Les mafieux de Pyongyang

Le régime nord-coréen qui menace de bombarder les États-Unis est moins irrationnel qu’il n’y paraît.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Kim Jong-Un

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les mafieux de Pyongyang

Publié le 8 avril 2013
- A +

Le régime nord-coréen qui menace de bombarder les États-Unis est moins irrationnel qu’il n’y paraît.

Par Guy Sorman.

Le régime nord-coréen qui menace de bombarder les États-Unis est moins irrationnel qu’il n’y paraît. Il ne veut pas la guerre mais de l’argent : ses menaces sont un racket. « Retenez-moi ou je fais un malheur », dit le Président nord-coréen. On le dit inexpérimenté mais il est sous contrôle de roublards, les militaires qui gèrent le pays. En plongeant la région dans l’incertitude, ceux-ci obligeront les Américains, les Sud-Coréens et les Chinois à leur signer un chèque, approvisionner en énergie et en riz. Ce ne sera pas la première fois : la méthode sert depuis quarante ans.

La période est propice aux Nord-Coréens : à Pékin et à Séoul, deux nouveaux chefs d’État sont des novices dont la priorité est d’éviter un conflit. Conflit entre amis : Chine, Corée du Nord. Conflit entre frères ennemis : Corée du Sud et du Nord.

Donc la Corée du Nord qui ne vit que d’expédients, obtiendra de nouveau les compensations qu’elle cherche par ses gesticulations. Faut-il céder ? La Chine n’a pas le choix : la Corée du Nord est un État tampon qui interdit à l’armée américaine de s’approcher de la frontière chinoise. La Corée du Nord est aussi un allié bien pratique pour déstabiliser la région et faire apparaître Pékin comme un pôle rassurant. La Corée du Sud n’a pas le choix non plus : le Nord par ses menaces décourage les investisseurs et les visiteurs. Mieux vaut acheter quelques années de tranquillité.

La réunification ? La Chine n’en veut pas et les Coréens du Sud en craignent le coût économique. Donc la réunification attendra. Les seules victimes du chantage nord-coréen, c’est le peuple : mais on ne l’entend pas, on ne le voit pas.

Qui pourrait démanteler la maffia nord-coréenne ? Le gouvernement chinois, seul, mais cela supposerait que ce gouvernement cynique se soucie des hommes et ce n’est pas sa priorité, ni en Corée du Nord, ni en Chine.


Sur le web.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Je ne peux m’empêcer de voir tout de même une part irrationnelle dans ces fanfaronnades: la tentative de ‘poser’ le nouveau Duce nord-coréen, posturant sa fermeté et son engagement contre les ennemis héréditaires du régime.

    • Il y a une part totalement irrationnelle, bien entendu. Elle n’est pas incompatible avec la ruse et l’opportunisme.

  • Plus la réunification est reportée, plus le cout à supporter sera monstrueux…

    • Pas sûr. Le monde moderne est bien plus économe en ressource que l’ancien. Par exemple un réseau de téléphone sans fil est bien moins cher qu’un réseau à l’ancienne

    • le cout sera probablement moins monstrueux qu’une guerre. a la vitesse ou les nations asiatiques sont capable d’avancer quand elles le veulent ( japon a la fin du 19ieme et apres la 2ième guerre mondiale, corée du sud et taiwan, dans les années 70, chine a l’heure actuelle ), lorsque tot ou tard, les nord coréens seront sorti du communisme, on pourrait etre surpris. la corée a une vieille tradition de scolarisation, avant mème la colonisation japonaise, quand aux regimes communistes, s’il y a un defaut qu’ils n’ont generalement pas, c’est de negliger l’instruction de leurs jeunes.
      d’un point de vue geopolitique, la chine est certainement la clé du reglement du problème nord-coréen, mais si l’on se place du point de vue chinois, je ne vois vraiment pas pourquoi ils mouilleraient leurs chemises tant que la flotte US campe a quelques emcablures de leurs cotes, chose qui n’a jamais existé dans le passé, et qui est considèrer par l’empire du millieu, comme totalement anormal.

      • Les véritables inventeurs de l’imprimerie!! Gutenberg inventant les caractères métalliques mobiles.

      • Apparemment, vous n’avez pas idée de la situation en Corée du Nord. La question, depuis bien longtemps, n’est pas de savoir si on envoie les enfants à l’école, mais s’ils seront encore vivants à la rentrée suivante.
        Quant à la qualité des études dans les pays communistes, elle est en accord avec la qualité du reste de leurs productions : André Gide rapportait déjà, dans son « Retour d’URSS », l’ampleur du désastre, avec des manuels scolaires contenant des fautes énormes du style 7×6= 49 ou positionnant la mer d’Aral au beau milieu de la Baltique…
        Et la Corée du Nord d’aujourd’hui, c’est pire que l’URSS des années 20…

  • La réunification pour quoi, pour qui? Certainement pas le peuple nord-coréen, sinon il y a longtemps qu’il se serait soulevé. Au contraire, il a subi un tel lavage de cerveau qu’il ne sait même pas ce qui se passe de l’autre côté de la frontière.

  • Vu de Tokyo, et aussi d’un point de vue strictement personnel, je fais une brève escale mercredi 10 à l’aéroport d’Incheon en route pour l’Espagne ayant découvert des vols directs Séoul-Madrid … Or le 10 avril, le petit fou qui dirige ce pays fantoche (il n’y a qu’à voir la vétusté des armements vus sur les séries de photos publiées sur le web ces dernier jours pour s’en rendre compte) a décidé un essai nucléaire. Qu’il le fasse, et que personne ne cède à son chantage odieux digne d’un désaxé, ni les Américains, ni les Chinois … Quant aux Japonais, aujourd’hui à Tokyo, c’était « business as usual » avec en prime un petit air (enfin) de printemps …

  • Tous les États sont mafieux par définition… La différence entre Pyongyang et Paris est une différence de degré, pas de nature.

    • Et comme ça, cher Mercator, vous passez directement du stade de contribuable à celui de héros de la résistance ! Bravo, voilà une médaille fièrement gagnée. Comme c’est simple et efficace ! J’aime tous ces libéraux qui ne voient pas de différence de nature entre une feuille d’impôts et une balle dans la nuque. Ils se voient déjà au Panthéon, pour le simple fait d’avoir râlé sur Internet.

      • @Pascal Avot: Vous mettez des mots dans la bouche des autres. C’est lourd. Il a pas dit etre un hero, il a dit que c’etait une difference de degré, et quelque part, il n’a pas tort:
        La difference entre la feuille d’impot et la balle dans la tete est une difference de degré.
        Si vous ne payez pas vos impots, on vous les majore, si vous ne payez toujours pas, on saisit vos biens, si vous resistez a la saisie, on envoie la police, si vous résistez a la police, on vous envoie en prison, si vous essayez RELLEMENT de ne pas aller en prison quand les flics veulent vous emmener, si vous vous defendez REELLEMENT, on vous tirera dessus.
        Le nier c’est mentir. La feuille d’impot n’est qu’un ultimatum, la menace est la meme.

  • Tout ce bordel pour se faire offrir une nouvelle garde robe de dictateur.

  • Il a certainement lu « La souris qui rugissait » de L Onard Wibberley dont on a d’ailleurs tiré un film.
    Le scénario est bien le même : un petit groupe d’homme qui attaque les Etats Unis pour se faire donner de l’argent par l’Oncle Sam.

  • Comme l’a expliqué Revel, le communisme doit détruire entièrement l’économie pour s’imposer. Mais ce faisant, il meurt à son tour. Pour survivre, il faut donc le nourrir pour continuer sa destruction sans mourir. Et quoi de mieux pour survivre que le chantage culpabilisant qui fonctionne à tous les coups.

  • Juste pour rire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surprise ces derniers jours : l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le but semble de se mêler de plus en plus de politique, a clairement pris position contre l'actuelle stratégie zéro covid actuellement déployée en Chine, rejoignant en cela les critiques déjà nombreuses de l'opinion internationale vis-à-vis de la politique interne de la Chine.

Eh oui : même pour une organisation ayant nettement tendance à préférer la centralisation et les mesures fortes (voire dictatoriales), ce qui est actuellement mis en place par les autor... Poursuivre la lecture

Il y a moins d’un an, en juillet 2021, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la République populaire de Chine Xi Jinping avait toutes les raisons d’être heureux : non seulement c’est à lui qu’est revenu l’honneur de célébrer le centième anniversaire du PCC, mais surtout, c’est lui et aucun autre de ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping qui a réussi à impulser et incarner la troisième ère du glorieux socialisme chinois. Un socialisme « moderne », inspiré de Mao et de Deng malgré leurs contradictions et leurs ... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles