L’avertissement de l’ancien président tchèque Vaclav Klaus à l’Europe

si l’Union européenne veut renouer avec la croissance et le développement économique, il lui faut amorcer un changement systémique à l’échelle de ce que l’Europe de l’Est a fait il y a vingt ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vaclav Klaus (Crédits : Petr Novák, Wikipedia, Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’avertissement de l’ancien président tchèque Vaclav Klaus à l’Europe

Publié le 2 avril 2013
- A +

Vaclav Klaus vient de quitter ses fonctions de Président de la République Tchèque. Dans un discours à Washington, il rappelle que, si l’Union européenne veut renouer avec la croissance et le développement économique, il lui faut amorcer un changement systémique à l’échelle de ce que l’Europe de l’Est a fait il y a vingt ans.

Un article du Cato Institute, traduit par Henri Lepage de l’Institut Turgot.

Vaclav Klaus (Crédits : Petr Novák, Wikipedia, Creative Commons)

Jeudi 7 mars, j’ai terminé mon second mandat comme Président de la République Tchèque. Le nouveau Président est entré en fonction le vendredi. Il fut de tout temps mon principal adversaire et rival politique, appartenant à l’autre côté de l’échiquier politique et idéologique.

Pour moi c’est la fin de plus de 23 ans de carrière politique en Tchécoslovaquie, puis en République Tchèque, une carrière politique qui aura duré de la chute du communisme et de la révolution de velours jusqu’à la semaine dernière. Je démarre donc aujourd’hui, avec vous, une nouvelle vie.

On m’a demandé de vous dire quelques mots à propos de l’Europe. Je le ferai en me plaçant dans une perspective plus large. Il y a un peu plus d’un an, j’ai publié un livre intitulé : « L’intégration européenne sans illusions ». Il a été traduit et publié en anglais, allemand, italien, espagnol, bulgare et danois. L’éditeur anglais a préféré lui donner pour titre : « Europe : la fin des illusions » ; les allemands : « L’Europe a besoin de liberté ».

Ce livre reflète ma profonde frustration devant l’évolution européenne. Il analyse le développement des institutions européennes depuis la seconde guerre mondiale jusqu’au déclenchement de la crise de la zone euro, les très discutables réponses qui y ont été apportées, ainsi que leur coût faramineux. Il dénonce le caractère naïf et illusoire des avantages économiques généralement considérés comme le principal argument en faveur du double processus d’intégration et de centralisation européenne. Il évoque enfin les conséquences antidémocratiques de l’actuel processus d’unification européenne.

Tout nous prouve que l’avenir économique ne sera pas rose pour tous ceux d’entre nous qui vivons en Europe avec nos familles, nos enfants, nos petits-enfants et qui sommes donc directement concernés par son avenir, pas seulement par intérêt universitaire.

La République Tchèque fait partie de l’Europe, est membre de l’Union européenne, et n’est pas membre de la zone euro. A dessein, je fais bien la différence entre ces trois entités institutionnelles. Elles ne se confondent pas. Près de 85 % des exportations tchèques se font avec l’Europe, région qui connaît actuellement une période de stagnation économique prolongée et est victime d’une sévère crise de dette souveraine. Même avec notre Couronne tchèque, qui flotte librement, nous dépendons très étroitement de la situation économique qui prévaut dans le reste de l’Europe. Il ne peut y avoir de saine et durable croissance en République Tchèque – exemple type d’une petite économie ouverte – si ce n’est également le cas chez nos principaux partenaires commerciaux. Ce qui, actuellement, malheureusement est loin d’être le cas.

L’actuelle situation économique européenne ne résulte pas d’un accident. Elle est la conséquence de choix délibérés et progressifs qui ont gravement porté atteinte à l’efficacité de son système économique et social, et ont en même temps entraîné l’Union européenne dans la voie d’arrangements institutionnels de plus en plus centralisés, bureaucratiques et intrusifs. Ce double phénomène représente un obstacle fondamental à toute évolution positive,un obstacle qui ne saurait être levé par de simples corrections à la marge, ni même par une politique économique de court terme plus rationnelle et mieux pensée. Le problème est beaucoup plus profond.

Je le répète, c’est le système économique et social de l’Europe lui-même qui représente l’essentiel du problème. Il est plus qu’évident qu’on ne peut guère attendre de croissance d’une économie sur-régulée, qui plus est contrainte par une multitude de réglementations sociales et environnementales de plus en plus lourdes, et opérant enfin dans une environnement sur-développé d’état providence à prétentions paternalistes. Le fardeau est trop lourd, et les incitations productives y sont trop faibles. Si l’Europe veut renouer avec la croissance et le développement économique, il lui faut entreprendre une transformation fondamentale, amorcer un changement systémique radical à l’échelle de ce que nous avons été contraints d’accepter il y a maintenant plus de vingt ans dans notre partie de l’espace européen.

Ce qui est également en jeu est le modèle d’intégration choisi par l’Union européenne. L’autre grand obstacle est le caractère excessif et anti naturel du quadruple processus de centralisation, d’harmonisation, de standardisation et d’unification du continent européen fondé sur le concept d’une « Union toujours plus étroite ».

Il s’agit de problèmes complexes qui doivent être abordés de multiples façons, mais il est évident que cette démarche a atteint son « paroxysme » avec la funeste ambition de réaliser l’unification monétaire de tout le continent. C’est alors que les coûts marginaux du projet d’intégration européenne ont commencé à l’évidence à en dépasser les avantages. L’échec du projet – car c’est un échec, et pas autre chose – était inévitable, anticipé, et déjà parfaitement bien analysé par beaucoup d’entre nous. On en connaissait déjà à l’avance les conséquences – notamment pour les économies européennes les plus faibles, déjà tant habituées aux effets délétères d’opérations de dévaluation à répétition. Tout économiste digne de ce nom savait que la Grèce et quelques autres pays du même genre étaient d’avance condamnés à l’échec dès lors qu’ils se retrouvaient emprisonnés dans un tel système. L’histoire est pleine d’exemples de ce genre. N’oublions jamais le précédent de l’Argentine (qui, avec son Currency Board, avait au moins l’avantage de bénéficier d’une forme d’union monétaire plus souple et plus facile à défaire).

Les avantages promis comme conséquence de la mise en place d’une monnaie unique ne se sont jamais matérialisés. La double augmentation des échanges commerciaux et financiers qui en était attendue a finalement été relativement faible et a été plus que compensée par l’énormité des coût de cet arrangement.

Par temps favorable (au sens économique du terme), même une zone monétaire non optimale peut arriver à fonctionner, comme l’ont démontré toutes sortes de régimes de changes fixes qui ont réussi à durer un certain temps. Mais quand le temps se gâte – comme ce fut le cas avec la crise économique et financière à la fin de la dernière décennie – se révèlent toute une gamme de divergences, d’incohérences, de faiblesses, d’inefficacités, de contradictions, et de déséquilibres qui font que l’union monétaire cesse de fonctionner correctement. Cela ne devrait pas être une surprise. L’histoire, mais aussi tous les manuels élémentaires d’économie montrent comment tous les régimes de taux de change fixes (comme le système de Bretton Woods) finissent toujours, un jour ou l’autre, par des réajustements monétaires inévitables.

L’espérance – nous devrions mieux dire le désir ou le rêve – de voir une économie européenne à caractère fortement hétérogène se transformer, gràce à l’unification monétaire, en un tout homogène ne s’est pas réalisée. Depuis la création de l’euro, les économies européennes ont divergé, au lieu de converger.  L’élimination, au sein du système, de l’une des variables économiques les plus importantes – le taux de change – a rendu aveugles tant les hommes politiques, les économistes, les banquiers, qu’un grand nombre d’autres agents économiques..

Au début de février, en République Tchèque, nous nous sommes souvenus de cet événement que représenta, il y a tout juste vingt ans, la séparation monétaire d’avec la Slovaquie. Nous avions vécu soixante-dix ans ensemble, mais nous avons dù admettre l’évidence que l’intégration institutionnelle ne suffisait pas à elle seule pour effacer les différences économiques qui existaient entre les deux pays. D’autres raisons ont bien évidemment contribué à l’éclatement de l’ancienne fédération tchécoslovaque, mais les facteurs économiques y ont joué un rôle clé. En tant que dernier ministre fédéral des finances, croyez-moi, j’en sais quelque chose.

Certaines gens refusent de regarder la réalité en face. Lors du sommet Union européenne-Asie qui s’est tenu au Laos, en novembre 2012, j’ai été presque fasciné d’entendre le ministre espagnol des affaires étrangères déclarer qu’en ce qui concerne l’euro « on ne nous a pas prévenu à l’avance des conséquences possibles du passage à la monnaie unique » ! En réalité, tout le monde était prévenu. Mais il y en a beaucoup qui ne voulaient tout simplement pas entendre.

Ne nous méprenons pas. S’agissant des problèmes européens actuels, ce serait une erreur que de se concentrer seulement sur les résultats ou les échecs de certains pays pris individuellement – comme par exemple la Grèce, ou n’importe quel autre pays du sud de l’Europe. Ce n’est pas la Grèce qui est la cause du problème. Elle n’est que la victime du système de monnaie unique mis en place au sein de la zone euro. C’est ce système qui est le problème. L’erreur tragique de la Grèce a été d’adhérer au système – d’entrer dans la zone euro. Tout le reste, pour ce qui concerne la Grèce, n’a rien d’exceptionnel. Il s’agit de comportements vieux comme Hérode, et que nous n’avons pas le droit de dénoncer comme l’Europe le fait.

Qu’il s’agisse de son degré d’efficacité – ou plutôt d’inefficacité – économique, où encore de sa propension à vivre en permanence avec un fort endettement public, il s’agit là de choses connues. Laisser la Grèce sortir de l’euro – d’une manière organisée – permettrait au pays de commencer un long retour vers des perspectives économiques plus saines et plus prometteuses. Je n’ai aucunement l’ambition de contraindre la Grèce à changer. Ce que je veux changer, en revanche, ce sont les arrangements institutionnels européens. J’espère que les grecs ont maintenant compris que le même modèle ne convient pas nécessairement à tout le monde. J’aimerais que ce soit aussi le cas de tous les leaders politiques européens. Mais je n’en vois pas encore les prémisses.

Leur mode de pensée est fondé sur un type de raisonnement de nature quasiment communiste : il n’y a pas de lois économiques. Les gens comme moi ont grandi à une époque où ce mode de raisonnement dominait toute la vie de nos pays d’Europe centrale ou orientale. A l’époque, nous étions quelques uns à exprimer notre désaccord avec une telle vision. On nous considérait alors comme des ennemis. Et voilà que de nouveau on nous voit comme des ennemis.

L’Europe doit aujourd’hui prendre une décision fondamentale : devons-nous continuer de nous cramponner à l’idée que le politique passe avant l’économique, et donc qu’il nous faut défendre à tout prix la monnaie unique et autres arrangements institutionnels du même genre, quel qu’en soit le prix ? ou acceptons-nous enfin de comprendre qu’il nous faut revenir à un minimum de rationalité et de bon sens économique ? Jusqu’à présent la réponse de la très grande majorité des hommes politiques européens est : « OUI, on doit continuer ! ». Il est de notre devoir de leur faire comprendre que le résultat d’une telle politique ne peut être que de rendre l’addition pour tous toujours plus élevée. Un jour viendra inévitablement où ces coûts atteindront un seuil insoutenable et deviendront intolérables. Ils doivent dire NON.

Ce dont nous, européens, avons maintenant besoin n’est pas de davantage de sommets à Bruxelles, mais d’une transformation radicale de nos modes de pensée et de nos manières de faire. L’Europe doit procéder à un changement de nature systémique. Y arriver nécessite la mise en route d’un véritable processus de discussion et de décision politique, non pas seulement la ratification d’un document sophistiqué concocté dans le secret de commissions spécialisées. La solution doit s’ancrer dans une suite de débats politiques menés dans l’ensemble des pays membres de l’Union européenne. Elle doit venir des gens eux-mêmes, du démos de chaque pays.

Il est à la mode de parler de crise. Mais toute crise – pour reprendre l’expression de Schumpeter (dont la mémoire appartient partiellement à mon pays au moins autant qu’à l’Autriche ou à l’Amérique, puisqu’il est né en Moravie du sud) est un processus de destruction créatrice. Tout ne peut être conservé et maintenu en l’état. Au cours de ce processus, il y a des choses qui doivent être détruites ou abandonnées, en particulier les idées fausses. Il nous faut abandonner nos rêves utopiques, nos activités économiques dépassées, et faire en sorte que les gouvernements européens arrêtent d’en faire la promotion. Ce qui implique notamment qu’il nous faut même accepter que certaines états fassent faillite.

Nos adversaires répliquent en disant que le coût d’une telle politique serait beaucoup trop élevé. J’ai le point de vue contraire. C’est notre politique actuelle d’improvisation confuse continuelle qui risque de nous coûter beaucoup plus cher. Les coûts que craignent les européens sont déjà là. Il s’agit de ce que, dans notre jargon d’économistes, nous appelons des « couts irrécupérables » (sunk costs).

Trait.jpg

Ceci est la traduction de l’intervention de Vaclav Klaus devant les invités du Cato Institute, à Washington, le 11 mars 2013. Le texte en anglais est disponible sur le site klaus.cz. Traduit par Henri Lepage.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • merci pour les participants dans la chaine qui a fait aboutir ce texte jusqu’à mes yeux.
    C’est le meilleur argumentaire anti-euro que j’ai jamais vu. Autant je suis convaincu que l’euro est en soi la meilleure des choses, autant je peux entendre l’argument comme quoi certains pays sont incapables de s’adapter à l’utilisation de cet outil (ou plus exactement : sont incapables de se priver de l’outil de la manipulation monétaire personnalisée).

  • une multitude de reglementations sociales et environnementale de plus en plus lourdes ; concernent l’environnement , veut il dire par là qu’il faut s’assoir sur tout les problêmes causés à la nature par l’activité humaine , continuer à polluer , pour relancer l’économie , la croissance , l’argent ……? et si oui , pense t’il que ses petits enfants vivront vieux en évoluant dans un monde complêtement pollué ?

    • Chère Marie : allez directement vous soigner d’une pathologie anxiogène ?
      Au long de vos interventions, vous ne cessez de souscrire à des visions d’Apocalypse ! Un peu de sérénité doublée de réalisme vous ferait grand bien, non ?

      • Cher mr Wolff,

        il n’est pas interdit dans une démocratie d’avoir des interprétations différentes des pouvoirs en place. Illioz semble aussi éprouver le besoin d’avoir un peu de recul par rapport à ce discours alléchant dont la teneur peut aussi être celle d’une caste d’élites économique qui se moquent bien de l’évolution économique européenne d’aujourd’hui, comme vous d’ailleurs. Les grandes ficelles du dénigrement individuel, féminin en particulier, pour que ce soit toujours les mêmes à se remettre en cause sont vieilles comme le monde. Elles ne mettent pas en valeur ceux ou celles qui les utilisent et sont le signe manifeste de ceux qui refuse véritablement de mettre les cartes vitales sur table et de s’investir aussi pour un autre monde, économique aussi, possible, sans être bling-bling, et en étant capable d’ abstraction de « sa pomme » ou de l’arbre auquel il appartient. Car il existe une grande diversité d’arbres dans la nature qu’il ne faut pas nier si l’on veut être effectivement réaliste. Si mon franc-parler vous gêne, vous n’êtes pas obligé de me répondre. Alors , c’est que votre environnement reste étanche aux problèmes économiques de l’Europe. Dans ce cas, il est bon d’assumer ses choix .

    • veut-il dire par là …
      Non
      mais vous ? voulez vous dire par là que pondre un maximum de réglementations plus débiles les unes que les autres est une bonne façon de protéger l’environnement, réduire la pollution ?
      et si oui , pensez-vous vos petits enfants vivront vieux en évoluant dans un monde complétement fasciste (mais propre … ou pas : être « aux normes » et respecter l’environnement, ce n’est quand même pas tout à fait la même chose… )?

  • Je suis partiellement d’accord avec ça malgré que le discours soit excellent (problablement aussi parce qu’il vient d’un type qui a vu les choses de l’intérieur de l’appareil européiste). Klaus dit tout un tas de bonne vérités, mais le fait qu’il soit proche du Cato Institute (qui est quand même un des think tanks les plus puissants de Washington et d’une indépendance vis-à-vis du pouvoir US assez relative) peut renvoyer l’impression qu’il est un sous-marin américain venu essayer de couler l’UE de l’intérieur, ce qui est assez regrettable.

    • illioz: « peut renvoyer l’impression qu’il est un sous-marin américain venu essayer de couler l’UE de l’intérieur »

      Ce type a été président de la Tchécoslovaquie, un pays au cœur de l’Europe qui échange maintenant majoritairement avec lui mais qui peut aussi avoir « l’envie subite » de retourner avec l’URSS comme partenaire principal. Super crédible que ce type veuille torpiller l’Europe.

      Ensuite viennent les USA, qui ont dépensés des milliers de milliards pour remonter l’Europe après la guerre pour avoir un rempart contre l’URSS mais aussi un partenaire économique fiable. Face à la montée de l’Asie la encore c’est super crédible de scier l’Europe, un client majeur et pas trop barge de l’autre coté de la mer.

      Après vient le discours qui est quand même sacrément piqué au grain du bon sens à moins d’avoir de la merde dans les yeux: Dire la vérité, être politiquement et économiquement éclairé, une nouvelle stratégie inédite des « sous-marins à la solde de… ».

      Pour finir la bonne vieille antienne sur le cato institute, un institut libéral (donc sacrément opposé à l’hégémonie étatique, comme par exemple celle du gouvernement fédéral américain) et qui serait d’après les gaucho français …une émanation du gouvernement américain.

      Kamoulox franchement !

  • Mélange entre Europe politique et Europe Economique. La vérité c’est que l’Europe politique n’existe pas autant que celle des USA qui défend les deux d’une seule voix.

    L’Europe est un assemblage de pays pas très réussi quand l’on regarde de l’extérieur. Il manque l’union …

  • Que signifie exactement : une transformation radicale de nos modes de pensée et de nos manières de faire ?
    J’ose espérer que cet homme admet qu’une multitude d’êtres humains en Europe puissent être capables d’une multitude de pensées et pourquoi pas de réflexions ;
    s’agit-il de nous réchauffer le plat des politiques bipolaires droite-gauche/ gauche-droite qui font que les institutions européennes défendues ainsi à chaque élection ne peuvent pas évoluer positivement pour l’ensemble des sociétés ? En agitant la caricature du gaucho socialiste ou du catho réactionnaire, on ne sert pas les citoyens de l’Europe.
    C’est alors à lui que s’adresse la transformation radicale de sa manière de pensée en arrêtant de vouloir manipuler l’opinion public et en rendant à l’Européen la possibilité de gérer sa vie de manière autonome sans le faire passer pour un arriéré pour tirer la couverture à lui.
    l’Européen moyen majoritaire en nombre mais encore minoritaire dans son autonomie de pensées n’a pas été l’auteur des hégémonies financières, de la corruption du milieu des actionnaires au niveau mondial, des évasions fiscales , des transports de malettes bourrées d’argent à la frontière. Il n’a pas de conseiller fiscal ni juridique pour détourner toutes les règlementations qui défendent les biens communs essentiels et la liberté de l’individu . il ne développe pas d’ hégémonie manageriale des entreprises ou des institutions sous couvert d’accords bi-latéraux ne comportant aucun contre-poids ni souci d’équilibre économique diversifié et social et encore moins de transparence;
    Il n’est pas non plus l’auteur des manipulations médiatiques pseudo-environnementales qui ne servent que des intérêts privés, malheureusement à l’opposé de l’objectif initial et l’intérêt des jeunes générations ou de celles un peu plus clairvoyantes . CErtes , elles devront faire preuve d’argumentations et de souci d’équilibres. Mais la nécessité de l’autocritique n’est pas réservée à une seule catégorie ou une tranche de la population européenne.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Textes présentés par Damien Theillier.

« La Communauté européenne est une manifestation de l’identité européenne. Ce n’est pas la seule. » — Margaret Thatcher.

Deux conceptions de l’Europe s’affrontent.

La première pense qu’une zone de marché unique ne peut pas fonctionner si une autorité centrale ne se préoccupe pas d’organiser pour chaque activité un ensemble préalable de règles et de normes communes. C’est la position de la Commission de Bruxelles, celle de son Président, mais aussi celle du gouvernement français.

... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Par Maxime Lefebvre. Un article de The Conversation

Le Conseil européen a validé il y a quelques jours l’adoption d’une « boussole stratégique ». Il s’agit de l’un des grands acquis de la présidence française de l’Union européenne. Sous cette appellation un peu baroque, c’est la première fois que l’UE se dote de l’équivalent d’un Livre blanc sur la défense et la sécurité. La « boussole » comporte, d’une part, une analyse de l’environnement stratégique mondial et, de l’autre, une liste d’actions concrètes déclinées en quatre volets : ag... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles