil si l’on veut bien admettre que ce n’est pas parce qu’un type est médecin, vit dans le VIIème et est élu qu’il n’est pas un voyou de base. Si le type n’est jamais sanctionné au fur et à mesure qu’il s’élève dans la carambouille et le pouvoir, pourquoi voulez-vous qu’il cesse un comportement qui lui apporte toute satisfaction ?

Alors il a menti ? La grande histoire ! Vous avez déjà vu un parrain se mettre à table dès que les flics ont des soupçons, vous ? Non jamais ! Ce n’est que quand l’étau judiciaire, via la production de preuves formelles, se referme sur lui, que son avocat ne peut plus rien, que le parrain signe ses aveux.

Donc, je ne serai pas de ceux qui oseront s’en prendre au pauvre Cahuzac en frappant un homme à terre. La manière dont il a agi me semble normale et cohérente avec ce qu’il était : un énième pauvre type aimant trop le fric, le pouvoir et les paillettes et prêt à faire des arrangements avec sa conscience pour y parvenir. C’est finalement très humain !

« Arx tarpeia Capitoli proxima »

La roche tarpéinne n’est pas loin du Capitole (Expression latine).


Sur le web.