Le monde vient d’adopter l’étalon-or

Le monde vient d’adopter l’étalon-or si l’on regarde les actions récentes des banques centrales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monde vient d’adopter l’étalon-or

Publié le 19 janvier 2013
- A +

Le monde vient d’adopter l’étalon-or si l’on regarde les actions récentes des banques centrales.

Par Charles Sannat, directeur des études économiques d’Aucoffre.com

Le monde vient d’adopter l’étalon-or. Tel est le titre de l’un des derniers articles du site belge Express.be qui montre bien à quel point, malgré des cours calmes et une grande discrétion médiatique, les choses sont en train de changer de façon radicale sur l’or.

Selon cet article, l’étude annuelle de la GFMS pour 2012 avait déjà indiqué que les banques centrales à travers le monde avaient acheté plus d’or l’année dernière qu’elles ne l’avaient fait quasiment au cours des cinquante dernières années. Elles ont ainsi acquis 536 tonnes d’or en 2012, qui ont été substituées aux réserves détenues dans les 4 devises les plus courantes : le dollar, l’euro, le yen et la livre sterling.

Parallèlement, ces mêmes banques centrales ont réduit de 26% leurs détentions en obligations souveraines européennes de la zone euro, leur faisant retrouver les niveaux qu’elles avaient atteint il y a une décennie.

La perte de confiance commence

Toujours selon cet article, c’est donc  un phénomène de « perte de confiance dans les deux plus grandes devises de réserve du monde, le dollar et l’euro, qui suscite cette évolution. La crise de la dette a révélé les défauts de la monnaie unique, qui ne dispose pas d’une trésorerie capable d’intervenir pour la soutenir, tandis qu’elle est agitée de crises successives ; quant au dollar, c’est la dette abyssale des États-Unis qui lézarde sa crédibilité ».

PIMCO s’y met aussi !

PIMCO est le plus gros fonds obligataire américain avec des centaines de milliards de dollars sous gestion. Selon Mohammed El Erian, le CEO de Pimco, cet événement pourrait déclencher un vaste mouvement d’imitation à travers le monde. « Aucun pays ne voudra se retrouver à être le dernier à sous-traiter toute cette activité à des banques centrales étrangères », a-t-il dit en parlant de l’opération de son or par l’Allemagne sur son propre territoire.

Un système monétaire international à 3 jambes

Enfin, dans cet article passionnant, Audrey Duperron cite Evans-Pritchard, pour qui « l’or devrait plutôt s’intercaler comme un troisième étalon de référence aux côtés du dollar et de l’euro, ce qu’il estime être une bonne chose. Un étalon-or partiel, créé par le marché international, et n’appartenant à personne, est le meilleur des mondes. Il offre une valeur de conservation (quoique sans rendement). Il agit comme un contrepoids. Il n’est pas assez dominant pour nuire au système. Offrons-nous donc trois devises mondiales, un tripode avec une jambe d’or. Il pourrait même offrir le luxe d’être stable », conclut-il.

L’or se remonétise progressivement

Alors oui, incontestablement, nous faisons face à un changement majeur. Vous l’aurez compris, les acheteurs d’or, ou pour être plus précis les vendeurs d’obligations libellées en dollars ou euros et qui sont essentiellement des titres de dettes d’États, sont les pays émergents. La Chine, la Russie, le Brésil, bref ! Tous les grands pays qui détiennent des réserves de change importantes se délestent progressivement des titres de dettes que nous ne rembourserons jamais.

Ce simple fait condamne les pays occidentaux que nous sommes à une utilisation immodérée de la planche à billets et à une fuite en avant dans la création monétaire qui restera notre seule solution pour financer le rachat de nos dettes passées et le financement de nos dettes futures.

Cette solution, qui n’en n’est pas une bonne mais au mieux la moins mauvaise, aura pour conséquence une dépréciation inéluctable des deux monnaies de référence mondiales que sont le dollar et l’euro.

Logiquement, l’or continuera son mouvement d’appréciation contre ces devises, jusqu’au jour où il apparaîtra clairement que ce qui a de la valeur ce sont les métaux précieux comme l’or et l’argent (métal) et que nos billets ne valent guère plus que le prix du papier et de l’encre qui ont servi à les fabriquer.

Vous ne le savez peut-être pas encore, mais les Allemands, eux, l’ont déjà compris. C’est pour cela qu’ils ramènent leur or à la maison. Nous venons donc de franchir une étape très importante pour l’or et c’est une excellente nouvelle pour tous ceux qui en possèdent. Il existe même désormais des cartes MasterCard… qui permettent de payer en or !

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Bonjour.
    Tout ces articles sur l’or perçu comme valeur refuge m’amènent à une question :
    Existe-t-il, au moins théoriquement, un moyen pour quelqu’un d’intéressé, de rendre l’or inéchangeable et donc sans valeur ? La question se pose de façon générale ou de façon limitée aux consommations nécessaires.

  • L’Allemagne émet des doutes sur le système monétaire en rapatriant son or en provenance de la Banque de France. La première puissance de la zone fait la même chose que les pays émergents qui sont bullish sur le métal jaune.

  • Une petite difficulté, qu’une publication si indispensable que Contrepoints.org se doit d’éviter à l’avenir : que cet article soit publié juste en dessous d’une publicité pour une entreprise à laquelle est liée l’auteur de l’article. Il est vrai que cela présente l’avantage de penser que les informations qu’il donne sont puisées à la bonne source, mais que penser de ses opinions et aussi de l’éventualité que d’autres informations qui n’aillent pas dans son sens soit omises ? Une situation de conflit d’intérêt n’implique pas que l’on ait commis une faute, mais que la situation objective puisse entraîner l’individu dans une contradiction entre certains faits et ses intérêts propres. Difficile coexistence avec le journalisme, donc …

  • On va bien rigoler… Les US n’ont plus l’or déposé par les autrichiens, les allemands, les chinois, et… Leur rendre ? Alors le marché de l’or va bondir ! Car les US decront tout racheter sur le marché… 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

Par Manuel Tacanho.

 

L'inflation, et plus précisément l'inflation monétaire, est aussi souhaitée et nécessaire à l'État que la nourriture est nécessaire à l'alimentation humaine. Plus que la fiscalité, elle est le principal aliment qui permet à l'État de lentement mais sûrement se transformer en un appareil bureaucratique vaste et étendu qui intervient dans presque tous les aspects des affaires sociales et économiques.

Sans inflation, l'État se retrouve enfermé dans les limites de ce qu'il peut confisquer par le bia... Poursuivre la lecture

À la fin du mois de février 2020, le monde redécouvrait le spectre lointain et oublié des pandémies qui avaient décimé tant de populations dans l’histoire de l’humanité. Deux ans plus tard, une autre plaie oubliée s’abat sur le continent européen, la guerre.

Dans les deux cas, afin de lutter contre ces fléaux, l’arme économique et financière est de sortie. Une première arme commune à ces deux épisodes malheureux, l’argent magique et les taux négatifs, un autre virus qui a infecté les banques centrales depuis des années et dont on ne s’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles