Guerre monétaire et victimes collatérales

Euro fort : nos politiques rêvent de dévaluation compétitive. Une mauvaise idée qui pourrait transformer l’économie mondiale en champ de bataille.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Guerre monétaire et victimes collatérales

Publié le 7 février 2013
- A +

Pour François Hollande et Pierre Moscovici, l’euro serait trop fort. Et voilà que nos dirigeants politiques se prennent à rêver de dévaluation compétitive. Une bien mauvaise idée qui pourrait transformer l’économie mondiale en champ de bataille.

Par Georges Kaplan.

À l’heure où j’écris ces lignes, l’euro se négocie contre 1,35 dollars, ce qui revient à dire qu’un dollar américain vaut 74 centimes d’euros. Pour un certain nombre de commentateurs, à ce prix-là, l’euro est beaucoup trop cher à moins que ce ne soit le billet vert de l’oncle Sam qui est bradé ; de toute manière, ça revient au même : il faut, disent-ils, écrivent-ils, scandent-ils, dévaluer l’euro puisque les américains refusent de faire remonter la valeur du dollar. Il nous faudrait une bonne grosse dévaluation compétitive.

Pourquoi donc ? Eh bien, c’est fort simple : aux cours actuels, un produit que nous vendons 100 euros, une fois converti en dollars, se vend 135 dollars ; or, si par hypothèse nous devions décider de faire baisser la valeur de nos euros de – mettons – 25% par rapport au billet vert, ce même produit ne vaudrait plus que 101 dollars et 25 cents une fois l’Atlantique traversé. Nous en vendrions ainsi beaucoup plus, nos entreprises seraient florissantes, notre balance commerciale serait équilibrée sinon excédentaire, notre économie serait prospère et nous viendrions enfin à bout du chômage. Bref, ça serait formidable.

Mais pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt ?

Mais, me diriez-vous, ce doit être drôlement difficile de faire baisser la valeur de l’euro (ou monter celle du dollar). Point du tout ! C’est même très simple. En deux mouvements : (i) quelque part dans l’Eurotower de Francfort-sur-le-Main, un collaborateur de la Banque centrale européenne actionne la planche à billet et crée – mettons – 100 milliards d’euros [1] et (ii) le même collaborateur ou un autre utilise ces 100 milliards d’euros pour acheter des dollars. Résultat des courses : le dollar monte, l’euro baisse et l’affaire est dans le sac.

Je vous sens dubitatifs. Si c’est si simple, si les effets attendus d’une telle mesure sont si bénéfiques, comment est-il possible que nous ne l’ayons pas encore fait ? Face à cette interrogation métaphasique, le corps électoral se scinde en deux – et cette fracture transcende complètement ces notions dépassées que sont la gauche et la droite : il y a ceux qui pensent que c’est un complot ourdi par nos élites, le grand capital, les marchés financiers et les agences de notation et il y a ceux qui, ne croyant plus depuis longtemps au Père Noël et à la petite souris, se doutent bien qu’il y a un loup [2]. Et, en effet, il y en a un ; il y a même une meute entière.

Primus lupus

L’économie n’est pas une guerre, c’est une compétition sportive et, comme dans toutes les compétitions sportives, il y a des règles ; des règles qui ne sont pas des lois imposées par un gouvernement déterminé mais des règles que tous respectent pour la simple et bonne raison qu’il est dans l’intérêt de tous que les choses se passent bien ; parce que quand un joueur commence à tricher, là, pour le coup, le jeu dégénère en guerre. Par exemple, au rugby, il est rigoureusement interdit de faire une passe en avant ; vous pouvez, si ça vous chante, faire jouer votre équipe avec des sabots mais ce n’est en aucune manière une excuse pour tricher.

Or voilà, le commerce international fonctionne à peu près de la même manière : qu’il y ait un arbitre (l’OMC) ou pas, il y a, depuis la fin de la seconde guerre mondiale [3], une règle, un gentlemen agreement qui dit qu’on ne pratique pas la dévaluation compétitive. Dans la pratique, bien sûr, il arrive que certains États tentent d’y recourir malgré tout mais, au moins, ils le font discrètement et à doses infinitésimales. Et s’ils sont si discrets, c’est que, depuis les années 1930, tout le monde à bien compris que si un joueur commence à faire des passes en avant, tous les joueurs vont s’y mettre : dévaluation compétitive, contre-dévaluation compétitive et ainsi de suite ; le seul résultat, c’est l’inflation urbi et orbi.

Secundus lupus

Et quand bien même, à supposer que vos voisins soient bonnes poires et ne répondent pas à votre dévaluation par une contre-dévaluation, vous n’êtes pas sortis de l’auberge pour autant. Le fait est qu’en dévaluant l’euro de 25% par rapport au dollar, vous ne rendez pas seulement vos exportations plus compétitives : vous renchérissez dans le même mouvement toutes vos importations d’un tiers de leurs prix initiaux. Démonstration : si un produit vaut 135 dollars avant la dévaluation et donc 100 euros, après dévaluation, le même produit vous coûtera 133 dollars et 33 cents ; 33,3% de plus.

Ça a l’air trivial mais il faut bien mesurer qu’il existe une foule de choses que nous importons parce que nous n’avons pas d’autre option – typiquement, du pétrole [4]. C’est-à-dire qu’en dévaluant, nous allons aussi importer de l’inflation ; soit directement dans les paniers de nos ménagères (votre pack de Coca-Cola), soit via les coûts de production des entreprises européennes qui utilisent des matières premières ou des composants achetés en dollars. Notre secundus lupus, c’est donc une perte de pouvoir d’achat pour les ménages, une baisse de notre consommation de produits importés mais aussi, par effet d’arbitrage [5], de produits locaux.

Tertius lupus

Ce qui nous amène tout naturellement à notre tertius lupus : en important de l’inflation dans nos coûts de production, nous annulons une partie de l’avantage procuré par la dévaluation à l’export et, pour faire bonne mesure, nous donnons un bon coup de massue à notre demande interne ; c’est-à-dire à toutes les entreprises françaises ou domiciliées en France qui vivent grâce à nous. En d’autres termes, si on a créé des emplois d’un coté, on en détruit de l’autre.

Les partisans d’une politique de dévaluation compétitive vous assureront, la main sur le cœur, que le premier effet l’emportera sur le second et qu’au total, nous en sortirons gagnants. Il serait vain et, pour tout dire, presqu’impossible de lister tous les effets et contre-effets induits par une dévaluation. En revanche, ce qui est certain c’est que le fait de saper la valeur de notre monnaie ne crée pas de richesse : dès lors, si quelqu’un en tire un bénéfice (les entreprises exportatrices et, éventuellement, leurs salariés), c’est que quelqu’un en a payé le prix (les importateurs).

Ce n’est rien d’autre qu’un transfert de richesses ; de la même manière que l’inflation transfère la richesse des épargnants vers ceux qui sont endettés, une dévaluation transfère le pouvoir d’achat de ceux qui importent vers ceux qui exportent. Au final, c’est un jeu à somme nulle qui n’aura pas d’autre effet que de transformer l’économie mondiale en champ de bataille – au sens figuré ou sens propre du terme.


Sur le web.

Notes :

  1. N’ayez aucune inquiétude : ça ne coûte rien ; même pas du papier ou de l’encre ; c’est une simple écriture comptable par laquelle la BCE crédite elle-même un de ses comptes de la somme susdite.
  2. Il y a aussi, pour être exhaustif, celles et ceux qui ont quelques notions d’économie.
  3. Ce n’est pas un hasard.
  4. Nous avons bien du gaz de schistes mais le principe de précaution…
  5. Vous avez absolument besoin d’essence ; donc, vous sacrifiez une partie de votre budget restaurant.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « Ça a l’air trivial mais il faut bien mesurer qu’il existe une foule de choses que nous importons parce que nous n’avons pas d’autre option – typiquement, du pétrole[…] »
    Dont la hausse du prix abaissera encore un peu notre compétitivité. Aussi une dévaluation profiterait-elle aux autres pays de la zone euro bien avant l’irréformable France qui attend toujours aussi tranquillement la hausse de ses taux obligataires…

    N’est-il pas temps de traiter enfin! la question du droit de vote des étrangers vivant hors de France ou celle de la parité chauves/chevelus au sein de l’observatoire national des comités de pilotage et commissions consultatives ?! Ces histoires de dette, de monnaie, etc.. ne sont que grossières diversions qui ne trompent personne, pas même les pires alopophobes.

  • le « Secundus lupus » n’est pas un loup, c’est en fait le but réel : la dévaluation n’est rien d’autre qu’une façon de baisser les salaires et le pouvoir d’achat, mais sans le dire et en accusant « le Grand Kapital » (ou n’importe quel variante du concept du grand méchant riche, traitre ou étranger : le juif, le franc-maçon, l’américain…)

  • De plus, l’entreprise qui exporte et qui compte donc augmenter son volume de vente, importe peut etre une partie de ses couts en devises étrangères, ce qui entrainera une réduction des marges. Ses actionnaires ne sont pas tous européens, donc le bénéfice éventuel de la dévaluation sera en partie « perdu », tandis que les consommateurs sont, eux, tous européens.

    Le taux de change libre est une recherche permanente du rapport moyen entre les prix en euro et les prix en devises étrangères (si le différentiel de prix n’est-pas égal au taux de change, les importateurs et exportateurs chercheront à profiter du déséquilibre, ce qui fera bouger le taux de change vers l’équilibre).

    Le taux de change, c’est enfin une composante importante du prix de notre travail par rapport au prix du travail étranger, donc baisser ce prix revient à baisser notre salaire relatif. Si on baisse ce prix, il faudra travailler plus pour gagner la même chose (inflation importée), si on l’augmente, on risque de surévaluer la valeur de notre travail et le rendre moins attractif. De même que pour un individu, le fait de sous évaluer ou de surévaluer la valuer de notre travail n’est jamais optimale (soit on travail plus pour la même chose, soit on se retrouve en sous-production). Mais Hollande croit mieux savoir que le marché (qui n’est autre que la population) ce que le taux de change devrait être… y’en a qui ont vraiment la grosse tête.

  • Trop drole. Oui une dévaluation c’etait la vieille époque du franc.
    Mais voilà que les Allemands vont pas dire oui à ce genre de gestion à la francaise.

    Le mieux serait de vendre des produits francais… mais que reste-t-il ?

    – des conseils ?
    – des concordes ?
    – des fonderies ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Manuel Tacanho. Un article du Mises Institute

L'Afrique a été en proie à une inflation galopante et à une instabilité monétaire au cours des cinquante dernières années. Il y a eu de nombreux cas de crises monétaires et de rétablissement de la monnaie. Même l'hyperinflation, le phénomène économique le plus destructeur, a laissé sa marque ruineuse sur plusieurs sociétés africaines.

Certains diront que c'est parce que les banques centrales africaines sont incompétentes dans la gestion de leurs monnaies. D'autres peuvent prétend... Poursuivre la lecture

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles