Marché automobile européen : plus de 20% de baisse depuis le point haut

Le marché automobile européen continue à très mal se porter, avec une baisse annuelle de 7,8% et une baisse cumulée de 21% depuis 2007.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marché automobile européen : plus de 20% de baisse depuis le point haut

Publié le 23 janvier 2013
- A +

Le marché automobile européen continue à très mal se porter, avec une baisse annuelle de 7,8% et une baisse cumulée de 21% depuis 2007.

Par la rédaction de Contrepoints.

Le marché automobile européen continue à très mal se porter, avec une nouvelle baisse franche : -7,8% en 2012 par rapport à 2011. Avec 12,5 millions de voitures vendues en Europe, cela représente une baisse de 3,5 millions par rapport à 2007 qui était le point haut. Plus de 20% de baisse en quelques années donc, sur un marché pourtant essentiel pour l’économie du continent.

Une mauvaise santé qui explique les nombreuses fermetures d’usines annoncées en Europe et en particulier en France. La production européenne s’est ainsi effondrée de 1,2 millions de véhicules, passant de 17 millions à moins de 16 millions. En France, c’est de 14% que la production s’est affaissée entre 2011 et 2012. Une baisse bien plus forte que pour le reste de l’Europe, qui s’explique « par la très forte dépendance des constructeurs aux marchés sinistrés et par l’absence de débouchés hors d’Europe ». Les principaux marchés sinistrés ont été la France  (-13,9%), l’Espagne (-13,4%) et l’Italie (-19,9%). À l’inverse, le Royaume-Uni, malgré ou à cause d’une austérité plus franche qu’ailleurs, a vu son marché automobile croître de +5,3%.

Selon l’institut d’analyse PwC Autofacts, la tendance baissière devrait se poursuivre sur le marché européen au moins jusqu’à la mi 2013, et le second semestre ne verrait-il encore qu’un « début progressif de reprise ». Les ventes s’établiraient ainsi à 12,4 millions de véhicules en 2013, en légère baisse de 0,1 million.

Pour l’expliquer, l’institut cite l’apaisement (relatif) des tensions autour des dettes souveraines mais aussi les mesures de hausse d’impôts en place dans les pays européens qui impactent négativement les perspectives de croissance du marché automobile.

Au vu de ces chiffres, on peut en outre se demander si les politiques violemment anti voitures à l’œuvre, en particulier en France, sont vraiment les bienvenues pour soutenir un marché de l’emploi particulièrement mal orienté.

Lire aussi :

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Maintenant ils reçoivent la monnaie de leur pièce:
    radars, taxes, amendes, aménagement des routes en dépit du bons sens,…
    La vache a lait commence a tarir..
    Et ce n’est que le début (automobile) , reflet de la situation économique qui se dégrade.
    Qu’ils continuent ainsi !!!

  • « À l’inverse, le Royaume-Uni, malgré ou à cause d’une austérité plus franche qu’ailleurs, a vu son marché automobile croître de +5,3% »

    austérité = perte de croissance ?

    faudrait comparer à situation égale, et retirer les perfusions données (prime à la casse…) pour vraiment avoir les chiffres.

    Après, qui va s’endetter sur 10 ans (quand la banque veut vous prêter) pour des bagnoles dans l’ensemble pas très fiables, couteuse en assurance, où on est captif du garage et des pièces agréées, pour au final remplacer un objet identique qu’on possède déjà.

    J’ai l’impression que c’est un cercle loin d’être vertueux, si on regarde PSA, ils ferment l’usine d’Aulnay parcequ’ils ne vendent pas de voiture en france ? c’est sur que c’est les gens d’aulnay qui vont relancer les ventes à l’aide de leurs prime chômage…

  • Un prime à la casse + un prime à l’achat + une prime à la con

    A force de secouer le marché pour provoquer des ventes compulsives on ne peut pas connaitre une tendance stable. Donc 20% de baisse = marché stable … mais 10%-20% de licenciement ?

  • Le gibier qu’est devenu l’automobiliste (taxes, PV, culpabilisation, destructeur planétaire….) est quelque peu écoeuré.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Henry Bonner.

Les débats sur un possible reconfinement permettent d’occulter les dégâts économiques. La reprise économique est pleine de surprises, pas nécessairement bonnes, loin de là.

Le sujet du jour dans les médias : le confinement qui revient dans un certain nombre de pays.

Les élus démentent toute possibilité de retour en arrière ici en France…

Pourtant, ils avaient aussi écarté la possibilité du passe-vaccinal. Voici un extrait de LCI de décembre 2020 :

Non, le vaccin contre le coronavirus ne ser... Poursuivre la lecture

par h16

Ce n'est pas parce que la France se reconfine partiellement, localement ici et là, s'emmitoufle gentiment en attendant la faillite généralisée de ses forces vives dans le chuintement subtil de ses prouts républicains, qu'il faudrait se laisser aller : l'important, au pays du vin et des fromages est que les taxes continuent à pleuvoir.

Et comme de juste, elles pleuvent donc.

Que voulez-vous mes braves, c'est qu'un État dodu comme l'État français, ça ne vit pas d'amour et d'eau fraîche ! Un gros État ventripotent, o... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

Le marché automobile français a chuté de près de 20 % au mois d’août. Sur les huit premiers mois de l’année 2020, les immatriculations sont en baisse de 32 % par rapport à l’année dernière.

Bien évidemment, la période du confinement a fait fortement baisser les ventes : - 72 % en mars, - 88,8 % en avril, - 50,3 % en mai. En juin, elles se sont redressées de 1,2 %, puis de 3,9 % en juillet.

Pourtant le gouvernement n’a pas ménagé ses efforts ces derniers mois, ou plus exacte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles