Fiscal cliff : accord in extremis ?

Le Sénat vient d’entériner un accord pour éviter les coupes automatiques. La Chambre des représentants, à majorité républicaine, pourrait le suivre dès aujourd’hui.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2289 fiscal cliff

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscal cliff : accord in extremis ?

Publié le 2 janvier 2013
- A +

Le Sénat vient d’entériner un accord pour éviter les coupes automatiques. La Chambre des représentants, à majorité républicaine, pourrait le suivre dès aujourd’hui.

Par Emmanuel Arthault.
Publié en collaboration avec Le Bulletin d’Amérique.

L’Amérique est officiellement entrée dans « le mur » hier matin, à 5h. Mais les Républicains et la Maison Blanche sont néanmoins parvenus à un accord pour éviter les coupes automatiques : le vice-président démocrate Joe Biden et le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, ont conclu un compromis prévoyant une hausse des taux d’imposition pour les foyers aux revenus supérieurs à 450.000$ par an et une extension de l’assurance-chômage. Le Sénat l’a immédiatement entériné dans la nuit à 89 voix contre 8.

Faire accepter de telles hausses d’impôts par les républicains de la Chambre pourrait toutefois s’avérer difficile, car ils ont déjà rejeté avant Noël l’idée d’imposer davantage les revenus supérieurs à un million de dollars.

Grover Norquist, Directeur du groupe de pression Americans for Tax Reforms, qui a instauré le très influent « serment anti-impôts » destiné aux élus du Congrès, a ainsi soutenu le nouveau consensus : « je n’ai pas lu l’accord en entier, je ne peux pas l’endosser. Mais, tel qu’il nous est expliqué, il ne viole pas le serment (…) Nous devons nous assurer que les réductions d’impôts sont rendues permanentes pour tout le monde, mais ceci est un combat pour les semaines et les mois à venir. [L’accord] est un progrès: il rend 84% des coupes d’impôts de George W. Bush permanentes. »

Les coupes budgétaires automatiques censées entrer en vigueur le 2 janvier sont donc repoussées de deux mois. Néanmoins, l’affrontement autour du relèvement du plafond légal de la dette, atteint officiellement lundi, n’a toujours pas trouvé d’issue.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « Les coupes budgétaires automatiques censées entrer en vigueur le 2 janvier sont donc repoussées de deux mois. »

    Il n’y aura pas de coupes budgétaires, car les républicains dans leur majorité sont tout aussi étatistes et collectivistes que les lib-dem.

    Un vrai courage républiacin aurait consisté à aller jusqu’au bout du refus de compromis, ce qui aurait obligé l’administartion amériacine à des coupes budgétaires automatiques.
    Accepter un relèvement des impôts sans contreparties budgétaires est exactement ce que voulaient les démocrates.

    Les USA ( que je connais plutôt bien) filent un très mauvais coton

  • « Grover Norquist, Directeur du groupe de pression Americans for Tax Reforms, qui a instauré le très influent « serment anti-impôts » destiné aux élus du Congrès, a ainsi soutenu le nouveau consensus »

    Les impôts augmentent. Norquist a perdu et il essaie à mon avis de sauver les apparences… Tous les parlementaires qui ont signé son « pledge » savent qu’il ne mordra pas si les impôts augmentent encore.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elizabeth Nolan Brown.

 

Comment les États réagissent à l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade

Depuis l'arrêt de la Cour suprême de vendredi dernier qui a bouleversé la liberté de pratiquer une IVG en Amérique, les États ont pris des mesures pour en restreindre ou en protéger l'accès.

L'adoption de nouvelles interdictions de l'interruption de grossesse prendra au moins un peu de temps. Cependant, un certain nombre d'États ont déjà adopté des dispositifs légaux d'interdictions qui se déclencheraient automatiquement e... Poursuivre la lecture

Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été aux États-Unis, l’arrêt emblématique qui faisait de l’avortement un « droit constitutionnel » a été abrogé. Roe v. Wade (1973), confirmé par la suite par l’arrêt Planned Parenthood v. Casey (1992), vient de voir ses conclusions infirmées par l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. Pour les juges, c’est « au peuple et aux représentants élus » d’encadrer la pratique de l’avortement, renvoyant ainsi la balle au Politique.

Affirmer que l’avortement n’est pas protégé par la Constitu... Poursuivre la lecture

On viole les droits constitutionnels des gens au nom de leur sécurité.

Les fusillades sont une triste réalité qui semble unique aux États-Unis. Et à chaque fois qu’elles se produisent, les sirènes (généralement démocrates) implorent le Congrès de « faire quelque chose ». Même si cela implique de violer les droits fondamentaux des individus.

Généralement, les républicains résistent au charme. Mais pas cette fois-ci.

Plusieurs sénateurs du parti de Trump se sont rangés du côté du parti de Biden pour imposer des restrictions... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles