Qu’est-ce que le Marché Libre ? Par Murray Rothbard

Qu’est-ce que le Marché Libre ? Explication simple en quelques mots.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Murray Rothbard

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’est-ce que le Marché Libre ? Par Murray Rothbard

Publié le 14 avril 2013
- A +

Qu’est-ce que le Marché Libre ? Explication simple en quelques mots.

Par Murray Rothbard.(*)

Un article de l’Institut Coppet, une traduction de Jacques Peter.

Murray Rothbard

Le Marché Libre est un raccourci pour désigner un ensemble d’échanges qui ont lieu dans la société. Chaque échange est un accord volontaire entre deux personnes ou entre des groupes de personnes représentés par des agents. Ces deux individus (ou agents) échangent deux biens économiques, soit des marchandises tangibles soit des services non tangibles. Ainsi, lorsque j’achète un journal à un buraliste pour 50 cents, le buraliste et moi échangeons deux marchandises : j’abandonne 50 cents, et le buraliste abandonne le journal. Ou si je travaille dans une entreprise, j’échange mon travail, d’une manière mutuellement convenue, contre un salaire monétaire ; dans ce cas l’entreprise est représentée par un cadre (un agent) qui a le pouvoir d’embaucher.

Les deux parties réalisent l’échange parce que chacun pense y trouver son compte. De même, chacun renouvellera l’échange à la prochaine occasion (ou non), car son attente s’est révélée juste (ou fausse) au cours du temps qui vient de s’écouler. Le commerce ou l’échange a lieu précisément parce que les deux parties en profitent ; si elles n’espéraient pas un gain, elles n’accepteraient pas l’échange.

Ce raisonnement simple réfute l’argument contre la liberté du commerce typique de la période « mercantiliste » du seizième au dix-huitième siècle en Europe, et exprimé de façon classique par Montaigne, le célèbre essayiste français du seizième siècle. Les mercantilistes soutenaient que dans tout échange, une partie ne pouvait bénéficier qu’au détriment de l’autre, que dans chaque transaction il y avait un gagnant et un perdant, un « exploiteur » et un « exploité ». Nous voyons immédiatement l’erreur de ce point de vue qui reste populaire : la volonté et même l’empressement d’échanger signifie que les deux parties en bénéficient. Dans le jargon moderne de la théorie des jeux, l’échange est une situation gagnante-gagnante, un jeu à « somme positive » plutôt qu’à « somme nulle » ou à « somme négative ».

Comment est-ce possible que les deux parties gagnent d’un échange ? Chacune affecte une valeur différente aux deux marchandises ou services échangés, et ces différences plantent le décor pour une transaction. Moi, par exemple, je déambule dans la rue avec de l’argent en poche mais pas de journal, le buraliste, d’autre part, a beaucoup de journaux mais désire de l’argent. Et ainsi, en nous rencontrant, nous passons un accord.

Deux facteurs déterminent les conditions de tout accord : la valeur que chaque participant attribue à chaque bien concerné, et les capacités de négociation de chacun. Le nombre de cents qu’il faudra pour les échanger contre un journal, ou de cartes de baseball de Mickey Mantle pour une carte de Babe Ruth, dépend de tous les participants dans le marché des journaux ou celui des cartes de baseball – de la valeur que chacun attribue aux cartes en comparaison des autres biens qu’il pourrait acquérir. Ces conditions de l’échange, appelées « prix » (de journaux exprimés en monnaie, ou de cartes Babe Ruth exprimés en cartes Mickey Mantle), dépendent en fin de compte du nombre de journaux ou de cartes de baseball disponibles en regard de l’attrait qu’ils présentent pour les acheteurs. En résumé, de l’interaction de leur offre et de leur demande.

Pour une offre donnée d’un bien, une hausse de sa valeur dans l’esprit des acheteurs augmentera la demande du bien, il y aura davantage d’argent offert et le prix montera. L’inverse se produit si la valeur, et donc la demande pour le bien baisse. Parallèlement, pour une évaluation ou une demande de donnée de l’acheteur, si l’offre augmente, chaque unité offerte – chaque carte de baseball ou chaque miche de pain – baissera en valeur, et par conséquent le prix diminuera. L’inverse se produit si l’offre du bien diminue.

Le marché donc, n’est pas simplement un ordre, mais un treillage interactif d’échanges hautement complexe. Dans des sociétés primitives les échanges prennent toujours la forme de troc ou d’échange direct. Deux personnes échangent directement des biens utiles, tels que des chevaux pour des vaches ou des cartes Mickey Mantle pour des Babe Ruth. Mais au fur et à mesure qu’une société se développe, une évolution progressive bénéfique à  tous, conduit à une situation où une ou deux marchandises utiles et précieuses sont choisies par le marché pour être des moyens d’échange indirects. Cette marchandise-monnaie, en général mais pas toujours de l’or ou de l’argent, est alors recherchée non seulement pour elle-même, mais surtout pour faciliter son échange ultérieur contre une autre marchandise désirée. Il est bien plus commode de payer des ouvriers sidérurgiques, non en barres d’acier, mais en monnaie, avec laquelle ils peuvent acheter ce qu’ils désirent. Ils acceptent la monnaie parce qu’ils savent par expérience et par intuition que tous les autres membres de la société acceptent également la monnaie en paiement.

Le treillage moderne presque infini des échanges, le marché, est rendu possible par l’usage de la monnaie. Chaque personne se spécialise, ou pratique la division du travail, produisant ce qu’elle fait le mieux. La production commence par les matières premières, puis différentes formes de machines et de biens d’équipement, jusqu’à ce que finalement des biens soient vendus au consommateur. À chaque étape de la production, de la ressource naturelle au bien de consommation, de la monnaie est échangée volontairement pour des biens d’équipement, du travail et des terrains. Tout au long de ce processus, les conditions de l’échange, ou les prix, sont établis volontairement par l’interaction de ceux qui offrent et qui demandent. Le marché est « libre » parce qu’à chaque pas, les choix se font librement et volontairement.

Le marché libre et la liberté des prix font que les biens du monde entier sont disponibles pour le consommateur. Le marché libre donne également le maximum de possibilités aux entrepreneurs qui affectent aussi efficacement que possible des ressources en capital pour satisfaire les besoins futurs de la masse des consommateurs. L’épargne et l’investissement peuvent alors développer les biens d’équipement et augmenter la productivité et les salaires des travailleurs, améliorant ainsi leur niveau de vie. Le marché libre et concurrentiel récompense aussi et stimule les innovations technologiques qui permettent à l’innovateur d’avoir une longueur d’avance en satisfaisant les désirs des consommateurs de manière nouvelle et créative.

L’investissement n’est pas seulement encouragé, mais peut-être mieux encore, le système des prix, et les incitations de profits et de pertes du marché, guident l’investissement en capital sur le bon chemin. Le treillage dense peut satisfaire et solder tous les marchés de sorte qu’il n’y a pas de pénuries ou de surplus soudains, imprévus et inexplicables n’importe où dans le système de production.

Mais les échanges ne sont pas nécessairement libres. Beaucoup sont forcés. Si un voleur vous menace de « la bourse ou la vie », le paiement que vous lui faites n’est pas volontaire mais imposé et il en bénéficie à vos dépens. C’est du vol, selon le modèle mercantiliste, et non du libre marché : le voleur profite au détriment de celui qui est soumis à la coercition. L’exaction n’intervient pas dans le marché libre, mais lorsque l’exploiteur profite de sa victime.  À long terme, la coercition est un jeu à somme négative qui conduit à réduire la production, l’épargne et l’investissement, à diminuer le stock de capital, et baisser la productivité et le niveau de vie de tous, peut-être même des .exploiteurs eux-mêmes.

Le gouvernement, dans toutes les sociétés, est le seul système légal de coercition. L’impôt est un échange imposé, et plus fort est le poids de l’impôt sur la production, plus grande est la probabilité que la croissance économique ne vacille et décline. D’autres formes de coercition gouvernementale (par exemple des contrôles des prix ou des restrictions pour empêcher de nouveaux concurrents de participer à un marché) gênent et paralysent les échanges de marché, alors que certaines (interdiction de pratiques frauduleuses, défense des contrats) peuvent favoriser les échanges volontaires.

Le sommet de la coercition gouvernementale est le socialisme. Sous un régime de planification centrale, l’agence socialiste du plan ne dispose pas d’un système de prix pour la terre ou les biens de production. Même un socialiste comme Robert Heilbroner admet maintenant que l’agence de planification ne dispose ainsi d’aucun moyen pour calculer les prix ou les coûts ou pour investir de telle sorte que le treillage de la production équilibre les marchés. L’expérience soviétique actuelle est un exemple instructif de l’impossibilité de faire fonctionner une économie complexe et moderne en l’absence d’un marché libre, lorsqu’elle est confrontée à une récolte exceptionnelle de blé qui ne parvient pas, d’une manière ou d’une autre, à trouver le chemin des magasins de détail. Il n’y a pas d’incitations ni de moyens pour calculer les prix et les coûts pour amener les wagons-trémies vers le blé, ni pour permettre aux silos de le recevoir et le traiter, et ainsi de suite pour les nombreuses étapes nécessaires pour atteindre le consommateur final à Moscou ou a Sverdlovsk. L’investissement en blé est presque totalement gaspillé.

Le socialisme de marché est en réalité une contradiction dans les termes. Les discussions à la mode sur le socialisme de marché négligent un aspect crucial du marché. Lorsque deux biens sont échangés, ce qui est réellement échangé, ce sont les titres de propriété dans ces biens. Lorsque j’achète un journal pour 50 cents, le vendeur et moi échangeons des titres de propriété : je renonce à la propriété de 50 cents pour la donner au buraliste, et lui me transfère la propriété du journal. Le même processus se produit en achetant une maison, à la différence que dans le cas du journal, les choses sont bien moins formelles, et nous pouvons tous éviter les procédures complexes des actes, des contrats notariés, des intermédiaires, des avocats, des hypothèques, etc. Mais la nature économique des deux transactions est la même.

Ceci signifie que la clé de l’existence et du développement du marché libre est une société qui respecte, défend et met en sécurité les droits et les titres de propriété privée. La clé du socialisme, par contre, est la propriété gouvernementale des moyens de production, du sol, et du capital. Ainsi, il ne peut y avoir de marché digne de ce nom en terrains ou biens de production.

Certains opposants au libre marché avancent que les droits de propriété sont en conflit avec les droits « humains ». Mais ils ne réalisent pas que dans un système de marché libre, chaque individu dispose d’un droit de propriété sur sa propre personne et son propre travail, et qu’il peut les engager dans des contrats de services libres. L’esclavage viole le droit de propriété fondamental de l’esclave sur son propre corps et sur sa personne, un droit qui est le fondement de tout droit de propriété d’une personne sur des objets matériels non humains. De plus, tous les droits s’appliquent à l’homme, que ce soit le droit de tous à la liberté d’expression ou le droit de propriété d’un individu dans son propre logis.

Une critique habituelle contre la société du libre marché est qu’elle instaure l’impitoyable « loi de la jungle », qu’elle dédaigne la coopération pour la compétition, et qu’elle exalte le succès matériel en opposition aux valeurs spirituelles, à la philosophie, ou aux activités de loisir. Au contraire, la jungle c’est précisément une société de coercition, de vol et de parasitisme, une société qui détruit des vies et des niveaux de vie. La compétition pacifique du marché des producteurs et des fournisseurs est un processus profondément coopératif dans lequel chacun profite, et où le niveau de vie de chacun prospère (en comparaison de ce qu’il serait dans une société non libre). Et le succès matériel indiscutable des sociétés libres pourvoie à l’abondance générale qui nous permet de jouir d’une quantité énorme de loisirs en comparaison d’autres sociétés, et de poursuivre des activités de l’esprit. Ce sont les pays coercitifs avec peu ou pas d’activité de marché, en particulier sous le communisme, où la corvée de l’existence quotidienne non seulement appauvrit matériellement les gens, mais annihile leur esprit.

(*) Texte paru dans Everything-Voluntary.com (Chapter 12)

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Concernant les échanges forcés, que dire des échanges « à moitié forcé » i.e. du type « je lui file un salaire ridicule qu’il sera « forcé » d’accepter car sinon il ne pourra pas subvenir aux besoins de sa famille » ?
    C’est une critique qu’on fait souvent au libéralisme et j’aimerai savoir comment vous y répondez

    • Bravo! Vous avez montré la faille de l’article!
      On peut répondre deux choses, néanmoins:

      – le jeu de la concurrence du côté des entrepreneurs les oblige à traiter leurs salariés d’une façon qui les incite à ne pas partir chez le concurrent.

      – l’Etat peut légitimement interdire certaines pratiques de la part des entrepreneurs, auprès des salariés, pourvu que cela ne porte pas atteinte à la nécessité pour les entrepreneurs de rentrer en concurrence dans l’intérêt des salariés et des consommateurs. Il faut que le remède ne soit pas pire que le mal.

      • « le jeu de la concurrence du côté des entrepreneurs les oblige à traiter leurs salariés d’une façon qui les incite à ne pas partir chez le concurrent »

        Hélas, ce raisonnement ne fonctionne que si le salarié a la possibilité de se faire engager ailleurs. Donc, le raisonnement ne marche quasiment plus dans la France de 2013, où le salarié pense, pas forcément à tort, que quitter son patron risque fort de le mener droit au RSA.

        Je continue à penser que tous, riches comme pauvres, sont libres de préférer la pauvreté à l’asservissement, ou l’asservissement à la pauvreté, ou l’exil, ou la criminalité, etc. Oui, nous sommes libres. Mais force est de constater que le salarié-libre-et-épanoui-qui-démissionne- quand-ça-l’amuse est en voie d’extinction.

        Le patron qui pense « je vais bien traiter ce salarié, et il ne partira pas » existe encore, oui, mais il se fait de plus en plus rare.

        • La question étant: qu’est-ce qui a brisé les mécanismes régulateurs de la concurrence? Serait-ce l’encadrement du marché par l’Etat socialiste?

          -> SMIC
          -> lois sur la concurrence
          -> code du travail trop rigide
          etc.

          • Oui, of course. Etc, comme vous dites.

            Et j’ajouterais : « bureaucratisation volontaire et assumée de l’entreprise privée par elle-même ». Un phénomène apparu dans les Eighties, et qui fait un mal considérable. Sans doute une dommage collatéral de la socialisation du commerce. Mais pas seulement. Un pacte avec le diable de la massification.

        • Raphaël Marfaux
          14 avril 2013 at 12 h 21 min

          « Le patron qui pense « je vais bien traiter ce salarié, et il ne partira pas » existe encore, oui, mais il se fait de plus en plus rare. »

          Mondieumondieu…
          Tenez, cher Pascal, un bon article à lire pour éviter de véhiculer les pires stéréotypes sur l’entreprise et de rendre les armes face à la propagande gauchiste.

          • Heu, comment dire… L’entreprise, j’y travaille depuis 30 ans, si ça ne vous embête pas trop. Ce n’est pas un article qui va me faire penser que ce que je vois n’existe pas.

          • Ah, c’est cet article-là… Alors, pour le coup, je ne comprends pas du tout votre réponse.

    • Bonjour Guillaume B

      On peut retourner l’argument, l’employeur est forcé de payer un minimum son employé sinon celui-ci ne peut subvenir à ses besoins.
      En fait dans un systeme libre un coup c’est l’employeur qui est gagnant un coup c’est le salarié. Rien n’est figé toutes les relations sont dynamique et évolue dans le temps.

  • En gros avant c’était le libre choix de prendre avec de l’argent et après c’est le libre choix de donner
    on remarque ainsi que le donneur sans argent se retrouve dans le premier cas, c’est juste une expression des variantes de part et d’autre, mais cela reste quand même lié au besoin de chacun.

  • Guillaume B, Sexy Bird, notez bien : il n’y a pas de faille dans l’article, il n’y a aucune faille dans le libéralisme, tout simplement parce qu’il est juste.

    Dire, ce que l’on constate effectivement en pratique, que : « je lui file un salaire ridicule qu’il sera « forcé » d’accepter car sinon il ne pourra pas subvenir aux besoins de sa famille », revient à sortir une phrase d’un contexte donné, pour en tirer des conclusions qui seront forcément fausses.

    Ce genre de phrase constate l’émanation d’un principe libéral qui s’applique dans un contexte et un pays antilibéral, liberticide, oppressif, à la dérive totalitaire.

    Si un patron peut se permettre de filer un salaire ridicule, il faut se demander pourquoi ! Et les raisons sont nombreuses, constatons.

    Constat 1 : si un salaire proposé est bas, c’est parce que beaucoup de monde demande le même type de travail alors même qu’il n’y a, soit pas beaucoup de demande de la part des consommateurs, soit trop de concurrence. Savez-vous que certains plombiers (qui deviennent rare, puisque seules les études sont valorisées) gagnent mieux leurs vies que certains avocats ?

    Constat 2 : échec de l’intervention de l’Etat et de ses régimes de protection. Outre l’exclusion des gens moins productifs qui seront renvoyés vers le RSA à cause de l’obligation au SMIC, les entraves sont trop nombreuses pour être décrites dans un si court commentaire : code du travail (à supprimer au plus vite), bureaucratisation, régimes corporatistes…

    Constat 3 : la conséquence.
    Le constat de Pascal : « Le patron qui pense « je vais bien traiter ce salarié, et il ne partira pas » existe encore, oui, mais il se fait de plus en plus rare. ».
    Le constat de changer de travail facilement pour équilibrer les attentes des consommateurs et les prestations proposées. Essayez par exemple de tenir les comptes d’une société, non c’est réservé aux experts comptables. Essayez de prendre votre véhicule pour transporter des gens, non c’est réservé aux taxis. De vendre des médicaments ? Non, c’est réservé aux pharmaciens (il ne faut pas faire n’importe quoi avec la santé… Oui mais c’est prescrit par un médecin). Bon alors de faire des consultations juridiques ? Non c’est réservé aux avocats…. Evidemment il y en a plein.

    En fait, le salaire est ridicule car l’Etat nous a fait sacrifier notre liberté pour ce qu’il nous a vendu comme étant de la sécurité (fausse pérennité de l’emploi, soutien abusif d’activité déficitaire…). Alors que la sécurité ne peut être que la résultante du capital.

    Le salaire ridicule est la conséquence de la servitude dans laquelle nous entraîne l’Etat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

Retrouvez les autres parties de l’article ici, ici, ici et ici.

Pour conclure cette lecture libérale de Les Machiavéliens de James Burnham, il faut commencer par dire que la science politique machiavélienne est essentielle pour comprendre la réalité du pouvoir politique dans la société. Elle reconnaît le manque de représentation politique réelle pour la majorité, et fournit des explications complètes de ce phénomène, en puisant dans la sociologie, la psychologie et la théorie politique. De plus, les travaux des... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

En tant que chef de l'Église catholique, le Pape François est un leader religieux estimé et une icône mondiale. Mais un expert dans un domaine ne fait pas un expert dans un autre - et sa compréhension de l'économie laisse beaucoup à désirer, si l'on en croit ses dernières remarques.

Les déclarations du Pape François à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation

Le Pape François a récemment fait une déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de l'al... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Fondation of Economic Education.

À la mi-août, le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern a annoncé un confinement de tout le pays à l'annonce d'un seul cas de Covid-19 détecté :

Restez sur place. Ne vous rassemblez pas, ne parlez pas à vos voisins. S'il vous plaît, restez dans vos bulles.

Sept semaines plus tard, après un week-end durant lequel des milliers de Néo-Zélandais ont enfreint l'ordre de rester chez eux pour manifester contre le confinement décidé par le gouvernement, l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles