Marché automobile européen : plus de 20% de baisse depuis le point haut

Le marché automobile européen continue à très mal se porter, avec une baisse annuelle de 7,8% et une baisse cumulée de 21% depuis 2007.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Marché automobile européen : plus de 20% de baisse depuis le point haut

Publié le 23 janvier 2013
- A +

Le marché automobile européen continue à très mal se porter, avec une baisse annuelle de 7,8% et une baisse cumulée de 21% depuis 2007.

Par la rédaction de Contrepoints.

Le marché automobile européen continue à très mal se porter, avec une nouvelle baisse franche : -7,8% en 2012 par rapport à 2011. Avec 12,5 millions de voitures vendues en Europe, cela représente une baisse de 3,5 millions par rapport à 2007 qui était le point haut. Plus de 20% de baisse en quelques années donc, sur un marché pourtant essentiel pour l’économie du continent.

Une mauvaise santé qui explique les nombreuses fermetures d’usines annoncées en Europe et en particulier en France. La production européenne s’est ainsi effondrée de 1,2 millions de véhicules, passant de 17 millions à moins de 16 millions. En France, c’est de 14% que la production s’est affaissée entre 2011 et 2012. Une baisse bien plus forte que pour le reste de l’Europe, qui s’explique « par la très forte dépendance des constructeurs aux marchés sinistrés et par l’absence de débouchés hors d’Europe ». Les principaux marchés sinistrés ont été la France  (-13,9%), l’Espagne (-13,4%) et l’Italie (-19,9%). À l’inverse, le Royaume-Uni, malgré ou à cause d’une austérité plus franche qu’ailleurs, a vu son marché automobile croître de +5,3%.

Selon l’institut d’analyse PwC Autofacts, la tendance baissière devrait se poursuivre sur le marché européen au moins jusqu’à la mi 2013, et le second semestre ne verrait-il encore qu’un « début progressif de reprise ». Les ventes s’établiraient ainsi à 12,4 millions de véhicules en 2013, en légère baisse de 0,1 million.

Pour l’expliquer, l’institut cite l’apaisement (relatif) des tensions autour des dettes souveraines mais aussi les mesures de hausse d’impôts en place dans les pays européens qui impactent négativement les perspectives de croissance du marché automobile.

Au vu de ces chiffres, on peut en outre se demander si les politiques violemment anti voitures à l’œuvre, en particulier en France, sont vraiment les bienvenues pour soutenir un marché de l’emploi particulièrement mal orienté.

Lire aussi :

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Maintenant ils reçoivent la monnaie de leur pièce:
    radars, taxes, amendes, aménagement des routes en dépit du bons sens,…
    La vache a lait commence a tarir..
    Et ce n’est que le début (automobile) , reflet de la situation économique qui se dégrade.
    Qu’ils continuent ainsi !!!

  • « À l’inverse, le Royaume-Uni, malgré ou à cause d’une austérité plus franche qu’ailleurs, a vu son marché automobile croître de +5,3% »

    austérité = perte de croissance ?

    faudrait comparer à situation égale, et retirer les perfusions données (prime à la casse…) pour vraiment avoir les chiffres.

    Après, qui va s’endetter sur 10 ans (quand la banque veut vous prêter) pour des bagnoles dans l’ensemble pas très fiables, couteuse en assurance, où on est captif du garage et des pièces agréées, pour au final remplacer un objet identique qu’on possède déjà.

    J’ai l’impression que c’est un cercle loin d’être vertueux, si on regarde PSA, ils ferment l’usine d’Aulnay parcequ’ils ne vendent pas de voiture en france ? c’est sur que c’est les gens d’aulnay qui vont relancer les ventes à l’aide de leurs prime chômage…

  • Un prime à la casse + un prime à l’achat + une prime à la con

    A force de secouer le marché pour provoquer des ventes compulsives on ne peut pas connaitre une tendance stable. Donc 20% de baisse = marché stable … mais 10%-20% de licenciement ?

  • Le gibier qu’est devenu l’automobiliste (taxes, PV, culpabilisation, destructeur planétaire….) est quelque peu écoeuré.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

L'intérêt de la voiture électrique

Moins de dépendance sur les carburants

La première critique sur la voiture électrique vient de la dépendance des batteries avec la Chine et les terres rares. Nous verrons plus loin que l’utilisation des terres rares se réduit grâce aux industriels. Quant à la Chine, nous sommes déjà dépendants d’elle pour une grande partie de nos produits, notamment l’électronique, et cela ne semble gêner personne...

Mais cette critique semble comme oublier la situation... Poursuivre la lecture

Les politiques n’aiment pas l’innovation. Ils la tolèrent si celle-ci se fait dans des laboratoires agréés, avec marqué « innovation » au-dessus de l’entrée et sur les papiers à en-tête, et avec des subventions décidées en commission et un planning bien défini : janvier, définition des objectifs ; février, rédaction du rapport préliminaire destiné aux politiques ; mars, échanges avec les politiques ; avril, mai, juin… décembre (des années à venir), remise du ou des prototypes et du rapport final aux politiques.

Le lamentable exemple ré... Poursuivre la lecture

diesel
4
Sauvegarder cet article

Le premier juillet marque assez logiquement le début de la seconde moitié de l'année et constitue souvent une occasion pour les administrations de revoir leurs barèmes et pour le gouvernement d'introduire de nouvelles mesures pas toujours très populaires. Il faut dire que, ça tombe bien, à partir de ce mois, l'esprit des Français est résolument orienté sur leurs prochaines vacances ce qui explique sans doute que c'est pendant ces périodes que les pires crasses leur sont infligées.

L'année précédente, on se souvient que ce même mois ava... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles