Le déclin de l’Asie

Nombreux sont ceux qui considèrent que l’Occident est englué dans la crise et que le siècle appartient à l’Asie. On envisagera ici le contraire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
world-map Asie Pacifique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le déclin de l’Asie

Publié le 26 janvier 2013
- A +

Nombreux sont ceux qui considèrent que l’Occident est englué dans la crise et que le siècle appartient désormais à l’Asie. On envisagera ici le contraire.

Par Guy Sorman.

À trop se focaliser sur les statistiques économiques à court terme, on risque de perdre de vue les tendances longues de nos sociétés et les renversements du monde. Si l’on écoute les commentateurs du quotidien et les marchands de prophétie à bon marché, l’Occident – nous assure-t-on – serait en crise et le siècle appartiendrait à l’Asie. On envisagera ici le contraire, non par esprit de contradiction mais parce que l’avenir des nations nous semble reposer sur des fondements plus durables que les cours de la Bourse, le taux du Libor, voire le taux de  croissance de l’année. Ce qui dans la longue durée est essentiel ? L’État de droit et la paix, résultats de siècles de culture et d’expérience.

Mais si on regarde vers l’Asie, en ce moment même, les risques de guerre sont réels, entre la Chine, le Japon, les deux Corée, Taïwan et le Vietnam. La guerre n’est pas certaine, mais elle paraît envisageable dans une civilisation où il n’est pas de tradition de négocier et où il convient, avant tout, de ne pas perdre la face : pareille situation n’est pas de nature à attirer les investisseurs à long terme. L’État de droit en Asie ne progresse pas plus : la corruption en Chine, mais en Inde aussi, décourage l’esprit d’entreprise, chez les entrepreneurs nationaux et plus encore internationaux. Quant aux salaires chinois qui ont contribué à désindustrialiser l’Occident, ils progressent vite et deviennent moins attractifs : le poids relatif du salaire dans les produits finis détermine de moins en moins la localisation d’une industrie.

Par contraste, les pays occidentaux retrouvent des couleurs : la paix y est ferme, la justice relativement équitable, les contrats respectés, la corruption pas inconnue mais minime. Et il se trouve, simultanément, que les innovations techniques récentes favorisent le regain de l’Occident. L’exploitation du gaz de schiste et le forage horizontal des réserves de pétrole, par exemple, restaurent l’indépendance énergétique de l’Occident, aux États-Unis, au Canada, en Europe : ils font baisser les prix de revient. La robotisation de la production industrielle, voire de certains services, et les avancées rapides de la reproduction en trois dimensions, réduisent la part salariale dans les coûts à telle enseigne que les délocalisations ne confèrent plus un avantage décisif. Pour toutes ces raisons, on envisagera une relocalisation et une ré-industrialisation en Occident : l’avantage relatif de la production de masse au loin décline chaque jour, ce dont Chinois et Indiens se rendent compte. Dans le sens de la relocalisation, militent aussi les exigences de qualité et de rapidité chez les consommateurs. S’y ajoutent les exigences des chercheurs en technologie industrielle qui constatent que l’on innove plus vite quand on contrôle toutes les étapes de la production plutôt que de s’en tenir éloignés.

Ce regain envisageable de l’Occident pourrait évidemment être brisé par des politiques économiques maladroites, de celles qui découragent les innovateurs et les entrepreneurs : une fiscalité excessive, des pesanteurs bureaucratiques insupportables, des normes idéologiques anti-progrès (comme le refus français d’exploiter le gaz de schiste) et des spéculations suicidaires comme celles qui ont failli détruire le système financier et bancaire mondial.

Mais, au total, la confiance devrait revenir en Occident parce que les tendances que nous avons recensées plus haut, ce que l’on appelle l’histoire longue, finiront par l’emporter sur les lubies politiciennes, les idéologies de circonstances et le catastrophisme. Parions donc, sans risque excessif, que le siècle à venir sera occidental et le restera aussi longtemps que l’État de droit et la paix y seront la norme ; les pays émergents, on le regrette, en restent encore fort éloignés.


Sur le web.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Voilà un article qui fait du bien.
    Pour peu que l’on prenne quelques bonnes décisions en faisant fi de certaines peurs , notre avenir peut prendre les couleurs de notre président socialiste. Mr Hollande osera-t-il ?

  • Heureusement qu’il y a les cranes d’oeuf sortis de l’ ENA pour règler tous nos problèmes.. N’est-ce pas ?

  • La France ne fait donc plus partie de l’occident

  • AH les éternels optimistes, ça fait toujours du bien de les lire comme ça de bon matin, le problème c’est qu’une fois la journée commencé dans notre bonne France on les oublie vite…mais vite….

    Que sais t-on des politiques futures des pays de l’Asie du sud-est vis à vis des investisseurs ? Pourquoi les croit-on toujours plus primaire que nous et incapable de bâtir une société « durable » (ne voyez aucune allusions aux champ lexical des verts) ?

  • Si M. Friedman avait raison, G. Sorman a tort. Si la démocratie et l’Etat (ou l’état) de droit sont le fruit du développement économique et non l’inverse, alors l’avenir appartient à Asie. L’exemple des anciens « dragons » semble donner raison à Friedman (même si l’évolution politique de ces pays peut paraître lente et reste inachevée) : tous ces Etats se sont dirigés vers plus de libertés politiques et individuelles au moment de leur décollage économique ou après celui-ci. Quant à l’Occident, qui peut dire aujourd’hui si l’Etat de droit y sera encore longtemps respecté, si la découverte et l’exploitation de matières premières constituera une chance ou une malédiction dans un contexte où les libertés et les droits individuelles sont toujours davantage remis en cause ? Quand on voit la liste des pays indépendants « énergétiquement », on peut légitimement se poser la question…

  • Pas très convaincu..

    Les corolaires de notre « Etat de Droit » et de notre « Histoire » étant :

    – l’interventionnisme Etatique, son administration pléthorique et son clientélisme

    – les (très) nombreux corporatismes

    – le cancer politique que représente le socialo-communisme

    Ces facteurs font que pour ma part la balance penchera de + en + en faveur de l’Asie..

  • Un facteur de développement qui n’est pas évoqué et qui me parait important, c’est le vieillissement à venir d’une population.

    Des pays majeurs aujourd’hui comme l’Allemagne, le Japon et la Chine vont y être confrontés.

  • Cher Monsieur Sorman, Je vous lis règulièrement, je suis très souvent d’accord avec vous. Dans cet article, sur des points que je connais précisément, j’affirme que vous racontez n’importe quoi. Je vis au Vietnam depuis de nombreuses années, et je vous certifie qu’il n’y a aucun risque de guerre avec la Chine, même si c’est un peu un combat de coq, et que chacun se dresse sur ses ergot. De plus l’Occident pourrit de l’intérieur, en raison du remplacement rapide de sa population, au contraire d’une assez grande homogénéité ethnique en Asie. La guerre viendra de dedansr pour l’Europe entre souchiens minoritaires et..les autres. De plus, la démocratie, concept qui convient parfaitement à l’Occident, ne convient pas forcément aux Asiatiques. Ce n’est nullement un handicap.
    De plus en Occident, l’état dit « de droit » ou réputé tel est devenu au fil des abus un état de passe-droit pur et simple, où la classe oligarchique dirigeante ne respecte aucune loi : comme dans les pays émergents exactement. Bref, et quoi que vous en disiez, l’occident est fini. Il n’y a qu’à voir les milliers de jeunes qui viennent (me) demander du boulot.

    • Contrepoints révèle son vrai visage. Nos seulement ses lecteurs sont homophobes mais, ils sont au surplus racistes. Les administrateurs de ce site devraient faire l’objet d’une plainte, et ce site interdit pour, incitation à la haine raciale et homophobe.

      • La nouvelle police politique est née, elle traque sur le net le racisme et l’homophobie. Mais là où il y a racisme et homophobie elle n’ira pas car elle elle trop pétocharde.

      • Le commentaire de Gille est plus que limite, j’en connais qui on été censurés pour bien moins sur ce site; avis à ses administrateurs 😉

      • On devrait interdire la connerie, ça ferait moins de Racisme… (désolé, elle était facile xD)

      • Encore un dhimmi, qui prouve que je dis vrai, Ô combien !

        • Arf, ma vanne a fait chou blanc !

          Le type prend comme pseudo, Racisme, son post est lénifiant de connerie, je me dis donc : interdisons la connerie, ça fera moins de Racisme, qui est pour l’interdiction de tout ce qui ne pense pas comme lui.
          Ma vanne valait 2 roubles, j’en conviens, mais j’avais imaginé qu’elle serait comprise xD.

    • Très bonne réponse Gille.

    •  » la démocratie, concept qui convient parfaitement à l’Occident, ne convient pas forcément aux Asiatiques. »
      Et
      « en Occident, l’état dit « de droit » ou réputé tel est devenu au fil des abus un état de passe-droit pur et simple, où la classe oligarchique dirigeante ne respecte aucune loi : comme dans les pays émergents  »
      La Dessus mon cher Gilles je vous suis a 200%

      « De plus l’Occident pourrit de l’intérieur, en raison du remplacement rapide de sa population, »
      La dessus je vous dirais que certains pays sont des poudrières en puissance( les conflits religieux en Indonésie ), la Malaisie que je connais particulièrement bien connait de très fortes tensions raciales
      qui ont dans le passé abouti à des émeutes sanglantes
      monsieur Sorman j’ai vu certains de ces pays d’asie s’écrouler en 1997-1998, des millions de gens plonger dans la misère obliger de vendre tout et n’importe quoi pour pouvoir bouffer, des gouvernement courageux qui n’ont pas hésité a laisser couler ou a saisir les banques, couper dans les budgets( tout cela avec le canon sur la tempe du FMI).;ces pays ce sont relevés à force de travail,d’humilité et de lourds sacrifices..des mots qui ne représentent plus grand chose

  • Un article qui vise à rassurer le peuple Internet et lui redonner foi en l’avenir.
    Y manque (cruellement) une échelle de temps. Temps long, dites-vous Mr Sorman.
    Face aux velléités entre acteurs potentiels d’Asie (hors les coréens du Nord, ces futurs catalyseurs de conflits), misons sur leurs interdépendances économiques, devenues d’une portée mondiale ?
    Sera-ce un clash asiatique pour le XXIIe siècle ou bien avant ? Nul ne sait.
    En supposant que la Chine ait gagné une suprématie militaire (ils y travaillent certes), lors que ses voisins se seraient trouvés affaiblis (mais où reste l’Inde, absente en ces propos) ?
    Tandis que la situation de l’U.E. reste elle drôlement alambiquée et ses dirigeants toujours autant démunis d’une vision réaliste ?
    Tandis que nos rues foisonnent de syndicalistes abscons et trop de citoyens tellement crédules ou inactifs ? Soit des comportements freinant nos perspectives d’un retournement rapide au sein d’un continent donneur de leçons, mais incapable de pragmatisme doublé de courage politique !
    Notre espoir doit tenir en premier dans un sursaut : celui engendré par la perception d’extrême urgence, au-delà de celle monétaire et d’absence de croissance. Urgence n’offrant d’autre perspectives à tous nos lambda que celle de débloquer enfin leurs synapses rouillées par des Etats-providence !
    Suis-je cruel envers nos concitoyens ?
    Oui, aussi longtemps où nous aurons affaire avec des con-citoyens !

    • A Wolff. Completement d’accord avec vous et rien a ajouter.

    • Tout à fait d accord. Je dirais juste à la place de con-citoyen qu il existe une symbiose Etat/citoyen. Les uns profitent des autres et y trouvent un avantage réciproque. Ce système touche à sa fin, enfin !

  • 1/ Sur la re-localisation des industries en Occident: cf. The Economist du 17/01/2013

    2/ Difficile cependant de considérer un nouveau siècle occidental (si l’on tient compte des différents arguments avancés dans les commentaires précédents, comme le vieillissement de la population, le « cancer socialo-communiste », l’hétérogénéité ethnique, etc.)

    3/ Sans pour autant que le 21e siècle soit plutôt occidental ou plutôt asiatique, le phénomène à retenir semble être davantage celui de l’émergence d’un monde multipolaire plutôt qu’unipolaire et américano-occidental.

  • L’image d’illustration est totalement inappropriée au contenu de l’article. Que font la nouvelle-Zélande et l’Australie la dedans ?

  • Moui, on peut y croire…v a t on acheter notre tv 10 fois plus chère pour continuer à engraisser nos hommes politiques ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
une personne en combinaison de prptection
2
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

Le 10 novembre 2022, le Parlement européen a voté une résolution sur les jeux vidéo et l’esport. Si celui-ci reconnaît le rôle positif de cette industrie et de ce loisir, certains éléments montrent une volonté d’utiliser ce secteur comme un outil d’influence politique et culturelle.

On ne peut pas nier que les jeux vidéo ont désormais une influence dans la culture. Ce que propose le Parlement existe donc déjà sans interventionnisme, lequel peut être rapidement à double tranchant.

 

Que contient la résolution ?

Certai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles